Bienvenue sur EveryBodyWiki ! Créez un compte ou connectez vous pour participer, améliorer ou créer un article, une biographie (la vôtre ?), une page entreprise...


Ligue solarienne

De EverybodyWiki Bios & Wiki
Sauter à la navigation Sauter à la recherche



La Ligue solarienne est une nation stellaire fictive de l’Honorverse de David Weber.

Vue d'ensemble[modifier]

La Ligue est une superpuissance énorme et politiquement neutre qui comprend les mondes les plus anciens colonisés par l'humanité. Elle est également et de loin la plus puissante et la plus influente des étoile-nations dans la galaxie connue. Officiellement, un total de 1 784 mondes sont des membres de la Ligue solarienne, s’y ajoute des centaines de « protectorats » de la Ligue.

On estime qu’un total de deux tiers de la population humaine vit sur les mondes contrôlés par la Ligue ; la population totale exacte n'est pas connue et il est dit que personne n’a jamais sérieusement considéré conduire un recensement ou dit savoir le nombre d'habitants. Les systèmes les plus anciens - « vieille Ligue » - ont une population enregistrée de trois billions habitants (un nombre considéré comme une sous-estimation) - tandis que la population des mondes externes et des habitats artificiels est considérée comme beaucoup plus nombreuse encore. Il y a aucune étoile-nation ou alliance qui peut se mesurer à la Ligue en termes de puissance militaire ou économique. Presque tous les principaux médias de l'espace humain, tel que Reuters, les Fax unis internationaux et d'autres, sont basés sur des mondes de la Ligue.

Les mondes de la Ligue solarienne peuvent être groupés dans deux catégories :

  • Les systèmes intérieurs, qui comprennent la Terre et les mondes de colonisation les plus anciens de l'humanité. Ceux-ci sont connus en tant que « vieille ligue », et sont les mondes les plus avancés et les plus développés dans l'espace humain. Leur richesse économique en fait le central de pouvoir de la Ligue.
  • Les systèmes externes, connus sous le nom de les "systèmes de la coque" ; plus récemment, moins stable et développé que la "vieille ligue", avec une économie plus précaire et une plus petite population. Ces systèmes sont souvent administrés par les institutions spécialisées de la Ligue qui exercent une influence énorme.

En plus de ces mondes, la Ligue a également l'influence sur des centaines de mondes pauvres près de ses frontières (les Marges), et les fonctionnaires de Ligue tendent à considérer ces mondes comme une arrière-cour de la Ligue.

La Ligue solarienne a en quelque sorte une mentalité de "destin manifeste", qui veut que chaque monde devrait être inclus dans la Ligue, et que les mondes étrangers devraient voir les avantages de l'adhésion à la Ligue et volontairement la rejoindre. Certains sont allés jusqu’à employer des moyens extrêmes pour s'assurer que ces mondes rejoignent la Ligue, en utilisant des mesures comme des référendums et les plébiscites truqués, stimulant la violence qui peut être utilisée comme raisons d’intervention, et imposant la dominance commerciale de la Ligue sur ces mondes.

Beowulf, la colonie humaine la plus ancienne, est un membre proéminant de la Ligue et un partenaire commercial important du Royaume stellaire de Manticore.

Un surnom populaire pour un individu de la Ligue solarienne est Solly (Sollies au pluriel).

Gouvernement et politique[modifier]

La Terre (connue dans tout le l’Honorverse en tant que la "vieille terre" ou "Terra") sert de capitale de la Ligue ; cependant, la Ligue est plutôt faiblement liée, et toutes les planètes ont des gouvernements distincts. Ceci vient du fait que la plupart des signataires originaux de la Ligue étaient des mondes avec une histoire indépendante de plusieurs siècles, et étaient peu disposées à se soumettre à une nouvelle autorité centralisée.
Il y a des références à un président de Ligue, qui est vraisemblablement le cadre supérieur de la Ligue, bien que le pouvoir et l’influence de ce poste doit probablement être limitée.

Le corps décisionnaire de la Ligue est le Conseil exécutif, où chaque monde de la Ligue est représenté. S'ajoutant au fait qu'il y un nombre important de mondes membres, chaque monde a un droit de véto sur les mesures proposées, ce qui force la Ligue à chercher des compromis parmi des intérêts de concurrence plutôt que de risquer un veto. Le Conseil a le pouvoir d'expulser un monde de la Ligue – un pouvoir qui a été mis en place comme menace contre des vétos – dans le cas des planètes abusant de la violence.

Au-dessous du Conseil exécutif et des quelques agences centralisées de la Ligue, les mondes membre sont complètement libres pour s'organiser comme ils le veulent, et leurs gouvernements ont un degré considérable d'autonomie par rapport à la puissance centrale. En dépit de cette autonomie nominale, les secteurs externes de la Ligue profitent moins de l'absence de la Ligue, car ils sont plus en contact avec les agences bureaucratiques et les forces de sécurité de la Ligue.

La nature relâchée de la Ligue solarienne, couplée à son extrême confiance en sa supériorité militaire et économique sur l’ensemble du reste de la galaxie réuni, ont empêché le développement d'une politique étrangère et militaire effective, la Ligue ne se sent menacée par personne. La concurrence entre la politique et les intérêts commerciaux conspire également à rendre n'importe quelle politique logique impossible. En fait, le seul principe officiel de la Ligue en politique étrangère est l'application, sans concession, de l’édit d'Éridani qui interdit le bombardement aveugle d'un monde habité sous peine de la perte de souveraineté et qui a été spécifiquement écrit dans la constitution de la Ligue pour assurer son application efficace.

Comme souvent dans l'univers d'Honor Harrington, les nations stellaires fictives ont des ressemblances frappantes avec les États réels de la Terre. Si la République populaire de Havre et son Comité de salut public font indéniablement penser à la France de la Révolution, la Ligue solarienne, quant à elle, est en grande partie à l'image de l'Union européenne. C'est une immense puissance commerciale regroupant un grand nombre d'États, mais elle peine à mettre au point une politique étrangère commune d'autant plus qu'elle n'a pas de pouvoir exécutif fort et centralisé.

Un défaut important de la Ligue est le manque de gouvernement ou de contrôle civil sur la bureaucratie, spécifiquement celle qui s’occupe des nations ne faisant pas partie de la Ligue. Les agences bureaucratiques les plus importantes, telles que le Bureau de la sécurité aux frontières et la gendarmerie solarienne, sont connues pour conduire leur propre politique d’absorption des mondes sous-développés des Marges de l'espace solarien et de conservation de l'influence de la Ligue sur les territoires frontières.

Budget de la Ligue solarienne[modifier]

En dépit de l'énorme (incalculable) richesse de la Ligue, le gouvernement de la Ligue fonctionne habituellement sur des revenus fiscaux assez faibles. Proportionnellement, la plupart des gouvernements membre de la Ligue, aussi pauvre soient-ils, ont des recettes fiscales beaucoup plus importantes que le gouvernement central. C'est, en grande partie, intentionnel.

Quand la Ligue a été organisée, ses membres fondateurs étaient des mondes et des systèmes stellaires indépendants depuis plus de mille ans. Ils n'avaient aucune intention de renoncer à leur souveraineté au profit d’un gouvernement central, particulièrement un qui - par la nature des choses – soit d’un fonctionnement lent rien qu’en raison de la lenteur des communications. En conséquence, ils ont opté pour un fédéralisme très décentralisé et, en prenant comme armatures la constitution des États-Unis, délibérément inclus autant de compartimentation que possible dans le système d'empêcher le gouvernement central de graduellement (et naturellement) évoluer vers quelque chose de plus puissante qu'ils ne souhaitaient. En conséquence, les sources de financement du gouvernement de la Ligue sont spécifiquement limitées par la constitution de la Ligue... et l’imposition directe sur des citoyens de la Ligue est expressément interdite. Le gouvernement central est financé par une série de droits d'imports, de frais de douane, d'évaluations directes pour les dépenses navales, etc., plus des contributions volontaires additionnelles. Ceci signifie que, si en absolu la quantité d'argent comptant traversant les coffres de la Ligue est extraordinaire, elle est réellement très faible comparé aux nombreuses choses que le gouvernement doit payer.
Ce problème est devenu bien plus prononcé au cours des 200-300 dernières années précédent les romans alors que la bureaucratie de la Ligue solarienne est devenue de plus en plus grande. Dans un sens, les bureaucrates essayent furtivement, mais délibérément, de contourner la Constitution en prolongeant graduellement les secteurs - physiques et gouvernementaux - qui sont contrôlés par le Règlement de la Ligue plutôt que par la Législation de la Ligue. Cette croissance a continué, une part toujours plus importante du budget fédéral a été absorbée par la bureaucratie aux dépens d'autre organes plus traditionnels du gouvernement… comme la marine.

Militaire[modifier]

La Marine de la Ligue solarienne est la plus grande force navale dans l’Honorverse, étant quatre fois plus importante que la Marine populaire de Havre au sommet de sa puissance. Les navires moyens (croiseurs cuirassés, croiseurs lourds et légers et destroyers) sont habituellement des vaisseaux de guerre du dernier cri, car ils sont nécessaires pour maintenir l'ordre dans le vaste espace de la Ligue ; réciproquement, les vaisseaux du mur sont moins avancés (presque désuet) comparés aux conceptions de Manticore et de Havre, puisque la Ligue ne voit pas la nécessité de suivre les puissances navales « moyennes ». Les fusiliers solariens agissent en tant que force rapide d'intervention de la Ligue, maintenant l'ordre dans toute la Ligue, de concert avec la Marine.

À côté des militaires réguliers de la Ligue, les mondes membre ont également leurs propres forces militaires défensives, connues sous le nom de Flottes de Défense. Ces forces sont responsables de la défense immédiate de leurs systèmes mère, agissant avec ou sans la protection de la Marine de la Ligue solarienne.

D'autres agences, telles que la gendarmerie solarienne et le Bureau de la sécurité aux frontières, ont leurs propres troupes pour maintenir l'ordre et promouvoir les intérêts de la Ligue (et de ses sociétés) aux frontières.

Histoire[modifier]

Article détaillé : Histoire de la Ligue solarienne.

La Ligue solarienne est fondée en 925 P.D. par l'ensemble des planètes alors colonisées. La Terre n'en est qu'un des membres.

Futurs développements[modifier]

Jusqu’aux derniers romans de l’Honorverse, peu de d'informations sont connues ou mentionnées au sujet de la Ligue, à part les mentions de sa puissance et de sa taille.

Avec les romans parus récemment, on en sait plus sur sa structure et de sa société, et on est amené à penser que la Ligue est de plus en plus instable, que la bureaucratie devient de plus en plus indépendante de l'autorité centrale et que certains membres de la Ligue ressentent la domination de la Ligue (et de sa bureaucratie).

On dit également que le malaise et le mécontentement en ce qui concerne le gouvernement se développe parmi l'ensemble des habitants des mondes plus anciens, tels que la Terre. Beaucoup prédisent que la Ligue se dissoudra ou tombera dans une guerre civile pour laquelle certaines étoiles-nations et gouverneurs de secteur Solarien se préparent secrètement.

Mesa est une nation indépendante, entièrement entourée par la Ligue solarienne, et dont les grandes sociétés, riches et tout à fait immorales, exercent un degré malsain d'influence sur la politique solarienne et qui déclenche, dans le roman Mission of Honor paru en 2010, une guerre entre la Ligue et Manticore dans le but, après l'affaiblissement ou la disparition des protagonistes, de réorganiser la Ligue à son profit.


Erreur Lua dans Module:Catégorisation_badges à la ligne 170 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).Erreur Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 189 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).


Autres articles du thème Science-fiction science-fiction : Personnages secondaires d'Hypérion, Rise (film, 2016), Crayak, Hunk, Avatar 3, Équation de Zoran, Lieux dans Lost : Les Disparus


Cet Article wiki "Ligue solarienne" est issu de Wikipedia. La liste de ses auteurs peut être visible dans ses historiques et/ou la page Edithistory:Ligue solarienne.



Compte Twitter EverybodyWiki Follow us on https://twitter.com/EverybodyWiki !