Bienvenue sur EveryBodyWiki ! Créez un compte ou connectez vous pour participer, améliorer ou créer un article, une biographie (la vôtre ?), une page entreprise...


Technologie de l'Honorverse

De EverybodyWiki Bios & Wiki


Cet article présente et détaille les aspects technologiques, particulièrement fournis de l'Honorverse, nom semi-officiel donné au cadre (histoire, géographie, univers) d'une série militaire de science-fiction écrite par David Weber et tournant autour de l'héroïne Honor Harrington.

Transport[modifier]

  • Aérocar / aérodyne
  • Glisseur

Médical[modifier]

Prolong[modifier]

Article détaillé : Prolong.

Le prolong est un processus de génie génétique ayant pour résultat la prolongation de l’espérance de vie.

Construction et navigation spatiale[modifier]

Voile Warshawski[modifier]

Appelé d’après son inventeur, la voile fait partie du système utilisé pour le voyage plus rapide que lumière. Quand la voile « est calée », les nœuds d'alpha de la propulsion par impulsion produisent des disques d’énergie gravitationnelle de centaines de kilomètres de large. Dans l’hyperespace, les voiles peuvent être utilisées pour tirer profit de l'énergie d'une vague de gravité. Avant l'invention de la voile, les vagues de gravité étaient mortelles pour tous les vaisseaux. Maintenant, les pilotes les cherchent, ainsi ils peuvent atteindre les autres étoiles beaucoup plus rapidement.

Propulsion par impulseur[modifier]

La propulsion par impulsion est un dispositif technologique de propulsion sub-luminique de vaisseaux spatiaux, elle est basée sur la manipulation de la pesanteur. Elle semble être une forme de propulsion sans réaction limitée à la vitesse sub-luminique (comme propulsion par distorsion « lente »). La mécanique réelle a été comparée à surfer une vague. Quand un vaisseau active ses impulseurs, deux bandes des gravitons focalisés apparaissent, un au-dessus du bateau et un au-dessous. Les bandes sont longitudinales très mince, mais leur largeur et longueur sont plusieurs fois ceux du navire. Elles sont inclinées de façon à être beaucoup plus étroites à l’arrière qu’à avant ; par conséquent, elles souvent désigné collectivement sous le nom wedge. La déformation de la gravité dans les bandes est si forte qu'aucune force connue, la lumière comprise, ne peut passer à travers elles. Ainsi, les vaisseaux sont immunisés des attaques par-dessus ou par-dessous.
Les bandes d'effort des impulseurs bloquent la lumière et la plupart des senseurs, ceci peut être employé comme un avantage. Par la suite, quand il est devenu évident qu'un senseur capable de pénétrer une propulsion par impulsion pourrait devenir disponible, une nouvelle conception avec des bandes d’effort doublées a été développée. Tous les navires militaires emploient cette technologie durant la période de la série.
Théoriquement, la propulsion par impulsion pourrait accélèrent immédiatement un vaisseau à la vitesse de la lumière. Cependant, ceci détruirait le vaisseau. Dans la pratique, l'accélération est limitée par ce que les compensateurs à inertie du vaisseau peuvent supporter. La plupart des vaisseaux de guerre ont une limite d'accélération entre 500 et 600 pesanteurs ; les vaisseaux civils considérablement moins. Comme les systèmes de propulsion sont enclins à s'user, la plupart des vaisseaux n'emploieront pas une accélération à plus de 80 % du maximum, excepté lors des batailles ou des urgences. Employer la pleine poussée se nomme donc « puissance militaire ». La physique des compensateurs produit un effet secondaire intéressant qui fait qu’ajouter de la masse à un vaisseau ne le ralentira pas, à moins que la masse soit remorquée (par des faisceaux de traction) au-delà de la limite arrière de la propulsion.

N'importe quel objet se heurtant une bande de propulsion par impulsion est détruit par le cisaillement de la gravité, presque comme s'il avait heurté un trou noir. Si deux propulsions de navires se recouvrent, les deux navires sont détruits. Les vaisseaux de guerre se déplaçant en formation doivent rester distants les uns des autres pour plus de sûreté.

La propulsion est projetée par des nœuds disposés en deux anneaux autour du vaisseau : un près de la proue et de l'autre proche la poupe. Sur la plupart des vaisseaux de guerre, chaque anneau contient huit nœuds alpha et seize nœuds bêtas. Des vaisseaux plus grands ont de plus grands nœuds, pas davantage. Les deux types de nœud fournissent la puissance à la propulsion ; les nœuds alphas plus grands mais moins efficaces (trois fois la taille, six fois la puissance d'énergie, deux fois la poussée) sont nécessaires parce qu’ils peuvent projeter des voiles Warshawski.
Tous les vaisseaux n’ont pas ce nombre de nœuds. Les cargos ont souvent seulement des nœuds d'alpha, car ils n'ont pas besoin de performance élevée en sub-luminique. Les navires sub-luminiques ont seulement des nœuds bêtas. La dernière génération de BAL manticoréens utilise la technologie « bêta-carrée », et ont seulement huit nœuds bêtas dans chaque anneau. Les nœuds « bêta-carrés » de propulsion par impulsion commencent à voir le service dans les vaisseaux luminiques dans les romans les plus récents.
Chaque anneau est actionné et entretenu à partir d’une chambre des machines, au moins sur les bateaux civils. Pour contenir des dommages, les navires militaires divisent chaque chambre des machines en quatre ou huit sections.
La perte de nœuds due aux dommages de bataille semble affecter les possibilités d'accélération d'un vaisseau plus sévèrement si tous les nœuds détruits sont dans le même anneau. Par exemple, perdre douze nœuds de l'anneau avant est plus mauvais que perdre six de chacun. Pour les bateaux civils, la perte d'un anneau entier empêchera l'utilisation de l'autre. C'est un effet secondaire de leurs bandes d'effort simple. On peut supposer que, sur les vaisseaux de guerre, chaque anneau projette une couche sur une moitié de la propulsion.

Les missiles antinavire utilisent également des propulsions par impulsion ; rien n'est assez rapide autrement. Les missiles sont construits pour supporter une accélération énorme et leurs propulseurs sont actionnées à des niveaux suicidaires, avec des missiles capables d’accélérations allant jusqu’à 95 000 pesanteurs. C'est ce qui fait que les missiles ont une résistance de vol d'environ trois minutes.

Compensateurs d'inertie[modifier]

Au vu des accélérations produites par les vaisseaux, tous ce qui se trouvent à bord, notamment les humains devraient se retrouver sous forme de gelée rougeâtre sur les murs. Pour compenser ce fâcheux problème, les ingénieurs utilisent un compensateur d'inertie, une machine qui en quelque sorte pompe l'énergie que devrait ressentir tous éléments internes du vaisseau lors de ces accélérations pour la rediriger vers l'extérieur sous forme d'ondes gravitiques.

Boucliers antiparticules - Boucliers antiradiations[modifier]

Le milieu interstellaire n'est pas absolument vide, il subsiste quelques particules, or du fait des vitesses élevées que produisent les vaisseaux spatiaux, la vitesse relative de collision entre particule et vaisseau est très importantes donc l'énergie cinétique dissipée lors de l'impact est aussi très importantes surpassant les capacités de résistances du matériau de la coque. Donc le recours à des boucliers antiparticules est primordial. De même les radiations qu'il est possible de rencontrer dans l'espace peuvent avoir de hautes énergies et donc des effets très dangereux sur le métabolisme humain ainsi que des possibilités de fragilisation des matériaux donc on a aussi recours à un bouclier anti-radiation.

Vase magnétique[modifier]

Articles détaillés : Tokamak et Fusion nucléaire#Fusion contrôlée.

Afin de maintenir le confinement lors de la réaction de fusion qui a lieu dans les réacteurs fournissant la puissance nécessaire aux vaisseaux, ils utilisent un champ magnétique d’où le nom de vase magnétique.

Autres[modifier]

  • Antigravité
  • Bobine gravitique
  • Détecteur de gravité
  • Générateur de gravité
  • Hyperpropulsion
  • Combinaison antivide - combinaison souple antivide
  • Servomécas

Militaire[modifier]

Les petits vaisseaux tels que des navettes et pinnaces n'emploient pas le même armement que les vaisseaux spatiaux, mais de plus grandes versions des armes personnelles. Ils ne sont pas prévus pour combattre des vaisseaux spatiaux. Dans ‘’L’Ombre Saganami’’ nous apprenons que les pinasses sont équipées de l'équivalent des lasers de point-défense des vaisseaux spatiaux, lesquels peuvent tout à fait être mortel, à courte portée, pour les vaisseaux marchands non blindés.

Armes à énergie[modifier]

Laser[modifier]

Les lasers sont l'arme à énergie la plus commune. Leurs objectifs sont de plusieurs mètres de diamètre ; ils ont une portée utile d'environ 1 000 000 kilomètres (500 000 kilomètres contre des cibles avec des parois latérales). Une majorité de vaisseaux ont aussi des groupes d’équipement de poursuite, constitués de plus petits lasers, comme défense antimissile. Dans les marines modernes, les lasers de l’équipement de poursuite ont remplacé les plus anciens équipements de poursuite à projectiles. Dans ‘’Shadow of Saganami’’, on l'indique que les lasers de flanc d'un bateau peuvent se déployer hors du vaisseau en fixant leurs objectifs dans des orifices de la paroi latérale. Il est aussi établit que les objectifs ne sont pas optiques mais gravitiques. Contre des lasers et des grasers, la paroi latérale est la première ligne de la défense.

Le laser à faisceau directif est utilisé pour la communication entre vaisseaux à courte distance.

Graser[modifier]

Article détaillé : en:Gamma-ray laser.

Lasers fonctionnant dans la gamme des rayons gamma. Énormément supérieur en puissance et en taille par rapport aux lasers, les Grasers sont souvent en petit nombre sur les plus petits vaisseaux. Le nom est une abréviation de l’anglais ‘’gamma ray amplification by stimulated emission of radiation’’ (amplification de rayons gamma par l'émission stimulée de rayonnement).

Contre des lasers et des grasers, la paroi latérale est la première ligne de la défense.
Les nouveaux BALs (LACs) de la Marine royale de Manticore comportent en armement un simple Graser possédant la taille et la puissance d'un Graser de croiseur cuirassé. Pour mettre la taille en contexte, un vaisseau pesant 20 000-30 000 tonnes peu seulement porter un seul Graser et deux tubes de missile avec une soute de chargement d'environ cent contre-missiles. Quand le Graser est retiré du VAL, comme vu dans les VAL de classe Furet, soute de chargement énormément supérieur peut être ajouté, comme aussi un générateur de bande arrière en plus de la bande avant.

Lance gravitique[modifier]

La lance gravitique est énorme, d’utilisation rapprochée et exige presque la totalité de la puissance des vaisseaux pour sa mise à feu. Cependant, c'est la seule arme conçue pour endommager des parois latérales, et elle est tout à fait efficace contre elles. L’Amiral Sonja Hemphill a favorisé cette arme dans la MRM.

Crippler[modifier]

Semblable, mais avec une portée plus étendue, à la lance gravitique, le Crippler induit un courant dans le système de propulsion des navires qui grille certaines composantes clés, enlevant la défense passive primaire du bateau (propulseur par impulseur) et le laissant incapable de se déplacer. Fortement efficace contre les bateaux marchands, le Crippler est inefficace contre des vaisseaux de guerre de par les différences entre les propulseurs par impulseur de catégorie courante et de catégorie militaire.

Torpille à énergie[modifier]

En fait ce ne sont pas réellement des torpilles, ce sont des masses de plasma s’auto-entretenant et qui peuvent être projetées contre des cibles à des distances pouvant aller jusqu'à 300 000 kilomètres. Elles sont très destructives et d’une capacité de tir élevée, mais sont complètement arrêtées par des parois latérales.

Missiles[modifier]

Les armes les plus communes sont les missiles à propulsion par impulseur. La masse typique d'un missile est de 80 tonnes et il peut accélérer à 46 000 G pour 180 secondes avant que sa propulsion ne grille, donnant un rayon d’action de vol de plus de six millions de kilomètres. Naturellement, dans l'espace, il est possible d'atteindre une cible au-delà de cette distance, mais il est très facile d'éviter un missile balistique. Même dans le rayon d’action, les contre-mesures électroniques et les systèmes d’évitement, équipement de poursuite et contres-missiles, sont efficaces, et un coup direct sur un vaisseau se défendant est fondamentalement impossible. Les missiles tournoient en vol pour rendre plus difficile pour les lasers de l’équipement de poursuite de cibler facilement leur impulseur.
Les missiles peuvent être arrêtés par différents moyens : utilisation de contre-missiles, lasers de groupes de poursuite, et brouilleurs.

Lors de la période d'Édouard Saganami, les missiles employaient des ogives à fusion dans la gamme de la mégatonne. De telles armes devaient arriver très près de la cible pour faire des dommages, et l’équipement de poursuite s'améliorait. L'ogive nucléaire a été remplacée comme tueur de vaisseau par la tête laser. Cette arme emploi un rayonnement électromagnétique d'énergie élevée produit pendant une explosion nucléaire pour alimenter environ vingt-cinq lasers à rayon X. Lorsque le rayonnement initial entre dans le milieu d’augmentation, les rayons gamma sont amplifiés et mis a feu, après quoi le milieu d’augmentation sera détruit par les répercussions de l'explosion, ce qui a pour résultat un bref évasement de multiples rayons laser gamma de forte énergie. À la différence d'une ogive à fusion, des dommages significatifs peuvent être occasionnés à tout ce qui se trouve à moins de 25 000 kilomètres de la détonation. Le missile à tête laser est plus efficace pour pénétrer les parois latérales qu'une pure explosion de fusion (dans la réalité, cette arme - mais avec une performance plus faible - a été conçue par le Édouard Teller ; il l'a appelée « projet Excalibur »). À l’époque des romans, les vaisseaux spatiaux emportent la plupart du temps des têtes à laser, quelques ogives nucléaires, et quelques missiles de guerre électronique.

Durant la série, les avances en technologie de vaisseau de guerre incluent le développement du MPM (missile à propulsion multiple). D'abord construit par les chercheurs de Manticore, ces missiles emploient l’antique concept de la propulsion en plusieurs étages. Ils ont des rayons d’action de l’ordre de trente millions de kilomètres. Ils ne peuvent pas être portés par de petits vaisseaux, mais c'est une limitation mineure. Quand ils ont été utilisés la première fois, ils ont rendu la Marine royale de Manticore presque invincible et ont contribué considérablement à sa victoire dans la première guerre avec le Havre. Pendant l'armistice de cinq ans, Havre a copié l'arme.

Contre les cibles immobiles, aucune ogive n'est nécessaire. Un vaisseau peut approcher la cible à 0,8 c (c : vitesse de la lumière) et lancer des missiles qui accélèrent à 0.99 c. À cette vitesse, même les ogives nucléaires sont injustifiées ; l'énergie cinétique des missiles peut détruire une planète. Cette forme de bombardement stratégique est interdite par l'Édit d'Éridani, imposé par la Ligue solarienne avec comme pénalité la perte de souveraineté.

Les tubes de missile ressemblent à d’énormes lanceurs d'impulsion - ils emploient l’anti-gravité pour lancer le missile, lui donnant une poussée. Ils n'ont pas été toujours conçus de cette façon ; elle a été développée comme amélioration pour parer l'efficacité croissante de l’équipement de poursuite.
Avant ce développement, les capsules de missiles (capsules parasites) existaient : des amas de lanceurs à usage unique été conçu pour être remorqués par le faisceau de traction. Quand les tubes de lancement de masse ont été développés, ils ne pouvaient pas être adaptés aux capsules, les rendant obsolètes.
Au début de la première guerre havrienne, la Marine royale de Manticore a développé un conducteur de masse miniaturisé qui pourrait être adapté dans une capsule. Immédiatement, les capsules sont devenues cruciales à la guerre, car un vaisseau pouvait remorquer des capsules contenant bien plus de tubes que son flanc. Mais ces capsules ne pouvaient pas être rechargées dans des conditions de combat, ceci faisait de la première salve d'une bataille était décisive. La dynamique de la guerre a encore changée avec la conception des vaisseaux « poseurs de capsules ». Ces navires ont sacrifié l'armement de chasse arrière, de l'espace considérable en soute de chargement, et de l'intégrité structurale pour stocker les énormes supports de capsules de missile à usage unique. Sur chaque flanc, un nouvel ensemble de capsules peut être lâché, mis à feu, et abandonné. Maintenant, les vaisseaux peuvent emporter une puissance de feu suffisante en missile pour détruire un nombre de navires ennemis considérablement supérieurs. La production en poseurs de capsules est prédominante parmi les nouveaux supercuirassés, et les premiers croiseur de bataille porteurs de capsules sont mis en service.

Les tubes de missile se sont également améliorés. Maintenant, ils ont des champs de feu beaucoup plus larges. Quelques navires, tels ceux de la classe Édouard Saganami-C, ne comportent aucun tube de missiles avant ou arrière, car les lanceurs de flanc peuvent couvrir le plan horizontal en entier.

Une autre avancée par rapport aux poseurs de capsules standards est le système Apollo, déployé en nombre très limité par Manticore seulement lors du roman ‘’At all cost’’. Dans ce système, la salve d'une simple capsule contient deux types de missiles. Huit des missiles sont des MPM standards avec une variété de différentes têtes d'ogives et de contre-mesure électronique. Le deuxième type est un missile plus grand équipé d'un lien de télémétrie à la vitesse de la lumière (FTL) au lieu d'une ogive ; ce missile agit en tant que nœud de commande pour les huit autres missiles dans la capsule et permet à un vaisseau équipé du système ‘’Trou de la serrure II’’ de contrôler efficacement en temps réel les missiles durant leur trajet.

Les anti-missiles sont beaucoup plus petit que les missiles tueurs de vaisseaux, et sont habituellement mis à feu à partir de lanceurs spéciaux. Il est possible d’en lancer de nombreux dans une enveloppe standard de missile, comme dans le cas des cartouches des fusils de chasse. Les anti-missiles n'ont aucune ogive ; ils essayent simplement de croiser la propulsion par impulseur des missiles de l'attaquant. Ce croisement est fatal aux deux missiles.

Autres matériels[modifier]

Drones de reconnaissance[modifier]

Petits éléments indépendants, rendus peu visibles aux radars des vaisseaux pour éviter leur destruction, ils permettent de récolter des informations précieuses sur un vaisseau adverse situé au-delà de la portée des capteurs du vaisseau largueur. Le but est de récolter des informations sans se mettre en mouvement pour ne pas dévoiler sa présence et sa position. Ils ont connu un développement intéressant sur Manticore quand les améliorations technologiques ont permis d'implanter des générateurs gravitiques, rendant possibles des échanges de données et des communications supraluminiques. Ils coûtent très cher.

Plateformes supraluminiques[modifier]

Ce sont des plateformes de récupérations d'information relativement identiques aux drones de reconnaissance mais conçu pour rester a postes fixes.

Armement individuel et armement au sol[modifier]

Armure de combat[modifier]

Le meilleur dans l'équipement défensif personnel est l'armure de bataille. Ce type d'exosquelette est invulnérable aux coups directs des grenades explosives.

Disrupteur[modifier]

Ce sont des armes ultrasoniques, considérablement moins destructives que les pulseurs. Honor Harrington a perdu son œil gauche à la suite d'un coup de disrupteur. Elle consiste à accélérer dans la direction de l'arme l'air grâce à des ondes sonores de fortes puissances.

Armes à plasma[modifier]

Ce sont des armes personnelles lourdes moins communes. Scotty Tremaine est un expert avec une carabine à plasma.

Pulseur[modifier]

Les pulseurs sont des conducteurs de masse utilisant la pesanteur plutôt que l'électromagnétisme pour conduire des projectiles. Un pistolet pulseur typique a un calibre de 2 millimètres et d'une vitesse de sortie de 2 000 m/s. Les « dards », nom sous lequel les projectiles sont connus, sont souvent équipés d’ogives explosives. Il n’a jamais été reporté de survivant à un coup de pulser. Les véhicules porteurs de pulseur peuvent avoir une énorme puissance du feu, jusqu'à 10 000 cartouches par seconde à partir d’un chargeur. Il est peu clair comment l'arme peut être chargée à ce taux, ou comment elle peut stocker assez de munitions.

Pistolets à fléchette ou fusil a Sagettes[modifier]

Semblable aux pulseurs, ces armes sont l'équivalent des fusils de chasse. Cela consiste à propulser une grande quantité de fléchettes métalliques avec une dispersion préalablement choisie. Arme extrêmement puissante à courte distance, elle déchiquette tout ce qui se trouve sur le chemin des fléchettes.

Missiles portatifs[modifier]

Semblable aux bazookas, ceux-ci portés sur l’épaule lancent des missiles à propulsion par impulseur avec une accélération de 3000 G. Comme avec les anti-missiles embarqués, le propulseur est l'ogive.



Autres articles de l'univers Honorverse : Comité de salut public (Honorverse), Flotte royale manticorienne, Manticore (Honorverse), Terre (Honorverse), Erewhon (Honorverse), Hadès (Honorverse), Armée royale de Manticore, Gryphon (Honorverse), Gendarmerie solarienne, Beowulf (Honorverse), Armée impériale andermienne, Méduse (Honorverse), Coup de vitesse, Fusiliers royaux de Manticore, Flotte spatiale graysonienne, Michelle Henke, Marine impériale andermienne, Masada (Honorverse), Marine populaire de Havre, Grayson (Honorverse)


Erreur Lua dans Module:Catégorisation_badges à la ligne 170 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).Erreur Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 189 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).


Autres articles du thème Science-fiction Science-fiction : Barney Isvarian, Demon Yäk, Chronologie de La Guerre éternelle, Confédération silésienne, Aymeric Harter, Cloud 9 (Battlestar Galactica), Marine impériale andermienne


Cet Article wiki "Technologie de l'Honorverse" est issu de Wikipedia. La liste de ses auteurs peut être visible dans ses historiques et/ou la page Edithistory:Technologie de l'Honorverse.


Les cookies nous aident à fournir nos services. En utilisant nos services, vous acceptez notre utilisation des cookies.