Bienvenue sur EveryBodyWiki ! Créez un compte ou connectez vous pour participer, améliorer ou créer un article, une biographie (la vôtre ?), une page entreprise...


Pierre Bolotte

De EverybodyWiki Bios & Wiki


Erreur Lua dans Module:Wikidata à la ligne 118 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).

Pierre Jacques Bolotte, né le 26 octobre 1921 à Neuilly-sur-Seine (département de la Seine à l’époque, département des Hauts-de-Seine depuis 1968), mort en mai 2008, est un haut fonctionnaire français[1].

Jeunesse et vie privée[modifier]

Pierre Bolotte est né le 26 octobre 1921 à Neuilly-sur-Seine[2]. Il est le fils du médecin général Marcel Bolotte et de son épouse Suzanne Fraisse[1]. Il fréquente des établissements parisiens (collège Stanislas, lycée Louis-le-Grand)[1]. Après des études de lettres (licence d'histoire, DES de philosophie), il est diplômé de l’École libre des sciences politiques[2],[1]. Le 19 décembre 1944, il épouse Anne-Marie Guion avec laquelle ils ont deux enfants[1].

Carrière administrative[modifier]

Il devient chef adjoint du cabinet (CAC) du préfet du Morbihan Roger Constant le [3] (donc sous le régime de Vichy) et, à la Libération, il poursuit sa carrière dans le corps préfectoral[4], et devient directeur du cabinet du ministre de l'Information Pierre-Henri Teitgen, puis de J. Schuller, commissaire de la République à Poitiers[2] en janvier 1945[1]. En août de la même année, il est nommé à Baden-Baden chef de cabinet d’Émile Laffon, administrateur de la zone d'occupation française en Allemagne[2],[1].

Il est appelé ensuite dans divers cabinets ministériels : ministère de la Reconstruction, de la Marine et celui du président du Conseil[2].

En 1950, il est envoyé en Indochine, dans le cabinet civil du maréchal de Lattre de Tassigny[2]. Il fait ensuite un passage à Pointe-à-Pitre au secrétariat général du département de la Guadeloupe (1951-1952), puis rentre en métropole comme directeur adjoint de plusieurs ministères[1].

Il retourne en Indochine en 1953, cette fois au cabinet de Marc Jacquet, ministre des Relations avec les États associés[2].

En 1954, avec le grade de sous-préfet de 1re classe[1], il est nommé chef de cabinet auprès du préfet chargé des relations de l’État français avec le Conseil de l'Europe, à Strasbourg[2].

En 1955, il est nommé sous-préfet de Miliana (à Miliana)[2],[1], chef d'état-major mixte[1] puis directeur de cabinet du préfet d'Alger[2],[1]. Il atteint le grade de sous-préfet hors-classe en 1956[1]. Entre 1958 et 1962, il est secrétaire général à la préfecture de Saint-Denis de la Réunion[2],[1] après un passage au ministère de la France d'Outre-mer[1]. Il franchit les grades : sous-préfet hors-classe spéciale (1961), puis hors-cadre (1962)[1].

De 1962 à 1965, il travaille au ministère de l'Intérieur, au cabinet du préfet J. Aubert, directeur de cabinet du ministre[2].

En 1965, il est nommé préfet de la Guadeloupe[2] puis passe préfet hors-cadre[1]. En poste à la Guadeloupe, il dirige la répression des manifestations des 26 et 27 mai 1967 en ordonnant l'ouverture du feu[5] sur les manifestants de la place de la Victoire[6]. La répression dure trois jours où toute personne de couleur sortant dans la rue peut se faire tirer dessus par les forces de l'ordre[6]. Les bilans vont de 7 morts (bilans officiels)[5] jusqu'à plus de 80 morts[7] (87 selon le secrétaire d’État aux DOM-TOM Georges Lemoine, en 1985, utilisant des sources administratives, dont les Renseignements généraux (RG))[6]. Trente gendarmes sont blessés[8].

En 1967, il est nommé secrétaire général à la Délégation générale à la recherche scientifique et technique (DGRST), où il reste deux ans, avant de devenir en 1969, le premier préfet du département de Seine-Saint-Denis, nouvellement créé[2]. Il y forme la première brigade anti-criminalité (BAC) à Saint-Denis en 1971[7].

Il est promu au grade d'officier dans l'ordre national du Mérite[9].

En 1974, il est nommé directeur général des collectivités locales au ministère de l'Intérieur. En 1977, il est nommé préfet de la région de Haute-Normandie[2] et de la Seine-Maritime[1].

En 1982, il est nommé conseiller maître à la Cour des comptes[2] puis prend sa retraite de la fonction publique en 1986[1].

Carrière politique[modifier]

En 1983, il est élu conseiller municipal, puis adjoint au maire du 16e arrondissement de Paris, jusqu'en 2001 où il décide de prendre sa retraite[2].

Il a exercé la présidence de l'Association pour la connaissance et la mise en valeur du patrimoine[2].

Décorations[modifier]

Commandeur de la Légion d’honneur[10], et de l’ordre national du Mérite, Croix de guerre 1939-1945, commandeur de l'ordre des Palmes académiques[1].

Décès[modifier]

Il est inhumé le 27 mai 2008[10].

Références[modifier]

  1. 1,00 1,01 1,02 1,03 1,04 1,05 1,06 1,07 1,08 1,09 1,10 1,11 1,12 1,13 1,14 1,15 1,16 1,17 1,18 et 1,19 Biographie de Pierre Bolotte, Who’s Who in France en ligne, page consultée le 15 février 2017.
  2. 2,00 2,01 2,02 2,03 2,04 2,05 2,06 2,07 2,08 2,09 2,10 2,11 2,12 2,13 2,14 2,15 2,16 et 2,17 Centre d'histoire de Sciences Po, Pierre Bolotte, notice biographique, consulté le 15 février 2017.
  3. René Bargeton, Dictionnaire biographique des préfets (septembre 1870-mai 1982), Archives nationales, , 555 p. (ISBN 2-86000-232-4), « Bolotte (Pierre Jacques) », p. 99-100.
  4. Jean-Marc Le Page, Les services secrets en Indochine, Nouveau Monde éditions, 528 p. (ISBN 9782369420248, lire en ligne)
  5. 5,0 et 5,1 Béatrice Gurrey, « Quarante ans de silence et toujours pas de bilan authentifié », Le Monde, 26 mai 2009, consulté le 15 février 2017.
  6. 6,0 6,1 et 6,2 François-Xavier Gomez, « « Mé 67 », la mémoire d'un massacre en Guadeloupe », Libération, 7 mai 2015.
  7. 7,0 et 7,1 Warda Mohamed, « Affaire Théo » : les violences et sévices sexuels perpétrés par des policiers sont-ils exceptionnels ?, Bastamag, 14 février 2017, consulté le 15 février 2017.
  8. Oana Panaïté, Reading Communities: A Dialogical Approach to French and Francophone, Cambridge Scholars Publishing, , 210 p. (ISBN 9781443898560, lire en ligne), p. 52
  9. Marchés tropicaux et méditerranéens, vol. 23, (lire en ligne), p. 316
  10. 10,0 et 10,1 Fred Réno, Jean-Claude William et Fabienne Alvarez, Mobilisations sociales aux Antilles: les évènements de 2009 dans tous leurs sens, KARTHALA Editions, , 370 p. (ISBN 9782811106508, lire en ligne), p. 346

Annexes[modifier]

Bibliographie[modifier]

  • Nouveau dictionnaire national des contemporains, t. 5, (notice BnF no FRBNF35251767)
  • René Bargeton, Dictionnaire biographique des préfets (septembre 1870-mai 1982), Archives nationales, , 555 p. (ISBN 2-86000-232-4), « Bolotte (Pierre Jacques) », p. 99-100.

Liens externes[modifier]

  • Erreur Lua dans Module:Autorité à la ligne 424 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).

Erreur Lua dans Module:Catégorisation_badges à la ligne 170 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).Erreur Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 189 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).


Autres articles des thèmes Politique française politique française ET Guadeloupe Guadeloupe : Maurice Saborin

Autres articles des thèmes politique française ET Seine-Saint-Denis Seine-Saint-Denis : Yassir Fichtali, Nicole Rivoire, Claude Pernès, Hervé Chevreau, Michel Teulet, Alfred-Marcel Vincent, Joseph Bouteila

Autres articles du thème Politique française politique française : Geoffroy Lejeune, Délégation Renaissance, Europartenaires, Observatoire régional de la santé de Guyane, Communication du président Macron, Jean-Marc Peillex, Nathalie Chiche

Autres articles du thème Guadeloupe Guadeloupe : Patrice Tacita, Bustacrime, Krys (musicien), La TV d'Orange Caraïbe, Blackartel, Chyco Siméon, Maurice Saborin

Autres articles du thème Seine-Saint-Denis Seine-Saint-Denis : Théâtre/Public, Institut universitaire de technologie de Paris VIII (Montreuil), Kalash Criminel, Sofiane (rappeur), Sauvegarde de Seine-Saint-Denis, Match de football Italie – France (1998), Académie de football de Bobigny

Cet Article wiki "Pierre Bolotte" est issu de Wikipedia. La liste de ses auteurs peut être visible dans ses historiques.