Bienvenue sur EveryBodyWiki ! Créez un compte ou connectez vous pour participer, améliorer ou créer un article, une biographie (la vôtre ?), une page entreprise...


Grégory Bakian

De EverybodyWiki Bios & Wiki


Grégory Bakian
Description de cette image, également commentée ci-après
Grégory Bakian sur la scène du Réservoir le 3 avril 2012.
Informations générales
Nom de naissance Grégory Tchoubaklian
Naissance (34 ans)
Marseille (Bouches-du-Rhône, France)
Activité principale Chanteur, auteur, éditeur, producteur, entrepreneur
Genre musical Variété française, pop rock
Années actives Depuis 2005
Labels Seiya Records (2011/2019), Nacarat Prod (depuis 2020)
Site officiel www.gregorybakian.com

Grégory Bakian, né le 13 juillet 1986 à Marseille, est un chanteur, auteur, éditeur, entrepreneur et producteur musical français, d’origine arménienne.

Biographie[modifier]

Jeunesse et débuts[modifier]

Grégory Bakian passe l’essentiel de son enfance à Nice, où ses parents tiennent un restaurant près de la Place Masséna, avant un retour à Bandol dans le Var, pour y vivre son adolescence[1].

Il pratique le karting en compétition junior entre 2001 et 2004 (champion de la Ligue régionale Provence-Alpes-Côte d'Azur, septième en Coupe de France et dixième au championnat national)[2]. En 2004, il intègre le championnat de Formule BMW monoplace mais il ne peut concourir faute de moyens financiers.

Durant ces années, Grégory Bakian côtoie de nombreux espoirs du sport automobile[3],[4], notamment Jules Bianchi, dont il fait la connaissance en 1994 à Antibes, après avoir intégré l'école du karting dirigée par Philippe Bianchi, le père de Jules[5].

Bifurquant vers la chanson, il fait son premier passage télévisé le 24 juin 2002 dans l’émission C'est mon choix.[6], puis se révèle quelques semaines plus tard pour sa première apparition sur scène lors d'un casting régional de Graines de star à Bandol (Var), qu’il remporte [6],[2],[7].

Il participe ce même été à plusieurs concours de chant dans le sud de la France dont il sort vainqueur, et à l’émission télévisée Fun TV Casting Tour présentée par Mélanie Kah et Lauryne Loft Story 2, avant de partir sur Paris étudier le chant et l’expression scénique aux côtés de Gérald Wagner[8].

En juillet 2004, il est lauréat de la première édition du festival de chansons françaises Festivali's à Saint-Zacharie [2], avec une interprétation de la chanson de Jacques Brel Amsterdam[9].

Je vis ma vie[modifier]

Il sort son premier single Je vis ma vie au printemps 2005[10], écrit et composé par Bernard di Domenico et réalisé par André et Patrick Hampartzoumian[11].

Révélation de l’année de la radio France Bleu Provence, ce premier single lui permet de rencontrer Mischa Aznavour, le fils de Charles Aznavour, producteur musical aux éditions Raoul Breton. Après une année de travail et de rencontres avec des auteurs compositeurs et d'enregistrements, orchestrée par Mischa Aznavour, il se crée son propre répertoire pour la scène[12].

Durant ces années, il étudie également le chant lyrique aux côtés de Pascal Aubert, ténor, chœurs dans l’orchestre philharmonique de Radio France, puis de Jean-Pierre Blivet.[13].

Au début de l'année 2007, il est l'invité de l'émission C'est mieux le matin et se produit le soir même en première partie de Patrick Fiori[14],[15] à l'espace Victor Hugo de Puget-sur-Argens. Peu après il est invité par Hélène Ségara pour chanter en duo avec elle le titre Vivo per lei[16],[17].

Au printemps suivant, il participe aux côtés de Laurent Fignon, au Rallye automobile et culture pour l'Arménie, organisé par l'association Sport Solidarité France Provence-Arménie dans le cadre de l'année de l'Arménie en France. Grégory Bakian donne 6 concerts, parmi d'autres artistes, à Lyon, Meximieux, Gap, Le Lavandou, Saint-Tropez et Marseille[18],[19].

En mars 2008, il assure la première partie du concert de Michel Fugain en Avignon [20], avant d'assurer celles de Liane Foly, Tina Arena et d'Hélène Ségara avec qui il partage à nouveau un duo lors du festival Sanary sous les étoiles [16].

Le 10 octobre 2009, Grégory Bakian se produit sur la scène de l'Opéra d'Avignon, pour la 16e édition du Gala Faire Face, présenté par Stéphane Bern et Bernard Montiel[21].

Auteur d’une tournée 2010 estivale, à l'occasion de laquelle il est programmé en première partie d'Amel Bent le 11 août à Port Barcarès [22], il crée avec des associés le label Seiya Records.

Ce qui ne tue pas nous rend plus fort[modifier]

Un premier single est finalisé en 2012[23] : Ce qui ne tue pas nous rend plus fort est coécrit avec Thierry Sforza et la musique est composée par Peer Åström et Aldo Nova. On y entend les cordes de l’orchestre symphonique enregistré au studio Davout par Steve Forward. La chanson est coréalisée par Grégory Bakian et Olivier Reine, et parrainée par Philippe Streiff[24], l’ancien pilote de Formule 1 devenu tétraplégique. Elle est dédiée à toutes celles et tous ceux qui se battent pour surmonter les épreuves de la vie, et rend hommage aux pilotes de légende qui risquent leur vie par passion de la course automobile. Le clip est tourné sur le Circuit Paul-Ricard du 15 au 18 septembre 2011, lors d'un meeting des World Series by Renault[24],[25].

Charles Aznavour offre une chanson inédite à Grégory Bakian, L’Adolescence, composée sur un texte de Michel Jourdan[26].

Grégory Bakian sur la scène de l'Alhambra de Paris le 20 octobre 2012.

Grégory Bakian donne son premier grand concert à Paris à l'Alhambra. À Marseille, il présente son single au Stade Vélodrome lors d’un match de ligue 1[16].

Invité à reprendre le volant les 7 et 8 septembre 2013 pour l’opération, Star de cœur, lors de la 71e édition du Grand-Prix d’Albi[27], il remporte la course en catégorie Fun Cup, neuf ans après son dernier départ en compétition officielle.

Le 28 septembre 2013 au Barcarès, il partage la scène avec Serge Lama et Nana Mouskouri lors de la Nuit de la Méditerranée, présentée par Bernard Thomasson[28].

Premier EP[modifier]

En 2014, paraît son premier EP éponyme, dont le titre Je Prends est extrait. Le texte est de François Welgryn et la musique de Christophe Balency, arrangée par Olivier Reine.

À l’été 2014, Grégory Bakian est l’invité de l’émission Village Départ[29], présentée par Laurent Luyat sur France 3, en direct de Besançon où Il interprète son titre, Ce qui ne tue pas nous rend plus fort. Ce même été, il assure avec succès quelques dates en première partie de Vincent Niclo et Patrick Sébastien.

Lors d’un Showcase au Réservoir[30], à Paris, le 14 octobre 2014[31], Grégory Bakian officialise devant les caméras de Canal + Sport et de nombreuses personnalités[32], sa collaboration avec Jacques Villeneuve. Le 29 avril 2015[33],[34] Emmanuel Petit[35],[36],[37], s’associe à la carrière du chanteur[38],[39].

Durant l’été 2015, il est à nouveau choisi par Patrick Sébastien pour assurer quelques dates en première partie de ses spectacles[40].

Grégory Bakian sur la scène du Zénith de Paris le 26 mars 2017.

Grégory Bakian s’est produit le 29 janvier 2016 sur la scène de l’Alhambra[41], à Paris, le 15 octobre 2016 à l'Opéra d'Avignon[42],[43], le 25 février 2017 à l'Espace Julien[16],[44], à Marseille, la ville qui l'a vue naître, et le 26 mars 2017 au Zénith Paris – La Villette pour la première cérémonie des Armenian Europe Music Awards, retransmise sur Arménie 1, première chaîne d’Arménie, avec son titre, L’Adolescence, offert par Charles Aznavour.

Il donne un concert le 18 décembre 2017 au Théâtre Le Palace[13] à Paris devant près d’un millier de spectateurs.

Suite à la disparition de Charles Aznavour le 1er octobre 2018[45], le titre Maître Chanteur[46] que Grégory Bakian interprétait depuis plusieurs années lors de ses concerts, paraît chez Believe Digital.

Le 23 avril 2019, Grégory Bakian interprète les hymnes français et arméniens, ainsi que L'Adolescence, lors de l'inauguration de la Place Charles Aznavour à Clichy-la-Garenne, en présence de Patrick Devedjian et de l'ambassadeur de la République d'Arménie en France[47].

Discographie[modifier]

  • 2005 : Single « Je vis ma vie »
  • 2012 : Single « Ce qui ne tue pas nous rend plus fort » (Seiya Records/Believe Digital)
  • 2013 : Single « Je prends » (Seiya Records/Believe Digital)
  • 2014 : EP éponyme « Grégory Bakian » (Seiya Records/Believe Digital)
  • 2018 : Single « Maître chanteur » (Seiya Records/Believe Digital)

Palmarès[modifier]

  • 2002 : Lauréat du casting officiel M6 de Graines de star.
  • 2004 : Vainqueur de la 1re édition du Festivali’s spécial chanson française à Saint-Zacharie.
  • 2005 : Révélation jeune talent de l’année France Bleu Provence.

Divers[modifier]

Le 3 décembre 2018, Grégory Bakian est élu Vice-Président Exécutif de l’Association Polymusclés-63[48] présidée par le comédien Bernard Ménez, qui réunit de nombreuses personnalités du monde artistique, sportif et journalistique, et qui œuvre depuis 1963 à l’organisation d’événements sportifs, notamment le football, au profit d’actions à caractère caritatif et social en faveur de l’enfance handicapée.

Le 15 décembre 2018 à la Garde républicaine, Grégory Bakian est élevé au rang d'officier de la Ligue Universelle du Bien Public, rattachée à l'ONU depuis 1949 au titre d'ONG reconnue par l'UNESCO, et est nommé ambassadeur auprès des jeunes[49],[50].

Parcours sportif[modifier]

Automobile / Compétition - Licence Internationale FFSA / FIA

  • Participe à la dernière manche du championnat de France de Supertourisme[51] 2015 au Castellet sur le circuit Paul Ricard.
  • Vainqueur de la 71e édition du Grand-Prix d'Albi 2013 en Fun Cup[27].
  • Trophée Andros électrique à l’Alpe d’Huez[52],[53] (Championnat de France de courses sur glace), en 2013 à l'invitation de la société 2MO. "Meilleur Rookie" de la saison. 5e meilleur tour en course à 4 dixièmes de Franck Lagorce, ancien pilote de Formule 1 et pilote de développement de l'Andros Car.


Karting / Compétition - Licence National FFSA / FIA

  • Champion de Ligue PACA-Corse 2003 (5 victoires)[54]
  • Double finaliste de la Coupe de France des Régions 2002 et 2003
  • Trois années consécutives qualifié aux Championnats de France "Promo Junior" 2002, 2003 et 2004
  • 7e (1er pilote PACA-Corse) en finale de la Coupe de France des Régions 2003 à Besançon (devant le Champion de France en titre)
  • 13e (1er pilote PACA-Corse) en finale de la Coupe de France des Régions 2002 à Marcillat-en-Combraille (plus belle remontée de la finale, 32e sur la grille de départ)
  • 10e de la Coupe de la fédération au Championnat de France 2003 à Septfontaine (plus belle remontée de la finale, 26e sur la grille de départ)
  • Vainqueur du Trophée Julie Tonelli 2003 à Brignoles
  • Vainqueur du Trophée des Vendanges 2003 à Carpentras
  • 3e des Championnats de Ligue PACA-Corse 2002 et 2004
  • Inauguration de la piste de Karting du circuit Paul Ricard au Castellet le 6 décembre 2003
  • Participation au 2e Marathon Karting de Brignoles avec le team KART Mag (42h, 19mn et 50 sec. de course), les 17, 18 et 19 mai 2002 avec Jules Bianchi[55]
  • 2e des Trophées Jean Vial 2001 et 2002
  • "Meilleur Rookie" national 2001 (catégorie "Promo Junior")[56]
  • Pilote le plus présent à l'arrivée lors des finales du Championnat de Ligue PACA-Corse sur les saisons 2001, 2002, 2003 & 2004 avec 1 seul abandon (carburateur) en 16 courses
  • Vainqueur du Challenge "Nex Com" 2001 à Paris devant René Arnoux (ex pilote F1, Champion du Monde des constructeurs en 1983 avec Ferrari)[56],[57]

Entrepreneuriat[modifier]

Grégory Bakian crée en 2008 la société Artisport Productions qui programme en scène de nombreux artistes (Les Chevaliers du Fiel, Les Fatals Picards, Myriam Abel, Chimène Badi, Bob Sinclar, Ron Caroll, Michaël Canitrot, Jenifer), co-fonde en 2009 le label Seiya Records, essentiellement axé sur le développement de sa carrière musicale, et fonde en 2019 la société Artisport Consulting, agence de conseil, d'événementiel et de management, spécialisée dans les secteurs sportifs et artistiques, avec laquelle il conçoit notamment, Les Nuits d’Été[58],[59] La Provence[60] en 2019.

Voir aussi[modifier]

Liens externes[modifier]

Notes et références[modifier]


  1. « Un final en apothéose pour Grégory Bakian », Var matin, (consulté le 7 mai 2020)
  2. 2,0 2,1 et 2,2 Alexandre Borde, « Musique : Grégory Bakian, du karting à la chanson », Le Point, (consulté le 6 mai 2020)
  3. « Le chanteur Grégory Bakian en test au RKC », sur kartmag.fr, (consulté le 13 mai 2020)
  4. Le Livre d'Or de la Formule 1 2012, "Bakian, des podiums à la scène", Renaud de Laborderie & Agnès Carlier, Solar Éditions.
  5. Formule Magazine n°82 "Court Circuit", juin 2012, Pascal Dro.
  6. 6,0 et 6,1 Var-Matin "La consécration de Grégory Bakian", 9 août 2002, Michel Pasquini.
  7. « Grégory Bakian est le premier invité d’Antoine Et Les Meuchins ! », sur vl-media.fr, (consulté le 8 mai 2020)
  8. F1i Magazine n°71 "Coups de cœurs", Mai/Juin 2012.
  9. "La "voix" du succès pour le premier Festivali's", La Provence, 28 juillet 2004, Chantal Biava.
  10. « Grégory Bakian poursuit son ascension », Le Point,‎ (lire en ligne, consulté le 6 mai 2020)
  11. Platine magazine n°118, "En Bacs, En Vrac", Jean-Pierre Pasqualini, mai 2005.
  12. « Grégory Bakian : Sa belle rencontre avec Charles Aznavour, un vrai cadeau... », Purepeople, (consulté le 6 mai 2020)
  13. 13,0 et 13,1 « Grégory Bakian : En état de grâce au Palace, devant Manu Petit et les people. », Purepeople, (consulté le 8 mai 2020)
  14. "Patrick Fiori, la voix du sud, a fait sensation", Var-Matin, 2 février 2007, Eloïse Malet.
  15. "Grégory Bakian sur le devant de la scène", Var-Matin, 13 mars 2008, Erick Limpalaer.
  16. 16,0 16,1 16,2 et 16,3 « Marseille : Grégory Bakian en pole position. », La Provence, (consulté le 8 mai 2020)
  17. "Ségara-Bakian, un duo varois ce soir à Puget-sur-Argens", Var-Matin, 30 novembre 2007, Erick Limpalaer
  18. "En route pour l'Arménie", Var-Matin, 2 mai 2007, Sophie Louvet.
  19. "En l'honneur de l'Arménie", Var-Matin, 3 mai 2007, L.F.
  20. Le Dauphiné Libéré, "700 spectateurs pour voir Michel Fugain... et Grégory Bakian", 21 mars 2008, Joëlline Régné.
  21. "Un bouquet d'artistes pour "Faire Face", Charts In France, 1er octobre 2009, Thierry Cadet.
  22. Platine Magazine n°173 "Concerts", Jean-Pierre Pasqualini, septembre 2010.
  23. « Ce qui ne tue pas nous rend plus fort -Single », sur music.apple.com (consulté le 6 mai 2020)
  24. 24,0 et 24,1 « Le clip de Grégory Bakian. », sur autohebdo.fr, Auto Hebdo, (consulté le 8 mai 2020)
  25. « Grégory Bakian : De la piste … à la scène ! », sur autonewsinfo.com, (consulté le 7 mai 2020)
  26. « Grégory BAKIAN - L'Adolescence - Charles Aznavour / Michel Jourdan (Page officielle de Charles Aznavour). », sur youtube.com, (consulté le 8 mai 2020)
  27. 27,0 et 27,1 « Grégory Bakian remporte la 71e édition du Grand-Prix d’Albi en Fun Cup ! », sur autonewsinfo.com, (consulté le 8 mai 2020)
  28. « Le BARCARES : Exposition autour de Charles Trenet au Lydia… et remise du Prix Nikos Gatsos de Poésie à Serge Lama au cours d’un dîner de gala en présence de Nana Mouskouri et de Charles Aznavour », sur ouillade.eu, (consulté le 9 mai 2020)
  29. « Grégory BAKIAN invité de l'émission "Village Départ" sur France 3. », sur youtube.com, (consulté le 8 mai 2020)
  30. « Interview Gregory Bakian – chanson française », sur paris-frivole.com, (consulté le 8 mai 2020)
  31. « Gregory Bakian : son premier EP présenté au Réservoir. », sur mcetv.fr, MCE, (consulté le 8 mai 2020)
  32. « Caroline Barclay et Katia Aznavour complices face au séduisant Grégory Bakian. », Purepeople, (consulté le 8 mai 2020)
  33. « Grégory Bakian poursuit son ascension », Le Point, (consulté le 8 mai 2020)
  34. « William Gallas et Emmanuel Petit - Grégory Bakian en concert au Reservoir à Paris, le 29 avril 2015. », Purepeople (consulté le 8 mai 2020)
  35. « Emmanuel Petit producteur du chanteur Grégory Bakian », Le Point, (consulté le 8 mai 2020)
  36. « Emmanuel Petit et Grégory Bakian - "Coup de cœur en chansons" (TV5 Monde) », sur youtube.com, (consulté le 8 mai 2020)
  37. « Du sport à la musique... Le protégé d'Emmanuel Petit se confie », Public, (consulté le 8 mai 2020)
  38. « Emmanuel Petit : « Je milite pour un football plus démocratique » », 20minutes (consulté le 8 mai 2020)
  39. « Exclu Vidéo : Grégory Bakian : Du sport à la musique... Le protégé d'Emmanuel Petit se confie (Public FR) », sur youtube.com, (consulté le 8 mai 2020)
  40. « Le populaire Patrick Sébastien a mis le feu à la Cascade. », La Provence, (consulté le 8 mai 2020)
  41. « Grégory Bakian, puissant à l'Alhambra », sur pureinterviewandevents.fr, (consulté le 8 mai 2020)
  42. « Semi-Exclusif - Sheryfa Luna et Grégory Bakian - Soirée L'Ultime Gala Faire Face à l'Opéra Grand Avignon. Le 15 octobre 2016 », sur purepeople.com (consulté le 6 juin 2020)
  43. « Grégory Bakian - L'Ultime Gala Faire Face », (consulté le 6 juin 2020)
  44. « Grégory Bakian à l'Espace Julien de Marseille », France Bleu, (consulté le 13 mai 2020)
  45. « Grégory Bakian sur C News le 5 octobre 2018 pour parler de Charles Aznavour, le jour de l'hommage national qui lui a été rendu suite à sa mort. », Purepeople (consulté le 8 mai 2020)
  46. « Grégory Bakian rend hommage à Aznavour », Var Matin, (consulté le 8 mai 2020)
  47. « 24 avril : Journée de commémoration nationale du génocide arménien. », sur ville-clichy.fr, (consulté le 8 mai 2020)
  48. « Les Polymusclés à l'honneur ! », sur grande-parade-des-pilotes.com, (consulté le 14 mai 2020)
  49. « Bakian officier de la Ligue Universelle du bien public », Var matin, (consulté le 14 mai 2020)
  50. « Grégory Bakian fait officier de la Ligue universelle du bien public. », sur sfrpresse.sfr.fr, (consulté le 14 mai 2020)
  51. Setbon Azria, « De la chanson à la piste », La Provence, (consulté le 7 mai 2020)
  52. « Grégory Bakian invité d'honneur du Trophée Andros 2013. », sur tropheeandros.com, (consulté le 14 mai 2020)
  53. « Andors Electrique : Grégory Bakian invité à l'Alpe d'Huez. », sur autonews.fr, (consulté le 14 mai 2020)
  54. Kart Mag n°74, "Conquérant", Jean-Gabriel Raymond, octobre 2003.
  55. Kart Mag n°59, "Marathon Karting à Brignoles", Jean-Gabriel Raymond, juin 2002.
  56. 56,0 et 56,1 Var-Matin, "Grégory l'étoile qui file !", 13 octobre 2001, Erick Limpalaer.
  57. Pilotages, "La force de la conviction", octobre/novembre 2001, René Martorell.
  58. « Les Tchatcheurs Julie Zenatti, Sandra Duhot, Grégory Bakian et Maxime », France Bleu, (consulté le 14 mai 2020)
  59. « Ange Paganucci Poline de Peretti Julie Zenatti Maxime et Grégory Bakian pour la tournée d'été de la Provence », France Bleu, (consulté le 14 mai 2020)
  60. « Julie Zenatti tête d'affiche de la tournée d'été La Provence 2019 », sur video-streaming.orange.fr (consulté le 14 mai 2020)

Erreur Lua dans Module:Catégorisation_badges à la ligne 170 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).Erreur Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 189 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).


Autres articles des thèmes Sport automobile sport automobile ET Endurance automobile Endurance automobile : Frédéric Fatien, Julien Rambeaud, RC Design

Autres articles du thème Musique musique : Discographie de Mini Mansions, Carolina Kopelioff, Jean Herard Richard, Ev (album), Kenta Nagata, Vybz, L'Autre (album de Marie Carmen)

Autres articles du thème Sport automobile sport automobile : Xavier Lloveras, Patrice Ratti, Monster Truck Throwdown, Calmels Sport, Julien Rambeaud, Frédéric Fatien, Hadrien David

Autres articles du thème Endurance automobile Endurance automobile : Frédéric Fatien, RC Design, Julien Rambeaud

Autres articles du thème France France : Philippe Boisnard, Jean-Jacques Charbonier, Didier Argueil, Amaury Média, Stéphane Delalandre, Hélène Alsmann, Michel Pichol


Cet Article wiki "Grégory Bakian" est issu de Wikipedia. La liste de ses auteurs peut être visible dans ses historiques et/ou la page Edithistory:Grégory Bakian.