Bienvenue sur EveryBodyWiki ! Créez un compte ou connectez vous pour participer, améliorer ou créer un article, une biographie (la vôtre ?), une page entreprise...


Affaire Mia

De EverybodyWiki Bios & Wiki


Affaire Mia
Village de Les Poulières, lieu de déclenchement de l'affaire
Village de Les Poulières, lieu de déclenchement de l'affaire

Nature du crime Enlèvement
Type de crime Enlèvement d'une mineure de quinze ans[alpha 1]
Pays de lieu du crime Drapeau de la France France
Ville Les Poulières (Vosges)
Pays associé Drapeau de la Suisse Suisse
Date du crime
Jugement
Statut Enquête en cours
Date du jugement Non fixée

L'affaire Mia est une affaire criminelle française qui a pour point de départ l'enlèvement sans violence de Mia Montemaggi, fillette âgée de huit ans, par trois hommes, le mardi .

Ce kidnapping s'est déroulé dans la maison de la grand-mère de l'enfant, sur le territoire de la commune des Poulières, un petit village situé dans un secteur rural et montagneux du département français des Vosges, dans la région Grand-Est. Il a très rapidement entrainé le lancement d'une opération Alerte enlèvement par les autorités judiciaires françaises.

Le , soit cinq jours plus tard, la petite fille est retrouvée avec sa mère sur le territoire de la commune suisse de Sainte-Croix, dans le canton de Vaud, non loin de la frontière franco-suisse.

Au-delà de cette affaire d'enlèvement de mineure et selon les premiers éléments de l'enquête, de nombreux protagonistes sont également soupçonnés d’appartenir à différentes sphères complotistes, objets d'une surveillance de la part de la direction générale de la sécurité intérieure. Un mandat international est lancé à l'encontre d'un organisateur supposé de l'enlèvement, un Français réfugié en Malaisie.

Chronologie des faits[modifier]

Le , une fillette de huit ans, prénommée Mia, a été enlevée par trois hommes vers 11 h 30 sur le territoire de la commune de Les Poulières, au sud-ouest de Saint-Dié-des-Vosges dans le département français des Vosges.

Selon les premiers éléments de l'enquête, la fillette a été soustraite de la garde de sa grand-mère, puis emmenée dans une voiture. Une description des trois hommes a été donnée par la grand-mère et son entourage. Les auteurs de l'enlèvement sont tous trois de type européen, dont deux sont âgés entre 25 et 35 ans, dont l’un serait porteur d’un tatouage en forme de croix au niveau du cou, et un troisième âgé de 45 à 50 ans.

Le dispositif Alerte-Enlèvement, lancé le soir même qui suit le kidnapping, est finalement levé vers minuit sur décision du procureur d’Épinal, sans que la fillette ne soit retrouvée[1].

Après de nombreuses arrestations successives de plusieurs personnes venues d'horizons différents et qui ont planifié cette opération en commando, il s'avère que ces individus appartiennent à la mouvance survivaliste. Finalement le au matin, la petite fille et sa mère sont retrouvées dans un squat situé sur le territoire de la commune suisse de Sainte-Croix[2].

Enquête judiciaire[modifier]

Palais de justice d'Épinal, lieu de la première conférence de presse lié à l'affaire Mia.
Le territoire de la commune suisse de Sainte-Croix (carte) est situé à proximité immédiate de la frontière française.

Dés le , Nicolas Heitz, le procureur de la République d’Épinal a tenu une conférence de presse au palais de justice de la ville afin de revenir sur les conditions de la disparition de Mia.

Le magistrat confirme les premières informations données sur l'enlèvement et précise en outre que des documents avec l’en-tête du ministère de la justice ont été présentés par les ravisseurs à la grand-mère, afin de mettre en confiance cette femme titulaire du droit de garde de la petite fille. Ils lui assurent devoir emmener la petite Mia à un lieu de rendez-vous où elle pourra rencontrer sa mère. Peu de temps après leur départ, la grand-mère, prise d’un doute, s'informe auprès des autorités et alerte la gendarmerie. Selon les premiers éléments de l'enquête, la mère de Mia, Lola Montemaggi, pourrait être impliquée dans l'enlèvement. Le procureur annonce également, ce même jour, que la perquisition, menée ce matin à son domicile d’Épinal, n’a pas permis de retrouver cette maman à qui les autorités judiciaires avaient retiré la garde de l'enfant, jugeant son comportement inquiétant vis-à-vis de l'enfant[3].

Le , quatre hommes ont été interpellés par le GIGN. Ils sont suspectés d'avoir participé à l'enlèvement de Mia. L'un deux, âgé de 58 ans, a été interpellé à son domicile parisien. Un autre homme a été interpellé aux Lilas (Seine-Saint-Denis) et un troisième à Varreddes (Seine-et-Marne). Après leur interpellation, ils ont été transférés à Épinal où ils sont entendus par les gendarmes de la SRPJ de Nancy[4].

Le , la DGSI annonce que son service suivait de près les suspects identifiés et arrêtés par la police qui se révèlent faire partie de la mouvance complotiste et survivaliste et qu'elle avait été déjà alertée par un projet d'enlèvement d'enfant du côté d'Épinal. Une enquête préliminaire pour « association de malfaiteurs terroristes » les visait déjà[5].

Le , le procureur de Nancy, François Pérain, précise qu'un cinquième homme, âgé de 43 ans, suspecté d'avoir participé à la préparation de l'enlèvement de la petite fille, est appréhendé et doit être déféré le avec les quatre autres suspects interpellés les jours précédents[6].

Le , en fin de matinée, suite à la découverte du lieu où était caché la petite fille et à sa récupération par la police suisse, le procureur de la République de Nancy annonce au cours d'une brève allocution que « les investigations ont permis de déterminer que Lola Montemaggi avait passé une première nuit en Suisse, dans un hôtel à Estavayer-le-Lac, dans le canton de Fribourg, avant d’être hébergée par une femme à Neuchâtel et d’être déposée à cet immeuble squatté à Sainte-Croix. » Les investigations ont été menées par la police fédérale suisse en collaboration avec la police cantonale vaudoise, agissant sous l'autorité du parquet de Fribourg[7]. Sa mère a été immédiatement placée en garde à vue par les autorités judiciaires suisses[8].

Lors d'une nouvelle conférence de presse organisée dans l'après-midi, le procureur de Nancy précise que l'enlèvement de l'enfant a été extrêmement bien préparé, digne d'une opération militaire et avait même reçu un nom de code : « Lima »[9].

Les autorités françaises ont demandé l'extradition de la mère de la fillette et du ressortissant français arrêtés en Suisse. Selon le procureur du canton de Fribourg, Jean-Luc Mooser, le retour en France de Lola Montemaggi et de son complice pourrait être rapide, si ceux-ci ne s'opposent pas à cette extradition, opposition qui pourrait allonger la période de présence dans ce pays. La protection judiciaire de la jeunesse (PJJ) a été mandatée pour rapatrier l'enfant en France et le confier à sa grand-mère, qui avait déjà obtenu sa garde[10].

Le 23 avril, lors d'un point presse, le procureur de la République de Nancy précise qu'une femme originaire de l'Aude a été mise en examen pour « association de malfaiteurs en lien avec un crime » et placée sous contrôle judiciaire. En outre, la mère de Mia a été extradée ce même jour, tout comme l'autre ressortissant français qui l'a aidée à enlever sa fille[11].

Le 26 avril, le faux éducateur qui s'était présenté au domicile de la grand-mère avec deux autres hommes et surnommé « Basile » est, à son tour, interpellé, mis en examen et placé en détention provisoire. Une seconde personne, prénommé Bruno, est présenté au juge des libertés et de la détention qui doit statuer sur la mesure à prendre à son égard[12].

Profil des suspects[modifier]

La mère[modifier]

Dés le début des faits, le procureur de la République considère que la mère de la fillette est très probablement la commanditaire de l'enlèvement, même si elle n'était pas présente lors du déroulement des faits[13]. Selon le témoignage d'une amie, cette femme de 28 ans, prénommée Lola, admiratrice et supportrice du mouvement des gilets jaunes, prend la décision de prendre en charge la scolarité de sa fille à son domicile du fait de son rejet de la société[14].

Lors d'une interview diffusée sur BFMTV, son père confirme ce fait mais précise que cette prise en charge lui a été refusée. il précise en outre qu'un membre de sa famille a fait un signalement en décembre auprès des services sociaux, qui ont aussitôt prévenu le parquet d'Épinal[15]. Lors de sa conférence de presse, le procureur Nicolas Heitz précise que la mère de famille « refusait toute collaboration avec les services éducatifs et souhaitait vivre en marge de la société »[16].

Personnes « anti système »[modifier]

Les quatre hommes (surnommés « Jeannot », « Le Corbeau », « Bruno » et « Pitchoune »), suspectés d'être les complices de cette mère, sont présentés par les enquêteurs comme appartenant à la mouvance survivaliste et pourraient être proches des milieux de « l’ultra-droite »[alpha 2],[17]. Proches des milieux complotistes et antisystèmes, ces quatre personnes font également l'objet d'une enquête préliminaire menée par le parquet national antiterroriste (PNAT) pour association de malfaiteurs terroriste[18]. Un cinquième homme (surnommé « Roméo »), puis un sixième (« Bouga ») ont également été interpellés suite à la découverte du lieu où s'était réfugiée la mère de l'enfant[19]. Une retraitée résidant dans l'Aude, prénommée « Harmonie », a également été mise en examen le 23 avril pour « association de malfaiteurs en lien avec un crime » et placée sous contrôle judiciaire[20]. Le 24 avril, Jérôme S., alias « Basile », le dernier kidnappeur présumé encore recherché, est arrêté et placé en détention le 26 avril[21]. Il est accusé d'avoir participé à l'organisation de l'enlèvement, et de s'être fait passer pour un des deux faux travailleurs sociaux le 13 avril. Ancien « coach mental », il appartient également à la mouvance antisystème et complotiste.[22].

Organisateur supposé[modifier]

Présenté comme un gourou, ou, du moins comme un influenceur, le nom de Rémy Daillet-Wiedemann, ancien président du MoDem en Haute-Garonne (parti dont il a été exclu en 2010 et fils de l'ancien député UDF, puis UDC, Jean-Marie Daillet[23]), exilé depuis plusieurs années à Langkawi en Malaisie[24], est évoqué par la presse qui annonce que cet homme fait l'objet d'un mandat d’arrêt international par la justice française qui le soupçonne d’être l'organisateur du kidnapping de la fillette[25],[26].

Personnalité de la sphère complotiste, cet homme est présenté par le juge d'instruction chargé de l'enquête comme ayant « un rôle dans l'organisation de l'enlèvement et aurait ainsi fourni les coordonnées de l'accueillante de la mère et de l'enfant à Neuchâtel »[27].

Mise en cause conspirationniste de l'aide sociale à l'enfance[modifier]

Le grand-père de l'enfant kidnappé, ainsi que le complotiste Rémy Daillet-Wiedemann, considéré par la justice comme le supposé organisateur du rapt, mettent, tous les deux, en cause les services départementaux de l'aide sociale à l'enfance qu'ils considèrent comme pratiquant des « placements abusifs d’enfants », alors que ces mineurs sont confiés à ces services sur décision de justice[28],[29]. Les accusations autour des placements d'enfants sont assez rependues dans les sphères complotistes, notamment dans la mouvance QAnon[30]'[31]'[32].

Couverture médiatique[modifier]

Le lancement de la procédure Alerte enlèvement par le ministère de la justice française fait connaître cette affaire dans les médias. Un grand nombre de chaînes de télévision en France affiche un bandeau déroulant présentant le détail du kidnapping ainsi que le signalement de la fillette et de ses présumés ravisseurs, ainsi que celui de sa mère. Au bout de treize heures qui marquent la fin de la procédure, plus de trente signalements ont été effectués auprès des autorités judiciaires et les chaînes de télévision retirent le bandeau d'alerte[33].

Durant les jours suivants, le procureur entretient la médiatisation de l'affaire en précisant que même si les ravisseurs présumés ont été interpellés, l'enfant est toujours introuvable et présentée comme étant en danger. Il annonce que la photo de Mia sera diffusée dans les médias jusqu'à ce qu'elle soit retrouvée[34].

En France, la presse télévisuelle et la presse écrite évoquent l'affaire très rapidement, relayées par des médias d'information étrangers, telles que le site de RTL Television, en allemand[35], la BBC[36], la Tribune de Genève[37] ou La Libre Belgique[38].

Au-delà de ce simple kidnapping, la particularité des ravisseurs et de leurs complices se déclarant en fait plutôt « contre l'État, contre la dictature sanitaire, contre la vaccination[39] », tous assimilés, sans trop de recul, à la mouvance survivaliste, a entrainé certains médias à s'intéresser aux activités des personnes qui se préparent à une catastrophe éventuelle dans un avenir considéré comme extrêmement proche[40].

L'affaire est relatée dans l'hebdomadaire satirique Charlie hebdo, dans son numéro du 28 avril 2021, qui évoque le « problème » lié au fait que la mère fut accueillie dans un squat suisse plutôt orienté « gauche alter­native » et l'idéologie d'extrême-droite du cerveau de l'opération[41].

L'émission d'investigation et d'information hebdomadaire 66 minutes, diffusée sur M6, présente un reportage de quinze minutes (dénommé Affaire Mia : la dérive d'une mère) sur cette affaire. Deux journalistes (Doris Henry du Parisien, et Sergio de Gouveia de Vosges Matin), ainsi que l'avocat Stéphane Giurana, sont interviewés. Côté famille le grand-père maternel, prénommé Claude et la grand-mère maternel s'expriment également à la fin du reportage. Le nom de Rémy Daillet est également évoqué[42].

Notes et références[modifier]

Notes[modifier]

  1. « Enlèvement d’un mineur de quinze ans » est un terme de droit pénal contenu dans l'article 227-25 du Code pénal qui signifie dans le langage courant « enlèvement d'un mineur de quinze ans ou moins » ; ce terme convient donc au cas de l’affaire Mia car la fillette avait huit ans le jour où elle a été enlevée.
  2. fait que nuancera le procureur lors de la conférence de presse du .

Références[modifier]

  1. Nathalie Broutin, « Dans les Vosges, Mia, une fillette de 8 ans enlevée par trois hommes, l'alerte enlèvement est levée », sur France Bleu, (consulté le 21 avril 2021).
  2. Martial Mehr, « Affaire Mia - La petite fille de 8 ans et sa mère retrouvées en Suisse », L'Indépendant, (consulté le 21 avril 2021).
  3. Sacha Martinez., « Enlèvement de Mia, 8 ans : ce que l’on sait », Ouest-France, (consulté le 21 avril 2021).
  4. Simon Louvet, « Enlèvement de Mia : ce qu'on sait des trois suspects interpellés à Paris et en Île-de-France », sur Actu.fr, actu.fr, (consulté le 21 avril 2021).
  5. « Enquête. Affaire Mia : la DGSI était au courant d'un projet "d'enlèvement d'une enfant à Epinal" », sur www.leprogres.fr, Le Progrès, (consulté le 21 avril 2021).
  6. Hugo Septier, AFP, « Enlèvement de Mia: un cinquième suspect a été interpellé vendredi », sur BFM TV, (consulté le 21 avril 2021).
  7. Jennifer Franco, « Affaire Mia : la fillette de 8 ans enlevée a été retrouvée avec sa mère en Suisse », Midi libre, (consulté le 21 avril 2021).
  8. AFP, « Enlèvement de Mia: la fillette retrouvée dans un squat en Suisse avec sa mère », Le Figaro, (consulté le 21 avril 2021).
  9. Cathy Soun, « Haine de l'Etat et dictature sanitaire : comment les ravisseurs de Mia ont monté leur « opération militaire » », sur midilibre.fr, (consulté le 21 avril 2021).
  10. « Enlèvement de Mia : l'extradition de la mère peut être rapide, s'il n'y a pas d'opposition de sa part », sur LCI, (consulté le 21 avril 2021).
  11. [https://france3-regions.francetvinfo.fr/occitanie/aude/carcassonne/affaire-mia-une-retraitee-de-l-aude-mise-en-examen-pour-association-de-malfaiteurs-en-lien-avec-un-crime-2060167.html Site france3-regions.francetvinfo.fr, article "Affaire Mia : une retraitée de l'Aude mise en examen pour association de malfaiteurs en lien avec un crime", consulté le 24 avril 2021.
  12. Site france3-regions.francetvinfo.fr, article "Affaire Mia : Basile, l'un des faux éducateurs arrêté en Meurthe-et-Moselle a été mis en examen et placé en détention", consulté le 27 avril 2021.
  13. « Vosges. Mia toujours recherchée : les trois hommes arrêtés déclarent que la mère est à l'origine de l'enlèvement », L'Alsace, (consulté le 21 avril 2021).
  14. « Gilets jaunes, anorexie, complotisme : comment Lola Montemaggi, la mère de Mia, a basculé en marge de la société », Midi libre, (consulté le 21 avril 2021).
  15. Esther Paolini, « "C'est bien, ce que t'as fait": le grand-père de Mia apporte son soutien à sa fille, suspectée d'avoir commandité le rapt », sur BFM TV, (consulté le 21 avril 2021).
  16. « Enlèvement de Mia : la mère Lola Montemaggi et sa fille pourraient être parties à l'étranger » [vidéo], Midi libre, (consulté le 21 avril 2021).
  17. Antony Speciale, « Enlèvement de Mia dans les Vosges : les quatre suspects présentés à un juge d'instruction », sur actu.fr, (consulté le 21 avril 2021).
  18. Cécile Ollivier et Ambre Lepoivre, « Affaire Mia: pourquoi les quatre suspects étaient déjà visés par une enquête de la DGSI », sur BFM TV, (consulté le 21 avril 2021).
  19. R. G.-V., « Sept personnes ont été arrêtées en France et en Suisse », 20 minutes, (consulté le 21 avril 2021).
  20. « Affaire Mia : une retraitée de l'Aude mise en examen pour "association de malfaiteurs en lien avec un crime" », sur France 3 Occitanie (consulté le 25 avril 2021)
  21. « Enlèvement de Mia : le récit aux enquêteurs de complotistes passés « du virtuel au réel » », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 26 avril 2021)
  22. AFP, « Affaire Mia: "Basile", le dernier kidnappeur présumé, arrêté et placé en détention », L'express,‎ (lire en ligne)
  23. Cécile Deffontaines, « Qui est Rémy Daillet-Wiedemann, ce complotiste soupçonné d’être à l’origine de l’affaire Mia ? », L'Obs, (consulté le 21 avril 2021).
  24. « Enlèvement de Mia. Rémy Daillet se trouve bien en Malaisie, le pays prêt à coopérer avec la France », sur www.leprogres.fr (consulté le 22 avril 2021)
  25. « Qui est Rémy Daillet-Wiedemann visé par un mandat d'arrêt international après l'enlèvement de Mia », sur Le HuffPost, (consulté le 21 avril 2021).
  26. Yves Calvi, « Qui est Rémy Daillet-Wiedemann, le "gourou" lié à l'enlèvement de Mia ? », sur RTL.fr, (consulté le 21 avril 2021).
  27. AFP, « Enlèvement de Mia : un mandat d'arrêt lancé contre Rémy Daillet-Wiedemann, un complotiste soupçonné d'être l'"animateur" de la "mouvance" des ravisseurs », France Info, (consulté le 21 avril 2021).
  28. A. M., AFP, « Enlèvement de Mia: le grand-père félicite la mère d’avoir enlevé l’enfant », La Voix du Nord, (consulté le 21 avril 2021).
  29. « Fait divers. Qui est le gourou complotiste derrière l'enlèvement de Mia ? », sur www.lalsace.fr, (consulté le 21 avril 2021).
  30. « Comment la mouvance complotiste QAnon s'est installée en France », sur RTL.fr (consulté le 25 avril 2021)
  31. « Phénomène - Derrière l’affaire Mia, l’obsession de complotistes pour les enfants placés », Le Matin,‎ (ISSN 1018-3736, lire en ligne, consulté le 25 avril 2021)
  32. « Affaire Mia : un enlèvement d’enfant sur fond de complotisme », sur Franceinfo, (consulté le 25 avril 2021)
  33. Maxence Gevin, « Affaire Mia : pourquoi l'alerte enlèvement a-t-elle été levée aussi rapidement ? », sur LCI, (consulté le 21 avril 2021).
  34. Jean-Christophe Dupuis-Rémond et Laurence Duvoid, « Vosges : ce que l'on sait de l'enlèvement de Mia après la conférence de presse du procureur d'Epinal », France Info, (consulté le 21 avril 2021).
  35. (de) « 8-jährige Mia aus Frankreich vermisst: Entführer schlagen im Haus ihrer Großmutter zu », sur rtl.de, (consulté le 21 avril 2021).
  36. (en) « France Mia kidnapping: Four men held over abduction of girl aged 8 », BBC News, (consulté le 21 avril 2021).
  37. AFP, « Enlèvement de la petite Mia – Trois hommes ont été interpellés en Île-de-France », Tribune de Genève, (consulté le 21 avril 2021).
  38. « Mia a été enlevée chez sa grand-mère par plusieurs individus qui ont utilisé une ruse: tout ce que l'on sait sur la disparition qui ébranle les Vosges », La Libre Belgique, (consulté le 21 avril 2021).
  39. Stéphane Sicard, « Pas survivalistes d'extrême-droite mais contre la "dictature sanitaire": qui sont les ravisseurs de la petite Mia », L'Indépendant, (consulté le 21 avril 2021).
  40. Christelle Rebière, « Enlèvement de Mia : qui sont les survivalistes ? », sur RTL.fr, (consulté le 21 avril 2021).
  41. Site charliehebdo.fr, article "Extrême droite : les dessous bruns de l’affaire Mia", consulté le 30 avril 2021.
  42. [https://www.coulisses-tv.fr/index.php/magazines/item/17554-%E2%80%9C66-minutes%E2%80%9D-dimanche-2-mai-sur-m6-les-reportages-diffus%C3%A9s-cette-semaine-vid%C3%A9o Site coulisses-tv.fr, page sur l'émission 66 minutes du 2 mai 2021.

Articles connexes[modifier]

  • Disparition
  • Dispositif Alerte-Enlèvement
  • complotisme et théorie du complot
  • Survivalisme et Antisystème

Erreur Lua dans Module:Catégorisation_badges à la ligne 170 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).Erreur Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 189 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).


Autres articles du thème Criminologie Criminologie : Clayton Carter, Mohamed Benabdelhak, Attaque à Anvers en mars 2017, Action des forces opérationnelles, Attaque par arme blanche à la gare Saint-Charles de Marseille, Affaire Francis Dorffer, Checkingson Sinclair

Autres articles du thème Droit français Droit français : Secrétaire rédacteur à l'Assemblée nationale, Thomas Hollande, Tribunal de grande instance de Strasbourg, Jean Paul Lacave-Laplagne-Barris, Gilles Sainati, Association française de droit de l'urbanisme, Tribunal de grande instance de Dijon

Autres articles du thème Années 2020 années 2020 : Saison 2019-2020 du Borussia Mönchengladbach, Aspects genrés de la maladie à coronavirus 2019, La Grande Incruste, Corona Pops, C'était mieux avant, Liste de personnalités mortes de la maladie à coronavirus 2019, 2020 en musique

Autres articles du thème enfance enfance : Un maillot pour la vie, People and baby, SOS Enfants d'Irak, Syncrétisme (psychologie), Pédopsychologie, Hayim (association), Fille manquée

Autres articles du thème Vosges : Jehan Leclerc de Pulligney, Laiterie Frederic Lung, Georges Blanchard (entrepreneur), Les Jardins de la Terre, Calvaires de Saint-Michel-sur-Meurthe, Jean-Paul Burrus, Orchestre d'harmonie d'Épinal

Autres articles du thème Vaud : Paul Quadri (Silver), École internationale La Garenne, Forward Rowing Club Morges, Rio (Penthaz), Les journées de la schizophrénie, François Pointet, Giron du Nord vaudois

Autres articles du thème scepticisme rationnel : Liste de préparations homéopathiques reconnues par l'ANSM, Conférencier inspirant, Clé du vin, Liste de théories du complot reprises par Donald Trump


Cet Article wiki "Affaire Mia" est issu de Wikipedia. La liste de ses auteurs peut être visible dans ses historiques et/ou la page Edithistory:Affaire Mia.


Les cookies nous aident à fournir nos services. En utilisant nos services, vous acceptez notre utilisation des cookies.