Bienvenue sur EveryBodyWiki ! Créez un compte ou connectez vous pour participer, améliorer ou créer un article, une biographie (la vôtre ?), une page entreprise...


Nous sommes en guerre

De EverybodyWiki Bios & Wiki


Emblème de l'Opération Résilience annoncée en .

« Nous sommes en guerre » ou « guerre sanitaire » est une phrase choc des discours martiaux de mars 2020 utilisée par divers gouvernements, notamment par le président de la République française Emmanuel Macron lors de son allocution télévisée en réponse à la crise sanitaire contre la Covid-19, alors en pleine expansion pandémique en France. Largement commentée, elle est reprise dans tous les médias français et internationaux pour désigner la position stratégique de la France dans la crise sanitaire pandémique.

Cette expression a souvent été mise en exergue par la presse écrite pour évoquer la métaphore filée au long des discours gouvernementaux d'annonces sanitaires.

Cette symbolique martelée introduit une communication nudge qui consiste à conditionner l'opinion de la société en vue de la faire agir mieux dans le sens de l'intérêt personnel et dans le sens de l'intérêt général. En ce sens, les moyens mis en place par le gouvernement français parallèlement à d'autres est un exemple d'application de l'ingénierie sociale (science politique). L'originalité est d'introduire par la métaphore de la guerre l'annonce de mesures sanitaires dont l'ampleur s'étend à toute la population française et tous secteurs économiques confondus, ayant donné naissance à la législation d'un état d'urgence sanitaire (restriction des libertés publiques) sans comparaison dans l'histoire. De plus, la durée de ces allocutions et l'attente des français ayant donné un audimat record pour un président en fonction, sont analysées comme tournant de communication et de position politique d'Emmanuel Macron, et ne s'identifie pas à une simple Macronade.

La rhétorique choisie a été analysée en sciences humaines, en psychologie, en sémiologie et en rhétorique politique. Une étude pluridisciplinaire (« Com-Covid-19 ») conduite à l'université d'Aix-Marseille révèle comment la communication présidentielle axée sur un discours guerrier n'a produit un effet moindre par rapport aux messages assertifs.

Le pouvoir du « nudge »[modifier]

Efficacité de cette ingénierie sociale[modifier]

L'impact social de la rhétorique politique de guerre appliquée à la situation de pandémie a été analysée en psychologie comportementale. Une étude pluridisciplinaire conduite à l'université d'Aix-Marseille à l'IMSIC (Institut mediterranéen des sciences de l'information et de la communication)[1] a publié les premiers résultats suivants :

« Quatorze chercheurs ont testé, dans un processus rigoureux auprès de deux panels de 1 200 personnes, les messages qui ont été les plus efficaces. Verdict : les discours les plus épurés (« restez chez vous ») ou incitant à protéger sa famille et à se protéger soi-même ont eu le plus d’impact. La phrase d’Emmanuel Macron « nous sommes en guerre contre le virus » n’arrive qu’en septième position sur un total de 12 messages testés. Quant aux appels à l’unité de la nation et au lien collectif, ils font carrément un flop : les messages affirmant que les Français sortiront plus forts de cette crise (10e position), que la nation est avec les Français et qu’elle sera reconnaissante (11e position), ou que chacun doit se comporter comme tous les autres Français (12e position) arrivent derniers du classement. »

— Géraldine Woessner, Emmanuel Macron et le pouvoir du « nudge », Le Point, 4/06/2020[2].

Emblème de l'Opération Résilience annoncée en .

Les meilleurs messages à faire passer par les pouvoirs publics pour se protéger du Covid-19 seraient selon eux plus efficaces selon le sexe : « des messages épurés pour les femmes, autoritaires pour les hommes »[1].

Un état d'urgence sanitaire immédiat[modifier]

Selon le maître de conférence en droit Raphaël Piastra, « une sorte de médicocratie s’est installée en France », appuyée par des décrets immédiats : « Dans son allocution solennelle le président a fixé des règles et a confié au gouvernement le soin de mettre en œuvre celles-ci. Ainsi un décret du 16 mars 2020 (N°260) a été pris portant réglementation des déplacements dans le cadre de la lutte contre la propagation du virus Covid-19. De même un décret du même jour (N°261) a posé l’entrée en vigueur immédiate d’un arrêté »[3].

Et, selon Patrick Martin-Genier, professeur de droit public public à l'Institut d'études politiques de Paris et le droit constitutionnel et administratif à l'Institut national des langues et civilisations orientales (INALCO), « il existe un vide abyssal entre le terme lui-même et la réalité juridique et politique que cette expression recouvre. […] En parlant de guerre, le président de la République s’appuie implicitement sur la Constitution. Or, celle-ci ne lui confère aucun autre pouvoir que celui de déclarer la guerre à un Etat étranger ». Cependant, l'état d’urgence est invocable : « l'article 1er de la loi du 3 avril 1955, modifié par la loi n°2011-525 du 17 mai 2011 prévoit que « L’état d’urgence peut être déclaré sur tout ou partie du territoire métropolitain, des départements d’outre-mer, des collectivités d’outre-mer ». Il conclut qu'« en tout état de cause, l’état d’urgence ne transfert aucun pouvoir à l’armée, mais aux préfets et forces de police », et ainsi « il n’y a donc pas de guerre au sens juridique du terme ni à l’extérieur, ni à l’intérieur. Politiquement, cette expression suscite des passions et débats. Elle permet aux responsables politiques d’inscrire le pays dans un tel cadre qui n’existe pas et au chef de l’Etat de se poser en chef de guerre qu’il n’est pas »[4].

Cette politique d'urgence a ainsi introduit un « état d'urgence sanitaire », déclinaison inédite de l'état d'urgence permettant l'instauration des mesures restrictives de libertés, en raison du danger sanitaire pandémique de la Covid-19. Ces discours de « guerre sanitaire » se concrétisent par une série de mesures sans précédent dans l'histoire du pays et de l'Union européenne[5], tel que le confinement de la France, la fermeture des frontières de l'espace Schengen et l'Union européenne pendant un minimum de 30 jours[6], ou des opérations militaires sanitaires de l'armée française comme l'opération Résilience.

La mesure massive annoncée au cours du discours présidentiel du est le confinement de 2020 en France pour « au moins 15 jours ». Il a aussi annoncé le déploiement d'un hôpital de campagne par l'armée à Mulhouse.

Au cours de la première semaine de confinement national, un « état d'urgence sanitaire » est décrété[7] et s'ajoute au Code de la santé publique (il est le chapitre Ier bis « État d'urgence sanitaire », du titre III du livre Ier de la troisième partie, et forme les articles L3131-12 à L3131-20) applicable jusqu'au [8]. C'est un régime qui encadre le confinement, et qui instaure d'autres mesures restrictives : un encadrement plus strict des sorties, de nouvelles règles pour les marchés et les transports[9].

Dans le discours suivant, le , le président français a annoncé une opération militaire française en métropole et en Outre-mer : l'Opération Résilience[10]. Cette opération « sera entièrement consacrée à l'aide et au soutien aux populations, ainsi qu'à l'appui aux services publics pour faire face à l'épidémie, en métropole et en Outre-mer. »[11]. Dans le cadre de cette opération, le porte-hélicoptères amphibie Mistral est envoyé dans le sud de l'océan Indien, et le porte-hélicoptères Dixmude à partir de début avril dans la zone Antilles-Guyane[12].

Cet « état d'urgence sanitaire » s'accompagne de la suspension de « toutes les réformes », notamment la plus emblématique qui est celle des retraites, mais non les lois bioéthiques. Cependant, le premier tour des élections municipales est maintenu[13]

Contexte[modifier]

Les discours d'annonce dans lesquelles elle a été dite le 16 mars 2020 et réemployée le 25 mars suivant. Cette citation du président Emmanuel Macron étant la dominante du corps rhétorique de ses discours et servant au cadre d'introduction de ses séries d'annonces sanitaires, est l'emblème de sa position politique en contexte de réponse sanitaire. Cette rhétorique est analysée par le doctorant Damien Deias, spécialiste en sciences du langage en politique, comme une métaphore filée « qui dépasse le cadre des petites phrases »[14]. Selon lui, c'est les médias qui ont sélectionné l'une de ses « portions de discours qu'ils jugent remarquables »[14], et qui leur et si ciselée qu'elle leur est fournie. Cette rhétorique marque « un changement de stratégie de discours avec un retour à la solennité »[14]. Le Premier minsitre Edouard Philippe l'a précédé deux jours plus tôt : « Nous sommes en guerre ! » « Nous sommes en guerre sanitaire ! » rappelle Jean Gicquel, un juriste français[15]

Au cours de la journée du , François Braun, président de Samu-Urgences de France, décrit l'état des services d'urgence et parle du combat des professionnels de santé de la région de Mulhouse (épicentre de l’épidémie en France) contre le coronavirus en déclarant au micro de la radio RTL : « Nous sommes en guerre »[16].

Stratégie de communication[modifier]

De plus, la durée de ces allocutions et l'attente des français ayant donné un audimat record pour un président en fonction, sont analysées comme tournant de communication et de position politique d'Emmanuel Macron, et ne s'identifie pas à une simple macronade. Cette stratégie est ainsi analysée par Christophe de Voogd, docteur en Histoire, spécialiste des idées et de la rhétorique politiques à Sciences Po de Paris :

« L’on se souvient des discours-fleuves de la campagne électorale ou des grands panoramas européens d’Athènes et de la Sorbonne ; et plus encore, des marathons du Grand débat. Même dans ses allocutions, forme normalement brève de la communication publique, le président ne fait jamais sous les 20 minutes. Or, règle d’or de la rhétorique, en situation de crise majeure le chef doit faire bref. Lincoln à Gettysburg, de Gaulle et Churchill à Londres restaient sous les 5 minutes. Roosevelt, après Pearl Harbour, sous les 8 minutes. Et que dire de ce qui est probablement le meilleur discours politique jamais émis en France, celui du 30 mai 1968, par de Gaulle encore : 2 minutes 40 ? »

— Christophe de Voogd, Emmanuel Macron, du discours du progrès à la rhétorique de guerre : le changement dans la continuité, Revue politique et parlementaire, Colin, avril 2020[17]

Le lexique est recherché et le texte est dense : c'est un « rendez-vous symbolique avec les Français » que Macron a donné[18]. À titre de comparaison, « les allocutions, déclarations et adresses à la Nation de François Hollande à la suite des attentats de janvier et novembre 2015 duraient toutes moins de cinq minutes en moyenne. Quant à la déclaration clef du président du Conseil italien Conte du 11 mars 2020, elle durait un peu plus de neuf minutes ; celle d'Angela Merkel douze minutes le 19 mars. La longueur de ces prises de parole n'est pas anecdotique car le message en se diluant perd de sa force et son auteur de son autorité. »[18].

Pierre-louis Boyer, maître de conférences en Droit à l'Université du Mans, pense que cette communication dénote « un basculement au réalisme » de type aristotélicien[19].

Emmanuel Macron portant un masque en .

Allocution du [modifier]

La formule est employée la première fois par le président de la République française Emmanuel Macron pour annoncer la quarantaine nationale, lors de sa seconde allocution sur les chaînes télévisées françaises au sujet de l'épidémie le au soir.

Discours à Mulhouse le [modifier]

À la suite de sa visite de l'hôpital de campagne le déployé à Mulhouse à sa demande, le président français a tenu un discours de soutien au personnel soignant et à tous les travailleurs obligés de rester en activité[12], répétant à nouveau plusieurs fois le terme de « guerre »[11]. Cette nouvelle prise de parole intervient avant l'annonce de la prolongation du confinement, dans la semaine où la France se trouve dans « la pire semaine » depuis le début de l'épidémie d'après l'ancien Directeur général de la santé William Dab, avec le nombre de cas qui double tous les quatre jours[20].

« Guerre » sanitaire ?[modifier]

La sémantique commune de ces discours est celle du combat pour sauver des vies. Les acteurs cités le sont avec un vocabulaire ordinairement réservé aux temps de guerre, et transposé à des fins politiques dans le domaine d'urgence sanitaire. Émetteur des principales annonces prises, le président Emmanuel Macron les donne au sein d'un discours dont la rhétorique est celle d'une guerre non-belliqueuse mêlée d'un imaginaire belliqueux.

Le discours du est une allocution depuis le palais de l'Élysée, celui du est un discours devant l'hôpital militaire déployé à Mulhouse qu'il venait de visiter, épicentre de la pandémie.

Notion de « guerre »[modifier]

Dans son discours du , la phrase « Nous sommes en guerre » est prononcée à six reprises[21],[22], martelée[22] pour marquer les esprits. Mais « il peut en outre être contre-productif d'asséner le même message sans relâche »[18]. Au cours de la allocution citée, il précise : « Nous sommes en guerre, en guerre sanitaire, certes : nous ne luttons ni contre une armée, ni contre une autre Nation. Mais l'ennemi est là, invisible, insaisissable, qui progresse. Et cela requiert notre mobilisation générale. »

Dans son discours du , le terme de « guerre » est repris six fois, la phrase « Nous sommes en guerre » est reprise une fois, et dans une autre occurrence il y renvoie : « Je vous ai dit il y a quelques jours que nous étions engagés dans une guerre. Lorsqu'on commence une guerre, on s'y engage tout entier, on s'y mobilise. »[11]. Il structure tout ce discours autour d'une typologie de guerre (voir sections suivantes). De manière moins métaphorique dans ce discours que dans le précédent, il précise qu'il entend par cette « guerre » une « mobilisation » déployée, et le fait de « faire bloc »[11].

Elle met en relief le paradoxe de devoir prendre des mesures militaires alors même que « jamais la France n'avait eu à prendre de telles décisions par temps de paix » selon le président français. Le caractère exceptionnel de l'utilisation volontaire de cette formule est destinée aussi à laisser trace dans l'histoire, et permet de faire contre-poids aux critiques de manque de vigueur dans les décisions du président.

La notion de guerre donne aussi une idée de durée, avec des efforts de guerres par et pour la population. Le champ lexical choisi est celui de la lutte, qui n’est pas une simple figure de style mais renvoie au déploiement de l’aide de l'armée en renfort des hôpitaux de la région de Mulhouse, plus important foyer épidémique de France, ainsi que pour le contrôle des laissés-passés requis pour tout déplacement fait par la population.

Cette adresse du président aux Français appuie sur l'état de guerre, comme état d'urgence, pour mieux demander l'obéissance à ces mesures vigoureuses en faveur de la santé publique. Elle suscite la responsabilité d'un chacun, la conscience citoyenne et la « mobilisation générale », opposées à l'insouciance ou un manque de rigueur de la part de ses destinataires. Le Docteur en psychopathologie Michel Normand analyse que : « cet état de fait a eu pour conséquence un sentiment diffus, mêlé de crainte face à la menace de la contamination, mais aussi face à celle que représentaient alors la surveillance généralisée et les sanctions policières éventuelles en cas de non-observance des protocoles sanitaires obligatoires… »[23].

La terminologie de « guerre sanitaire » porte l'idée de solidarité selon Bissiriou Kandjoura de l'Institut d'Études de Droit public de l'Université Paris-Saclay[5]. Il s'agit selon lui de chercher à concilier la liberté individuelle avec la responsabilité collective imposée par le coronavirus, l'individu est amené à se percevoir comme un « maillon dans la chaîne des générations ». Cela implique de la part de l'État le déblocage d'un « Fonds en faveur des victimes » de la guerre sanitaire. De plus, l'expression s'exprime dans le contexte de résolution d'une solidarité mondiale, appelant ainsi à la coopération internationale et au multilatéralisme au sein des Nations unies. Ces vues du point de vue sémantique sont diverses au niveau européen[5]. Pour résumer, une action collective contre cette pandémie permet à la fois de gagner la « guerre » et d’apporter l'assistance nécessaire en faveur des victimes.

La sémiologue Cécile Alduy estime que l'emploi de ce champ lexical est « utile du point de vue de l’efficacité rhétorique […] pour enjoindre à une mobilisation générale de tous les Français, et susciter un choc des consciences ». « Mais c’est éthiquement et politiquement problématique, selon la sémiologue. Il édulcore du même coup la réalité encore actuelle du mot 'guerre' [ce qui rend l'expression] assez indécente. »[24]. Cette forme de déclaration de guerre est selon elle une « hyperbole », qui contrate avec « une réponse timorée et un peu désinvolte («La vie continue» pour enjoindre aux Français de continuer d'aller au théâtre le 7 mars) »[24].

Rhétorique martiale[modifier]

La rhétorique de guerre est transposée à la santé. Les acteurs en présence sont les soignants, le contrôle policier, la population civile dans son ensemble, et la sollicitation d'opérations non-belliqueuses organisées par l'armée.

La psychothérapeute Sylvie Nay-Bernard montre qu'en « 28 secondes et 67 mots, les esprits sont frappés par cette expression martiale répétée quatre fois dans les quatre minutes suivantes, assorti de la promesse que « la nation soutiendra ses enfants »[25].

  • L'ennemi : « Nous ne luttons ni contre une armée, ni contre une autre Nation. Mais l'ennemi est là, invisible, insaisissable, qui progresse », « une guerre contre un ennemi invisible : ce virus, le COVID-19. »[12], la fermeture des frontières européennes,
  • registre du combat et d'unité nationale : « battre le virus »[12], « mobilisation nationale »[12], « tenir, vaincre »[12], trois « lignes » de front[12], « Je vous ai dit il y a quelques jours que nous étions engagés dans une guerre. Lorsqu'on commence une guerre, on s'y engage tout entier, on s'y mobilise. Nous ne devons avoir qu'une obsession : être unis contre le virus. »[11], il fustige « les facteurs de divisions »[11] dans ce contexte. L'emploi de la deuxième personne du pluriel montre que ce n'est pas l'armée qui devrait combattre un ennemi visible, mais chaque habitant qui doit obéir aux mesures de distanciation sociale dans la lutte contre le virus, invisible. Le confinement national est la principale arme à l'encontre du virus en absence de vaccin. Cet emploi du « nous » suppose que le président se range du côté de la population, pour susciter une unité nationale avec ses mesures.
  • la déploration de victimes, parmi les soignants identifiés à des combattants : « le premier soignant est tombé il y a quelques jours à Compiègne »[12], « plusieurs centaines de nos compatriotes ont perdu la vie »[12].
  • la présence de l'armée : « trois opérations menées par les armées ont permis de transférer 18 patients vers d'autres régions »[12], « dans ce contexte nos armées ont un rôle [comme] les opérations Morphée de l'armée de l'air, le porte-hélicoptère amphibie tonnerre. […] Partout je le sais, nos militaires sont prêts et déterminés »[12], « J'ai décidé, sur proposition de la ministre des armées et du chef d'État major des armées, de lancer l'Opération Résilience »[12]
  • l'idée de victoire, et de persévérance : « nous vaincrons », « dans cette guerre nous devons faire bloc, être unis. […] L'unité et le courage nous permettront de vaincre. […] Nous ne sommes qu'au début mais nous tiendrons. Nous tiendrons parce que nous ne céderons rien. Nous tiendrons parce que nous en avons la force »[12].

Imaginaire de guerre[modifier]

La dramaturgie, appliquée à ces discours d'annonces, est faite des tensions sous-jacentes que le président doit surmonter, et comment il s'y prend pour les résoudre. Il doit tenir un discours de crise voire de drame sans faire paniquer ses auditeurs ni leur paraître autoritaire, tenir la fermeté attendue dans des mesures capables de trancher entre l'impopularité éventuelle de l'autorité et les recommandations scientifiques, et prendre son rôle de chef des armées mais sans nationalisme et en union avec les pays voisins. L'enjeu est l'unité nationale, au-delà des clivages politiques et des polémiques.

Union et mobilisation nationale[modifier]

Macron en parlant d'« Union sacrée » prônée en 1914 évoque explicitement la Grande Guerre[26],[27].

Le président ferait allusion à la mobilisation ou l'union nationale des Français durant la seconde guerre mondiale en disant, dans son allocution : « J’appelle tous les Français à s’inscrire dans cette union nationale qui a permis à notre pays de surmonter tant de crises dans le passé » rappellerait la Résistance et serait une posture gaullienne de chef de guerre dans une France attaquée[28]. L'imaginaire suscité est l'image d'une solidarité de résistance, traduite dans son discours par l'expression d'une « France fraternelle »[12].

L'appel à l'imaginaire des guerres passées (« Agissons avec force, mais retenons cela : le jour d’après, quand nous aurons gagné, ce ne sera pas un retour au jour d’avant ») a pour but selon la sémiologue Cécile Alduy d'« incarner le Père de la Nation à la Clemenceau, imposer par ricochet une unité nationale que seule la guerre justifie, faire taire donc les oppositions et les critiques »[24]. L'identification à Georges Clemenceau pour convaincre les Français « d’accepter ces contraintes » est également relevée par les médias[29]. Le président français a, selon elle, « théorisé que les Français avaient besoin de «héros» et s'attache toujours à inscrire son action ou les événements dans un storytelling plus large que lui-même, un roman national en actes »[24]. D'après Pierre Musso, docteur en sciences politiques et professeur en Sciences de l'information et de la communication, « le Président se dresse en chef de guerre pour rassembler et sortir des « conflictualités sociales » antérieures (gilets jaunes, réforme des retraites, etc.). Il tente d’endosser les habits de Georges Clemenceau face à la guerre, la vraie, et adopte un ton martial ». Cela est renforcé le 25 mars, alors que le président est « devant l’hôpital de campagne installé par l’armée sur le parking du centre hospitalier de Mulhouse sur fond de tentes kaki », où il apparaît « comme « Le Père de la Victoire » »[30].

Selon la sémiologue Cécile Alduy, « l'idée de «guerre» nous prépare psychologiquement à l'idée de ce décompte morbide – et l'impératif disciplinaire et de mobilisation nationale »[24]. Et cette mobilisation s'adresse à la masse citoyenne, non aux entreprises. De plus, « la «guerre» suppose aussi des sacrifices : ceux des soignants, qui commencent à tomber sur le «champ de bataille» et à qui on promet la Légion d'honneur comme une sorte de médaille »[24].

Le président Emmanuel Macron n'emploie pas le terme « confinement » ni « stade 3 », renvoyant à la suite de son allocution le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner préciser les mesures décidées, comme le relève le linguiste Alain Bentolila[31].

Chef des armées[modifier]

Le discours du est finalisé par la reconnaissance faite au soutien des soignants, et par l'annonce de l'Opération Résilience. Le lieu choisi est devant l'hôpital de campagne déployé par les services de santé et l'armée, annoncé par son précédent discours. Dans le discours implicite, le fond composé des tentes de l'hôpital aux couleurs de l'armée, qui remplacent le décor du palais de l'Élysée et ses deux drapeaux national et européen, renforcent l'image du chef de l'Etat en chef des armées, et chef de guerre dont la première opération est rendue visible. Dans le discours explicite, l'Opération Résilience est distinguée de l'Opération Sentinelle « qui continue de se concentrer sur la lutte contre le terrorisme quant à elle »[12]. Cela dresse une ligne de démarcation entre le rôle dévolu à l'armée de combat et son rôle de soutien, tous deux étant un service visant la protection de la population civile.

Dans sa structure, le discours du est une description topologique des acteurs du combat, scindés en trois « lignes de front » par analogie avec celles des guerres armées : « Dans cette guerre, il y en première ligne l'ensemble de nos soignants. […] Tous sont en première ligne. Les yeux sont cernés, la fatigue est présente, l'angoisse est là. […] Nos soignants qui se battent aujourd'hui pour sauver des vie se sont hier battu. Souvent pour sauver l'hôpital, notre médecine. […] L'ensemble des femmes et des hommes qui sont en deuxième ligne [il cite l'ensemble des employeurs des secteurs obligés de maintenir une activité en présentiel]. […] Cette deuxième ligne est indispensable. […] Et il y a la troisième ligne. Celles et ceux qui […] contribuent aussi à l'effort de la nation en restant chez eux en respectant les règles de confinement. » ; « La France est en guerre contre le coronavirus et si c’est bien le personnel de santé qui est en première ligne, l’armée aussi peut apporter son aide »[12], }[32].

Réactions[modifier]

Pertinence de cette rhétorique[modifier]

Des analystes perçoivent dans cette « rhétorique martiale »[33] que la relation du combat de l'épidémie avec la guerre serait analogique, le virus étant un ennemi sans « intentionnalité ». L'imaginaire rhétorique se puiserait dans un imaginaire du XXe siècle sur l’ennemi invisible[34]. La forme de mobilisation citoyenne est l'immobilisation de la quasi-totalité de la population civile, soumise à des couvre-feux limités décrétés dans certaines localités, n'est pas une mobilisation armée mais solidaire, en contradiction avec le terme de guerre. Les notions de contraintes de guerre, protection de guerre, effort de guerre sont présents depuis ce discours, accompagnés de l'idée de chamboulement de la vie familiale, sociale, et économique, à toutes les échelles jusqu'à un niveau international.

Selon le sociologue Éric Macé du Centre Émile Durkheim, l'expression présidentielle face à l’épidémie de Covid-19 est apparue comme un contre-sens historique, témoin de la difficulté qu'ont les acteurs de l'ancien monde à comprendre, qu'à l'inverse, « nous sommes en care », c'est-à-dire obligés de « prendre soin » des humains et des non-humains à tous les niveaux d'échelle[35]. Son collègue Mathias Delori analyse également les implications sociales de l'expression[36]

Jean-Luc Mélenchon, chef de la France insoumise, a fustigé « une sorte de flou », dans les instructions données. Le parti des écologistes EELV déplore « une rhétorique guerrière inutile ». Marine Le Pen, chef du Rassemblement national, a dénoncé des annonces pas « suffisamment claires pour que chacun comprenne qu’il s’agit de confinement »[37].

A l'international, cette phrase est retenue en titre et a reçu de nombreuses critiques, qui montrent qu'on ne peut sérieusement parler de « guerre sanitaire »[38].

Reprises sémantiques[modifier]

La reprise de la sémantique de la guerre est faite par les ministres[39], comme par des acteurs[40].

Il est réinvesti dans toutes ses formes lexicologiques pour décrire l'action des soignants[41], [42], qui se voit être applaudie les soirs à 20h. Le respect du confinement est commenté comme une guerre domicile : « La guerre va donc s'écrire chacun chez soi, plus le choix. »[43].

La citation nourrit la critique de pénurie de masques de protection[44], « puisque on nous dit que nous sommes en guerre, et qu'on ne nous donne pas d'armes… »[43], comme Yves Lefebvre du Syndicat Unité SGP Police : « On est en guerre, et on envoie les soignants et les flics comme de la chair à canon aujourd'hui, et ça c'est inacceptable. »[43].

Le terme de guerre sanitaire est étendu au secteur de l'économie[45],[46], à la production alimentaire [47], au domaine social [48], et aux Nations unies[49],

La question de vivre une guerre est soulevée[50], [51].

Elle entraîne des comparaisons tirées de l'histoire[52], ou de comparaisons d'ordre rhétorique : à propos du manque de masques « …le sentiment de faire la guerre de 14 avec les armes de 1870 »[43].

Analyses politiques[modifier]

Alain Duhamel analyse que le président se positionne à la fois en chef de guerre et en père de famille par les détails donnés concernant les activités possible dans l’espace privé au cours de la période de confinement.

L'exode parisien massif pour le confinement serait dû à cette rhétorique, et il est erroné de parler de guerre contre un virus « très inférieur à d’autres connus en termes de létalité »[53]. Aussi, cette pensée a contraint les libertés « outre-mesure » selon le maître de conférence en droit Raphaël Piastra[54].

Le HuffingtonPost note que cette rhétorique a aggravé la crise sociale[55].

Emmanuel Macron a justifié après-coup l'emploi de cette expression en vue de créer un « électrochoc »[56],[57]. Il a d'ailleurs réutilisé l'expression en désignant sa propre contamination (je suis en guerre)[58].

Représentations médiatiques[modifier]

Les représentations du traitement médiatique de la guerre sanitaire par ceux qui l'ont couverte a aussi été étudiée. Une enquête sur les représentations des journalistes sur le traitement médiatique de l'annonce du confinement strict le 16 mars 2020 (« Nous sommes en guerre ») se concentre sur ce que les journalistes pensent de la couverture de cette « guerre » contre un ennemi invisible, avant qu’ils ne se penchent aussi sur les conséquences du « quoi qu'il en coûte »[59].

Citation emblématique[modifier]

Alors que la phrase « Restez chez vous » couvre les médias, l'expression Nous sommes en guerre est souvent retenue comme emblème du coup d'arrêt marqué par le confinement national pour l'année 2020[60],[61].

Fin 2020, la citation a endossé une charge symbolique forte dans son "nous", les citoyens ayant traversé ensemble plus de trois mois confinement national : ce pronom personnel symbolise la mobilisation nationale citoyenne exprimée et incarnée par le président.« Classiquement le représentant politique est biface, double médiateur : d’un côté, il exprime une force qui le légitime, il est le messager d’une référence qu’il rend présente en l’incarnant, et de l’autre, il est l’expression d’une population qui l’a choisi ou élu dont il redouble la présence »[30].

Autres pays[modifier]

Lors de la pandémie de Covid-19, le Premier ministre de Grèce, Kyriákos Mitsotákis, a également utilisé la métaphore[62]. Le commissaire européen, chargé de la politique industrielle, du marché intérieur, du numérique, de la défense et de l'espace, Thierry Breton, a déclaré : « Nous sommes en guerre contre le virus. Une guerre économique. »[63]

Le vocabulaire choisi pour parler de l'épidémie est moins martial en Belgique selon le politologue André Dumoulin[64].

Le Président allemand Frank-Walter Steinmeier a pris le contre-pied du Président français lors d'une allocution télévisée : « Non, cette pandémie n'est pas une guerre. Les nations ne s'opposent pas à d'autres nations, les soldats à d'autres soldats. C'est un test de notre humanité » (voir l'allocution du Président Allemand dans i24News-AFP, 11 avril 2020)[5].

Le Premier ministre du Royaume-Uni Boris Johnson a déclaré : « Nous devons agir comme tout gouvernement de guerre et faire tout ce qu'il faut pour protéger notre économie. » Simon Jenkins commente : « Jamais, au grand jamais, un gouvernement ne devrait utiliser la guerre comme une métaphore en temps de paix »[65].

Le président des États-Unis Donald Trump a déclaré : « Je suis président de guerre. C'est une guerre - un genre de guerre différent de celui que nous ayons jamais eu »[66]. Après l'élection présidentielle américaine de 2020 le 46e président des États-Unis Joe Biden déclare la guerre au Covid-19[67] et promet un « effort de guerre massif »[68].

Le gouvernement indien a édité des timbres célébrant les vainqueurs de l'épidémie.

Timbres ondiens : Tribute to COVID 19 Warriors (Salut aux vainqueurs du Covid 10)

En Roumanie, comme en Chine, Italie, et France, la police diffuse des messages sur ordre du gouvernement, parfois par drônes.

Annonce de la police pendant l'ordonnance militaire : Stay at home! Obey the Military Ordinance! Observe the rules and curfew schedules!( Traduction : Restez chez vous ! Obéissez à l'ordonnance militaire ! Respectez les règles et les horaires de couvre-feu !), 28 mai 2020

Bibliographie[modifier]

Etudes scientifiques[modifier]

Sciences politiques[modifier]

  • Barthélemy Courmont (géopolitologue), « « Nous sommes en guerre » : vulnérabilité et sécuritisation face au coronavirus », Revue internationale et stratégique, vol. 118, n° 2, 2020, p.  25-34 (Cairn).
  • Laurie Boussaguet et Florence Faucher, « Comment mobiliser les populations ? La réponse symbolique des exécutifs français, italien et britannique », Marc Lazar éd., Le monde d'aujourd'hui. Les sciences sociales au temps de la Covid, Presses de Sciences Po, 2020, p.  241-261 (Cairn).
  • André Dumoulin (politologue belge), « L’armée belge face au Covid-19 : le choix de la sémantique », Revue Défense Nationale, vol. 831, n° 6, 2020, p.  131-136 (Cairn).
  • Laurie Boussaguet (Docteure en science politique de l’IEP de Paris, maîtresse de conférences en science politique à la faculté de droit et de science politique de l’Université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines) et Florence Faucher (Professeure à Sciences Po de Paris au Centre d'études européennes et de politique comparée), Comment Emmanuel Macron a raté son rendez-vous symbolique avec les Français, 27 mai 2020 https://theconversation.com/comment-emmanuel-macron-a-rate-son-rendez-vous-symbolique-avec-les-francais-139077 Repris le 28/05/2020 sur https://www.latribune.fr/opinions/tribunes/comment-emmanuel-macron-a-rate-son-rendez-vous-symbolique-avec-les-francais-848877.html
  • Pierre-louis Boyer, Revirement macronien : de Hegel à Pascal. Le choc de la réalité, Revue politique et parlementaire, Colin, 2020 Disponible sur : Pierre-louis Boyer, « Revirement macronien : de Hegel à Pascal. Le choc de la réalité », sur www.revuepolitique.fr, (consulté le 12 février 2021)
  • Pierre Musso (docteur en sciences politiques et professeur en Sciences de l'information et de la communication), La présidence Macron ou la quête du Graal symbolique, Revue politique et parlementaire, Colin, 2020 (Hal-archives ouvertes) Disponible sur : Pierre Musso, « La présidence Macron ou la quête du Graal symbolique », sur www.revuepolitique.fr, (consulté le 12 février 2021)

Histoire[modifier]

  • Marco Mondini (Università degli studi di Padova), Nicolas Beaupré (historien français à l'Université Clermont-Auvergne) et Emmanuel Debruyne (UCLouvain), En guerre, mais sans guerre. Une conversation en confinement entre historiens de la Grande Guerre, 8 mai 2020. En ligne sur : https://louvanhist.hypotheses.org/2174
  • Christophe de Voogd (docteur en Histoire, spécialiste des idées et de la rhétorique politiques à Sciences Po de Paris), Emmanuel Macron, du discours du progrès à la rhétorique de guerre : le changement dans la continuité, Revue politique et parlementaire, Colin, 2020. Disponible sur : Christophe de Voogd, « Emmanuel Macron, du discours du progrès à la rhétorique de guerre : le changement dans la continuité », sur www.revuepolitique.fr, (consulté le 12 février 2021)
  • Stéphane Audoin-Rouzeau (historien directeur d’études à l'École des hautes études en sciences sociales (EHESS)) Sylvain Courage et Stéphane Audoin-Rouzeau, « Quand crise sanitaire rime avec rhétorique guerrière », sur www.franceculture.fr, (consulté le 12 février 2021), article et podcast de 15min

Psychologie[modifier]

  • Gaëlle Pradillon, « Ce que la rhétorique guerrière fait à la capacité de penser (des psychologues) », Revue de psychothérapie psychanalytique de groupe, vol. 75, n° 2, 2020, p.  157-160 (Cairn).
  • Sevan Minassian, « Où est la guerre ? », L'Autre, vol. volume 21, n° 2, 2020, p.  122-125 (Cairn).
  • Emma Richaud, « Le choc des mots du pouvoir », Psychotropes, vol. vol. 26, n° 2-3, 2020, p.  107-114 (Cairn).

Droit[modifier]

  • Pierre-louis Boyer (maître de conférences en Droit à l'Université du Mans), Revirement macronien : de Hegel à Pascal. Le choc de la réalité, Revue politique et parlementaire, Colin, 2020 Disponible sur : Pierre-louis Boyer, « Revirement macronien : de Hegel à Pascal. Le choc de la réalité », sur www.revuepolitique.fr, (consulté le 12 février 2021)
  • Serge Schweitzer, (enseignant-chercheur en Droit et de Science Politique de l'Université Aix-Marseille), Serge Schweitzer, « « Nous sommes en guerre » : une faute de communication », sur www.contrepoints.org, (consulté le 11 février 2021)
  • Raphaël Piastra (maître de conférence en droit), « Nous sommes en guerre » ?…, Revue politique et parlementaire, Colin, 2020 (Hal-archives ouvertes) Disponible sur : Raphaël Piastra, « « Nous sommes en guerre » ?… », sur www.revuepolitique.fr, (consulté le 11 février 2021)
  • Patrick Martin-Genier (professeur de droit public public à l'Institut d'études politiques de Paris et le droit constitutionnel et administratif à l'Institut national des langues et civilisations orientales (Inalco)), La « drôle de guerre » d’Emmanuel Macron, Revue politique et parlementaire, Colin, 2020. Disponible sur : Patrick Martin-Genier, « La « drôle de guerre » d’Emmanuel Macron », sur www.revuepolitique.fr, (consulté le 12 février 2021)
  • Damien Deias (spécialiste en sciences du langage en politique), Petites phrases politiques en temps de pandémie, 25 mai 2020 https://theconversation.com/petites-phrases-politiques-en-temps-de-pandemie-138880
  • Jean Gicquel (juriste français) et Jean-Éric Gicquel, « Chronique constitutionnelle française. (1er janvier – 31 mars 2020) », Pouvoirs, vol. 174, n° 3, 2020, p.  159-188 (Cairn).
  • Bissiriou Kandjoura (chercheur de l'Institut d'Études de Droit public de l'Université Paris-Saclay), Le Coronavirus: entre mesures d'urgences et action collective, 2020 ([PDF] Hal-Archives ouvertes)

Sémiologie[modifier]

Linguistique[modifier]

Sociologie[modifier]

  • Éric Macé (sociologue au Centre Émile Durkheim), Nous sommes en care, AOC [Analyse Opinion Critique], société AOC, 2020 (Hal-archives ouvertes).

Analyses polémiques[modifier]

  • Le professeur controversé Didier Raoult livre son opinion sur la gestion de la pandémie dans son livre Carnets de Guerre COVID-19[69].

Notes et références[modifier]

  1. 1,0 et 1,1 Les quatorze chercheurs sont : Didier Courbet, Marie-Pierre Fourquet-Courbet, F. Girandola, L. Paquin, C. Pascual-Espuny, P. Bernard, E. Basile, P. Kouadio, T. Klein, C. Savin, A. Bérard, R. Cottreau, B. Delavacquerie, J. An. « Etude scientifique « Com-Covid-19 » menée par un consortium de chercheurs des équipes IMSIC, LPS, InCIAM, Cret-Log d’Aix-Marseille Université », Présentation de l'étude scientifique Com-Covid-19
  2. Géraldine Woessner, Emmanuel Macron et le pouvoir du « nudge », Le Point, 4/06/2020 https://www.lepoint.fr/politique/emmanuel-macron-et-le-pouvoir-du-nudge-04-06-2020-2378505_20.php ou https://artofuss.blog/2020/06/04/emmanuel-macron-et-le-pouvoir-du-nudge/ pour l'accès libre à l'article entier
  3. Raphaël Piastra, A propos du report du second tour des élections municipales 2020, Revue politique et parlementaire, Colin, 2020. Disponible sur : Raphaël Piastra, « A propos du report du second tour des élections municipales 2020 », sur www.revuepolitique.fr, (consulté le 12 février 2021)
  4. Patrick Martin-Genier, La « drôle de guerre » d’Emmanuel Macron, Revue politique et parlementaire, Colin, 2020. Disponible sur : Patrick Martin-Genier, « La « drôle de guerre » d’Emmanuel Macron », sur www.revuepolitique.fr, (consulté le 12 février 2021)
  5. 5,0 5,1 5,2 et 5,3 Bissiriou Kandjoura, Le Coronavirus: entre mesures d'urgences et action collective, 2020 ([PDF] Hal-Archives ouvertes)
  6. EM, « Coronavirus : Emmanuel Macron annonce la fermeture des frontières de l'espace Schengen », France Info, (consulté le 21 mars 2020).
  7. Décret no 2020-290 du 23 mars 2020
  8. Code de la santé publique, chapitre sur l'« État d'urgence sanitaire », sur LégiFrance
  9. « Confinement: ce qui change avec le nouveau décret signé par Édouard Philippe », sur Bfmtv, (consulté le 25 mars 2020)
  10. « Coronavirus : Macron lance l'opération militaire "Résilience", pour soutenir la population », sur Europe 1, (consulté le 25 mars 2020)
  11. 11,0 11,1 11,2 11,3 11,4 et 11,5 Jeanne Bulant, « Coronavirus: l'appel de Macron "à l'unité" depuis l'hôpital de campagne de Mulhouse », sur BFMTV, (consulté le 25 mars 2020)
  12. 12,00 12,01 12,02 12,03 12,04 12,05 12,06 12,07 12,08 12,09 12,10 12,11 12,12 12,13 12,14 et 12,15 [vidéo] Discours du 25 mars 2020 sur YouTube
  13. Alain Auffray et Lilian Alemagna, Coronavirus : la France à double tour, 16/03/2020
  14. 14,0 14,1 et 14,2 Damien Deias, Petites phrases politiques en temps de pandémie, 25 mai 2020 https://theconversation.com/petites-phrases-politiques-en-temps-de-pandemie-138880
  15. Jean Gicquel et Jean-Éric Gicquel, « Chronique constitutionnelle française. (1er janvier – 31 mars 2020) », Pouvoirs, vol. 174, n° 3, 2020, p.  159-188 (Cairn).
  16. RTL, « Coronavirus : "Nous sommes en guerre", dit le président de Samu-Urgences France », sur rtl.fr, (consulté le 17 mars 2020)
  17. Christophe de Voogd, Emmanuel Macron, du discours du progrès à la rhétorique de guerre : le changement dans la continuité, Revue politique et parlementaire, Colin, 2020. Disponible sur : Christophe de Voogd, « Emmanuel Macron, du discours du progrès à la rhétorique de guerre : le changement dans la continuité », sur www.revuepolitique.fr, (consulté le 12 février 2021)
  18. 18,0 18,1 et 18,2 Laurie Boussaguet et Florence Faucher, Comment Emmanuel Macron a raté son rendez-vous symbolique avec les Français, 27 mai 2020 https://theconversation.com/comment-emmanuel-macron-a-rate-son-rendez-vous-symbolique-avec-les-francais-139077 Repris le 28/05/2020 sur https://www.latribune.fr/opinions/tribunes/comment-emmanuel-macron-a-rate-son-rendez-vous-symbolique-avec-les-francais-848877.html
  19. Pierre-louis Boyer, Revirement macronien : de Hegel à Pascal. Le choc de la réalité, Revue politique et parlementaire, Colin, 2020 Disponible sur : Pierre-louis Boyer, « Revirement macronien : de Hegel à Pascal. Le choc de la réalité », sur www.revuepolitique.fr, (consulté le 12 février 2021)
  20. Camille Sarazin, « Coronavirus: pour l'ancien directeur général de la Santé, "nous sommes dans la pire semaine" », sur Bfmtv, (consulté le 25 mars 2020)
  21. L’Élysée, « Adresse aux Français », sur www.elysee.fr, (consulté le 17 mars 2020)
  22. 22,0 et 22,1 Patrick Jankielewicz, « Entrer en guerre », sur www.lavoixdunord.fr, (consulté le 17 mars 2020)
  23. Michel Normand, « Petite chronique de la psychiatrie au temps de la Covid-19 », Le Journal des psychologues, vol. 381, n° 9, 2020, p.  72-75. (Cairn)
  24. 24,0 24,1 24,2 24,3 24,4 et 24,5 Laure Bretton, Interview avec Cécile Alduy. Métaphore de Macron sur la guerre : «Cela exonère le pouvoir de ses responsabilités», 30/03/2020
  25. Nay-Bernard Sylvie, « Le Cinquième I de la vie », Actualités en analyse transactionnelle, vol. 172, n° 4, 2020, p. 72-74 (Cairn)
  26. Marco Mondini (Università degli studi di Padova), Nicolas Beaupré (Université Clermont-Auvergne) et Emmanuel Debruyne (UCLouvain), En guerre, mais sans guerre. Une conversation en confinement entre historiens de la Grande Guerre, 8 mai 2020 https://louvanhist.hypotheses.org/2174
  27. Sylvain Courage et Stéphane Audoin-Rouzeau, « Quand crise sanitaire rime avec rhétorique guerrière », sur www.franceculture.fr, (consulté le 12 février 2021), article et podcast de 15min
  28. Sylvain Courage, « « Nous sommes en guerre » : le verbe gaullien de Macron est-il un antivirus ? », sur www.nouvelobs.com, (consulté le 17 mars 2020)
  29. Cédric Pietralunga et Alexandre Lemarié, « Nous sommes en guerre » : face au coronavirus, Emmanuel Macron sonne la « mobilisation générale », sur www.lemonde.fr, (consulté le 11 février 2020)
  30. 30,0 et 30,1 Pierre Musso, La présidence Macron ou la quête du Graal symbolique, Revue politique et parlementaire, Colin, 2020 (Hal-archives ouvertes) Disponible sur : Pierre Musso, « La présidence Macron ou la quête du Graal symbolique », sur www.revuepolitique.fr, (consulté le 12 février 2021)
  31. Alain Bentolila, propos recueillis par Laureline Dupont, L'oeil du linguiste : pourquoi Macron parle de "guerre" et pas de "confinement", 17/03/2020
  32. Sylvain Chazot, Macron a mis un «Tigre» dans son discours, 17/03/2020
  33. [1]
  34. Drôle de déclaration de guerre…
  35. Éric Macé, Nous sommes en care, AOC [Analyse Opinion Critique], société AOC, 2020 (Hal-archives ouvertes).
  36. Mathias Delori, Nous sommes en guerre, ou pas ?, Fondation Copernic (dir.), Manuel indocile de sciences sociales : pour des savoirs résistants, La Découverte, p. 553-564, 2019, Hors collection Sciences Humaines, (ISBN 978-2-348-04569-1). (Hal-archives ouvertes).
  37. Marie-Pierre Haddad, Coronavirus : quand Emmanuel Macron a fait entrer la France "en guerre", 21/12/2020
  38. On y rencontre aussi la variante : « La France est en guerre ». www.bbc.com ; www.reuters.com ; www.chinadaily.com
  39. Pénurie de masques : "Ça n’est pas quand on est en guerre qu'il faut faire des polémiques", répond Darmanin
  40. Laurent Kérusoré (Plus belle la vie) en "guerre générale" : des internautes s'insurgent
  41. Coronavirus. Journal de « guerre » : l’infirmière nantaise prête au combat
  42. À la clinique comme à la guerre
  43. 43,0 43,1 43,2 et 43,3 Journal télévisé de 20h de France 2, le 20 mars 2020
  44. "On nous demande de partir à la guerre à mains nues" : face au coronavirus, les foyers d'accueil médicalisés démunis
  45. Elisabeth Borne : «Nous sommes entrés en économie de guerre»
  46. Coronavirus: «Nous sommes aussi en guerre économique»
  47. Nourrir un pays « en guerre » : la chaîne alimentaire sur le front
  48. «De la guerre sanitaire à la guerre économique et sociale»
  49. « Les Nations unies doivent déclarer une guerre mondiale au coronavirus »
  50. « Ce que nous vivons n'est pas une guerre »
  51. «Coronavirus: sommes-nous en guerre?»
  52. Hubert Bonin : « En 1914, l’urgence de la guerre conduit à une économie administrée »
  53. Serge Schweitzer, « « Nous sommes en guerre » : une faute de communication », sur www.contrepoints.org, (consulté le 11 février 2021)
  54. Raphaël Piastra, "« Nous sommes en guerre » ?…", Revue politique et parlementaire, Colin, 2020 (Hal-archives ouvertes) Disponible sur : Raphaël Piastra, « « Nous sommes en guerre » ?… », sur www.revuepolitique.fr, (consulté le 11 février 2021)
  55. Patrick Martin-Genier, Dire que nous sommes en "guerre" n'a-t-il pas aggravé la crise?, 25/03/2020
  56. Le Point (repris dans Anne Saurat-Dubois avec Clément Boutin, "Nous sommes en guerre": Macron dit avoir voulu créer un "électrochoc" avec cette expression, 16/12/2020
  57. Anthony Berthelier, Covid-19: Macron justifie l'expression "nous sommes en guerre", Le HuffPost avec AFP, 16/12/2020
  58. https://www.france24.com/en/live-news/20210104-pressure-grows-on-macron-over-french-vaccination-fiasco 4/01/2021
  59. Alexandre Joux, « Les représentations du traitement médiatique de la crise sanitaire par ceux qui l’ont couverte », documentaire (20’) sous forme de projet pédagogique et de recherche, disponible en ligne : https://festivaljeudeloie.fr/projet/les-representations-du-traitement-mediatique-de-la-guerre-sanitaire-par-ceux-qui-lont-couverte-16-mars-13-avril-2020/. Festival des sciences sociales et des arts, décembre 2020, Marseille, France.
  60. A. Guéry, J. Montupet, Souvenirs : retour sur l'année 2020 et ses montagnes russes d'émotions, 26/12/2020
  61. Twitter : l’année 2020 en 3 Tweets !, 29/12/2020
  62. "PM says Greece at war with 'invisible enemy' coronavirus", Reuters, 17/03/2020.
  63. Eszter Zalan, « EU struggles to contain corona economic fallout »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogle • Que faire ?), euobserver.com, 17/03/2020.
  64. André Dumoulin, « L’armée belge face au Covid-19 : le choix de la sémantique », Revue Défense Nationale, vol. 831, n°6, 2020, p. 131-136 (Cairn)
  65. "Never, ever, should a government use war as a metaphor in a time of peace." Simon Jenkins FRSL, Why I'm taking the coronavirus hype with a pinch of salt (archived)", The Guardian, 6 mars 2020.
  66. "I'm a wartime president. This is a war — a different kind of war than we’ve ever had.", CNBC, Emma Newburger.
  67. https://www.parismatch.com/Actu/International/Joe-Biden-declare-la-guerre-au-Covid-1722786
  68. https://www.liberation.fr/planete/2021/01/22/face-au-covid-joe-biden-promet-un-effort-de-guerre_1818207/
  69. https://www.cnews.fr/france/2021-02-15/le-professeur-didier-raoult-publie-ses-carnets-de-guerre-covid-19-et-assume-tout

Articles connexes[modifier]

Mesures spéciales que ces discours ont annoncées :

  • Confinements de 2020 en France
  • État d'urgence sanitaire
  • Hôpital militaire de Mulhouse
  • Opération Résilience



Autres articles de l'univers Emmanuel Macron : Rhétorique politique de guerre dans la pandémie de Covid-19


Erreur Lua dans Module:Catégorisation_badges à la ligne 170 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).Erreur Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 189 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).


Autres articles des thèmes Politique française politique française ET maladies infectieuses : Rhétorique politique de guerre dans la pandémie de Covid-19

Autres articles des thèmes maladies infectieuses ET Années 2020 années 2020 : Coronavirus party, Liste de personnalités mortes de la maladie à coronavirus 2019, Rhétorique politique de guerre dans la pandémie de Covid-19, Aspects genrés de la maladie à coronavirus 2019

Autres articles des thèmes politique française ET Années 2020 années 2020 : Élection présidentielle polynésienne de 2023, Rhétorique politique de guerre dans la pandémie de Covid-19

Autres articles du thème Politique française politique française : Librairie française, Patrick Guiol, République et socialisme, Frédéric Couchet, Cercle Marc-Bloch, La Boîte à idées, Olga Trostiansky

Autres articles du thème maladies infectieuses : Liste de personnalités mortes de la maladie à coronavirus 2019, Aspects genrés de la maladie à coronavirus 2019, Coronavirus party, Rhétorique politique de guerre dans la pandémie de Covid-19

Autres articles du thème Années 2020 années 2020 : Wuhan files, Ligue des nations de la CONCACAF 2021-2022, Attentat de Chaman, Lettres en pagaille, DUIS. L'école de la normalité, Festival Normandie impressionniste 2020, Corona Pops

Autres articles du thème coronavirus 2019 : Applaudissements aux fenêtres pendant la pandémie de Covid-19, MACE E-PAI ANALYSIS COVID-19, Wuhan files, Rhétorique politique de guerre dans la pandémie de Covid-19

Autres articles du thème France : Institut de l'engagement, Championnat de France de rugby à XV d'entreprises, MSH International, PRO-SMEn, La Gazette du canton de Sceaux, Asian Shan, Paul Henri Durand-Cazelles


Cet Article wiki "Nous sommes en guerre" est issu de Wikipedia. La liste de ses auteurs peut être visible dans ses historiques et/ou la page Edithistory:Nous sommes en guerre.


Les cookies nous aident à fournir nos services. En utilisant nos services, vous acceptez notre utilisation des cookies.