Bienvenue sur EveryBodyWiki ! Créez un compte ou connectez vous pour participer, améliorer ou créer un article, une biographie (la vôtre ?), une page entreprise...


Jacques Breyer

De EverybodyWiki Bios & Wiki

Erreur Lua dans Module:Wikidata à la ligne 118 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).

Jacques Breyer (né le à Noyon et mort le au Pouliguen), est un auteur ésotériste, père du néo-templarisme.

Biographie[modifier]

Né en 1922 d'une famille de viticulteurs, Jacques Breyer passe son enfance en Anjou. Ses études secondaires sont interrompues par la guerre, et il s'engage dans la Résistance. Arrêté par la Gestapo en 1944, il est déporté à Buchenwald puis Flöha, où il rencontre Robert Desnos[1].

Tuberculeux et grand invalide de guerre, il va se soigner dans les Pyrénées. Héritant d'objets ayant appartenu à son grand-père compagnon tailleur de pierre, dont un grimoire de plantes médicinales, il va entamer une quête initiatique qui durera toute sa vie[1].

En 1952 il s'installe pendant sept ans au château d'Arginy à Charentay dans le Beaujolais, dans lequel aurait été caché le trésor des Templiers, et où il se lance dans des opérations théurgiques[1]. Il y lance une résurgence de l'ordre du Temple médiévale, avec, entre autres le journaliste Marcel Veyre de Bagot et l'alchimiste et astrologue Armand Barbault : « À l’issue d’une opération particulière, conduite le , les trois occultistes sont convaincus d’entrer en contact avec l’égrégore de l’Ordre du Temple médiéval et ce sera pour eux le jour d’une "nouvelle ère du Temple" ». Pendant cette période il publie Dante alchimiste (1957) et Arcanes solaires ou les secrets du temple solaire (1959). En 1959, Breyer retourne à Paris, et en 1964, il se dissocie d'une partie du groupe, au sein duquel Jean Soucasse fondera en 1967 un Ordre souverain du Temple solaire (OSTS)[1].

De 1968 à 1975, Breyer dirige des ateliers de métaphysique et travaille en solitaire sur l'alchimie, la théurgie et le symbolisme. C’est dans cette période qu’il publie son œuvre majeure : Terre-Oméga (La Voie - L’Arcane - Les Clefs).

De 1978 à 1991, il participe à la création du Centre Ergonia (qui sera son éditeur jusqu’à son décès) où il fera de nombreuses conférences. Invité par la fondation Golden way de Luc Jouret et Joseph Di Mambro, il s'éloigne en 1987 et condamne en 1994 ce qui était devenu l'Ordre du Temple solaire[1].

Il meurt en 1996.

Œuvres[modifier]

2017-fr.wp-orange-source.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (janvier 2021)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.
  • 1957 : Dante alchimiste (1957), Paris, La Colombe. (1er tome paru, L'Enfer)
  • 1959 : Arcanes solaires (1959), Paris, La Colombe.
  • 1970 : Oubah (1970), Paris, édité par l'auteur. Pièce satirique.
  • 1970 : Le Dieu mauve, inédit. Pièce satirique.
  • 1974 : Terre-Oméga (1974), Paris, 2ème éd. 1988, Ergonia.
  • 1979 : Au Dessus des Tombeaux (1979), Paris, Ergonia.
  • 1979 : L'Arbre du Thot. Tarot (1979), Paris, Ergonia.
  • 1984 : Vaincre la Seconde Mort. (1984), Paris, Ergonia.
  • 1989 : Le Philosophe. (1989), Paris, édité par l'auteur.
  • 1990 : Les Forces Occultes du Bonsaï. (1979), Paris, 2ème éd.1990 Ergonia.
  • 1992 : Il faut souffrir pour être beau. (1992), Paris, édité par l'auteur.
  • 1994 : Clefs Opératives Vérifiées. Comment Tirer notre Épingle du Jeu. (1994), Paris, co-édité par l'auteur et Ergonia.
  • Conférences enregistrées de 1972 à 1994, Éditions Ergonia.

Notes et références[modifier]

  1. 1,0 1,1 1,2 1,3 et 1,4 (en) Yves Marie Hilaire (dir.), Jean Marie Mayeur, Jean-Pierre Chantin (dir.) et al., Dictionnaire du monde religieux dans la France contemporaine, t. 10 : Les marges du christianisme "sectes", discideces, ésotérisme, Paris, Beauchesne, , 277 p. (ISBN 978-2-7010-1418-0, OCLC 422174063, présentation en ligne), « Jacques Breyer par Serge Caillet »

Voir aussi[modifier]

Bibliographie[modifier]

  • (en) Yves Marie Hilaire (dir.), Jean Marie Mayeur, Jean-Pierre Chantin (dir.) et al., Dictionnaire du monde religieux dans la France contemporaine, t. 10 : Les marges du christianisme "sectes", discideces, ésotérisme, Paris, Beauchesne, , 277 p. (ISBN 978-2-7010-1418-0, OCLC 422174063, présentation en ligne), « Serge Caillet : Jacques Breyer »

Liens externes[modifier]

  • Erreur Lua dans Module:Autorité à la ligne 424 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).
  • Erreur de script : la fonction « tout » n’existe pas.
  • Erreur Lua dans Module:Dictionnaires à la ligne 101 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).
  • Site officiel
  • Site des Editions Ergonia, éditeur de Breyer depuis 1978 .
  • Interview sur les archives de l'INA


Erreur Lua dans Module:Catégorisation_badges à la ligne 170 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).Erreur Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 189 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).


Autres articles du thème Religions et croyances religions et croyances : Malédiction d'août, John Sebastian Marlowe Ward, Jacky Cordonnier, Christianisme non théiste, François Villée, La vision d'Augustus, Lucifer et Ahriman

Autres articles du thème Seconde Guerre mondiale Seconde Guerre mondiale : Cécile Detournay, Freies Deutschland, Lucien Defays, Commission juridique italo-allemande, René Hislaire, Heinrich Wicker, Walter Burniat


Cet Article wiki "Jacques Breyer" est issu de Wikipedia. La liste de ses auteurs peut être visible dans ses historiques et/ou la page Edithistory:Jacques Breyer.


Les cookies nous aident à fournir nos services. En utilisant nos services, vous acceptez notre utilisation des cookies.