Bienvenue sur EveryBodyWiki ! Créez un compte ou connectez vous pour participer, améliorer ou créer un article, une biographie (la vôtre ?), une page entreprise...


Fédération de l'Art Urbain

De EverybodyWiki Bios & Wiki


Demander une suppression de contenu

Fédération de l'Art Urbain
Logo de l’association
Cadre
But Soutenir et promouvoir l'art urbain
Fondation
Fondation Octobre 2018
Identité
Siège Erreur Lua dans Module:Wikidata à la ligne 118 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).
Président Jean Faucheur
Membres Erreur Lua dans Module:Wikidata à la ligne 118 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).
Site web Erreur Lua dans Module:Wikidata à la ligne 118 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).

La Fédération de l'Art Urbain est une association créée en octobre 2018[1] et soutenue par le ministère de la Culture. Elle représente les acteurs et actrices de l’art urbain, qu’ils soient amateurs, professionnels indépendants, artistes, associations ou d’autres structures[2].

Elle œuvre pour le soutien et la promotion de l'art urbain en France. Son principal objectif est d’encourager la reconnaissance artistique de l’art urbain et de ses pratiques, du professionnel à l’amateur[3].

Historique[modifier]

Au printemps 2018, Jean Faucheur et l'association Planète Emergences ont été missionnés pour préparer l’exposition « À l’échelle de la ville », organisée par le ministère de la Culture, autour des façades du ministère à Paris[4],[5].

Dans ce cadre, ils ont proposé à l’artiste Le Module de Zeer de réaliser un projet sur les colonnes du jardin du Palais-Royal, en face de l’œuvre Les Deux Plateaux de Daniel Buren[6]. Malgré le bon déroulé de l'exposition, Daniel Buren a demandé, trois semaines plus tard, le décrochage de l'œuvre [7]. Ainsi, l'œuvre du Module de Zeer a été retirée par le ministère de la Culture sans consulter Le Module de Zeer[8].

À la suite de cet acte, deux décisions ont été prises. D'une part, le ministère de la Culture a commandé une étude à l'association le M.U.R. pour dresser un état des lieux de l'art urbain en France[9]. Selon Jean Faucheur, alors vice-président du M.U.R., cette étude a notamment « mis le doigt sur des déficits […] le premier déficit est un déficit de reconnaisse institutionnelle […] institutionnellement parlant on n'existe pas »[10]. Et, d'autre part, le ministère a soutenu la création d'une Fédération qui pourrait « porter des recommandations et peut-être même parfois des récriminations »[11]

La Fédération de l'Art Urbain a ainsi été créée en octobre 2018 par des acteurs du champ de la création contemporain[12],[13]. La Fédération est actuellement présidée par Jean Faucheur[14],[15].

Activités[modifier]

La Fédération de l’Art Urbain a vu le jour grâce au soutien financier de la direction générale de la Création artistique du ministère de la Culture. L’obtention d’une subvention a permis une embauche salariale et le lancement de plusieurs projets à partir de l'automne 2019[16].

En se basant sur les conclusions de l’Étude nationale sur l'Art Urbain[17] et les rencontres qu'elle mène depuis plusieurs mois, la Fédération porte des missions afin de soutenir et promouvoir l'art urbain en France qui, selon Stéphanie Lemoine, regroupe de nombreux artistes autour d'un même « petit dénominateur commun : la rue »[18].

Elle cherche notamment à donner une « dimension collective à un mouvement qui ne se retrouve pas dans ce genre association »[19] ainsi qu'à porter « les problématiques et les aspirations de l’art urbain sur le devant de la scène », défendre le milieu de l'art urbain « ainsi que sa singularité », proposer « des réponses concrètes à la professionnalisation de l’artiste tout en confortant ses pratiques artistiques. » Autrement dit, « il s’agit d’encadrer et encourager les actions de médiation de cette pratique, de porter une exigence d’expertise de ce milieu auprès des élus et des institutions culturelles, de valoriser la visibilité artistique de l’art urbain en soutenant toute démarche de recherche scientifique et de diffusion auprès des publics[20]. »

Ses missions premières sont de mettre en réseau les adhérents afin qu'ils puissent échanger et se structurer « au sein d'une association représentative de leurs intérêts et interlocutrice du Ministère de la Culture »[21]. De même, elle accompagne les pratiques des acteurs de l'art urbain et valoriser l’art urbain sous toutes ses formes[22] mais aussi, comme l'explique Cécile Cloutour, coordinatrice générale de la Fédération, de « [réfléchir] à ce que veux dire l'art urbain aujourd'hui [et] est-ce que l'art urbain doit s'institutionnaliser »[23].

Rencontres collectives[modifier]

2019[modifier]

La Fédération a lancé une première campagne d’adhésion à l'automne 2019. Des artistes, des professionnels, des associations et d'autres structures ont rejoint la Fédération et ont été conviés à des rencontres collectives autour de thématiques ciblées et une assemblée générale en octobre 2019.

2020[modifier]

La Fédération a poursuivi ses rencontres en 2020, comme le souligne Jean Faucheur :

« Une des autres missions que l'on a actuellement c'était d'avoir des rencontres […] avec toutes nos structures et d'autres […] pour aller à la rencontre des gens. Souvent ce qui se passe chez beaucoup de ces associations, de ces structures et des artistes qui les composent, il y a un sentiment d'isolement et de réjection […] parce que souvent le contact avec les structures artistiques institutionnelles locales les DRAC, les FRAC c'est compliqué »[10]

La Fédération de l'Art Urbain a été partenaire de la journée de conférences consacrée à l'art urbain et à ses pratiques, organisée le 6 octobre 2020 au Hangar 107 par la Ville de Rouen, dans le cadre du festival Rouen Impressionnée[24].

De même, le 16 octobre 2020, la Fédération de l'Art Urbain et la ville de Rennes ont organisé des rencontres professionnelles dédiées à l'art urbain le vendredi 16 octobre 2020, à la Salle de la Cité de Rennes, dans le cadre de la rentrée des arts visuels organisées à Rennes[25].

Accompagnement professionnel[modifier]

Pour tenter de répondre à ces enjeux, d'œuvrer à « la reconnaissance artistique de ce mouvement »[26] et d'accompagner les acteurs dans la réalisation de leurs projets, la Fédération de l'Art Urbain cherche à développer des ressources, telles que des outils professionnels et informations sur l'art urbain. Elle organise des sessions d'information, par exemple sur la question de la responsabilité pénale des artistes urbains[27] puisque, comme l'explique Christian Gerini, le droit est « très complexe en matière de street art car, par définition, celui-ci est offert à tous, sur des supports où il est au départ interdit »[28]. L'art urbain pose en effet de nombreuses questions juridiques que la Fédération souhaite questionner, comme le précise son Président, Jean Faucheur : « L'art urbain est un art de la contradiction qui aime mettre le doigt là où ça fait mal. Il pose une question essentielle : à qui appartient la rue[29] ? »

Critiques et questionnements[modifier]

La Fédération de l'Art Urbain se voit néanmoins reprocher sa centralisation. En effet, les acteurs fondateurs sont presque tous parisiens et proches du Ministère de la Culture, ce qui « pose la question de la capacité des acteurs éloignés du centre à en influencer les orientations »[21].

Notes et références[modifier]

  1. « Calais - Pour l’artiste Jean Faucheur “l’art urbain au musée est légitime” », sur La Voix du Nord, (consulté le 5 novembre 2020).
  2. « #Interview - Orbiane Wolff, directrice de Superposition - YouTube », sur youtube.com (consulté le 6 novembre 2020).
  3. « Conférences – Peinture Fraiche Festival 2020 » (consulté le 26 mars 2021)
  4. « À l'échelle de la ville ! », sur Planète Émergences (consulté le 6 novembre 2020).
  5. Etude national sur l'art urbain, (lire en ligne), p. 6.
  6. « Graffiti : l'urgence patrimoniale », sur Superposition, (consulté le 6 novembre 2020).
  7. « Buren fait décrocher l’œuvre d’un street-artiste », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 25 mars 2021)
  8. Par V. G. avec AFPLe 26 mai 2018 à 23h57, « Paris : Daniel Buren fait retirer une oeuvre de street art en face de ses colonnes », sur leparisien.fr, (consulté le 6 novembre 2020).
  9. « Art urbain », sur culture.gouv.fr (consulté le 21 octobre 2020).
  10. 10,0 et 10,1 K-Live Keep in Touch - Entretien avec Jean Faucheur (lire en ligne)
  11. « LE STREET ART DOIT-IL SE FÉDÉRER POUR SURVIVRE ? – URBAN ARTS » (consulté le 25 mars 2021)
  12. « Graffiti : l'urgence patrimoniale », sur Superposition, (consulté le 25 mars 2021)
  13. Chaima Ben Haj Ali, David Demougeot, Jean Faucheur, Élise Herszkowicz, Bob Jeudy, Gautier Jourdain, Christine Jugla et Christian Omodeo.
  14. Julien Boudisseau, « Jean Faucheur: «Les artistes de rue seront demain dans les musées» », sur Le Figaro.fr, (consulté le 6 novembre 2020).
  15. Accompagné de cinq vice-présidents :
    David Demougeot, directeur artistique du festival Bien Urbain (Besançon) ;
    Élise Herszkowicz, directrice de l’association Art Azoï (Paris) ;
    Bob Jeudy, président de l’association Le M.U.R. (Paris) ;
    Gautier Jourdain, directeur artistique du festival Wall Street Art (Grand Paris Sud) ;
    Christian Omodeo, directeur de l’agence-librairie Le Grand Jeu (Paris).
    Le secrétariat a été assuré par Chaima Ben Haj Ali et la trésorerie par Christine Jugla.
  16. « Rapport d'activité 2018-2019 », sur Fédération de l'Art Urbain (consulté le 21 octobre 2020).
  17. Etude nationale sur l'art urbain, (lire en ligne), p. 93-96.
  18. Encyclopædia Universalis, « ART URBAIN », sur Encyclopædia Universalis (consulté le 10 novembre 2020).
  19. Jean Faucheur in Emmanuelle Dreyfus, « L'élan collectif », Graffitiart (numéro 52),‎ octobre-novembre 2020, p.62.
  20. Etude nationale sur l'art urbain, (lire en ligne), p. 96.
  21. 21,0 et 21,1 Julie Vaslin, Gouverner les graffitis, PUG, (ISBN 978-2-7061-4719-7), p.113
  22. N.C, « C'Beau se décline au national », Journal de la Haute-Marne,‎
  23. « L'art urbain en pratiques | vidéo 1 à 6'13 min », sur rouenimpressionnee.fr (consulté le 6 novembre 2020).
  24. Voir sur rouenimpressionnee.fr.
  25. « Actu | Rencontres professionnelles Arts Visuels », sur rue.bzh (consulté le 6 novembre 2020).
  26. « LE STREET ART DOIT-IL SE FÉDÉRER POUR SURVIVRE ? – URBAN ARTS » (consulté le 26 mars 2021)
  27. Olivier Pardo + Associés | Avocats, « La responsabilité pénale des artistes urbains », sur OPLUS, (consulté le 3 novembre 2020).
  28. Christian Gerini, « Le street art, entre institutionalisation et altérité », Hermès, La Revue,,‎ 2015/2 (n° 72), p. 103-112 (ISSN 0767-9513, lire en ligne)
  29. Jean Faucheur, « "L'œuvre dans l'espace public pose plusieurs problèmes juridiques en suspens". Entretien avec Jean Faucheur,artiste et président de la Fédération de l'Art Urbain », Journal Spécial des Sociétés,‎ , p. 30 (lire en ligne)

Erreur Lua dans Module:Catégorisation_badges à la ligne 170 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).Erreur Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 189 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).


Autres articles des thèmes Associations associations ET Arts arts : L'Atelier du bruit, Centre de créations pour l'enfance de Tinqueux, Artistes sans frontières, Street art sans frontières

Autres articles du thème Associations associations : Organisation du renouveau estudiantin, Coral Guardian, Groupe de recherche Achac, Sauvegarde de Seine-Saint-Denis, Comparatif des frais de gestion et d'acquisition des mutuelles santé, Direct Action Everywhere France, Association Urban

Autres articles du thème Arts arts : Étienne-Anne Escudier, Philippe Lechien, Geoffrey Dorne, Jules Franck Mondoloni, Sophia Jansson, Moyen d'expression (art), Groupe du Denis-Martin


Cet Article wiki "Fédération de l'Art Urbain" est issu de Wikipedia. La liste de ses auteurs peut être visible dans ses historiques et/ou la page Edithistory:Fédération de l'Art Urbain.


Les cookies nous aident à fournir nos services. En utilisant nos services, vous acceptez notre utilisation des cookies.