Bienvenue sur EveryBodyWiki ! Créez un compte ou connectez vous pour participer, améliorer ou créer un article, une biographie (la vôtre ?), une page entreprise...


Pierre Antonini (syndicaliste)

De EverybodyWiki Bios & Wiki
Aller à : navigation, rechercher

Erreur Lua dans Module:Wikidata à la ligne 114 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).

Pierre Antonini est un syndicaliste enseignant et homme politique français, né le à Paris, et décédé le .

Biographie[modifier | modifier le wikicode]

Après des études au Lycée de Nice (devenu Lycée Masséna), puis celui de Valence, il entre à la faculté des lettres de Montpellier en 1939.

Il entame sa carrière d'enseignant en 1946, comme "délégué rectoral" au Lycée de Montpellier, avant d'obtenir le CAEC. Il enseigne alors à Lodève, puis à Sète, avant d'être muté en 1948 au Lycée Joffre de Montpellier, qu'il ne quittera plus jusqu'à sa retraite.

Syndiqué au SNES dès son entrée dans le métier d'enseignant, il se retrouve dans les positions de la tendance "cégétiste" qui refuse la scission de la CGT. Tout en militant à la FEN, il maintient son adhésion à la CGT jusqu'en 1954, année où le Parti Communiste Français décide d'appeler ses membres à abandonner la double affiliation, ce qui condamne la FEN-CGT.

En 1955, il est élu à Commission administrative nationale du SNES sur la liste "cégétiste" (dite "liste B"). Deux ans plus tard, à la faveur d'une crise interne à la section académique du SNES de Montpellier, il est élu secrétaire académique du syndicat, alors que son courant y est minoritaire. Aux élections suivantes, celles de 1959, sa liste obtient la majorité absolue. Il est reconduit à la tête de la section académique, et ce pour plus de 20 ans, puisqu'il ne l'abandonnera qu'au moment de sa retraite, en 1982.

Parallèlement, il mène au sein de la section départementale de la FEN de l'Hérault une rude bataille contre le courant "autonome", majoritaire au niveau national. Dans cette section très divisée, chaque élection voyait les frontières se déplacer. Pierre Antonini fut ainsi élu secrétaire départemental de 1964 à 1968, puis de 1972 à 1973, et enfin de 1975 à 1976, année où il démissionna à la suite de son élection comme conseiller général.

En 1967, il est élu au Bureau national du SNES. Lorsque, l'année suivante, sa tendance Unité et Action (ex-cégétiste) obtient la majorité absolue, il préfère conserver ses responsabilités locales et n'entre pas dans la direction nationale, tout en occupant une place de premier plan dans la nouvelle majorité.

Tout comme le nouveau secrétaire général, André Drubay, Pierre Antonini a la particularité de ne pas appartenir à la mouvance communiste dont l'influence est alors très forte au sein d'Unité et Action. Membre du Parti socialiste SFIO en 1945, il le quitte rapidement pour participer à la création du petit parti "Nouvelle Gauche", avant de rejoindre l'Union de la gauche socialiste et donc logiquement le Parti socialiste unifié à la création de celui-ci.

Activités syndicales et politiques[modifier | modifier le wikicode]

Contrairement à d'autres militants syndicaux, Pierre Antonini mena de front son activité syndicale et politique. Candidat sur une liste municipale de gauche à Montpellier en 1947, pour l'UGS aux cantonales de 1954, il mène une liste à la municipale montpelliéraine de 1959, il est aussi candidat du PSU aux législatives de 1967 et 1968.

Son adhésion en 1973 au Parti Socialiste vient d'ailleurs perturber le débat interne à la FEN départementale, dans la mesure où le courant Unité Indépendance et Démocratie, qu'il combat dans la fédération enseignante, est animé principalement par des socialistes.

Sa proximité personnelle avec le nouvel homme fort du PS Héraultais, Georges Frêche, l'aidera à emporter l'élection cantonale de 1976 et d'être élu vice-président du Conseil général. Il n'est cependant pas réélu en 1982. Il ne participe alors plus aux joutes électorales, mais aura un rôle très actif dans la fédération départementale du PS, devenant à la fin des années 1980 un des principaux animateurs du courant "jospiniste" dans ce département.

Pendant toutes ces années, il n'abandonne pas la vie syndicale. Il reste, même après sa retraite, membre du Bureau national du SNES jusqu'en 1990, et membre de la C.a. nationale jusqu'en 2001. De 1993 à 1999, il est secrétaire national de la catégorie "retraités" (élu directement par tous les retraités adhérents du syndicat) de son syndicat.

Pierre Antonini eut par ailleurs des responsabilités locales au sein de la Ligue des droits de l'homme et l'Union Rationaliste. Il fut aussi dans les années 1980 délégué départemental de l'éducation nationale.

Sources[modifier | modifier le wikicode]

    Thème(s) :
  • Portail du syndicalisme Portail du syndicalisme
  • Portail de la politique française Portail de la politique française

Erreur Lua dans Module:Catégorisation_badges à la ligne 154 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).Erreur Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 175 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).


Autres articles des thèmes syndicalisme ET politique française : Didier Patte, Suzanne Marton, Gérard Alaphilippe, Centre d'études et de recherches sur les mouvements trotskyste et révolutionnaires internationaux, Michel Thooris, Espace nouveau jeune

Autres articles du thème syndicalisme : Michel Thooris, Alain Olive, Syndicat professionnel des métiers et services de l'animal familier, Liste des dirigeants des principaux syndicats, Fédération Force ouvrière des personnels des services publics et des services de santé, Fédération des jeunes agriculteurs, La Déferlante (association)

Autres articles du thème politique française : Jean-Marie Darmian, Céline Pina, Liste des porte-parole du ministère français de l'Intérieur, Conseil départemental de la jeunesse, des sports et de la vie associative, Bobards d'or, Groupe Liaisons, Jean-Marie Molitor


Cet Article wiki "Pierre Antonini (syndicaliste)" est issu de Wikipedia. La liste de ses auteurs peut être visible dans ses historiques et/ou sa sous page Pierre Antonini (syndicaliste)/edithistory.