Fort-CH

De EverybodyWiki Bios & Wiki
Aller à :navigation, rechercher

Erreur Lua dans Module:Wikidata à la ligne 118 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value). Fort–CH est l’entité suisse qui fédère tous les organisations civiles travaillant à la préservation et à la valorisation des fortifications et des installations militaires, que ce soit dans un but scientifique, historique ou de valorisation auprès du grand public.

Le patrimoine fortifié suisse[modifier]

Fort – CH vise à préserver un échantillonnage du patrimoine fortifié suisse d’époque moderne qui soit géographiquement et topologiquement représentatif.

Contrairement à la plupart des nations européennes, l’armée suisse a conservé opérationnel jusqu’à la fin du XXe siècle le gros des fortifications datant de l’époque de la Seconde Guerre mondiale, en les modifiant et en les modernisant partiellement.

Durant l’époque de la guerre froide, la Confédération suisse a continué à renforcer le terrain et à construire des ouvrages défensifs dans les régions frontières, ainsi que sur le plateau suisse et dans le réduit national. Ce patrimoine militaire comprend des barricades sur route, des obstacles antichars, des ouvrages minés semi-permanents, des abris, des ouvrages d’artillerie et des bunkers de défense antichars, mais aussi des postes de commandement, des installations logistiques, des cavernes d’aviation, sans oublier les abris antiatomiques militaires et civils.

Entre 1993 et 2006, le Département fédéral de la défense, de la protection de la population et des sports (DDPS) a établi, pour chaque canton, un inventaire des fortifications, en leur attribuant un degré d’importance national, régional ou local en fonction de leur intérêt et de leur spécificité.

À la suite de la déclassification d’une partie des ouvrages fortifiés et des renforcements du terrain, s’est posée la question de la reprise de ces fortifications modernes. Le fait que ces installations sont demeurées pleinement opérationnelles jusqu’à leur déclassement a contribué à les maintenir, tant du point de vue des installations techniques que de l’armement. La plupart des fortifications, entretenues par les organismes membres de l'association, sont aujourd’hui ouvertes au public.

Organisations membres[modifier]

Créé en 1997, l'association rassemblait au départ treize organisations membres. En 2007, elle regroupe 42 organisations réparties dans dix-huit cantons. Les organisations membres sont indépendantes et autonomes du point de vue de leur gestion, de leur mode d’exploitation et de leur financement.

Les conditions d’admission dans l'association sont les suivantes :

  • Institution de droit public ou
  • Personne juridique selon le droit civil suisse
  • Préservation d’installations fortifiées ou militaires dans une perspective historique et
  • Ouverture des installations fortifiées au public.

Le patrimoine militaire représenté par l'association[modifier]

Le nombre des fortifications gérées par les différents organismes membres comprend, en 2011, vingt gros ouvrages d’artillerie, plusieurs centaines de fortifications de tous types comprenant des ouvrages et des bunkers d’infanterie, des barrages antichars et des positions d’artillerie, ainsi que de nombreuses autres installations militaires de tous genres.

Certaines organisations gèrent en outre des musées, comme le musée militaire des troupes du train à St. Luzisteig (SG), le Schweizerische Militärmuseum à Full (AG), la base de missiles antiaériens BL-64 ZG Bloodhound à Menzingen (ZG) ou encore le musée de la Garde suisse pontificale dans le fort d’artillerie de Naters (VS).

Lien externe[modifier]

Erreur Lua dans Module:Catégorisation_badges à la ligne 170 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).Erreur Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 189 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).


Autres articles du thème Histoire militaire militaire : Jean-Claude Laboria, Eugène Droulers, René de Quatrebarbes, Liste des batailles de l'Honorverse, Pierre de Barrau, Utilisation d'armes chimiques au Yémen par l'Arabie saoudite, Michel Elesse Yombentole

Autres articles du thème Suisse Suisse : Tournois NSFL Flag 2008, Tournois NSFL Tackle 2007, Global Blue, Nereus (presse), Alice Holzhey-Kunz, Philipp Gmür, Olivier Racine


Cet Article wiki "Fort-CH" est issu de Wikipedia. La liste de ses auteurs peut être visible dans ses historiques et/ou la page Edithistory:Fort-CH.