Campus délocalisés de l'Institut d'études politiques de Paris

De EverybodyWiki Bios & Wiki
Aller à :navigation, rechercher

En dehors du site historique de Paris, l'institut d'études politiques de Paris, aussi communément appelé Sciences Po, compte depuis les années 2000 des sites délocalisés spécialisés[1], formant ainsi un collège universitaire commun à toutes les entités.

Spécialisations et localisations[modifier]

Les différents campus délocalisés de l'IEP sont disséminés à travers l'hexagone, chacun se consacrant à une autre partie du globe :

  • L'annexe de Reims : les études franco-américaines.
  • L'annexe du Havre : les études franco-asiatiques.
  • L'annexe de Menton : les études franco-arabes.
  • L'annexe de Dijon : les études franco-slaves.
  • L'annexe de Nancy : les études franco-allemandes.
  • L'annexe de Poitiers : les études ibéro-latino américaines.

Compléments au site parisien[modifier]

Ces annexes, qui accueillent les étudiants en 1re et 2e année, avant qu'ils ne rejoignent le site parisien, offrent des formations moins généralistes et plus ouvertes sur l'international, tout en gardant l'esprit non professionnalisant[2]. Toutes profitent du label du site parisien, ce qui leur confère la même valeur. Aussi, elles complètent l'offre de formation proposé par l'IEP parisien.

Elles sont aussi situées dans des villes n'accueillant pas déjà un institut d'études politiques, ce qui dote la France d'un plus grand maillage en études de sciences politiques.

Montée en puissance du campus de Reims[modifier]

À terme, plus d'étudiants suivront leur cursus sur le campus de Reims[3], pour devenir le premier lieu d'accueil du premier cycle, avec 1 600 élèves au total[4]. Reims constitue un axe de développement pour Sciences Po, à l'étroit à Paris, mais aussi pour son potentiel en matière de logement pour les étudiants.

Avec la délocalisation, c'est un plus que reçoivent les villes d'accueil. Ces dernières, villes moyennes, ont besoin d'éléments d'attractivité tels que celui de Sciences Po, pour faire face à l'émergence des métropoles françaises, beaucoup plus favorisées[5].

Notes et références[modifier]

  1. « Sciences po Paris : la voie internationale mène aux campus délocalisés », {{Article}} : paramètre « périodique » manquant, paramètre « date » manquant (lire en ligne, consulté le 6 novembre 2016)
  2. « Évaluation de Sciences Po », sur Aeres, (consulté le 8 novembre 2016)
  3. « Sciences Po Paris va délocaliser une grande partie de son premier cycle à Reims », Le Figaro Etudiant, {{Article}} : paramètre « date » manquant (lire en ligne, consulté le 6 novembre 2016)
  4. « En 2018, Sciences Po Reims accueillera 1 600 étudiants du premier cycle - France 3 Champagne-Ardenne », France 3 Champagne-Ardenne, {{Article}} : paramètre « date » manquant (lire en ligne, consulté le 8 novembre 2016)
  5. « Lukas Macek (Sciences Po Dijon) : « Le campus apporte un vrai plus à la région » », {{Article}} : paramètre « périodique » manquant, paramètre « date » manquant (lire en ligne, consulté le 8 novembre 2016)

Liens internes[modifier]

  • Institut d'études politiques de Paris
  • Institut d'études politiques
  • Science politique

Liens externes[modifier]

Collège universitaire



Autres articles de l'univers Instituts d’études politiques en France : Cardo (université de Strasbourg)

Erreur Lua dans Module:Catégorisation_badges à la ligne 170 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).Erreur Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 189 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).


Autres articles des thèmes Politique politique ET Paris Paris : Centre d'études diplomatiques et stratégiques

Autres articles du thème Grandes écoles grandes écoles : Cardo (université de Strasbourg), Jeune République (think tank), Arts et Métiers Business Angels, Audencia SciencesCom, Institut supérieur de logistique industrielle, Institut des techniques d'ingénieur de l'industrie des Pays de la Loire, Vertigéo

Autres articles du thème Politique politique : Élections régionales allemandes de 2009, Jeunes verts mondiaux, Ali Javadi, La Gouvernance de la Chine, Centre d'analyse et de prévision des risques internationaux, Sondages sur la personnalité politique préférée des Français, La France est la solution

Autres articles du thème Paris Paris : Miyu Productions, Vinapogée, Sylvie Angel, Art Azoï, Arlette Zilberg, Musée critique de la Sorbonne, Soirées Bis de la Cinémathèque française

Autres articles du thème Dijon Dijon : Radio Shalom Dijon, Monoprix (Dijon), Dijon, Convention .dijon//SAITEN

Autres articles du thème Reims : Institut Universitaire Professionnalisé (IUP) Transferts Thermiques de Reims, Auguste Subé, Louis Mozac, Chrysis (groupe), Éric Quénard, François Levavasseur (1808-1867), Eugène Rœderer

Autres articles du thème Le Havre : Jean-François Touzé, Arènes du Nord de la France

Autres articles du thème Nancy : Jehan Leclerc de Pulligney, Ellipse orange évidée par sept disques, Mohammed-Ali Benlahbib, Magnetica (exposition itinérante), Villers Handball, Cité scolaire Frédéric Chopin

Autres articles du thème Alpes-Maritimes : The Sustainable Design School, 2e étape du Tour de France 2020, Institut européen·European Institute, Bibliothèque et médiathèques de Grasse, Handball Mougins Mouans-Sartoux Mandelieu, SCOT de Nice, Famille Cagnoli

Cet Article wiki "Campus délocalisés de l'Institut d'études politiques de Paris" est issu de Wikipedia. La liste de ses auteurs peut être visible dans ses historiques.