Bienvenue sur EveryBodyWiki ! Créez un compte ou connectez vous pour participer, améliorer ou créer un article, une biographie (la vôtre ?), une page entreprise...


Thomas de Lussac

De EverybodyWiki Bios & Wiki




Thomas de Lussac, né le 3 octobre 1967 à Paris, est un designer français, dirigeant du studio de design « De Lussac ».

Biographie[modifier]

Parcours[modifier]

Thomas de Lussac se définit lui-même comme un « self-made designer ». Élevé dans le Perche, à Saint-Agil (Loir-et-Cher), il a hérité de son père, expert forestier et passionné de patrimoine rural, le goût des matériaux nobles et naturels comme le bois et la pierre[non neutre][réf. nécessaire]. Sa mère, architecte d’intérieur parisienne, lui transmet tôt une sensibilité artistique. Elle lui enseigne le dessin, la géométrie, la reconnaissance des styles dans l’univers du mobilier[réf. nécessaire]. Il pratique le dessin dès la petite enfance de manière éclectique, s’entraîne aussi bien au dessin d’architecture médiévale qu’aux caricatures du fond de la classe .

À l’âge de 20 ans, il se met à collectionner des objets américains des années 1930 à 1950 pour leur design, spécialement ceux inspiré du Streamlining[réf. nécessaire]. Son parcours d’étudiant est marqué par deux années passées à San Francisco, où il obtient un MBA (Master of Business Administration) en marketing international en 1991[réf. nécessaire]. Il s’y passionne pour la science-fiction, la culture américaine et l’histoire du design[réf. nécessaire]. .

De 1994 à 2002, Thomas de Lussac crée son propre bureau export et exerce le métier d’agent export pour des marques françaises de design et de décoration[réf. nécessaire]. Selon ses propres termes : « Ces voyages à travers toute l‘Europe et les États-Unis auront été ma rampe de lancement. Ils m’auront permis de construire ma bibliothèque créative personnelle, d’apprendre le terrain et la réalité, de vendre et d’être à l’écoute du client avant même d’avoir créé mon premier produit! »[réf. nécessaire]

Parallèlement, il s’attelle au dessin de ses premiers objets. Dès les débuts de son parcours de designer, il adopte, en tant qu’autodidacte, des points de vue originaux, loin des codes des écoles de design, et il ne s’impose aucune restriction dans la forme, l’usage et l’esthétique des objets. Sa toute première création, en 1998, un service en porcelaine de Limoges, diffusé dans la boutique parisienne Dîners en Ville, est acheté le jour même de son exposition par Catherine Deneuve.

En 2000, Thomas de Lussac crée « De Lussac Studio », son agence de design pour lancer sa propre production de meubles et d’objets en collaboration avec des artisans et des PMI françaises. Son travail se traduit par des recherches géométriques expérimentales, des jeux de volumes, et par l’utilisation de matériaux et de savoir-faire de haute qualité. Il dessine et édite sa première collection de mobilier et de luminaires, baptisée « Géométries », diffusée principalement à l’international. En 2001, il est remarqué par la société d’édition Roche Bobois avec qui il entame une intense collaboration en tant que designer et fournisseur, créant une cinquantaine de meubles et luminaires jusqu’en 2007, dont la table basse « Osmose », fabriquée en France et best-seller de la marque.

Dans les années 2005 à 2010, Thomas de Lussac diversifie ses univers. Il crée « Studio », sa 2e collection auto-éditée, basée sur des lignes épurées plus extrêmes et des jeux de matières, et vendue lors des salons de Paris, Milan, Tokyo, Londres…. Après une étude de marché réalisée pour Point P en 2008, le designer dessine en 2009 une collection de mobilier urbain ludique pour l’éditeur AFF Mobilier Urbain, basée sur l’idée que le mobilier urbain a une fonction sociologique, qu’il peut interférer avec les habitants et modifier leur comportement (banc « Roméo et Juliette »).

En 2008 toujours, il fait son entrée dans le luxe en créant des flacons de parfums pour la marque Davidoff. Il crée « T2L », sa 2e collection auto-éditée et ludique dont le concept est d’apporter un peu d’humour dans la création à travers des objets décalés et surtout abordables, loin des codes du « convenu chic », mais toujours produits en France. Le « Moonwalk », petit cosmonaute à tête d’ampoule inspiré du logo des panneaux routiers, best-seller de l’agence, illustre cette nouvelle direction. « Le pari était de concevoir un produit à partir d’une seule plaque de métal, sans perte de matière », revendique le designer. « Une découpe laser, un pliage et un simple montage électrique permet une fabrication française et un produit à 95 % recyclable ». Décliné en de nombreux personnages, il est encore vendu dans toute la France et à l’international.

L’année suivante, il conçoit, avec le joaillier Tanguy Lefébure, la collection « Tn’T Joailliers », basée sur l’association de la découpe laser et d’artisans formés place Vendôme. Le projet remporte une bourse Oseo « Investissements d’Avenir », avec le soutien du Lieu du Design.

En 2010, à l’occasion du salon de Milan, il est invité par l’hôtel Nhow à exposer ses créations et il est le seul designer français sélectionné par le magazine AD Italia sur trente candidatures.

Après avoir recherché dans ses créations à innover par la forme, la fonction ou l’aspect ludique, il privilégie à partir de 2011 l’innovation issue des progrès techniques. Il crée le premier surf gonflable en Drop Stitch, un tissu high tech, pour Surf’Air. La même année, il dessine le premier simulateur 6 axes de course automobile pour Ellip6. Puis, en 2012, il donne naissance, en collaboration avec La Pierre de France et Pesetti, à la table de repas la plus fine jamais réalisée en marbre, grâce au procédé Stone Performance qui permet la pose d’un panneau en pierre naturelle de grande dimension et de très fine épaisseur sur un support en nid d’abeille et fibre de verre (procédé certifié par le CSTB, Centre scientifique et technique du bâtiment).

À partir de 2012, Thomas de Lussac se lance dans le secteur du high-tech et des objets connectés. Il entame une réflexion sur l’intelligence des objets et sur le « design total », selon ses termes, qui suit une chaîne complète : du développement des nouvelles technologies à l’invention de nouveaux objets et applications, en passant par la naissance de nouveaux besoins et de nouvelles fonctions. En 2014, il crée, avec le fabricant Bell & Wyson, la première ampoule connectée Wifi, dotée d’un détecteur de fumée (« BW1.2 ») qui recueillera les prix majeurs du design français et qu’il décline l’année suivante en ampoule connectée intégrant une caméra et un micro (« BW Pix »). En 2016, il collabore avec le groupe La Poste sur un prototype de boîte à colis connectée, puis avec Bloomizon, une start up de la Bio Tech qui a créé un algorithme sur les besoins en vitamines de chacun.

Le designer continue néanmoins à œuvrer dans :

- l’artisanat : collaboration avec l’association Perche Bois pour la mise en valeur du savoir-faire des ébénistes du Perche et de la filière bois de la région Centre, avec le soutien de la Communauté européenne (table « Racine Carré », fauteuil « Louis XVI is back » ;

- le luxe : collection de bijoux pour Apiya ;

- la décoration : Collection de carreaux de ciment « Charme et Parquet ».

Démarche artistique[modifier]

Le travail de Thomas de Lussac se reconnaît par un regard très libre et décalé sur le design[réf. nécessaire]. Son style est souvent qualifié[Par qui ?] de futuriste, masculin, épuré mais ludique aussi[interprétation personnelle]. Son souhait, souvent exprimé[réf. nécessaire], est d’innover tour à tour par la forme, la fonction, l’humour et la technique et repose sur une connaissance des savoir-faire artisanaux, industriels et technologiques.

À travers ses projets dans la Bio Tech ou les Objets Connectés, .

Démarche marketing[modifier]

Défenseur du « Made in France », l’agence « De Lussac » engage, par un travail de conseil, les entreprises à sortir de la sous-traitance pour lancer leurs propres collections et accompagne aussi bien des starts up de la French Tech que des grands groupes dans leur démarche d’innovation, de l’idée à la production.

« Notre travail est d’utiliser le design comme outil marketing stratégique et levier sur les ventes et la communication, sans oublier le Graal de notre métier : la touche artistique, élément essentiel de l’acte d’achat », conclut le designer.


Créations marquantes[modifier]

2017-fr.wp-orange-source.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (indiquez la date de pose grâce au paramètre date)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

- Table basse Osmose, création en 2001, édition par Roche Bobois en 2004.

- Lampe Moonwalk, 2007, édition T2L.

- Lit Invitation’s, 2007, édition Studio.

- Fauteuil Platinum, 2007, édition Studio.

- Table basse « Zoom », 2008, édition Studio.

- Banc « Roméo et Juliette », 2009, édition AFF Mobilier Urbain.

- Bague « Toi&Moi », 2010, édition Tn’T Joailliers.

- Surf gonflable, 2011, édition Surf’Air.

- Table de repas « Airstone », 2012, édition La Pierre de France.

- Suspension « Solar », 2013, édition Studio.

- Lampe connectée détecteur de fumée « BW 1.1 », 2015, édition Bell & Wyson.

- Fauteuil « Louis XVI is Back », 2015, édition Perche Bois.

- Table de repas « Racines carré », 2016, édition Perche Bois.

Récompenses[modifier]

2017-fr.wp-orange-source.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (indiquez la date de pose grâce au paramètre date)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

- 2009 : Label Observeur du Design pour la table basse « Zoom » de Studio.

- 2010 : Sélection de Thomas de Lussac par le magazine AD Italia parmi les 30 designers français à suivre, et exposition dans l’hôtel milanais Nhow pendant le Salon du Meuble de Milan.

- 2011 : Label Observeur du Design du surf gonflable de Surf’Air.

- 2014 : Prix Janus de l’Industrie pour l’ampoule connectée détecteur de fumée « BW1.1 » de Bell & Wyson.

- 2015 : Prix Stratégies en Design Produit pour l’ampoule « BW 1.1 » de Bell & Wyson.

- 2015 : Étoile de l’Observeur du Design pour l’ampoule « BW 1.1 » de Bell & Wyson.

- 2015 : Prix Talent INPI pour l’ampoule « BW Pix » de Bell & Wyson.

Chiffres-clés[modifier]

2017-fr.wp-orange-source.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (indiquez la date de pose grâce au paramètre date)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

- 200 projets mis en production.

- Créations vendues dans 37 pays.

- Exposition dans 45 salons et expositions, notamment à Milan, Tokyo, Paris, Londres, Courtrai…

- 1000 parutions Media : presse, web, radio, TV.


Notes et références[modifier]

1. Institut Français du Design : http://www.institutfrancaisdudesign.fr/index.php/les-janus/les-laureats2014/item/18130-bellwyson-thomas-de-lussac

2. Parutions dans la presse grand public : http://thomasdelussac.tabfolio.me/Presse

3. Maison & Objet : http://www.maison-objet.com/fr/paris/exposants/septembre-2014/thomas-de-lussac

4. Journal du Design : http://www.journal-du-design.fr/design/table-racines-carre-par-de-lussac-71129/

5. Decofinder : http://www.decofinder.com/pp19380/Thomas_De_Lussac_Design_Lab.html

6. deco.fr : http://www.deco.fr/deco-style/decoration-style-design/actualite-504380-thomas-lussac-dernieres-creations.html

7. designboom.es : http://www.designboom.es/lectores/thomas-de-lussac-racine-carre-mesa-02-03-2016/

8. Alliance française des designers et de ses partenaires : http://www.designers-france.com/fiche-83/thomas_de_lussac/?ap=2

9. Muuuz : http://www.archidesignclub.com/magazine/rubriques/design/47491-thomas-de-lussac-table-racines-carré.html

10. aufeminin.com : http://www.aufeminin.com/video-deco/interview-thomas-de-lussac-n66507.html

11. Maisonapart : http://www.maisonapart.com/edito/decorer-s-inspirer-s-equiper/mobilier-rangement/une-table-qui-prend-racine-10512.php

12. Les Échos : http://technologies.lesechos.fr/mobilite/ce-que-les-objets-connectes-doivent-au-design_a-42-2223.html

13. Industrial Designers Society of America : http://www.idsa.org/user/26515

14. Coroflot : http://www.coroflot.com/delussac/portfolio

15. Erco : http://www.designboom.com/design/thomas-de-lussac-racine-carre-table-02-03-2016/

16. Cool Hunting : http://www.coolhunting.com/design/the-louis-xvi-is-back-chair

17. Crowdy House : https://www.crowdyhouse.com/fr/designer/thomas-de-lussac-design-lab/

18. Treehugger : http://www.treehugger.com/eco-friendly-furniture/tree-stump-table-thomas-de-lussac.html

19. Allo Marcel : https://allomarcel.com/blog/artisanat/rencontre-avec-thomas-de-lussac-designer.html

Voir aussi[modifier]

Liens externes[modifier]

Site officiel de l’agence De Lussac : http://delussac.fr


Erreur Lua dans Module:Catégorisation_badges à la ligne 170 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).Erreur Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 189 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).


Autres articles du thème Design design : Ferrari F80 Concept, Géraldine Prieur, 4murs, Daniel Corbin, Jacques Boily, Montre Lip Charles Lindbergh, Axel de Beaufort

Cet Article wiki "Thomas de Lussac" est issu de Wikipedia. La liste de ses auteurs peut être visible dans ses historiques.


Les cookies nous aident à fournir nos services. En utilisant nos services, vous acceptez notre utilisation des cookies.