Bienvenue sur EveryBodyWiki ! Créez un compte ou connectez vous pour participer, améliorer ou créer un article, une biographie (la vôtre ?), une page entreprise...


Méthode Sogny

De EverybodyWiki Bios & Wiki

Erreur Lua dans Module:Bandeau à la ligne 249 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value). Demander une suppression de contenu


La méthode Sogny est un système d'enseignement de la musique et du piano créé par le pianiste, compositeur et pédagogue Michel Sogny. Elle est développée et appliquée depuis 1974.

Origines[modifier]

À la suite d'une réflexion sur l'art de la transmission musicale, Michel Sogny remarque que l'enseignement de la musique a peu évolué depuis le XIXe siècle. C'est pourquoi il décide alors de reconstruire un système qui tient compte de l'évolution des paramètres nécessairement différents à la fin du XXe siècle[1],[2] Dans un premier temps, la méthode Sogny s'adresse aux adultes néophytes. Cet enseignement leur donne une possibilité d'évoluer et de découvrir le plaisir de l'interprétation musicale, dans une discipline qui était réputée non accessible à une approche tardive. Antoine Tisné, en 1979, dans un rapport d'Inspection de l'école Sogny, destiné à Jacques Charpentier, directeur de la musique au Ministère de la Culture souligne: « une excellente méthode des études pianistiques, accélérée et basée sur les principes musicaux traditionnels dont la présentation et la formulation sont bien adaptées à la psychologie de l'élève[3]. » L'enseignement est dispensé sous forme de groupes d'élèves.

La journaliste Anne-Marie Reby dans Signature écrit : « Michel Sogny se propose dès 1970 de réformer complètement l'acte pédagogique, depuis sa conception philosophique jusqu'à son mode d'application[4]. » Dans la méthode Sogny, la relation enseignant-enseigné est modifié dans l'esprit comme dans la forme dans une philosophie positiviste. Michel Sogny déclare: « mon enseignement est conçu pour ne jamais laisser de cicatrices, jamais de résonances négatives[5]. » Les professeurs qui enseignent la méthode Sogny suivent au préalable une formation. Olivier Bellamy remarque que la méthode Sogny repose sur un enseignement graduel et bien dosé[6]. Laure Debreuil quant à elle écrit dans le magazine Elle: « Chaque adulte est considéré comme un réservoir de possibilité créatrices inexploitées.Toute la méthode est conçue précisément pour faire accoucher chacun de ses dons[7]. »

Geneviève Verrier écrit dans France-Soir: « Michel Sogny a donc mis au point une méthode qui liant la psychologie à la musique, tient compte des ressources propres à l'adulte, notamment d'attention et de concentration[8]. » La méthode Sogny est accessible à l'élève quel que soit son âge[9]. Marie-France Lepoutre écrit dans Elle: « Adultes: plus de limite d'âge pour apprendre le piano. Michel Sogny a conçu une méthode spécialement pour eux: solfège en six semaines, ni gammes ni exercices fastidieux, mais tout de suite de petits morceaux agréables à jouer[10]. » Les œuvres didactiques de la méthode sur lesquels travaillent les élèves entretiennent la motivation des apprentis musiciens. Et Céline Marie explique dans Piano le Magazine: « une nouvelle méthode pédagogique destinée à rendre accessible à tous le langage musical et les joies de l'interprétation. Plus de longs mois pénibles d'efforts techniques inutiles, plus de langage de sourds entre professeurs et élèves plus d'exercices progressifs qui découragent l'apprenti musicien. Michel Sogny conçoit même ses propres supports sur lesquels les élèves doivent travailler [11]. »

Les œuvres didactiques composées par Michel Sogny permettent l'apprentissage du piano sur deux plans : tout d'abord la relation à la sensation émotive et son expression sonore méthodiquement développée dans ses Prolégomènes à une eidétique musicale (environ 400 pièces pour piano). Parallèlement, l'élève est invité à évoluer dans la technique pianistique à travers le cycle de ses Études pour piano (environ 300 pièces) qui tentent d'allier l'esthétique musicale à l'efficacité pédagogique, afin de mener peu à peu l'élève jusqu'au niveau de la virtuosité[12],,[13]. Potentiellement, de la sorte, l'élève dès le début de son apprentissage est censé éprouver le plaisir de la musique, ce plaisir est aussi censé l'accompagner tout au long de sa progression, et serait un facteur essentiel de la méthode. Le journaliste Jean-Jacques Greif, après avoir suivi six mois de cours écrit dans Marie-Claire : « Après 6 mois de cours je confirme, le plaisir est au rendez-vous [14]. Et le plaisir est présent tout au long des années d'apprentissage ". Eric Mandel écrit dans le Journal du dimanche : « Michel Sogny a consacré sa vie à faire découvrir au plus grand nombre la jouissance éprouvée par la pratique musicale[15]. » En 1981 la méthode Sogny est enseignée à Genève[16].

Pour l'adulte néophyte, le solfège peut être assimilé au cours d'un séminaire de 6 heures qui donne accès à la lecture d'une partition musicale[17]. La journaliste Sylvie Milhaud écrit : «...une méthode révolutionnaire qui permet après un séminaire de 6 heures de cours en amphithéâtre, de décoder tous les petits signes de papiers à musique... Je l'ai testé et mets au défi quiconque de me prendre en défaut sur la clé de sol, la clé de fa ou encore le battement d'une mesure. Ronde, croche, dièse ou bémol n'ont plus de secret pour moi...[18]. »

Après l'assimilation de ces principes de base de la théorie musicale, peut commencer l'étude de l'instrument. Sophie Vial dans Marie-France écrit: « La démarche est révolutionnaire. Par exemple, le plaisir n'est plus ce paradis hors d'atteinte, la récompense suprême d'années d'effort. Le plaisir commence à la première leçon et accompagne la méthode[19]. » Des reportages sont réalisées pour différentes chaines de télévision, comme le magazine Moi... Je de Bernard Bouthier[20],[21]. Georges Hilleret écrit dans Télé 7 Jours : « Dans ce magazine vivant et varié, la séquence sur la découverte de la musique était riche d'enseignement...[22]. »

Dans les années 85, le pianiste Gyorgy Cziffra présidera, à la Fondation Cziffra à Senlis, les jurys d'examens réservés aux élèves de la méthode Sogny. Les lauréats des examens se produiront en concert à la Salle Gaveau à Paris. Maurice Roy écrit dans Le Point: « C'est au piano seulement que vous rêvez. Ce n'est pas un rêve impossible..même si vous ne savez pas lire une seule note en clé de sol. Michel Sogny a développé depuis dix ans une méthode psycho-pédagogique spécialement adaptée aux adultes[23]. » La méthode Michel Sogny met en œuvre les ressources propres à l'adulte. Charles Gauthier dans L'Aurore écrit: « Sa méthode est basée sur la mobilisation de toutes les facultés psychiques afin d'arriver à un parfait contrôle physique[24]. »

Et Stephane Friederich précise dans Classica: « En imaginant une nouvelle façon d'enseigner le piano, Michel Sogny a conçu, avec succès une méthode qui non seulement intègre la maîtrise technique de l'instrument, mais aussi la sensibilité émotive et la dimension psychologique de chaque élève...[25]. » Cette façon d'aborder la musique est ressentie positivement par les élèves tout au long de leurs études. Thierry Hillériteau écrit dans Le Figaro : « Cette paix intérieure, Michel Sogny en a fait la base de son enseignement depuis les années 1970 auprès de plus de 20 000 élèves. Une autre manière d'appréhender l'instrument[26]. »

Le 12 février 1981, Pierre Ceccaldi-Pavard, sénateur de l'Essonne, maire de Dourdan, pose une question écrite au Ministre de la Culture sur la possible extension de l’École Sogny à toute la France.

Il écrit qu'il : « attire l'attention de M.le Ministre de la Culture sur une expérience tout à fait unique mettant en cause l'enseignement musical pour les adultes, couronnée de succès par le triomphe remporté dans un grand théâtre parisien, le 6 Mai 1980 , par un élève adulte ayant atteint un niveau de concertiste après seulement quatre années de cours...Il lui semble regrettable que les adultes résidant loin de la capitale ne puissent bénéficier de cet enseignement qui a fait ses preuves[27]. » Dans sa réponse, lors de la séance du 22 octobre, le Ministère de la Culture indique que « l'expérience menée par Michel Sogny est connue et suivie avec intérêt par la direction de la musique[28] »

En 1986, Daniel Moreau, Président du Conseil Supérieur de la musique au Ministère de la Culture, écrit à Michel Sogny: «Vous avez su ouvrir et créer un chemin qui fait désormais partie de notre culture[29]. »

Histoire et élèves notoires[modifier]

L'une des premières élèves à bénéficier de la méthode Sogny est Michèle Paris [30],[31],[32]. Pierluigi Locchi écrit dans le Figaro Magazine : « Le piano s'apprend désormais à tout âge. Michèle Paris l'a découvert à vingt-six ans par une méthode révolutionnaire. Aujourd'hui, elle donne des récitals[33]. » Michèle Paris est par ailleurs Professeur de Lettres modernes. À 26 ans, après quelques tentatives infructueuses, elle rencontre Michel Sogny en 1976. La méthode Sogny lui permet en quatre années d'accéder à un niveau pianistique censé ne pas être accessible à une adulte ayant commencé l'étude de l'instrument tardivement [34], [35].

Elle se produit en 1980 une première fois au théâtre des Champs-Élysées [36],[37]. Un second récital suit en 1981[38],[39],[40]. Michèle Worms écrit : « Un public enthousiaste ovationne la pianiste. Celle-ci s'appelle Michèle Paris[41]. » Ces concerts soulèvent des débats [42],[43],. Claude Samuel écrit : « Il est assez exceptionnel d'entendre une pianiste de 31 ans qui a posé pour la première fois ses doigts sur un clavier quatre ans auparavant[44]. » Michèle Paris donne ensuite des concerts publics [45][46]. Jenée Jaffrès écrit : « Débutante à 26 ans, virtuose à 30[47]. » Michèle Paris déclare dans Biba : « Cette méthode je l'ai vécue de l'intérieur, jamais comme une technique artificielle[48]. » Son parcours est relaté par Michel Sogny dans l' Adulte prodige, publié aux Éditions France-Empire. Dans le magazine musical Classica Stephane Friedrich écrit : « Unanimement reconnu, la pédagogie de Michel Sogny s'inscrit dans la lignée des grands pianistes[49]. »

Une autre élève suivra un parcours semblable, Claudine Zevaco, fonctionnaire au Bureau International du Travail, à Genève. Après quelques années de cours avec la méthode Sogny, elle se produit au Théâtre des Champs-Élysées, à son tour, le 29 avril 1983, sous le Haut Patronage du Ministère de la Culture. François-Régis Barbry écrit: « Son nom Claudine Zevaco, à l'affiche du Théâtre des Champs-Elysées le 29 avril. Banal ? Non, car la pianiste soir-là est une débutante pas comme les autres : elle a 45 ans. Claudine Zevaco joue avec une joie profonde Chopin, Schumann, Albeniz et Liszt. Et aussi les désormais fameuses Études de Michel Sogny qui ont déjà donné à plusieurs centaines d'élèves un bonheur irremplaçable : celui de faire de la musique pour leur plaisir[50]. » À la suite, Claudine Zevaco donne à Genève au B.I.T. un récital le 22 février 1985. A ce propos, la Tribune de Genève écrit : « Le Centre Michel Sogny qui annonce la révolution pédagogique du piano, présente à nouveau une élève de cette méthode nouvelle, Claudine Zevaco. Elle joue des œuvres de Sogny, Albeniz, Liszt et Moszkowski[51]. » Et le 26 février 1985 : « C'est sur le plaisir de la musique que joue Michel Sogny et cela répond indubitablement à un besoin libérateur que l'on pouvait vérifier à l'écoute du récital-démonstration de Claudine Zevaco...[52]. » Albin Jacquier, critique musical dans La Suisse écrit: « Inventeur d'une méthode qui consiste à donner la possibilité aux adultes d'aborder l'étude du piano sans pour autant s'astreindre aux formules pédagogiques pensées pour les enfants[53]. »

Le 26 mai 1984, Michèle Paris et Claudine Zevaco sont invitées par György Cziffra pour un concert à la Fondation Cziffra à Senlis [54],[55],[56]. György Cziffra qualifie la méthode Sogny d'« événement. »

Plusieurs milliers d'élèves de tous âges et tous niveaux suivront la méthode Sogny dans les années 1980. Georges Hilleret dans Télé 7 jours écrit : « Bien d'autres élèves ont été interviewés par Philippe Bouvard, Eve Ruggieri, Yves Mourousi, Noël Mamère, Jean Bertho. Quelques élèves sont très célèbres: Annie Cordy, William Sheller, Marie-Paule Belle, Jeane Manson, Isabelle Aubret, Henri Salvador[57],[58][59]. »

Des concerts avec les élèves ayant suivi la méthode Sogny auront lieu en Europe et certains seront diffusés sur différents médias [60],[61],[62].

En 1995, l'Institution Musicale Villa Schindler en Autriche, présidé par Yehudi Menuhin, dirigé par Michel Sogny et plus tard la Fondation SOS Talents accueillent, pour suivre la méthode Sogny, des jeunes pianistes et enfants se destinant à la carrière de concertiste. Les jeunes talents invités y sont pensionnaires et suivent des stages intenses de masterclasses durant plusieurs semaines ou plusieurs mois, ponctués par des promenades au contact de la nature, au Tyrol. Ils se produisent à la suite régulièrement en concert dans le cadre du festival de piano, institué à la Villa Schindler par Michel Sogny, notamment aux côtés de Paul Badura-Skoda, Yuri Boukoff, Aldo Ciccolini. Les premiers pensionnaires y ayant suivi la méthode Sogny sont Elisso Bolkvadze, Khatia Buniatishvili et sa sœur Gvantsa, Tamar Beraia et sa sœur Natia, Anna Fedorova, Yana Vassilieva. D'autres suivront dans le cadre de la fondation SOS Talents comme Alexandra Massaleva et Ana Kipiani. Stéphane Friédérich écrit sur la méthode Sogny dans Pianiste : « Une méthode novatrice dont Khatia Buniatishvili est l'exemple le plus probant...[63]. »

Des personnalités de la musique se sont exprimées sur la méthode Sogny. Le pianiste Aldo Ciccolini déclare : « la méthode facilite la tâche de tous ceux qui veulent apprendre le piano et les aide à réaliser leur rêve de faire de la musique. » France Clidat pianiste déclare: « la méthode a réussi à apporter cette joie, ce besoin d'approcher un art qui est pourtant l'un des plus difficile avec un grand enthousiasme et savoir le garder[64]. » Tania Heidsieck pianiste insiste sur « un sens de l'écoute avec cet énorme travail de création notamment d'études progressives qui permettent à tout niveau d'aborder beaucoup de choses avec tous les moyens du piano mis en œuvre et une grande joie de faire de la musique[65]. » Cyprien Katsaris pianiste affirme avoir « souscrit immédiatement à la nouvelle dimension sociale qu'apportait au monde la méthode Sogny [65]. » Nelly Querol, Directrice Générale des Éditions Durand-Salabert-Eschig explique : « Dans la méthode, il y a un rappel des sources de la musique que Michel Sogny a synthétisées avec sa science énorme et qu'il a su exprimer tout en restant personnel[65].

Contenu[modifier]

La méthode Sogny a pour support les ouvrages didactiques suivants composés et écrits par Michel Sogny

Partitions[modifier]

  • Prolégomènes à une Eidétique Musicale pour piano Séries I à IV (288 pièces) Editions Solpha
  • Prolégomènes à une Eidétique Musicales pour piano Séries V à VII (37 pièces) Editions Solpha
  • Prolégomènes à une Eidétique Musicale pour piano 2,6,12 mains. (56 pièces)
  • Paralipomènes à une Eidétique Musicale pour piano (14 pièces) Editions Musicales Artchipel.
  • Études pour piano Séries I à VI (216 pièces), éditions Sirella
  • Études dans le style hongrois pour piano Cahiers I à IV Editions Musicales Durand
  • Études de Perfectionnement pour piano (48 pièces) Editions Musicale Artchipel
  • Études de Perfectionnement pour piano II (36 pièces.
  • Deux Études de Concert, éditions Sirella
  • Œuvres choisies du répertoire pianistique Editions Srella

Ouvrages[modifier]

  • Le solfège sans Soupir Éditions Sirella
  • La méthode en Action, éditions Sirella
  • La méthode en question(s), éditions Sirella
  • Le Pédagogue Virtuose,, éditions Sirella
  • Abrégé de Solgège , éditions Sirella
  • Initiation à la Composition Musicale , éditions Sirella

Références[modifier]

  1. « Michel Sogny La musique sans soupir par Valerie Sasportas », sur lefigaro.fr, Le Figaro, (consulté le 29 mars 2019)
  2. François Lancel, « En avant la musique », Le Parisien,‎
  3. Rapport d'Antoine Tisné le 23 Octobre 1979 suite à l' inspection de l'école Sogny, par la direction de la musique au ministère de la culture
  4. Anne-Marie Reby, « Michel Sogny:"Laissez venir à moi les petits Liszt..." », Signature,‎ , p. 4
  5. Michel Sogny Interview par Marie-France de Monneron, « La musique à tout âge », Femmes d'aujourd'hui,‎ du 8 au 14 novembre 1983 no 45, p. 13 14 15
  6. Olivier Bellamy, « Les adultes l'ont rêvé, Sogny l'a fait. », Le Monde de la Musique, no 202,‎
  7. Laure Debreuil, « Au piano à tout âge », Elle,‎ , p. 113
  8. Geneviève Verrier, « Le piano enseigné en méthode accélérée », France Soir,‎ , p. 24
  9. Olivier Calon, « Le piano sans douleur », Télérama,‎
  10. Marie-France Lepoutre, « En avant la musique », Elle,‎ , p. 16
  11. Céline Marie, « Les nouveaux jeunes prodiges de Montreux », Piano le magazine,‎ mai-juin 2002, p. 25-26
  12. « Découvrez la méthode de piano de Michel Sogny », sur piano bleu, (consulté le 26 mars 2019)
  13. « Le solfège en 6 heures Séminaire de Michel Sogny », sur piano bleu, (consulté le 27 mars 2019)
  14. jean-jacques Greif, « Piano Apprendre », Maie-Claire,‎ , p. 36
  15. ERIC MANDEL, « Michel Sogny Une passion nommée musique », journal du Dimanche,‎ , p. 26
  16. Daniel Wermus, « Nous sommes tous des prodiges », La Tribune de Genève,‎ samedi 19 et dimanche 20 septembre 1981, p. 21
  17. Marie-Claire Lescaze, « Comment apprendre le piano à tout âge », La Vie Protestante,‎ , p. 7
  18. Sylvie Milhaud, « La touche originale de Michel Sogny », Le Matin Week-End,‎ , p. 20
  19. Sophie Vial, « Piano pour tous », Marie-France,‎ , p. 256
  20. « Fou de musique », Télé Star,‎ 11 avril 1982 antenne 2
  21. « Moi..Je Fou de Musique », Télé poche,‎
  22. Georges Hilleret, « La critique Moi...Je », Télé 7 Jours,‎ du 24 au 30 avril 1982
  23. Maurice Roy, « jouer du piano, un nouveau discours pour la méthode », Le Point,‎ , p. 24
  24. Charles Gauthier, « Les adultes font queue devant le piano », L'Aurore,‎ , p. 6
  25. Stephane Friederich, « L'art et la méthode », Classica L'Express,‎ , p. 4
  26. Thierry Hillériteau, « Les antiques accords de Michel Sogny », LE FIGARO,‎ , p. 36
  27. Pierre-Ceccaldi Pavard, « Enseignement de la musique:extension du centre Michel Sogny », journal officiel Édition Sénat,‎ , p. 197
  28. SENAT SEANCE DU 22 OCTOBRE 1981
  29. Daniel Moreau Lettre à Michel Sogny 30 Janvier 1986
  30. Virginie Desvignes, « J'ai révélé le premier adulte prodige du piano », PARIS MATCH,‎
  31. « Au Théâtre des Champs-Elyséesle récital de la pianiste Michèle Paris », Point de Vue,‎ 10 avril 1981 no1706, p. 25
  32. « Nouveau récital de la pianiste Michele Paris », Le Quotidien de Paris,‎
  33. Pierluigi Locchi, « Elle est devenue virtuose en 6 mois », Le Figaro Magazine,‎
  34. AFP, « Le concert d'une virtuose du piano pas comme les autres », AGENCE FRANCE PRESSE,‎
  35. « Les Rendez-vous du Nouvel Observateur », Le Nouvel Observateur,‎ 5 au 11 mai 1980 no 808
  36. Edith Walter, « Les adultes prodiges », HARMONIE,‎
  37. Edgar Schneider, « Un événement musical », Jours de France,‎ du 3 au 9 mai 1980
  38. E.M., « Virtuose en quatre ans », Le Monde de la Musique,‎ mars 1981 no 32
  39. J.M de Montremy, « Une méthode "miracle" pour apprendre le piano », LA CROIX,‎ mardi 31 mars 1981 no 29834
  40. Claude Fachard, « De la musique avant toute chose », Le Pelerin,‎ 5 avril 1981 no 5131
  41. Michèle Worms, « Il n'y a pas d'âge pour pratiquer un instrument », Panorama Musiques,‎ , p. 57 58 59
  42. « Adulte prodige: mythe ou réalité? », LE REPUBLICAIN LORRAIN,‎
  43. « L'Express a noté », L'Express,‎ 3-9 mai 1980
  44. Claude Samuel, « Musique », Le Point,‎ 5-11 mai 1980 no 393
  45. « Michele Paris prof et humaniste », Ouest France, (consulté le 26 mars 2019)
  46. « Récital de piano avec Michele Paris », Le Journal de l'Orne,‎ vendredi 13 avril 1984 no 15 (ISSN 0180-5878)
  47. Jenée Jaffrès, « Débutante à 26 ans, virtuose à 30 », Femme Pratique,‎
  48. « Leaders au féminin Elles foncent, elles s'imposent, elles réussissent. », BIBA,‎
  49. Stephane Friederich, « L'adulte prodige », Pianiste,‎ , p. 17
  50. François-Régis Barbry, « Les pianos du soir », LA VIE,‎ , p. 44
  51. « Musique Claudine Zevaco », La Tribune de Genève,‎ , p. 46
  52. P.D., « Le piano selon Sogny », La Tribune de Genève,‎
  53. ALBIN JACQUIER, « LE PIANO POUR ADULTES », LA SUISSE,‎
  54. « EN BREF », LE MONDE,‎
  55. Florence Jardin, « Metro ,boulot, piano les adultes font leurs gammes », LE PARISIEN,‎
  56. « Quand Cziffra invite Michel Sogny », Bonne Soirée,‎ 18 au 24 mai 1984, p. 7
  57. Georges Hilleret, « Le bonheur de jouer Bach », Télé 7 jours,‎
  58. Pascale Besse-Boumard, « Entre amour et philosophie, la transmission selon Michel Sogny », La tribune,‎ (lire en ligne)
  59. Thierry Hillériteau, « Les antiques accord de Michel Sogny », Le Figaro,‎ , p. 36
  60. « L'art et la méthode de Michel Sogny », sur Radio Classique, (consulté le 30 mars 2019)
  61. « Michel Sogny Peut-on être pianiste prodige à tout âge », sur RTS SUISSE, (consulté le 30 mars 2019)
  62. (en) « MICHEL SOGNY The largest classical site in the world », sur Classical Archives the largest classical sit in the world (consulté le 30 mars 2019)
  63. Stephane Friederich, « L'adulte prodige », Pianiste,‎ mars-avril 2014, p. 17
  64. Cité par Stephane Friederich, « Des personnalités au service d'une cause », Classica L'Express supplément,‎ , p. 17
  65. 65,0 65,1 et 65,2 cité par Stephane Friederich, « Des personnalités au service d'une cause », Classica L'Express Supplément,‎ , p. 19

Erreur Lua dans Module:Catégorisation_badges à la ligne 170 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).Erreur Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 189 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).


Autres articles du thème Musique classique musique classique : Liste des disques de Paul-Gilbert Langevin, 2019 en musique classique, Orchestre Symphonique de l'État de Mérida, Orchestre symphonique des jeunes de l'Outaouais, La Maîtrise de Léonard, Auguste Truel, Henri Germain (compositeur)


Cet Article wiki "Méthode Sogny" est issu de Wikipedia. La liste de ses auteurs peut être visible dans ses historiques et/ou la page Edithistory:Méthode Sogny.


Les cookies nous aident à fournir nos services. En utilisant nos services, vous acceptez notre utilisation des cookies.