Vous pouvez éditer quasiment toutes les pages en créant un compte. Sinon voir la FAQ.

Louis-Claude Vincent

De EverybodyWiki Bios & Wiki
Aller à :navigation, rechercher

Erreur Lua dans Module:Wikidata à la ligne 118 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).

Louis-Claude Vincent, né le au Puy-en-Velay et mort le à Marsat, est un ingénieur hydrologue français, diplômé de l'École supérieure des travaux publics (promotion 1925).

Biographie[modifier]

Louis-Claude Vincent est professeur en hygiène alimentaire dans un établissement libre d'enseignement supérieur à l'École d'anthropologie de Paris entre 1955 et 1960, où il donne notamment des cours sur les boissons.

Il acquiert la conviction que « Les taux de mortalité due aux maladies graves (tuberculose, cancer, maladies cardiovasculaires…) sont directement liés à la qualité de l'eau délivrée aux populations. Ces taux augmentent quand l'eau est très minéralisée et rendue « potable » après traitement et adjonction de produits chimiques oxydants comme le chlore. ».

Il fonde en 1961 le Centre de recherche Bioélectronique à Avrillé (Maine-et-Loire) avec le Docteur en pharmacie Jeanne Rousseau. Celle-ci présidera l'Association de Bioélectronique (A.B.E.), de sa fondation en 1989 jusqu'à 2008.

Il est le cofondateur de la Société internationale de bio-électronique Vincent (SIBEV) avec le médecin allemand le Dr Franz Morell.

Il a figuré au comité de patronage de Nouvelle École.

« Bio-électronique »[modifier]

La bioélectronique insiste sur le fait que nous avons besoin d’énergie sous la forme de protons et d'électrons. Elle recommande ainsi de consommer une eau et des aliments chargés d’énergie et d’éviter ceux qui en sont dépourvus, c’est-à-dire les eaux chlorées, trop minéralisées ou encore les aliments raffinés industriels.

La bioélectronique se situe dans une vision alternative du corps, marquée par l'influence vitaliste. Elle appartient à une « tradition antipasteurienne savante » où les maladies infectieuses sont causées par des « modifications du terrain » liées à l'alimentation et à l'environnement, concept central opposé à la théorie pasteurienne des microbes vus comme des épiphénomènes[1].

Louis-Claude Vincent entend analyser le terrain par la mesure de trois paramètres « bio-électroniques » : la résistivité, le pH et le pouvoir d'oxydo-réduction des tissus et substances vivantes. Il sert de référence scientifique « alternative » aux militants de la Ligue nationale pour la liberté des vaccinations[1],[2].

Le caractère scientifique dont se réclame la bio-électronique de Vincent n'est pas reconnu par la communauté scientifique ; la bio-électronique de Vincent fonctionnerait sur ce que le physicien français Sébastien Point, chroniqueur pour la revue Science et Pseudoscience, qualifie d'« apparente scientificité »[3]. Dans un autre article, le même auteur alerte également sur les passerelles existantes entre différentes pseudo-sciences comme notamment la bioélectronique de Vincent, la géobiologie, ou encore la chromathérapie et dénonce la naissance d'un « corpus pseudoscientifique autosuffisant »[4].

Bibliographie[modifier]

  • Bio-Électronique Vincent - Évolution de 1952 à 1986, Éditions Stec, 1979.
  • Traité de bio-électronique, Éditions Stec, 1979.
  • Le Paradis perdu de Mu, Éditions de la Source, 1969.
  • Aperçu sur la bio-électronique, Pacomhy, 1954.

En collaboration avec son frère Pierre :

  • Louis-Claude Vincent et Pierre Vincent, Aménagement hydro-électrique des Alpes occidentales, projet franco-italo-suisse dit de Val-d'Isère, d'après MM. Louis-Claude et Pierre Vincent frères, 1948.
  • Louis-Claude Vincent et Pierre Vincent, Vincent frères Louis-Claude et Pierre, Considérations diverses sur l'énergie hydro-électrique, base de l'économie moderne et richesse des nations , 1948.

Notes et références[modifier]

  1. 1,0 et 1,1 Anne-Marie Moulin (dir.) et Jolanta Skomska-Godefroy, L'Aventure de la vaccination, Paris, Fayard, coll. « Penser la médecine », , 498 p. (ISBN 2-213-59412-0), chap. XXXI (« La résistance contemporaine à la vaccination : le cas français »), p. 426-427.
  2. Françoise Salvadori et Laurent-Henri Vignaud, Antivax, la résistance aux vaccins du XVIIIe siècle à nos jours, Paris, Vendémiaire, , 360 p. (ISBN 978-2-36358-322-2), p. 151.
  3. « La bio-électronique  : noyée dans un verre d’eau / Afis Science - Association française pour l’information scientifique », sur Afis Science - Association française pour l’information scientifique (consulté le 9 octobre 2020).
  4. « Géobiologie de l’habitat  : un simulacre de science / Afis Science - Association française pour l’information scientifique », sur Afis Science - Association française pour l’information scientifique (consulté le 9 octobre 2020).

Liens externes[modifier]

  • Erreur Lua dans Module:Autorité à la ligne 424 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).
  • Erreur de script : la fonction « tout » n’existe pas.
  • Erreur Lua dans Module:Dictionnaires à la ligne 101 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).

Erreur Lua dans Module:Catégorisation_badges à la ligne 170 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).Erreur Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 189 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).


Cet Article wiki "Louis-Claude Vincent" est issu de Wikipedia. La liste de ses auteurs peut être visible dans ses historiques et/ou la page Edithistory:Louis-Claude Vincent.