Bienvenue sur EveryBodyWiki ! Créez un compte ou connectez vous pour participer, améliorer ou créer un article, une biographie (la vôtre ?), une page entreprise...


Octavio Alberola Suriñach

De EverybodyWiki Bios & Wiki
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Erreur Lua dans Module:Wikidata à la ligne 118 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).

Octavio Alberola né à Alaior (ile de Minorque) en 1928, est un militant anarcho-syndicaliste espagnol membre de la Confédération nationale du travail.

Biographie[modifier | modifier le wikicode]

Fils de militants libertaires espagnols, exilés au Mexique après la retirada[1].

Il fait des études d’ingénieur et participe à la Fédération ibérique des jeunesses libertaires (FIJL).

Il participe activement au soutien aux révolutionnaires cubains du Mouvement du 26-Juillet.

Après la réunification du mouvement libertaire espagnol, il représente, avec Cipriano Mera Sanz et Juan García Oliver, la (FIJL) au sein de Defensa Interior (DI) l’organisme chargé de la lutte antifranquiste au sein du MLE[2].

En 1962, il s'installe en France où il vit clandestinement.

Le 1er mai 1967, son père José Alberola Navarro est assassiné, à Mexico, par des agents franquistes.

Il est le responsable du Grupo primero de mayo (en) auteur de nombreux attentats contre le régime franquiste.

Arrêté, le 9 février 1968 en Belgique, après une tentative de séquestration d’un ministre, il est emprisonné cinq mois puis assigné à résidence.

En 1971, il revient clandestinement en France où il collabore au journal Frente Libertario.

Lié aux Groupes d'action révolutionnaires internationalistes (GARI), il est impliqué, en mai 1974, dans l’affaire de l’enlèvement du banquier Adolfo Suarez. Arrêté à Avignon, il est emprisonné près de neuf mois.

En 1985, avec Ariane Gransac, il crée le Centre pour la Sauvegarde de la Mémoire (CESAME) des mouvements populaires de l’Amérique Latine.

En 1988, il participe à la création du Réseau européen d’information et documentation sur l’Amérique Latine (REDIAL) à Paris.

Publications[modifier | modifier le wikicode]

Bibliographie et sources[modifier | modifier le wikicode]

Articles connexes[modifier | modifier le wikicode]

Liens externes[modifier | modifier le wikicode]

Notes et références[modifier | modifier le wikicode]

  1. (en) Stuart Christie, General Franco Made Me a 'terrorist' : The Interesting Years Abroad of a West of Scotland 'baby-boomer', ChristieBooks, 2003, page 13.
  2. Geneviève Dreyfus-Armand, L'Exil des républicains espagnols en France : De la guerre civile à la mort de Franco, Albin Michel, 2012, page 7.
  3. « Octavio Alberola, Arianne Gransac, « Anarchistes contre Franco 1961-1975 » », sur alternativelibertaire.org, .

Erreur Lua dans Module:Catégorisation_badges à la ligne 170 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).Erreur Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 189 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).


Autres articles du thème Anarchisme Anarchisme : Coordination Bretagne indépendante et libertaire, Pédérama, Idéologies d'extrême gauche, Libero International, Anarcho-conservatisme

Autres articles du thème Historiographie Historiographie : Yvan Koenig, Franck Favier, Bernard Zeller, Albert Colombet, Victorin Laval, Turku Centre for Medieval and Early Modern Studies, Yves Briand

Autres articles du thème Espagne Espagne : Manuel Alonso Corral, Rubén Caseny, Les Soldats du feu, Saints en Espagne, La Granja de los Famosos, Aïcha bint Abd-al-Aziz, Alaska y los Pegamoides

Cet Article wiki "Octavio Alberola Suriñach" est issu de Wikipedia. La liste de ses auteurs peut être visible dans ses historiques.


Compte Twitter EverybodyWiki Suivez-nous sur https://twitter.com/EverybodyWiki !