Bienvenue sur EveryBodyWiki ! Créez un compte ou connectez vous pour participer, améliorer ou créer un article, une biographie (la vôtre ?), une page entreprise...


Famille Legeard de La Diriays

De EverybodyWiki Bios & Wiki


Famille Legeard de la Diriays
Image illustrative de l’article Famille Legeard de La Diriays
Armes

Blasonnement D'azur à la poule essorante d'or
Devise Pro suis fortiter unguibus et rostris.
Branches Aînée, du Coudray, de La Bornière et du Boschet,
Période XVIIe siècle-XXe siècle
Pays ou province d’origine Bretagne
Demeures Le Coudray, La Bornière, Le Boschet
Charges Notaires, magistrats
Récompenses civiles Chevaliers de l'Ordre de la Légion d'Honneur
Récompenses militaires Chevalier de l'Ordre de la Légion d'Honneur

La famille Legeard de la Diriays est une famille française originaire de Bretagne. Elle s'est éteinte en 1993.

Histoire[modifier]

La famille Legeard est originaire de Retiers (Ille-et-Vilaine). Elle remonte sur actes filiatifs au milieu du XVIIe siècle. Cette famille s'est élevée socialement en s'illustrant dans la magistrature. Un de ses membres a reçu le titre de comte romain en 1911.

Filiation[modifier]

Branche aînée[modifier]

  • Jean Legeard, épouse à Retiers le 27 février 1645 Jeanne Le Ray, dont :
  • Jean Legeard, sieur de La Gilenais et de La Diriays en Retiers, (1645-1722), laboureur et marchand, épouse à Retiers le 11 février 1668 Julienne Doret (1652-), dont :
  • Pierre Legeard, sieur de La Gilenais et de La Diriays, (1691-1741), épouse en premières noces à Retiers le 19 ou 20 février 1716 Jeanne Prodhomme (1698-1719),et en secondes noces à Retiers le 20 février 1721 Gillette Jameu (1696-), dont du premier lit :
  • Jean-Baptiste Léonard Legeard, sieur de La Diriays, (1717-1749), notaire et procureur fiscal de Retiers, épouse à Retiers le 28 août 1742 Hélène-Jeanne Hanet (1718-1789), dont :
  • Jean-François Marie Emmanuel Legeard, sieur de La Diriays, (1744-1796), notaire à Retiers, sénéchal de juridiction, épouse à Martigné-Ferchaud le 18 avril 1769 Eulalie Renée Julie Jan (1749-1821), dont :
    • Jean-Baptiste Louis René Legeard, qui suit ;
    • Louis-Joseph Legeard de La Diriays, auteur de la branche du Coudray ;
    • Pierre-Julien Legeard de la Diriays, auteur de la branche de la Bornière ;
    • Joseph-Prudence Legeard de La Diriays, auteur de la branchee du Boschet.
  • Jean-Baptiste Louis René Legeard, (1772-1849), chirurgien, maire de Marcillé-Robert, épouse à Marcillé-Robert le 21 novembre 1803 Aimée Giselle Reine Monique Després (1778-1848), dont :
  • Emile Jean-Baptiste Louis Emmanuel Legeard, (1806-1888), notaire puis notaire honoraire, maire de Maure-de-Bretagne puis de Marcillé-Robert, conseiller-général d’Ille-et-Vilaine, dernier de sa branche.
Château du Coudray - Saint-Sulpice-des-Landes (44)

Branche du Coudray[modifier]

  • Louis-Joseph Legeard de La Diriays, (1773-1852), avocat puis substitut du procureur près du Tribunal de première instance de l’arrondissement de Châteaubriant par décret impérial du 29 novembre 1811, juge au Tribunal de première instance de l’arrondissement d’Angers par ordonnance royale du 7 février 1816, conseiller à la Cour Royale d’Angers par ordonnance royale du 5 novembre 1826, chevalier dans l’Ordre Royal de la Légion d’Honneur le 28 avril 1847[1], épouse à Châteaubriant le 20 août 1810 Aimée-Marie Delourmel, dame du Coudray en Saint-Sulpice-des-Landes, (1786-1870), dont :
  • Aimé Marie Jean François Legeard de La Diriays, châtelain du Coudray, (1812-1883), avocat impérial à la Cour d’Appel de Rennes, épouse à Rennes le 8 juillet 1851 sa cousine germaine Adèle Françoise Renée Legeard de La Diriays (1830-1853), dont :
  • Henry Aimé Joseph Marie Legeard de La Diriays, châtelain du Val-Forman en Noyal-sur-Vilaine et du Coudray, (1853-1906), avocat à la Cour d’Appel, docteur en Droit[2], maire de Saint-Sulpice-des-Landes de 1888 à 1892, épouse à Nantes le 16 septembre 1879 Anne-Marie Germaine Le Goüais (1858-1937), dont :
  • Louis Maurice Joseph Aimée Marie Legeard de La Diriays, châtelain du Coudray, (1886-1918), dernier de sa branche.

Branche de La Bornière[modifier]

  • Pierre-Julien Legeard de la Diriays, (1776-1834), notaire royal à Châteaubriant, premier suppléant à la Justice de Paix du canton de Châteaubriant, épouse à Châteaubriant le 18 février 1811 Félicité Bernard de La Tertrais, héritière de La Bornière et de La Grennelais en Bain-de-Bretagne, (1792-vers 1852), dont :
  • Louis-Pierre Legeard de La Diriays, dit Ludovic Legeard de la Diriays, (1817-1886), substitut du procureur du Roy près le Tribunal Civil de Première Instance de Châteaubriant puis juge au Tribunal Civil d’Ancenis, épouse à Pouancé le 1er juin 1847 Léonie Angélique Pacifique Marie Dupré (1828-1886), dont postérité et dernier de sa branche.
Le Boschet - Bourg-des-Comptes (35)

Branche du Boschet[modifier]

  • Joseph-Prudence Legeard de La Diriays, (1788-1862), procureur du Roi près le tribunal de Saint-Brieuc le 27 mars 1816, chevalier dans l’Ordre Royal de la Légion d’Honneur le 30 avril 1821, conseiller la Cour Royale de Rennes le 17 novembre 1823, puis président à cette même Cour le 31 janvier 1839, officier dans l’Ordre National de La Légion d’Honneur, représentant Conservateur Catholique et Monarchiste d’Ille-et-Vilaine à l’Assemblée Constituante du 23 avril 1848 au 26 mai 1849[3], président-honoraire de la Cour impériale de Rennes, membre du Conseil Général d’Ille-et-Vilaine et membre du Conseil Municipal de Rennes, épouse à Rennes le 8 février 1825 Adélaïde Pauline Thérèse Loisel (1799-1871), dont :
Château du Boschet - Alliance Legeard de la Diriays / Crespel de la Touche
  • Auguste-Joseph Legeard de La Diriays, châtelain du Boschet par acquêt du 18 juillet 1883, (1828-1905), admis à la Faculté de Droit de Rennes le 2 février 1850[4], docteur en Droit, première médaille d’or du concours de doctorat de la faculté de Rennes en novembre 1850, substitut à Loudéac le 20 août 1851, à Rennes le 12 novembre 1853, à Nantes le 30 décembre 1860, procureur impérial près le Tribunal de Première Instance de Brest le 18 décembre 1867, chevalier dans l’Ordre National de La Légion d’Honneur le 9 août 1870[5], mis en disponibilité le 15 septembre 1870, avocat-général à Toulouse le 18 mai 1871, procureur-général à Pau le 19 juin 1873, à Amiens le 22 janvier 1878, conseiller à la Cour d’Appel de Paris le 11 février 1879 puis conseiller honoraire, épouse à Bain-de-Bretagne le 23 avril 1861 sa nièce Antoinette-Virginie Crespel de La Touche, héritière de La Bornière, (1836-1895), dont :
Couronne de comte
  • Joseph-Marie Augustin, comte Legeard de La Diriays, châtelain du Boschet et de La Bornière, (1864-1942), créé comte romain par bref du 14 octobre 1911[6], épouse en premières noces à Paimpont le 10 février 1903 Marie Jeanne Thérèse Levesque (1880-1923), petite-fille de l'ancien maire de Nantes Louis-Hyacinthe Levesque, et en secondes noces à Olivet le 28 février 1925 Paule Marie Suzanne de Courson de La Villeneuve (1880-), sœur du général de Courson, dont du premier lit :
  • Antoine Donatien Joseph Marie Gabriel, comte Legeard de La Diriays, chef de nom et armes, châtelain du Boschet, (1906-1993), élève-officier à l’Ecole Spéciale Militaire de Saint-Cyr du 9 octobre 1924 au 1er octobre 1926, affecté au 23ème Régiment d’Infanterie par décret du 7 septembre 1926, nommé sous-lieutenant le 1er octobre 1926, lieutenant le 1er octobre 1928, désigné pour suivre des cours technique de transmissions à Versailles du 3 janvier au 29 mars 1929, affecté au 14ème Régiment de Tirailleurs Algériens au Maroc le 21 janvier 1930, décoré de la Médaille Coloniale avec l’agrafe Maroc le 1er décembre 1933, officier dans l’Ordre du Ouissam alaouite Chérifien le 9 février 1934, rentré en France le 3 juin 1934, nommé capitaine le 24 mars 1936, affecté au Centre de Mobilisation d’Infanterie n°41 à Mayenne le 21 avril 1937, affecté à l’Etat-Major de la 7ème Division d’Infanterie le 26 septembre 1939 puis au 102ème Régiment d’Infanterie le 26 octobre suivant, prisonnier à Gien le 18 juin 1940, prisonnier en Allemagne à Nuremberg dans l’oflag XIII-A du 20 septembre 1940 à octobre 1941 puis à Elsterhorst dans l’oflag IV-D d’octobre 1941 à 1945, rapatrié au Centre Paris-Orsay le 25 avril 1945, affecté au COI le 23 juillet 1945, détaché au Tribunal Militaire de Rouen le 23 novembre 1945, décoré de la Croix de Guerre avec étoile de bronze le 31 décembre 1946, chef de bataillon le 1er octobre 1947, affecté à la Direction Régionale du Service Social de la 3ème Région à Rennes le 1er novembre 1947 puis à la 113ème Demie Brigade Nord-Africaine le 1er décembre suivant, chevalier de l'Ordre National de la Légion d'Honneur par décret du 4 novembre 1948, affecté au 5ème Régiment de Marche de Tirailleurs Marocains le 31 janvier 1949, muté au 35ème Régiment d’Infanterie avec la fonction de commandant du 1er bataillon le 1er avril 1949, affecté à l’Etat-Major du 3ème Groupement non endivisionné à Rennes le 15 juin 1949, affecté à l’Etat-Major de la 3ème Région le 27 mars 1951, affecté à l’Etat-Major de la Division de Constantine le 26 mai 1955, puis au Bureau Régional d’Action Psychologique le 24 janvier 1956, admis à la retraite le 8 février 1957, rayé des cadres le 1er avril 1957, de la Médaille Commémorative des Opérations de Sécurité et du Maintien de l’Ordre en Afrique Française du Nord le 10 octobre 1956, promu au grade de lieutenant-colonel de réserve le 1er octobre 1958, rayé des cadres des réserves le 1er avril 1962, épouse le 11 juillet 1939 Anne Elisabeth Françoise Marie de Becdelièvre (1906-1985), fille d’Amaury Marie Léonce, comte de Becdelièvre, châtelain de Brossay en Guémené-Penfao, (1863-1942), et de Marguerite Marie Dominique Elisabeth de Rouault, héritière de Tréguel en Chalandray (1867-1944), sans postérité.

Distinctions[modifier]

Branche du Coudray[modifier]

  • Louis-Joseph Legeard de La Diriays, (1773-1852), chevalier de la Légion d'Honneur le 28 avril 1847.

Branche du Boschet[modifier]

  • Joseph-Prudence Legeard de La Diriays, (1788-1862), chevalier de la Légion d'Honneur le 30 avril 1821.
  • Auguste-Joseph Legeard de La Diriays, (1828-1905), chevalier de La Légion d’Honneur le 9 août 1870.
  • Antoine, comte Legeard de La Diriays, (1906-1993), chevalier de la Légion d'honneur le 4 novembre 1948 ; Croix de Guerre avec étoile de bronze le 31 décembre 1946 ; Médaille Commémorative des Opérations de Sécurité et du Maintien de l’Ordre en Afrique Française du Nord le 10 octobre 1956 ; officier dans l’Ordre du Ouissam alaouite Chérifien le 9 février 1934.

Possessions[modifier]

  • La Diriays et La Ginelais en Retiers ; Le Coudray en Saint-Sulpice-des-Landes ; La Bornière et de La Grennelais en Bain-de-Bretagne ; Le Boschet en Bourg-des-Comptes ; Le Val-Forman en Noyal-sur-Vilaine ; Le Petit-bois en La Mézière.

Armes[modifier]

  • D’azur à la poule essorante d’or
  • Cimier : une patte de poule menaçante
  • Supports : deux lions

Titre[modifier]

  • comte romain héréditaire par bref du 14 octobre 1911 en faveur de Joseph-Marie Augustin Legeard de La Diriays[7]

Devise[modifier]

  • Pro suis fortiter unguibus et rostris, pouvant se traduire par " pour les siens courageusement " dans le sens " je les défendrai bec et ongles "

Alliances[modifier]

Branche aînée[modifier]

  • Le Ray (1645) ; Doret (1668) ; Bouëst ; Prodhomme (1716) ; Jameu (1721) ; Hanet (1742) ; Jan (1769) ; Després (1803).

Branche du Coudray[modifier]

  • Delourmel (1810) ; Legeard de la Diriays (1851) ; Le Goüais (1879) ; de Dieuleveult (1908).

Branche de La Bornière[modifier]

  • Bernard de la Tertrais (1811) ; Crespel de la Touche (1835) ; Dupré (1847) ; Gaschignard (1867).

Branche du Boschet[modifier]

  • Loisel (1825) ; Legeard de la Diriays (1851) ; Crespel de la Touche (1861) ; Vatar (1885) ; Droüet de Montgermont (1890) ; Levesque (1903) ; de Courson de la Villeneuve (1925) ; du Fou de Kerdaniel (1938) ; de Becdelièvre (1939) ; de Torquat de La Coulerie.

Notes et références[modifier]

  1. Dossier n°LH/1556/31
  2. Thèse pour le Doctorat soutenue le 1er juin 1878. DROIT ROMAIN : DES SERVITUDES REELLES – DROIT FRANÇAIS : DES TERRES VAINES ET VAGUES EN BRETAGNE. Henry LEGEARD de la DIRIAYS, avocat à la Cour d’Appel, Rennes, 1878. http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5830313d?rk=21459
  3. DICTIONNAIRE DES PARLEMENTAIRES FRANÇAIS COMPRENANT TOUS LES MEMBRES DES ASSEMBLEES FRANÇAISES ET TOUS LES MINISTRES FRANÇAIS, DEPUIS LE 1ER MAI 1789 JUSQU’AU 1ER MAI 1889, AVEC LEURS NOMS ETAT CIVIL, ETATS DES SERVICES, ACTES POLITIQUE, VOTES PARLEMENTAIRES, ETC. – Adolphe ROBERT & Gaston COUGNY, Paris 1889
  4. Thèse de doctorat : DE LA CAPACITE CIVILE DE CONTRACTER ENTRE MARI ET FEMME – Auguste LEGEARD de la DIRIAYS, Rennes, 1850
  5. Dossier n°LH/1556/30
  6. ACTA APOSTOLICAE SELIS. – COMMENTARIUM OFFICIALE. Annus III. – Volumen III. Romae, Typis polyglottis Vaticanis, MDGCCGXI. Titolo di Conte. 14 Settembre 1911. – Al Sig. Giuseppe Maria Agostino Legeard de la Diriays, dell’archidiocesi di Rennes.
  7. Acta Apostolicae Selis. – Commentarium Officiale. Annus III. – Volumen III. Romae, Typis polyglottis Vaticanis, MDGCCGXI

Erreur Lua dans Module:Catégorisation_badges à la ligne 170 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).Erreur Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 189 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).


Autres articles du thème Généalogie Généalogie : Famille Priour, Sylvana Tomaselli, Famille Kissami, Famille Aubery de Bellegarde, Famille Fréard, Famille Cambier de Buhat, Famille del Col

Autres articles du thème Ille-et-Vilaine Ille-et-Vilaine : Charles Tesnière, Carole Gandon, SCOT du Pays de Vitré, Menhir des Brosses, Guillemette Lelardoux-Chanu, Les Vaches au gallo


Cet Article wiki "Famille Legeard de La Diriays" est issu de Wikipedia. La liste de ses auteurs peut être visible dans ses historiques et/ou la page Edithistory:Famille Legeard de La Diriays.


Les cookies nous aident à fournir nos services. En utilisant nos services, vous acceptez notre utilisation des cookies.