Bienvenue sur EveryBodyWiki ! Créez un compte ou connectez vous pour participer, améliorer ou créer un article, une biographie (la vôtre ?), une page entreprise...


Végéphobie

De EverybodyWiki Bios & Wiki
Sauter à la navigation Sauter à la recherche


La végéphobie est une attitude d'hostilité et de mépris envers les personnes végétariennes, végétaliennes et/ou véganes et qui se traduit principalement par des actes de moqueries, de discriminations sociales et même des actes de violences lors des manifestations envers celles-ci[1].

Origine et contextualisation[modifier]

Le philosophe David Olivier inventa et popularisa le néologisme Végéphobie.
Article connexe : Antispécisme.

Les premiers mouvements et organisations liés à la libération animale apparaissent en Grande-Bretagne et aux États-Unis, principalement dans les années 1960 et 1970. Beaucoup de ces organisations oeuvrent dans la protection des animaux en se spécialisant sur des formes précises de l'exploitation des animaux comme l'élevage industriel, les cirques ou encore l'expérimentation animale. L'émergence de ces associations, qui dénoncent des actes de cruautés exercés notamment dans les élevages et les laboratoires, associés aux progrès de l'éthologie permit à ce que de nouvelles normes en faveur de la condition animale soit imposées[2].

Parmi ces associations de protection des animaux, des divisions se créées : certaines ont une manière d'agir pacifique et modérée tandis que d'autres sont plus radicales dans leurs actes et vont même à saboter des chasses et détruire des dispositifs d'exploitation, ce qui attirent les foudres des éleveurs et induit, les premières réticences envers les mouvements de protections des animaux. La majorité des membres de ces associations adoptent par ailleurs un régime végétarien ou végétalien et revendiquent le plus souvent la défense de l'antispécisme, concept philosophique popularisé aux États-Unis par Peter Singer en 1975 dans son livre La Libération animale qui fit de lui l'une des figures majeures du mouvement de libération animale. En partie grâce au succès du livre de Singer, les organisations prônant la libération animale attirent l'intérêt de plus en plus de militants, voire même certains militants réputés d'autres causes comme Henry Spira, ancienne figure pour la lutte des droits civiques[2].

En France, l'antispécisme est principalement popularisé à partir de la fin des années 1980, notamment par le biais du philosophe franco-anglais David Olivier, co-fondateur de la revue française « Les Cahiers antispécistes » en 1991. Olivier fut par ailleurs la première personnalité médiatique en France a évoqué la notion de végéphobie, en 2001[3]. Peu de temps après que la notion d'antispécisme ait été popularisée en France, diverses personnalités médiatiques écrivent à ce sujet, dès le début des années 1990, en rejetant la pertinence de cette notion comme entre autres les philosophes Élisabeth de Fontenay, Jacques Derrida et Luc Ferry. De même, à cette époque, les végétariens et antispécistes sont régulièrement victimes d'agressions et insultes lors des manifestations contre l'exploitation animale, ce qui freina la popularisation de l'antisépécisme en France, contrairement en Grande-Bretagne, et qui conduit à la théorisation du terme « Végéphobie »[2].

Formes de végéphobies[modifier]

Dans leur ouvrage La végéphobie - Rejet du végétarisme pour les animaux & discrimination des personnes végétariennes, les militants Yves Bonnardel, David Olivier et Sara Fergé exposent les principales formes de végéphobies existantes[4].

Les végéphobes justifient le plus souvent leurs actes[Lesquels ?] à cause d'une certaine sensiblerie adoptée par les végétariens, c'est à dire une sensibilité exagérée, démesurée, abusée, en l'occurrence pour l'éthique animale, en utilisant plusieurs arguments sophistiques comme le cri de la carotte, l'argument de la prédation...[pas clair][4],[5],[6].

Moqueries[modifier]

Déni[modifier]

Violences[modifier]

Conséquences[modifier]

L'ostracisation est l'une des conséquences négatives que subissent les pratiquants du végétarisme et du véganisme, conduisant ces derniers à des dépressions, des replis sur soi[7],[8], voire dans certains cas extrêmement rares, le suicide[9],[10].

Notes et références[modifier]

  1. Eric Denécé et Jamil Abou Assi, Ecoterrorisme: Altermondialisme, écologie, animalisme, Tallandier, 368 p. (ISBN 9791021007307, lire en ligne)
  2. 2,0 2,1 et 2,2 Fabien Carrié, Politiser le désarroi militant : Histoire sociale de la « végéphobie » dans le mouvement animaliste français, Université catholique de Louvain-la-Neuve, (lire en ligne)
  3. Valéry Giroux et Renan Larue, Le véganisme: « Que sais-je ? » n° 4068, Presses Universitaires de France, (ISBN 9782130817017)
  4. 4,0 et 4,1 Yves Bonnardel, David Olivier et Sara Fergé, La végéphobie - Rejet du végétarisme pour les animaux & discrimination des personnes végétariennes : Quelques réflexions à propos des causes, des conséquences et des perspectives de lutte (lire en ligne)
  5. Alexandra Brutsch, Karen Steinbach et Jérôme Dumarty, La végéphobie - Rejet du végétarisme pour les animaux & discrimination des personnes végétariennes (réédition pour la Veggie Pride), (lire en ligne)
  6. « « Végéphobie » : un mal « généralisé » et pas mal franchouillard », sur https://www.nouvelobs.com/ (consulté le 15 juin 2019).
  7. Anne Jankéliowitch, Végétariens : Le vrai du faux, Delachaux & Niestlé, 168 p. (ISBN 9782603020531, lire en ligne), p. Chapitre 7
  8. Pascale Corbin, La domination humaine: L'invraisemblable silence, Librinova (ISBN 9791026220961, lire en ligne)
  9. « "Clocharde", "fayotte"... Des parents publient le récit du calvaire qui a poussé leur fille au suicide », sur https://rmc.bfmtv.com/ (consulté le 15 juin 2019).
  10. « Vegan schoolboy, 12, ‘who had meat hurled at him by bullies hanged himself at home’ », sur https://www.thesun.co.uk/ (consulté le 15 juin 2019).

Voir aussi[modifier]

Bibliographie[modifier]

  • Yves Bonnardel, David Olivier et Sara Fergé, La végéphobie - Rejet du végétarisme pour les animaux & discrimination des personnes végétariennes : Quelques réflexions à propos des causes, des conséquences et des perspectives de lutte (lire en ligne)
  • Alexandra Brutsch, Karen Steinbach et Jérôme Dumarty, La végéphobie - Rejet du végétarisme pour les animaux & discrimination des personnes végétariennes (réédition pour la Veggie Pride), (lire en ligne)
  • Mata'i Souchon, Végéphobie, une nouvelle vague, (lire en ligne)
  • (en) David Olivier, Vegephobia is Speciesism
  • Fabien Carrié, Politiser le désarroi militant : Histoire sociale de la « végéphobie » dans le mouvement animaliste français, Université catholique de Louvain-la-Neuve, (lire en ligne)

Articles connexes[modifier]

  • Flexitarisme
  • Végétarisme
  • Végétalisme
  • Antispécisme
  • Veggie Pride



Erreur Lua dans Module:Catégorisation_badges à la ligne 170 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).Erreur Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 189 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).


Autres articles du thème Alimentation et gastronomie alimentation et gastronomie : Gérard Sallé, Akelarre (restaurant), Maołfaonküch, My Cuisine, Urfa kebab, Frizzy pazzy, Lebey des Bistrots

Autres articles du thème Végétarisme végétarisme : Vegan Marathon, Institut citoyen du cinéma, Rassemblement des écologistes pour le vivant, Zoocide, Direct Action Everywhere France


Cet Article wiki "Végéphobie" est issu de Wikipedia. La liste de ses auteurs peut être visible dans ses historiques et/ou la page Edithistory:Végéphobie.



Compte Twitter EverybodyWiki Follow us on https://twitter.com/EverybodyWiki !