Bienvenue sur EveryBodyWiki ! Créez un compte ou connectez vous pour participer, améliorer ou créer un article, une biographie (la vôtre ?), une page entreprise...


Article soupçonné de non-pertinence. Cliquez pour suivre ou participer au débat.

Théorie de Cohen

De EverybodyWiki Bios & Wiki


Demander une suppression de contenu

Dans son livre Delinquent boys, paru en 1955, Albert K. Cohen fonde une théorie générale de la sous-culture à partir de la délinquance juvénile. Ainsi selon lui la délinquance juvénile est non utilitaire, malintentionnée et négative.

La théorie de Cohen : la délinquance comme produit d'une sous-culture[modifier]

Cohen remarque alors que cette sous-culture délinquante touche plus les garçons que les filles, plus le milieu prolétaire et que cela se perpétue.

Il remarque alors que les individus rencontrent tous les mêmes problèmes d’adaptation à la vie sociale. Chacun des individus va donc adopter toute solution efficace, qui s’écarte parfois du droit chemin. C’est ce qu’il appelle les nouveaux standards ou encore innovations. Cette innovation doit répondre à deux critères : elle doit être pertinente et validée par le groupe.

Cohen met en valeur le phénomène d’interactions entre les individus. Les nouveaux standards du groupe deviennent des éléments de la sous-culture de la délinquance juvénile. La perpétuation de cette sous-culture se fait par un système de valeurs au terme duquel chaque individu qui compose une collectivité se voit assigner une place, une position dans la hiérarchie sociale. C’est ce qui permet de faire respecter à chacun sa position par rapport aux autres. Une sous-culture se constitue notamment par le fait que dans certaines situations des groupes n’arrivent plus à faire apprécier leurs performances, leurs actions, par rapport aux valeurs instituées.

Plus tard, Cohen expliquera la délinquance par un phénomène d’interaction entre un auteur et une situation. L’acte criminel n’est donc pas quelque chose de figé, mais le point d’aboutissement d’un processus qui se déroule dans le temps et par une série au cours de laquelle auteur et situation sont en interaction constante. L’acte criminel n’est jamais entièrement déterminé par le passé et le processus de passage à l’acte peut voir son cours se modifier quand il y a changement : soit de la personnalité de l’auteur de l’acte, soit de la situation, soit des deux.

Cohen insiste bien sur la notion de situation qui, selon lui, est un élément essentiel au passage à l’acte de l’auteur. Il écarte donc toute typologie ou classification des personnalités des individus pour expliquer un comportement. Le processus d’interaction permet donc que l’acte délinquant se développe dans le temps, par une série d’étapes successives. Ce processus d’interaction possède cinq grandes caractéristiques :

  • L’acte ne survient pas brusquement : il se développe et possède une histoire. Bien qu’une étape de son développement puisse être un antécédent nécessaire à une autre étape, le mouvement d’une étape à l’autre n’est pas entièrement déterminé par les antécédents.
  • Les circonstances qui déterminent le choix de telle ou telle solution comprennent à la fois les propriétés de la personne et celles de la situation.
  • Certaines circonstances qui participent au développement de l’acte sont tout à fait indépendantes des événements survenus au cours des étapes antérieures.
  • Le feedback constitue un développement de l’acte délinquant selon la vision de la victime, des témoins, des individus touchés par l’acte. Ainsi pour être délinquant il faut être défini comme tel par la société. On parle alors de notion d’étiquetage qui, au cours du temps, confirme le délinquant dans son propre rôle au regard des autres. Il en va donc que le délinquant finira par accepter son rôle de délinquant et prendra alors tous les avantages liés à son statut de délinquant.
  • La réponse des autres individus face à la délinquance: les individus peuvent donc se montrer compréhensifs ou répressifs. C’est le fruit d’une propre socialisation des individus. La réponse des individus peut être aussi le fait de vouloir montrer quel genre de personne l’individu est.

Voir également[modifier]

Articles connexes[modifier]

  • Sociologie de la déviance
  • Portail de la sociologie Portail de la sociologie

Cet Article wiki "Théorie de Cohen" est issu de Wikipedia. La liste de ses auteurs peut être visible dans ses historiques.


Les cookies nous aident à fournir nos services. En utilisant nos services, vous acceptez notre utilisation des cookies.