Wiki-valley-lg-cyan 200px.png Créez votre propre base de connaissance privée ou publique et gérez les connaissances de votre projet ou entreprise de manière collaborative. (Annonce)


Bienvenue sur EveryBodyWiki ! Créez un compte ou connectez vous pour participer, améliorer ou créer un article, une biographie (la vôtre ?), une page entreprise...


Sōji Kodaira

De EverybodyWiki Bios & Wiki
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Erreur Lua dans Module:Wikidata à la ligne 118 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value). Sōji Kodaira (小平総治) est un diplomate et interprète Japonais né en 1876 et décédé le 18 octobre 1935[1].

Biographie[modifier]

Sōji naît dans la ville d'Hotaka de la préfecture de Nagano (aujourd'hui devenue la ville d'Azumino). Après avoir étudié les Kangaku dans sa ville natale, il s'installe à Tokyo et entre à l'université Nishōgakusha où il reçoit les enseignements de Chūshū Mishima (三島中洲). Il passe l'année 1899 à étudier en Chine, et c'est en cette même année qu'éclate la Révolte des Boxers. Il sert alors d'interprète pour l'armée japonaise et Naniwa Kawashima le recommande même pour devenir directeur de l'académie de police de Pékin. En 1910 il prend la tête de l'école de police du district de Wuchang et se retrouve un an plus tard au consulat d'Hankou, la même année que la chute de la dynastie Qing. Sous la nouvelle République de Chine, il s'engage dans la formation d'une toute nouvelle police, plus moderne.

Il entre en 1914 au service du Prince Shanqi, s'occupe de l'éducation de ses enfants et de ses affaires privées. Dans le même temps, il transmet des informations concernant la politique chinoise au gouvernement Japonais. En 1915, il supporte Yuan Shikai pour une reprise du pouvoir par les Mandchous mais la forte opposition de Sun Yat-sen et des révolutionnaires ainsi que la mort soudaine de Yuan l'empêche de mettre à bien son plan. En 1932, il est nommé secrétaire général par l'empereur Puyi, alors dirigeant d'un Etat fantoche à la solde des Japonais, le Mandchoukouo. Il est même décoré d'une médaille du mérite pour ses années passées auprès des plus hauts-placés Chinois. Il fonde ensuite le musée national du Mandchoukouo, qui sera transféré par la suite à Shenyang. Alors qu'il rentre dans son pays natal en 1935, il y décède brutalement.

Références[modifier]

Liens externes[modifier]

  • (ja) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en japonais intitulé « 小平総治 » (voir la liste des auteurs).
  • Erreur Lua dans Module:Autorité à la ligne 424 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).

Erreur Lua dans Module:Catégorisation_badges à la ligne 170 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).Erreur Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 189 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).


Autres articles du thème Japon Japon : Katsuyuki Kondō, Warst, Thread (album), Komatzu Seichi, Hammer Bros, Orcd, La Mouche d'Himeji


Cet Article wiki "Sōji Kodaira" est issu de Wikipedia. La liste de ses auteurs peut être visible dans ses historiques et/ou la page Edithistory:Sōji Kodaira.

  1. « Sōji Kodaira-Archives de la ville d'Azumino », sur www.city.azumino.nagano.jp (consulté le 27 décembre 2019)


Compte Twitter EverybodyWiki Follow us on https://twitter.com/EverybodyWiki !