Welcome to EverybodyWiki 😃 ! Nuvola apps kgpg.png Log in or ➕👤 create an account to improve, watchlist or create an article like a 🏭 company page or a 👨👩 bio (yours ?)...

Malodore

De EverybodyWiki Bios & Wiki


L'affaire du Malodore d'Argenteuil est un épisode de la lutte menée par certaines municipalités contre les attroupements jugés indésirables. Le Malodore est un produit de la firme Firchim France, firme spécialisée dans la fabrication de produits d'entretien. Il s'agit d'un répulsif nauséabond fabriqué afin d'éloigner les humains des endroits dangereux en laissant une rémanence nauséabonde pendant plusieurs semaines. Il est livré sous forme de concentré à diluer et à pulvériser avec une pompe.

En 2007, le maire d'Argenteuil, Georges Monthron, est accusé de projeter de s'en servir pour éloigner les personnes sans domicile fixe. Cette affaire fait scandale et provoque la réaction de ministres. Elle s"inscrit dans le cadre du développement d'une forme de gestion écosanitaire de l'urbanité, utilisant également d'autres dispositifs, sonores, lumineux et de mobilier urbain.

Utilisation à Argenteuil[modifier]

En août 2007, l'AFP révéle que le maire d'Argenteuil Georges Mothron, veut faire diffuser du Malodore à Argenteuil afin d'éloigner les personnes sans domicile fixe. Cependant, les agents municipaux refusent de l'épandre. Le répulsif est alors directement donné aux agents d'entretien du centre commercial Côté Seine d'Argenteuil afin qu'ils le diffusent eux-mêmes aux alentours des sorties de secours où se regroupent les personnes sans domicile fixe[1].

Cette nouvelle, partiellement démentie par la mairie d'Argenteuil, qui évoque une entreprise de diffamation à son encontre[2], suscite toutefois de vives critiques de l'opposition locale et nationale, ainsi que de la ministre du Logement et de la Ville Christine Boutin qui déclare : « Le principe même de l'utilisation de produits de ce type constitue en effet une atteinte à la dignité de la personne humaine parfaitement inacceptable »[3]. Interviewée à ce sujet, Rama Yade, secrétaire d'État chargée des droits de l'homme, ne dénonce pas cette expérience, déclarant qu'il fallait « tout essayer dans une ville »[4]. Le 27 août 2007, Georges Monthron annonce qu'il suspend l'utilisation de ce produit[5] et retire ensuite son arrêté anti-mendicité[6].

Suite à cette affaire, la société Firchim arrête la commercialisation du Malodore pendant quelques mois, avant de la reprendre en modifiant ses méthodes de ventes pour tracer les utilisations faites par les clients[7].

Une gestion écosanitaire de la ville[modifier]

L'affaire du Maladore est un épisode de la recherche, par certaines municipalités, de dispositifs pour éloigner les personnes sans domicile fixe et les jeunes des centres-villes, comme les répulsifs anti-jeunes à ultrasons ou les lampes révélant l'acné juvénile, qui indiquent un véritable sentiment de répulsion[8].

Cet épisode a été analysé comme un exemple de la gestion écosanitaire de l'urbanité, révélatrice, à travers « une morale de la rue », d'une volonté d'invisibiliser les gens de la rue et de légitimer un nouvel ordre urbain[9],[10].

Après l'épisode du Maladore d'Argenteuil, cette volonté d'éviter des attroupements ou le stationnement de personnes sans domicile fixe dans l'espace public se déplace vers l'installation de mobilier urbain anti-SDF[11],[12],[13].

Références[modifier]

  1. Le maire d'Argenteuil chasse le SDF au répulsif, Libération, 24 août 2007.
  2. La mairie d’Argenteuil dément avoir utilisé un répulsif contre les SDF, Le Figaro, 25 août 2007.
  3. Produit odorant anti-SDF:Christine Boutin s'indigne, NouvelObs.com, 27.08.2007.
  4. Quand Rama yade justifie l'emploi du malodore (vidéo).
  5. « Le maire d'Argenteuil suspend l'utilisation du produit répulsif Malodore contre les SDF | Maire-Info, quotidien d'information destiné aux élus locaux », sur www.maire-info.com (consulté le 23 octobre 2021)
  6. « Après le Malodore, Argenteuil retire son arrêté anti-mendicité », sur L'Obs, (consulté le 23 octobre 2021)
  7. « Le Malodore toujours en vente », sur leparisien.fr, (consulté le 14 octobre 2021)
  8. Pierre-Jérôme Delage, « Le bruit et l'odeur sur quelques formes nouvelles de la répulsion envers l'altérité humaine », Archives de politique criminelle, vol. n° 32, no 1,‎ , p. 219 (ISSN 0242-5637 et 2105-2670, DOI 10.3917/apc.032.0219, lire en ligne, consulté le 14 octobre 2021)
  9. Michel Parazelli, « Existe-t-il une « morale globale » de la régulation de la rue ? », Géographie et cultures, no 71,‎ , p. 91–110 (ISSN 1165-0354, DOI 10.4000/gc.2129, lire en ligne, consulté le 14 octobre 2021)
  10. Michel Parazelli, « Vers une gestion écosanitaire de l’urbanité des rues ? », dans 50 questions à la ville, Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, (ISBN 978-2-85892-398-4, DOI 10.4000/books.msha.2733, lire en ligne), p. 263–268
  11. « Sprays répulsifs, piques en métal ou bancs inconfortables : ces autres mesures "anti-SDF" qui ont fait polémique », sur Franceinfo, (consulté le 14 octobre 2021)
  12. « D'autres dispositifs anti-SDF ont fait polémique en France », sur Le HuffPost, (consulté le 14 octobre 2021)
  13. Léo Mouren et Maud Lescoffit, « Comment les villes pratiquent la chasse aux SDF », sur Libération, (consulté le 14 octobre 2021)

Erreur Lua dans Module:Catégorisation_badges à la ligne 170 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).Erreur Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 189 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).


Autres articles du thème Chimie chimie : Retr0bright, Batterie primaire, Profialis, Elementar, Carbone surnuméraire, Pierre Le Cloirec, Spectromètre à rayons X par particules alpha


Cet Article wiki "Malodore" est issu de Wikipedia. La liste de ses auteurs peut être visible dans ses historiques et/ou la page Edithistory:Malodore.