Bienvenue sur EveryBodyWiki ! Créez un compte ou connectez vous pour participer, améliorer ou créer un article, une biographie (la vôtre ?), une page entreprise...


Littérature latine d'Afrique

De EverybodyWiki Bios & Wiki


Demander une suppression de contenu

Afrique romaine
Romanisation de l'Afrique au IVe siècle
Exarchat de Carthage au VIIe siècle

La Littérature latine d'Afrique, est un terme utilisé par Paul Monceaux dès , dans un ouvrage de recherches qui considère les auteurs d'expression latine, du monde antique, réputés originaires de l'Afrique romaine à l’époque païenne, dans la région Nord du continent.

Histoire[modifier]

Bien avant la création de Rome, la civilisation carthaginoise (814 av. J.-C.- s'est imposée dans la moitié occidentale du Bassin méditerranéen. Les rivalités des deux zones d'influence s'exacerbent durant les guerres puniques (-).

L'Afrique romaine (-) s'installe, durablement, d'abord en relation avec des royaumes locaux (Maurétanie, Numidie (-)), puis selon les modalités variables de toute province romaine : Maurétanie tingitane, Maurétanie césarienne, Afrique proconsulaire, Byzacène, Tripolitaine, Numidie, Numidie cirtéenne.

La romanisation s'effectue progressivement dans ces sociétés partiellement hellénisées. Les villes principales en sont Leptis Magna, Utique, Sabratha, Cirta et la Carthage romaine.

La vigueur des Lettres en Afrique est telle que, entre le IIe et le IVe siècle, Carthage apparaît comme une capitale culturelle dont les productions littéraires insufflent nouveautés et fraîcheur dans l'ensemble du monde romain. C'est là le résultat de longues années de pratiques des bibliothèques[1], des lectures publiques, d'échanges incessants avec le cœur de l'Empire et d'influences helléniques. Les Carthaginois ont ainsi diffusé leur goût pour la grammaire et la rhétorique dans la plupart des provinces africaines. Les plus dignes représentants de ce courant sont Florus, Sulpice Apollinaire, Nonius Marcellus, Terentianus dit le Maure et Fronton.

Ces réalités perdurent sous le royaume vandale[2] (435-534), puis l'exarchat de Carthage (Empire byzantin) (585-698)[3]. Dès la conquête arabe, l'Ifriqiya recouvre les territoires de l'Afrique romaine et commence l'arabisation.

Place de l'Afrique romaine dans la littérature latine[modifier]

Pierre Grimal[4] reconnaît à l'Afrique romaine une place éminente dans la littérature latine à partir du IIe siècle : « Dans la lente décomposition de la littérature latine, une province de l'Empire semble avoir opposé une résistance plus longue que les autres. Au Ier siècle apr. J.-C., l'Espagne s'était révélée comme un réservoir de talents. Au IIe siècle, ce rôle appartient à l'Afrique. » Il donne deux explications à la vitalité des lettres latines dans cette région : des conditions sociales favorables avec la constitution d'une bourgeoisie riche et cultivée ; l'influence du monde hellénique s'exerçant à partir de la Cyrénaïque et de l'Égypte proches[5],[6].

Ce rôle s'amplifie avec le développement de la littérature chrétienne. Selon Pierre de Labriolle[7], « c'est l'Afrique du Nord qui, pendant près de trois siècles, a donné à la littérature chrétienne la plupart des écrivains qui l'ont illustrée. L'Afrique a été, jusqu'au IVe siècle, le foyer de la pensée chrétienne occidentale. »

Les historiens de la littérature peinent à reconnaître des traits communs à tous ces auteurs qui pourraient donner à cette littérature africaine une spécificité. Paul Monceaux est l'un de ceux qui a le plus fermement défendu l'idée d'une particularité africaine en matière de littérature et surtout de langue. Il a développé la notion d'africitas (en), terme déjà utilisé par Érasme, pour désigner une variante locale du latin présentant des traits particuliers de morphologie, de syntaxe, de vocabulaire et de style. Sa position a été sévèrement critiquée dès son époque par Gaston Boissier, dans son compte rendu de l'ouvrage, et par Eduard Norden (de) dans Die antike Kunstprosa[8], mais n'en a pas moins eu une forte influence au cours du XXe siècle[9]. Le débat a été relancé au XXIe siècle à partir de l'exemple d'Apulée[10].

Une autre discussion porte sur l'identité culturelle profonde de ces auteurs[11]. Sont-ils des Africains de souche ou appartiennent-ils à des familles d'origine romaine ou italienne installées en Afrique ?

Auteurs[modifier]

  • Térence (en latin : Publius Terentius Afer) (-190c - -159), dont le surnom Afer, suggère une origine africaine, auteur de six pièces toutes parvenues (« rien de ce qui est humain ne m’est étranger… ») : Heautontimoroumenos, L'Eunuque, Andria, L'Hécyre, Le Phormion, Les Adelphes
  • Marcus Manilius, contemporain d’Auguste, auteur des Astronomica (poème scientifique en 5 livres)
  • Lucius Septimius Severus (70-110), Libyco-berbère, père de Publius Septimius Geta et grand-père de l’Empereur Septime Sévère (146-211), bilingue et ami de Stace
  • Florus (Publius Annius Florus, 70-140c), historien, Abrégé de l'histoire romaine
  • Fronton (100c-167c), grammairien, rhéteur, avocat et maître de Marc-Aurèle, d'origine berbère
  • Aulu-Gelle (123c-180c), magistrat, grammairien, compilateur, Nuits attiques
  • Apulée (125-170c), un bédouin dans un congrès de classiques, Les Métamorphoses ou L'Âne d'or, et des textes philosophiques
  • Sulpice Apollinaire
  • Victor Ier (130c-199), pape catholique romain
  • Hosidius Geta, Medea
  • Reposianus (it), De concubitu Martis et Veneris
  • Némésien (250c-300c), « le poète carthaginois », un poème didactique sur la chasse, dont subsistent des fragments
  • Vespa (poète) (it)
  • Nonius Marcellus (260 ? - 340 ?), lexicographe, grammairien, surnommé le Péripatéticien de Thubursicum, auteur d'une encyclopédie en 20 volumes,
  • Pentadius (poète) (it)
  • Symphosius (auteur) (it)
  • Martianus Capella (360c-428c), Les Noces de Philologie et de Mercure
  • Macrobe (370c-450c), Saturnales
  • Flavius Felix (poète) (it)
  • Dracontius (Blossius Æmilius Dracontius), poète latin, actif ver 480
  • Florentinus (poète) (actif vers 510), poète latin de la cour du roi vandale Thrasamund
  • Victor de Vita (430c-490c)
  • Luxorius (actif vers 520), poète latin de la cour du roi vandale Thrasamund
  • Corippe (Flavius Cresconius Corippus, 500c-570c), La Johannide, Éloge de Justin le Jeune
  • Anonyme, La Veillée de Vénus (Pervigilium Veneris)

Anthologie[modifier]

Un folio du codex Salmasianus, principal témoin de l’Anthologia Latina.
  • Anthologie latine, épigrammes de poètes africains de latinité tardive (VIe siècle), dans l'esprit de l’Anthologie grecque ou de l’Anthologie de Planude.
  • Codex Salmasianus, le plus important témoignage de l'ouvrage précédent.

Notes et références[modifier]

  1. Noureddine Tlili, « Les bibliothèques en Afrique romaine », Dialogues d'histoire ancienne, 2000, no 26.
  2. Voir notamment les épigrammes réunies dans l’Anthologie latine, œuvres de Symphosius, Luxorius, Flavius Felix, Coronatus et Caton ainsi que de poètes anonymes. Épigrammes latines de l'Afrique vandale, établies, traduites et annotées par Ingrid Bergasa, avec la collaboration d'Étienne Wolff (coll. « Fragments »), Paris, Les Belles Lettres, 2016, CV + 378 p. (ISBN 9782251742175)
  3. Serge Lancel, « La fin et la survie de la latinité en Afrique du Nord. État des questions », Revue des études latines, 59, 1981, p. 269-297.
  4. La littérature latine, Paris, PUF (coll. « Que sais-je ? », no 327), 1re éd., 1965.
  5. « …l'une des raisons de l'éclat que connut alors la culture romaine en Afrique est probablement cette double influence, occidentale et orientale, qui la pénètre. »
  6. Dans les cercles lettrés, le grec était pratiqué à côté du latin, comme en témoigne Apulée, Florides, XVIII, 16. C'était vrai non seulement à Carthage, mais même dans de petites cités comme Ammaedara/Haïdra : Z. Benzina Ben Abdallah et L. Naddari, « Omnium litterarum scientissimus… : à propos d’une famille de lettrés des environs d’Ammaedara », in L’Africa romana, 19, 2, Sassari, 2012, p. 2113–2134.
  7. Histoire de la littérature latine chrétienne, Paris, Les Belles Lettres, 1924, p. 79.
  8. Die antike Kunstprosa vom VI. Jahrhundert v. Chr. bis in die Zeit der Renaissance, 2 vol., Leipzig, Teubner, 1898.
  9. Pour un état de la question, voir Serge Lancel, « Y a-t-il une africitas ? », Revue des études latines, 63, 1985, p. 161-182.
  10. Benjamin Todd Lee, Ellen Finkelpearl et Luca Graverini, Apuleius and Africa, New York - London, Routledge, 2014.
  11. Voir, par exemple, sur Fronton : Jens E. Degn, « Africain romanisé ou Romain africanisé ? L'identité culturelle de Marcus Cornelius Fronto », Classica et Mediaevalia. Danish Journal of Philology and History, 61, 2010, p. 203 et suiv. (en ligne).

Voir aussi[modifier]

Bibliographie[modifier]

  • Paul Monceaux, Africains II. Les auteurs latins d'Afrique. Les païens (1894), présentation et bibliographie : Leila Ladjimi Sebaï, Carthage : Cartaginoiseries, 2012, 296 p. (ISBN 9789973704221).
  • Serge Lancel, « Y a-t-il une africitas ? », Revue des études latines, 63, 1985, p. 161-182.
  • (en) Benjamin Todd Lee, Ellen Finkelpearl et Luca Graverini, Apuleius and Africa (« Routledge monographs in classical studies », 18), New York - London, Routledge, 2014, xvi + 344 p. (ISBN 9780415533096) ((en) compte rendu par Vincent Hunink, Bryn Mawr Classical Review, 2015, en ligne).

Articles connexes[modifier]

  • Afrique du Nord dans l'Antiquité (en)
  • Antiquité tardive (284-486)
  • Langue romane d'Afrique
  • Littérature latine
  • Province d'Afrique Proconsulaire, Byzacène, Numidie, Maurétanie, Tripolitaine, Cyrénaïque
  • Cyrénaïque antique, Marmarique, Tripolitaine, Garamantes

Liens externes[modifier]

Erreur Lua dans Module:Catégorisation_badges à la ligne 170 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).Erreur Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 189 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).


Autres articles du thème Littérature Littérature : Francis Baudouin, Visi-Sonor, Nicolas Jaen, Le Sceau de la reine, Dans mes yeux à moi, Mary Lee Martin-Koné, Dallys-Tom Medali

Autres articles du thème Rome antique Rome antique : Via Corsica, Liste des chefs d'État connus au Ier siècle, Kalonymos (père d'Onqelos), Bassos, Liste des chefs d'État connus au Ier siècle av. J.-C., Massiva, Divination mathématique


Cet Article wiki "Littérature latine d'Afrique" est issu de Wikipedia. La liste de ses auteurs peut être visible dans ses historiques et/ou la page Edithistory:Littérature latine d'Afrique.


Les cookies nous aident à fournir nos services. En utilisant nos services, vous acceptez notre utilisation des cookies.