Bienvenue sur EveryBodyWiki ! Créez un compte ou connectez vous pour participer, améliorer ou créer un article, une biographie (la vôtre ?), une page entreprise...


Les Antigones (association)

De EverybodyWiki Bios & Wiki
Sauter à la navigation Sauter à la recherche


Erreur Lua dans Module:Wikidata à la ligne 118 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).

Les Antigones est un mouvement féministe français se définissant comme un mouvement féminin, alternatif et radical. Né en 2013, le mouvement veut porter un regard sur la féminité et les sujets qui s’y rattachent ainsi qu'un regard féminin sur la société.

Le mouvement est considéré, sur l'échiquier politique, comme de droite[1] du fait de leurs positions sur les valeurs traditionnelles et conservatrices. Le mouvement est classé dans la tendance alter-féminisme.

Historique[modifier | modifier le wikicode]

Création du mouvement[modifier | modifier le wikicode]

Le 25 mai 2013, suite à une manifestation avortée au local des Femen, une vidéo est publiée sur Youtube, dans laquelle des jeunes femmes vêtues de blanc dénoncent « méthodes d’action dégradantes », « profanations liberticides », « réification du corps féminin » et « fonctionnement sectaire » de la part de Femen. Parmi elles, Iseul Turan (pseudonyme)[2], co-fondatrice du mouvement Les Antigones, annonce avoir infiltrée Femen durant 2 mois.

Le buzz de la vidéo de cette action permet aux Antigones de faire leur entrée sur la scène médiatique[3].

Peu après cette première action, Les Antigones publient un manifeste[4]qui clarifie leur positionnement : le mouvement promeut la complémentarité entre l'homme et la femme, la fécondité de l'altérité sexuelle et la valorisation du féminin.

Des actions militantes[modifier | modifier le wikicode]

Le mouvement prend à ses débuts la forme d'un mouvement militant, avec plusieurs actions coup de poing amplement relayées sur leurs réseaux internet. La plupart des premières actions étaient directement dirigées contre le mouvement Femen, avec la première vidéo publiée à la naissance du mouvement, une lettre ouverte à François Hollande pour dénoncer le timbre à la Marianne supposément inspirée du visage d'Inna Shevchenko, et une visite "réparatrice" aux ambassades des pays qu'aurait offensés Femen.

Les Antigones tentent dès 2013 de diversifier leurs sujets, avec quelques actions au succès plus relatif. Une action a ainsi été menée par la mouvement au Forum des Halles contre le "capitalisme de séduction", d'après la formule de Michel Clouscard. L'action est relayée dans un reportage sur Canal+[5]. La thématique anti-capitaliste est reprise en 2014 avec une danse traditionnelle filmée devant la Banque de France à Marseille pour exprimer la primauté que le mouvement veut donner au lien social sur le lien marchand.

On note également en 2014 l'intérêt des Antigones pour la question des violences faites aux femmes avec une "marche des femmes contre les violences" organisée à Paris le 25 septembre à l'occasion de la Journée Internationale de Lutte contre les Violences faites aux femmes.

Cette activité plus militante semble toutefois vite s'essouffler puisqu'on ne leur attribue plus aucune action de ce type depuis 2015.

Conférences[modifier | modifier le wikicode]

Les Antigones montent à partir de 2013 un cercle de conférences à Paris, avec un rythme hebdomadaire. Les réunions sont organisées autour de thèmes annuels : "femmes et transmission" en 2014, "femmes et économies" en 2015, "femmes et féminité" en 2016. Les conférences sont parfois données par des invités, parfois sous forme de témoignages, et parfois par des membres du mouvements elles-mêmes. Le rythme des conférences semble ralentir à partir de 2017. Plus aucune n'a été annoncée depuis 2018. La création d'une antenne marseillaise est annoncée par une vidéo en 2013, avec quelques conférences annoncées dans les deux années qui suivent. De même, en 2014, des conférences sont organisées à Lyon. Les autres évènements annoncés par le mouvement sont des conférences et débats organisés par d'autres et auxquels des représentantes du mouvement sont invitées.

Publications[modifier | modifier le wikicode]

Les Antigones ont largement publié sur leur propre site, mais également à travers des tribunes dans la presse, principalement dans des media conservateurs. Une chaîne YouTube est également alimentée par des émissions audio de formats variés, allant de 3 à 30 minutes en moyenne. Le mouvement semble s'être recentré sur cette activité d'écriture et de publication[6]

Structure hiérarchique[modifier | modifier le wikicode]

L'organisation du mouvement reste peu claire. Les représentantes du mouvement interviewées à ses débuts annoncent des « centaines » d'adhésion sans jamais donner de chiffre exact. Il semblerait de toute façon que le mouvement n'ai obtenu un statut officiel d'association qu'en 2015, rendant impossible tout système d'adhésion. Les vidéos des débuts du mouvement ne montrent qu'une poignée de militantes. Malgré une majorité d'articles anonymes, on compte une vingtaine de signatures différentes sur le site internet du mouvement.

Les thèmes de réflexion[modifier | modifier le wikicode]

La transmission[modifier | modifier le wikicode]

Dans leur charte interne, Les Antigones s'annoncent héritières du passé. Les premières conférences organisées à Paris par Les Antigones mettent la question de la transmission au cœur de la réflexion du mouvement[7]. La réflexion du mouvement sur le sujet se fonde sur une lecture croisée d'Hannah Arendt et Mircea Eliade : nos sociétés connaîtraient une rupture avec la tradition et le sacré qui aurait eu pour conséquence une rupture de transmission généralisée. A la femme est souvent reconnu ou attribué un rôle de transmission. Elles estiment que ce rôle est à protéger et à réinvestir. Elles sont intervenues sur ce sujet en mars 2017 au colloque annuel de l'Institut Iliade[8].

L'autonomie[modifier | modifier le wikicode]

Les Antigones ne distinguent pas nettement les problématiques écologiques et les problématiques sociales, qu'elles articulent ensemble autour de la question de l'autonomie. Leurs publications critiquent une supposée perte d'autonomie des femmes et de la société entière face au système économique actuelle et à un État dont elles suggèrent à plusieurs reprises qu'il serait totalitaire - sans préciser s'il s'agit d'un gouvernement en particulier, de l'État français, de l'Union européenne qu'elles critiquent également. Elles appellent à un renouvellement du lien social et du rapport à l'environnement par le retour aux communautés naturelles traditionnelles (elles citent en vrac comme telles la famille, le village, la paroisse, parfois encore la corporation ou le « clan », sans apporter à la notion de définition claire...). Elles appellent à « un renouvellement d'ensemble de la vie en communauté à même de réconcilier économie et écologie ». Dans le même texte, elles affirment que « la révolution écologique véritable, c'est réinventer un monde où […] la fin de la vie sociale n'y serait pas l'accumulation d'une « richesse » illusoire, mais l'épanouissement de l'être – celui de l'homme aussi bien que celui de la nature[9] ».

L'autonomie qu'elles défendent suppose autant une recherche d'autonomie alimentaire que médicale. Elles mettent ainsi en avant les jardins partagés ou encore les méthodes naturelles de régulation des naissances. Elles ont également à plusieurs reprises dénoncé l'interdiction de commercialisation des semences paysannes. Plusieurs de leurs conférences étaient consacrées à l'étude de mouvements écologistes et alternatifs contemporains (Mouvement Colibris, Femmes Semencières)

Le capitalisme[modifier | modifier le wikicode]

Les Antigones ont adopté dès leurs premières publication un axe de travail anti-capitaliste, avec notamment une lecture croisée de Michel Clouscard et Tiqqun qui place des femmes comme premier moteur et premières victimes du capitalisme de nouvelle génération. Les Antigones ont affirmé dans leur conférence sur le corps et la transmission au colloque de l'Institut Iliade en 2017 comme dans plusieurs des émissions dites « Le Café des Antigones » publiées sur leur chaîne YouTube un rôle prééminent des femmes dans la lutte contre le système capitaliste. Elles considèrent que les femmes, par les spécificités de leur fonctionnement physiologique notamment (cycle féminin et maternité potentielle) font obstacle à la logique de disponibilité des corps qu'implique le capitalisme, tant dans sa conception du travail que dans sa dynamique de consommation. Elles illustrent la première par la phrase de Pierre Bergé « Louer son ventre pour faire un enfant oulouer ses bras pour travailler à l'usine, quelle différence ? C'est faire un distinguo qui est choquant » publiée le 16 décembre au soir sur le site du Figaro. Elles prennent pour exemple de l'obstacle que représente le corps féminin dans la logique de consommation du capitalisme le cas de la pilule, destinée selon elles à rendre disponible pour être consommable n'importe quand et par n'importe qui le corps des femmes, tout en soumettant celles-ci à une industrie pharmaceutique et médicale qui les considère comme des consommatrices captives.

L'éducation[modifier | modifier le wikicode]

On constate sur le site d'Antigones une masse importante de textes sur la question éducative. Le mouvement n'a pourtant pas pris position dans les débats actuels de réforme de l'école ou de réforme des programmes. La réflexion du mouvement semble focalisée sur la question de la liberté scolaire, avec de nombreux textes dénonçant des textes de loi destinés à encadrer l'ouverture des écoles hors contrat et les conditions d'exercice de l'instruction en famille. Elles ont ainsi pris position dans un article publié sur le site de Valeurs Actuelles en 2019 contre la loi dite "pour une école de la confiance" a cause du passage d'une instruction obligatoire de 6 à 3 ans. Les propositions publiées par le mouvement sur leur site à l'occasion des élections présidentielles 2017 défend clairement l'idée d'un chèque scolaire et prend position en faveur de l'instruction en famille.

Positionnement féministe[modifier | modifier le wikicode]

Différences hommes femmes et complémentarité[modifier | modifier le wikicode]

Le mouvement s'inscrit clairement dans un héritage féministe différencialiste. Le principe des différences genrées ne sont pas remises en question dans leurs textes, dans lesquels on trouve également des références nombreuses aux différences physiologiques entre les sexes. Les Antigones proposent une critique virulente des mouvements féministes universalistes[10]. On trouve au contraire des références à des courants de pensée dont certaines représentantes se définissent comme différencialistes, comme le Care tel que défini par Carol Gilligan, courant de pensée auquel les Antigones a déjà consacré deux conférences.

Malgré des prémisses différencialistes évidentes et l'objectif annoncé du mouvement de défendre la féminité et la complémentarité, le mouvement n'a encore jamais publié de texte sur la question des différences sexuées ou de la complémentarité homme - femme. La position précise du mouvement à cet égard reste peu clair. Plusieurs textes réaffirment l'attachement du mouvement à l'égalité en dignité et devant la loi entre hommes et femmes, mais aucun ne développe clairement la portée sociale et politique de la différence des sexes que défend le mouvement. Plusieurs conférences ont pourtant été annoncées sur le site sur le sujet, mais aucune n'a fait l'objet d'un compte-rendu diffusé. Des articles plus récents posent le couple homme - femme comme « cellule pré-politique de base de la société » humaine[11].

Les violences faites aux femmes[modifier | modifier le wikicode]

Les Antigones s'inscrit malgré des positions conservatrices sur les sujets comme l'avortement, la PMA[12], ou le Mariage pour tous, dans la troisième vague du féminisme par l'importance qu'elles donnent à la thématique des violences faites aux femmes.

Celle-ci est toutefois traitée à rebours du discours majoritaire parmi les mouvements féministes contemporains puisqu'elles dénoncent la notion de féminicide, et n'évoquent que très rarement la question des stéréotypes de genre, de la culture du viol ou encore simplement des violences sexistes. Leur axe principal de travail est la dénonciation de la loi Justice de la Ministre Christiane Taubira. La prostitution n'est que rarement abordée par le mouvement comme violence faite aux femmes, si ce n'est dans les propositions publiées sur son site par le mouvement à l'occasion des élections présidentielles 2017. La conférence organisée avec Rosen Hicher, survivante de la prostitution et abolitionniste, à Paris par le mouvement n'a pas donné lieu à un compte-rendu ou à une prise de position quelconque du mouvement. Les Antigones contestent clairement l'existence d'une violence structurelle de la société à l'égard des femmes, à laquelle elles préfèrent une analyse au cas par cas selon le type de violence exercée. Il est également à noter qu'elles citent à plusieurs reprises la PMA, mais aussi l'IVG et la réforme du congé parental prévu par la loi-cadre Egalité Femmes-Hommes de 2013 comme des violences faites aux femmes[13].

Les Antigones pointent également à plusieurs reprises dans leurs textes l'univers médical comme étant source de violences faites aux femmes, notamment durant la grossesse et l'accouchement. Là encore, c'est l'intégralité du système de santé occidental qu'elles mettent en cause et non le sexisme du corps médical, cité comme une cause parmi d'autres.

L'égalité salariale[modifier | modifier le wikicode]

Les Antigones se sont approprié un autre thème propre au combat féministe avec le sujet de l'égalité salarial. Là aussi, elles récusent la misogynie et l'héritage patriarcal comme causes des inégalités salariales qui subsistent encore entre hommes et femmes pour se focaliser sur la question de la maternité. Elles expliquent en effet les écarts de salaire entre hommes et femmes par le coût que fait peser une grossesse sur les entreprises. C'est aussi au titre de la maternité qu'elles se positionnent contre l'individualisation de l'impôt. Celui-ci s’avérerait défavorable aux femmes dans la mesure où ce sont encore majoritairement les femmes qui s'arrêtent pour s'occuper des enfants et bénéficient ainsi de retraites minorées.

Critiques[modifier | modifier le wikicode]

Les Antigones ont suscité de nombreuses réactions dans la presse[14]. Leur positionnement différencialiste est fortement critiqué : penser la primauté du déterminisme naturel sur la construction sociale représente pour leurs critiques une atteinte à la liberté et à la dignité de la femme. Elles sont ainsi souvent citées dans les anti-féministes complices d'un système rétrograde et patriarcal. Elles cherchent à empêcher les acquis féministes de porter leurs fruits et offensent la mémoire de celles qui ont combattu pour la cause des femmes. De même, les Antigones véhiculeraient une image stéréotypée de la femme et contribueraient à son aliénation. Elles bénéficient d'ailleurs d'un accueil chaleureux parmi les médias de droite et d'extrême droite, connus pour leurs positionnements anti-féministes.

Certaines figures de l'alter-féminisme[15] sont intervenues à la permanence des Antigones ou dans des émissions radio avec elles : Eugénie Bastié de la revue Limite, auteur de Adieu Madmoiselle, Elizabeth Monfort, députée européenne, créatrice du mouvement Nouveau féminisme européen, Thérèse Hargot, philosophe et sexologue, auteur de Une Jeunesse sexuellement libérée (ou presque), ou Gabrielle Cluzel, auteur de Adieu Simone.

Un article de l'Obs classe les Antigones dans « le féminisme néo-réac ou féminisme identitaire »[16]. Un autre article, de Médiapart cette fois, les classe quant à lui aux côtés de Eugénie Bastié, Marianne Durano, Thérèse Hargot, dans l'alter-féminisme[17].

Références[modifier | modifier le wikicode]

  1. https://sociologiesorbonnel2.wordpress.com/2014/09/01/le-nouveau-visage-dune-jeunesse-de-droite-les-antigones/
  2. https://www.lexpress.fr/actualite/societe/les-antigones-des-militantes-anti-femen-aux-droles-de-cv_1255284.html.
  3. Voir par exemple l'article du Point : http://www.lepoint.fr/societe/qui-sont-les-antigones-ces-anti-femen-25-05-2013-1672241_23.php et celui d'Euronews : http://fr.euronews.com/2013/05/27/les-antigones-contre-les-femen-/
  4. http://lesantigones.fr/manifeste-antigones/
  5. http://www.newstele.com/article-le-supplement-jerome-kerviel-qatar-2022-et-les-antigones-au-sommaire-ce-dimanche-120562803.html
  6. Voir par exemple les articles/émissions sur Médias-Presse-Info : http://www.medias-presse.info/les-antigones-decryptent-la-loi-cadre-egalite-hommes-femmes/13589, France,le magasine : https://francelemagazine.fr/france-n3-decembre-2016/, Radio Courtoisie : http://www.radiocourtoisie.fr/mot-clef/antigones/, L'Express : http://www.lexpress.fr/actualite/politique/le-plan-secret-de-l-ultra-droite_1497206.html, ou Méridien Zéro : http://www.meridien-zero.com/archive/2015/03/27/emission-n-227-entretien-avec-les-antigones-5591898.html
  7. http://lesantigones.fr/la-crise-de-la-transmission-2/
  8. https://www.youtube.com/watch?v=779RIr2mGOc
  9. http://lesantigones.fr/ecol-logie-ou-la-logique-de-loikos/
  10. http://www.valeursactuelles.com/societe/le-feminisme-une-ideologie-depassee-59843
  11. https://lesantigones.fr/famille-attaques-anthropologiques/
  12. https://www.nord-eka.fr/dossiers/bioethique/la-pma-source-de-debats/
  13. « Supprimer la notion de détresse de la législation sur l'IVG revient à nier la souffrance de la femme qui avorte » peut-on lire sur Medias-Presse-Info : http://www.medias-presse.info/les-antigones-decryptent-la-loi-cadre-egalite-hommes-femmes/13589
  14. Entre autres exemples, voir Le Nouvel Obs : http://o.nouvelobs.com/pop-life/20130529.OBS1009/les-antigones-en-guerre-contre-les-femen.html, Les Inrocks : http://www.lesinrocks.com/2013/05/30/actualite/antigones-qui-sont-ces-anti-femen-11399243/ ou Mademoizelle : http://www.madmoizelle.com/antigones-reportage-168646
  15. http://www.causeur.fr/eugenie-bastie-therese-hargot-antigones-peggy-sastre-39722.html
  16. https://www.nouvelobs.com/societe/20180112.OBS0572/d-olympe-de-gouges-aux-effronte-e-s-plongee-dans-la-galaxie-feministe.html
  17. https://www.mediapart.fr/journal/france/120218/entre-alterfeminisme-et-antifeminisme-la-droite-tatonne

Erreur Lua dans Module:Catégorisation_badges à la ligne 170 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).Erreur Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 189 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).


Autres articles des thèmes Associations associations ET Femmes femmes : Association des femmes de l'Europe méridionale, Grande Loge maçonnique féminine d'Italie, En avant toute(s)

Autres articles des thèmes Femmes femmes ET France France : Femmes dans le mouvement des Gilets jaunes en France

Autres articles des thèmes associations ET France France : Association diocésaine, Fondation Sciences Citoyennes, Fédération des Tunisiens pour une citoyenneté des deux rives, Longitude 181 Nature, Association française des juges de l’asile, Liberté chérie (association), Grand Prix ACF de la Startup Automobile

Autres articles du thème Associations associations : Fifty-One International, World Youth Press Institute, Fondation Sciences Citoyennes, The European Law Students' Association, Anvaya, Droits des non-fumeurs, Solidarité alsacienne

Autres articles du thème Femmes femmes : Cleopatra Kambugu, Femmes dans le mouvement des Gilets jaunes en France, Diariata N’Diaye, Liste de rues en Suisse nommées d'après une femme, Paméla Hainguerlot, Rebecca Amsellem, Paiement direct des pensions alimentaires

Autres articles du thème France France : Liste des clubs de cricket en France, Olivier Dubuquoy, Bernard Guyonnet, Camille Natta, Confédération nationale des travailleurs-Solidarité ouvrière, Matrix 3D Concept, Matthieu Chillaud

Autres articles du thème Politique française politique française : Jérôme Jaffré, Mathieu Burnel, Geoffroy Lejeune, Chiche !, Rapport sur l'inclusion dans l'emploi, Action directe du 27-28 mars, Thibaut de La Tocnaye


Cet Article wiki "Les Antigones (association)" est issu de Wikipedia. La liste de ses auteurs peut être visible dans ses historiques et/ou la page Edithistory:Les Antigones (association).


Compte Twitter EverybodyWiki Suivez-nous sur https://twitter.com/EverybodyWiki !