Welcome to EverybodyWiki 😃 ! Nuvola apps kgpg.png Log in or ➕👤 create an account to improve, watchlist or create an article like a 🏭 company page or a 👨👩 bio (yours ?)...

Joelle Palmieri

De EverybodyWiki Bios & Wiki


Joelle Palmieri, née le 28 juin 1959 au Raincy (Seine-Saint-Denis), est une politologue et journaliste française, féministe, anticolonialiste et antimilitariste.

Sciences politiques[modifier]

Après avoir obtenu un bac C en 1976, suivi de deux années de classes préparatoires scientifiques au lycée Condorcet à Paris et d'une année d'école d'ingénieur hydraulique à Grenoble, Joelle Palmieri abandonne ses études pour entrer dans la vie professionnelle.

Après vingt-six ans d'activité, au chômage, elles s'engage dans une validation des acquis de l'expérience à l'Université Sorbonne Nouvelle et à l'Université Paris-Dauphine. Elle obtient en 2006 un Master Pro2 Communication institutionnelle et des entreprises (mention très bien) et un Master Pro2 Presse et Communication économique et sociale. Elle poursuit ses études afin d'obtenir un doctorat en sciences politiques à l'Institut d'études politiques de Bordeaux. En 2011, elle soutient la thèse TIC, colonialité, patriarcat: Société mondialisée, occidentalisée, excessive, accélérée… quels impacts sur la pensée féministe? Pistes africaines[1]. Elle obtient son doctorat en novembre de la même année et entre comme membre associée au Laboratoire des Afriques dans le monde[2].

Pendant la période, Joelle Palmieri a organisé et animé des formations ou des recherches en Afrique de l'Ouest, en Europe de l'Est et Centrale, en Azerbadjian sur les utilisations stratégiques des TIC pour l’autonomisation et le renforcement des capacités des femmes et féministes.

La lutte contre le patriarcat, l'identification des dominations de classe, de race, de sexe, la militarisation des sociétés, le fascisme ordinaire, les usages des TIC pour le renforcement de ces dominations et systèmes, vont structurer l’essentiel de son parcours de politologue. Elle s'intéresse également aux études postcoloniales et subalternes, afin d'isoler les dominations et invente le terme de "colonialité numérique" afin de définir le rôle des TIC et en particuliers des réseaux sociaux numériques dans le renforcement et l'accélération des dominations entre le centre et la périphérie.

Après une enfance à Nanterre dans les Hauts-de-Seine (92) puis à Chatou dans les Yvelines (78), elle retourne délibérément dans la banlieue est de Paris et s'installe définitivement à Montreuil-sous-bois en Seine-Saint Denis (93) en 1986. Elle partage son habitation avec deux de ses co-créateurs d'une coopérative de production spécialisée dans la communication des entreprises, Incidences. Dix années plus tard, en 1996, elle co-crée l'agence internationale féministe d'informations, les Pénélopes, et se consacre au journalisme et la direction de rédaction. Parallèlement, elle co-crée l'Agence pour la promotion de l'économie solidaire, l'APRESS, aux côtés du Monde Diplomatique, de Politis, d'Attac...

Féminisme[modifier]

Sans jamais dissocier son activité professionnelle en communication, dans le journalisme et la publication, puis son parcours de recherche d’un engagement militant, Joelle Palmieri a participé aux activités du réseau Genre en Action, un réseau francophone sur l'intégration du genre dans les politiques publiques.

Elle est également membre depuis 1998 du réseau international Womenaction qui suit la mise en oeuvre du point J de la Plateforme des femmes de Pékin sur les médias. Elle se consacre à l'élaboration de médias tactiques notamment en Europe de l'Est et Centrale. Elle co-rédige en 2008 avec Christina Haralanova dans le cadre de Women Information Technology Transfer un ouvrage consacré à cette action « Strategic ICT for Empowerment of women - WITT Training Toolkit ».

En décembre 2012, elle crée son blog, joelle palmieri.org, et commente l'actualité internationale d'un point de vue féministe, sous le prisme de la militarisation de la société et sur les impacts des usages des TIC sur la citoyenneté.

Anticolonialisme et antimilitarisme[modifier]

Joelle Palmieri, après s'être engagée pour le droit de vote des immigrés (1982) en créant "La crise n'a pas de couleur", puis auprès du Cedetim dans la lutte pour les droits des Palestiniens (1983), elle rendra compte de différents conflits notamment au Pakistan pendant la Guerre d'Irak (1991), puis dans les Balkans (2003). Dans les pas de la sociologue Andrée Michel, elle étudie le complexe militaro-industriel (CMI) et le rôle des propriétaires des TIC dans son renforcement.

Ouvrages[modifier]

« La douleur impensée : autopsie féministe de la fibromyalgie, une “maladie de femmes”», septembre 2021, Saint-Joseph-du-Lac (Québec) : M éditeur, 100 p.

« TIC, colonialité, patriarcat: Société mondialisée, occidentalisée, excessive, accélérée… quels impacts sur la pensée féministe ? Pistes africaines », juin 2016, Yaoundé : Éditions Langaa, 296 p. (ISBN 9789956763061)[3]

« Digressions », roman, juin 2015, 152 p. - https://joellepalmieri.wordpress.com/2015/06/03/digressions/

« Les Pénélopes : un féminisme politique – 1996-2004 », co-direction avec Foufelle, Dominique, novembre 2013, 108 p. - http://penelopespolitique.wordpress.com/2013/11/12/feuilleter-2/

« Excision : les jeunes changent l’Afrique avec les TIC », Co-rédaction avec Mottin-Sylla, Marie-Hélène, mars 2009, Dakar : CRDI Éditions, 124 p. - http://idl-bnc.idrc.ca/dspace/bitstream/10625/39552/1/128525.pdf

« Strategic ICT for Empowerment of women - WITT Training Toolkit » - « Utilisations stratégiques des TIC pour l’autonomisation et le renforcement des capacités des femmes – manuel de formation », Co-rédaction avec Haralanova, Christina, février 2008, Amsterdam : Women Information Technology Transfer, 76 p.

« 100 ans de vie de femmes », 1997, Ouvrage collectif, Paris : Editions Atlas, 128 p.

Autres publications[modifier]

En plus des livres, Joelle Palmieri est l'autrice de plus de 50 articles dans des revues savantes, dans des magazines ou sur des plateformes électroniques.

Références[modifier]

  1. [1]
  2. [2]
  3. Reine Kamyap, « Joelle Palmieri, TIC, colonialité, patriarcat : société mondialisée, occidentalisée, excessive, accélérée… quels impacts sur la pensée féministe? Pistes africaines, Mankon, Langaa Research & Publishing CIG, 2016, 293 p. », Recherches féministes, vol. 30, no 2,‎ , p. 295–298 (ISSN 0838-4479 et 1705-9240, DOI 10.7202/1043938ar, lire en ligne, consulté le 28 août 2021)

Liens externes[modifier]

  • Site web
  • Erreur Lua dans Module:Autorité à la ligne 424 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).
  • Erreur Lua dans Module:Dictionnaires à la ligne 101 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).
  • Erreur de script : la fonction « tout » n’existe pas.

Erreur Lua dans Module:Catégorisation_badges à la ligne 170 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).Erreur Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 189 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).


Autres articles du thème Journalisme Journalisme : Florent Torchut, Smaïl Bobekki, Albert Grosjean, Muriel Boselli, Christophe Gueugneau, Pascal Serre, Mira Wiesinger

Autres articles du thème Femmes Femmes : Prix Alice B Readers, Elina Jokipii, Pilier du clitoris, Commissure postérieure des grandes lèvres, Faces (liste de diffusion), Noelle Becquelin, Claude Didierjean Jouveau



Cet Article wiki "Joelle Palmieri" est issu de Wikipedia. La liste de ses auteurs peut être visible dans ses historiques et/ou la page Edithistory:Joelle Palmieri.