Bienvenue sur EveryBodyWiki ! Créez un compte ou connectez vous pour participer, améliorer ou créer un article, une biographie (la vôtre ?), une page entreprise...


Jean Micoine

De EverybodyWiki Bios & Wiki


Erreur Lua dans Module:Wikidata à la ligne 118 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).

Jean Micoine, né le 29 janvier 1927 à Hanoï (Viêt-Nam) et mort le 30 août 2017 à Livry-Gargan (France), est un peintre, décorateur, ensemblier, costumier, directeur artistique français pour la publicité, le théâtre, la télévision et le cinéma.

Biographie[modifier]

Il étudie à l'école supérieure des beaux-arts de Toulouse.

En 1950, il participe avec Jacques de Berne, Andrée Chocard, Raymond Clerc-Roques, Noël Courrouy, Geneviève Duboul, Louis Duguy, Jacques Fauché, Jean Hugon, Pierre Igon, François Jousselin, André Marfaing, Pierre Saint-Paul, Pablo Salen et Daniel Schintone à l'exposition Présence-1, au palais des arts de Toulouse constituant ce qu'on pourra appeler la jeune école toulousaine.[1] Sa peinture est "résolument figurative, très colorée et tendre"[2]

En 1952, il rentre chez Boussac comme étalagiste.

Il rentre à l'EHPAD Emile Gerard (Livry-Gargan) où un atelier de peinture est mis à sa disposition. Il continuera ainsi à peindre et à donner des cours à de nombreux résidents et extérieurs jusqu'à sa mort le 30 août 2017.

Œuvres[modifier]

Films[modifier]

  • 1976 : Les lavandes
  • 1976 : A nous les petites anglaises
  • 1979 : Staline-Trotsky : Le Pouvoir et la révolution (TV)
  • 1981 : Mémoires de deux jeunes mariées de Marcel Cravenne
  • 1981 : La Jeune Fille du premier rang de Jacques Tréboutat
  • 1982 : L'afrique, c'est loin
  • 1987 : Grand Larceny
  • 1987 : Doux Amer de Franck Apprederis
  • 1991 : L'enfant des loups
  • 1991 : La Vénus à Lulu
  • 1992 : La controverse de Valladolid

Séries[modifier]

  • 1975 - 1991: Cinéma 16
  • 1979 : Cinéma 16 - téléfilm : Le Dernier Mélodrame de Georges Franju
  • 1980 : Cinéma 16 - téléfilm : Il me faut un million
  • 1982 : Cinéma 16 - téléfilm : Six jours à vivre de Gérard Chouchan
  • 1983 : Quelques hommes de bonne volonté de François Villiers d'après Jules Romains
  • 1984 : Cinéma 16 - téléfilm : La Fête, écrite par Jack Jacquine et Éric Le Hung
  • 1978 : Mazarin
  • 1979 : Les dossiers de l'écran
  • 1981 : Blanc, bleu, rouge
  • 1982 : On sort ce soir

Théâtre[modifier]

  • 1999 : Le Roi des schnorrers de Marco Koskas, mis en scène par Claude Vajda. (costumes)[3]

Publications[modifier]

  • Micoine, Jean. Jasmina. Del Arco, 1975.
  • Micoine, Jean. Les Oranges. Del Arco, 1975.
  • Micoine, Jean. Pêcheuse. Del Arco, 1978.
  • Micoine, Jean. 8 Portraits imaginaires. Edition Del Arco, 1992.
  • Micoine, Jean. La visite. Del Arco, 1993.
  • Micoine, Jean. Bus 43 Neuilly gare du Nord Bus 82 Neuilly Luxembourg. Del Arco, 1994.
  • Micoine, Jean. Impression d'Afrique. Editions Del Arco, 1994.
  • Micoine, Jean. Marché 1907. Editions Del Arco, 1994.
  • Micoine, Jean. L’automne. Editions Del Arco, 1995.
  • Micoine, Jean. L’été. Editions Del Arco, 1995.
  • Micoine, Jean. Le printemps. Editions Del Arco, 1995.
  • Micoine, Jean. Hiver. Editions Del Arco, 1996.
  • Micoine, Jean. Le p’tit dej’. Editions Del Arco, 1996.
  • Micoine, Jean. Restau Restaurant. Del Arco, 2000
  • Micoine, Jean. Au revoir les enfants. Del Arco, 2006

Expositions[modifier]

  • 1950 : il fait partie de l'exposition Présence-1, au palais des arts de Toulouse (Toulouse, France)[1].
  • 1994 : Clin d'Oeil sur des décors et des costumes pour la télévision maquettes André Jary et Jean Micoine à la galerie de Neuilly (Neuilly sur Seine, France).
  • 1995 : Exposition personnelle de sérigraphies et monotypes à la galerie de Neuilly (Neuilly sur Seine, France).
  • 1999 : 1899-1999 "qui se présente comme un gentil pêle-mêle d'événements heureux, de menus faits, de modes et de souvenirs comme une BD géante qui dégage certes un peu de nostalgie mais tellement de bonheur"[2] (Oingt, France)
  • 2006 : Son travail est exposé lors de l'exposition " Affiches et Histoire de Toulouse " au Centre municipal de l'Affiche, de la Carte postale et de l'Art graphique (Toulouse, France)[4]

Collections publiques[modifier]

  • Musée des Augustins de Toulouse[5]

Notes et références[modifier]

  1. 1,0 et 1,1 « L’École toulousaine de 1950 », sur www.espritsnomades.com (consulté le 31 août 2017)
  2. 2,0 et 2,1 M.C. Daspres,, « Jean Micoine expose le siècle », Le progrès - Lyon,‎
  3. Armelle HELIOT, « La guerre pour rire des séfarades et des ashkénazes », Le Figaro,‎
  4. A.-M. Ch., « L'histoire de Toulouse s'affiche », ladepeche.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 24 janvier 2018)
  5. « Base de données - Les collections - Documentation - Base de données - Musée des Augustins », sur www.augustins.org (consulté le 22 septembre 2017)

Liens externes[modifier]

Erreur Lua dans Module:Catégorisation_badges à la ligne 170 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).Erreur Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 189 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).


Autres articles du thème arts du spectacle arts du spectacle : Parc MystiAventure, Stéphane Le Tavernier, La Nuit des Chimères, Cinéma, Association Magie à l'hôpital, Babass, Les Lames du Dauphiné


Cet Article wiki "Jean Micoine" est issu de Wikipedia. La liste de ses auteurs peut être visible dans ses historiques et/ou la page Edithistory:Jean Micoine.


Les cookies nous aident à fournir nos services. En utilisant nos services, vous acceptez notre utilisation des cookies.