Bienvenue sur EveryBodyWiki ! Créez un compte ou connectez vous pour participer, améliorer ou créer un article, une biographie (la vôtre ?), une page entreprise...


Jean-Pierre Fontaine

De EverybodyWiki Bios & Wiki

Jean-Pierre Fontaine dit Perceval est un artiste plasticien contemporain. Il a appartenu au mouvement de figuration critique et fut membre du salon des indépendants et du Salon d'automne. En 2003, il représente la France à la biennale internationale d'art contemporain de Pékin. En 2010, son ouvrage La sentinelle des mondes perdus : Tableaux d'Éthiopie[1] reçoit le 1er prix de la nuit du livre à Paris [1]. Il publie en 2014, chez le même éditeur un second ouvrage : "Aux sources du Nil : tableaux d'explorations"[2].

Jean-Pierre Fontaine dit Perceval - 2014

Biographie[modifier]

Jean-Pierre Fontaine est né à Chinon (Indre et Loire) le 30 avril 1940. Il obtient son baccalauréat en 1958 et la même année est admis à l'Ecole des Beaux Arts de Tours. Son père lui refuse cette formation aussi Jean-Pierre Fontaine demande son émancipation pour partir en Algérie comme enseignant dans le cadre du Plan de scolarisation de Constantine de 1958 à 1961. Il fait ensuite son service militaire de 1961 à 1963 comme sergent en Algérie durant la guerre. Il est affecté à son retour comme instituteur dans la région angevine avant d'être détaché au Centre de documentation pédagogique d'Angers. En 1970, il épouse Jacqueline originaire du Guédeniau qui est elle aussi institutrice. Cette dernière décèdera le 2 novembre 2020. En 1972 il obtient le Brevet Supérieur des Capacités à l'Enseignement.

Une vie itinérante[modifier]

Sans enfant, avec sa femme Jacqueline, il parcoure le monde : Thaïlande (1978), Sri Lanka (1978), Turquie (1979), Maroc (1983), Kenya (1979, 1984, 1986), Rwanda (1989), Tanzanie (1990), Afrique du Sud (2000), Éthiopie (séjour de 1984 à 1990), Portugal (1996), Espagne (1996), Italie 1991-1992), Tchéquie, Chine (2001), Mexique (2002), Pérou (2002-2003)...Tous les deux partiront en Éthiopie pour enseigner de 1984 à 1990 dans le cadre de l'Alliance française au Lycée franco-éthiopien Guébré Mariam d'Addis-Abeba. Il suivra ensuite sa femme qui sera nommée à la direction de l'École française de Florence en Italie. C'est dans le cadre de la célébration du Bicentenaire de la Révolution Française qu'il monte un spectacle mémorable avec les élèves et les enseignants du lycée d'Addis Abeba et qui lui vaudra une double décoration à la demande de l'ambassadeur de France François Michel (1928-2014) : chevalier de l'Ordre du Mérite et chevalier des Palmes Académiques. De retour en France, il pose ses valises près de Baugé dans le Maine et Loire. Il se consacre alors entièrement à son art.

Un autodidacte qui se forme auprès de ses pairs[modifier]

Perceval - sans nom a

Dès son plus jeune âge, il se passionne pour le dessin et aussi le modelage [3]. Très tôt ses capacités sont remarquées par ses instituteurs. A son retour d'Algérie, il va se consacrer à son art et il prend comme nom d'artiste "Perceval". La rencontre en 1971 avec le sculpteur Robert Couturier (1905-2008), assistant d'Aristide Maillol (1861-1944), va être déterminante pour cet autodidacte auquel son père a refusé son entrée à l'école des Beaux Arts. C'est avec le sculpteur catalan Camille Serra lui aussi disciple de Maillol qu'il s'initie à la sculpture sur pierre. Il apprend ensuite à la soudure et le travail des métaux avec Jean Neau professeur d'enseignement technique au Lycée Henri Dunant d'Angers.

Perceval La poule et son œuf

La figuration critique[modifier]

A trente cinq ans, il reçoit un premier prix, celui du jury de la Fondation d'entreprise Ricard à l'île de Bendor. Dès 1972, il reçoit les encouragements de René Huyghe (1906-1997), conservateur du Musée du Louvre, historien de l'Art, professeur au Collège de France et académicien. En 1975, il reçoit la médaille de de bronze de la Biennale européenne de sculpture (Fondation Paul Ricard). En 1978, il rencontre chez le sculpteur François Pous à Céret, Claude Viallat, directeur de l'Ecole Nationale Supérieure des Beaux Arts de Paris et fondateur du groupe Support/surfaces. Jean-Pierre Fontaine enchaine alors les expositions : Galerie St Roch à Céret, Salon d'Angers (président : Antonio Volti (1915-1980)), Goethe Institut d'Addis Abeba,... En 1987, il entre au Salon des indépendants au Grand Palais (Paris). Il est alors remarqué par Mirabelle Dors qui lui fait intégrer le groupe de Figuration critique. Mirabelle Dors (1913 - 1999) avait fondé avec le peintre Maurice Rapin (1924-2000) et Yak Rivais en 1978 le premier salon de Figuration critique. Il va exposer à Paris et à l'étranger avec ce mouvement et notamment au Portugal, en Corée... À partir de 1993, ses sculptures sont exposées en permanence à la galerie Pétridès à Paris. En 1999, il devient sociétaire du Salon d'automne à Paris où il expose tous les ans. En 2002, il bénéficie même d'une exposition personnelle dans le cadre de ce Salon d'automne. En 2007, une exposition rétrospective de l'ensemble de son œuvre est organisée pendant quatre mois à l'abbaye Saint-Martin-de-Boscherville (grand salon annuel)[2]. À cette occasion est publiée la première étude critique de l'ensemble de son œuvre[3].

En 2009, il est invité à produire une oeuvre pour la célébration du 700e anniversaire du Mont Saint Michel et réalise à cette occasion une sculpture monumentale pour le Musée d'art moderne Richard Anacréon (Granville) [3] [4]. En 2014, il réalise pour le centenaire de la première guerre mondiale une seconde sculpture monumentale du poète Guillaume Apollinaire décédé des suites de ses blessures de guerre.

Tout en poursuivant son œuvre sculptée et peinte, il va ensuite se consacrer à la réalisation de deux ouvrages originaux s'inspirant de la tradition des carnets de Voyage :

  • 2010 - La sentinelle des mondes perdus - Tableaux d'Éthiopie, Éditions Artisans voyageurs. Cet ouvrage obtient le 1er prix de la nuit du livre à Paris en 2010 [5].
  • 2014 - Les sources du Nil, Éditions Artisans Voyageurs
  • Sont en préparation deux autres ouvrages illustrés : l'un sur le Pérou et l'autre sur l'Apocalypse de Jean.

Une approche complète et complexe[modifier]

Son travail est une recherche de l'absolu comme l'indique Bernard Théret [4]. On peut distinguer plusieurs périodes même si certaines se chevauchent voire s'entremêlent.

Perceval Le guépard (Bronze)

L'art cinétique[modifier]

La première période est celle de la recherche avec l'éclatement en particules élémentaires de structures recomposées (visages, animaux...). Il cherche à rassembler ce qui est épars. Les sculptures sont composées d'éléments suspendus dans le vide comme saisis à même la peau, la surface pour recomposer en pointillés l'essentiel, de l'essence même de la forme. Un morceau de miroir ou de bronze poli renvoie un éclat de lumière comme une parcelle de vie dans un espace décharné. Il en va de même de ces peintures qui réduisent les formes à quelques tâches éparses de couleur.

Ces œuvres seront suivies ensuite par les sculptures monumentales dont seules apparaît en filigrane la superficie du visible (Le couple, achetée par la ville d'Angers pour son hall d'accueil), le général, le cavalier [6], l'âne, la femme se peignant,...). Les fers à béton soudés et peints tendent dans l'espace une peau invisible qui ne retient pas même le vent qui les environne.

L'ironie des sorts[modifier]

C'est avec humour qu'il s'attaque ensuite à une multitude de personnages et de scènes avec une vision critique et décalée des hommes et des animaux. Pastichant l'art de la récupération, il va utiliser pour une part des matériaux de récupération mêlés au bronze et à l'acier pour évoquer avec dérision la vraie nature des choses et des êtres par delà les formes. Ainsi son don Quichotte, son âne... Ses buffles semblent sortis du magma des origines. La poule et l'œuf oppose la fragilité de la vie à la dureté et l'acier des géniteurs, fort de leurs certitudes. Avec la mante religieuse, Jean-Pierre Fontaine va évoquer la vanité de l'art'récup en reproduisant une clé à molette qu'il recompose lui même pour échapper à la domination même des oeuvres qui n'ont pas d'autre sens que d'essayer de reproduire la réalité. Il nous propose d'aller plus loin, d'essayer de percer l'essentiel...

La sculpture animalière[modifier]

De ses voyages, il ramène aussi une vision du monde proche des hommes et de la nature qu'il va traduire sous deux formes : une série prolifiques de bronzes animaliers d'une part et d'autre part des carnets de voyages qu'il mettra en forme une dizaine d'années plus tard. Ces "bronzes" sont en fait des modelages en résine sur la base d'une structure en acier. Seuls seront coulés en deux ou trois exemplaires les oeuvres qui seront vendues. Ces "bronzes" évoquent la puissance et la force voire la sauvagerie du monde animal qu'il côtoie de près lors de ses safaris photos notamment en Ethiopie et au Kenya. La violence et le mouvement donnent une force particulières à ces oeuvres et traduisent un double mouvement qu'il porte en lui-même: le bon en avant du guépard ou de la lionne pour s'échapper de sa propre histoire et la violence de ce même guépard qui va le plaquer à terre jusqu'à ce que mort s'en suive dans une agonie sans fin. Les buffles ne résistent pas aux guépards.

Jean-Pierre Fontaine - Chasse - Acrylique sur toile

La figuration critique[modifier]

Son retour en France après deux longues expatriations en Ethiopie puis en Italie, lui permet un regard critique et distancié par rapport à notre société. Les files d'attente traduisent, plus qu'une agoraphobie, une critique de la vanité de la société contemporaine et aussi l'isolement dans lequel s'enferment les individus greffés sur leur montres, leurs téléphones portables, le panneau des départ du train ou de l'avion. Ressources humaines traduit bien ce monde de juxtaposition des individus dans des boîtes étanches [7], rappelant la chanson de Graeme Allwright Petites boîtes [8]. Il semble être lui-même un immigré dans son propre pays comme cette composition hyper-réaliste de réfugiés espagnols, le regard hagard, sans espérance devant une vie qui semble fondre avec leurs maigres bagages. Jean-Pierre Fontaine est-il alors le reclus qui prétend être, attendant une reconnaissance artistique qu'il se refuse par ailleurs d'alimenter ? Cependant dans ces regards critiques, il y a une profonde et réelle humanité, une humanité de proximité et de compagnonnage. Mais Jean-Pierre Fontaine reste sans illusion comme cette sculpture où il recompose une scène à partir des tableaux de Goya qu'il détourne dont celui de don Manuel Osorio Manrique de Zuiga (1787). Un jeune enfant manipule des marionnettes qui se font la guerre rappelant le massacre du 2 mai 1808, autre tableau de Goya. La cruauté de l'enfance opposée aux présupposés de son innocence mettant en cause les affirmations de Jean-Jacques Rousseau.

Jean-Pierre Fontaine dit Perceval - L'Infant

Les grandes sculptures[modifier]

Jean-Pierre Fontaine a réalisé nombre de grandes sculptures. Il reprend au début des années 2000 son poste à souder pour assembler acier et tôles parsemer de morceaux de bronze qu'il polit comme des pépites incrustées à la surface de ses oeuvres. Il réalise notamment en grand format, proche de la taille réelle, une lionne en plein saut, un rhinocéros, un phacochère, des bisons... Il crée aussi un dyptique où s'entremêlent des buffles symbolisant la force de vie que fut la Rift Valley. Il s'attaque à des sculptures monumentales toujours en acier et tôles soudés et peintes comme le Mont St Michel commandé par le Musée d'art contemporain Richard Anacréon ou le portrait de Guillaume Apollinaire. Ce seront les dernières de cette facture, son médecin lui ayant interdit l'usage de la soudure électrique.

Perceval File d'attente en gare (Résine et acrylique)

Une technique mixte[modifier]

Jean-Pierre Fontaine travaille selon la nature de ses œuvres dans l'un de ses trois ateliers : la forge pour les sculptures en métal qu'il peint ensuite pour y incorporer des illustrations figuratives, l'écurie où il travaille la résine pour ses modelages comme les files d'attentes, les ensembles animaliers... et son "grenier" où, l'hiver, il se réfugie pour peindre et dessiner. Il utilise plusieurs techniques qu'il n'hésite pas à mélanger : le travail des métaux repoussés (acier et bronze) qu'il découpe et soude avant de les peindre, la résine qu'il modèle sur des armatures métalliques avant de les peindre et enfin la peinture acrylique sur toile ou sur papier. Il a aussi réalisé des installations comme celle du zèbre ou de la Rift Valley.

"Perceval par son oeil critique et poétique rend compte des liens qu'entretiennent les êtres vivants les uns avec les autres. Des files d'attente à la faune africaine Perceval pose un regard sensible et analytique sur le monde qui nous entoure. A la quête de nouveaux horizons, de traces, de mémoire et de lieux Perceval se laisse porter par ses rencontres, ses voyages. Ces expériences humaines passées au crible de sa raison et de sa sensibilité se révèlent être la matière première de son œuvre. Son travail est comme la trace, l'empreinte de sa mémoire, mémoire filtrée, recomposée, transcendée. C'est aussi la mémoire des hommes de notre temps. Entre nomadisme et partage, Perceval est toujours à la quête de nouvelles identités, de nouveaux lieux et de nouvelles possibilités. Entre poésie et regard critique, Perceval tisse un lien unique". Mathilde Tassel, docteur en esthétique et philosophie de l'art [9], productrice d'émissions radiophoniques sur l'art.

"On perçoit, dans la sculpture de Perceval, ce pouvoir ancestral issu de notre tradition occidentale et ce savoir, riche de symbolique. Les figurations humaines ou animales, les structures non-figuratives, perçues dans un premier temps, apparaissent emblématiques, proche du modèle archétypal : ce sont les signes puissants élaborés par le sculpteur maîtrisant le métal. Signe de vie, signes de drame, infini creuset des interrogations de l'homme... Et si ce trou noir, perçu dans telle sculpture, fait naître la terreur et le mystère, ce bout de métal incongru se détachant dans l'espace provoque le sourire et parfois le rire. L'humour et la dérision ne sont jamais très loin des interrogations les plus graves." Jacques Reverdy (Flyer de la Galerie Pétrides)

Carnets de voyages[modifier]

Jean-Pierre Fontaine fut des années durant un grand voyageur et il fit de longs séjours à l'étranger dont six ans en Ethiopie et deux ans en Italie. Aux cours de ces voyages, il emmagasine de nombreux souvenirs qu'il compte exploiter lors de retour dans son atelier avec aussi les photos que prend Jacqueline sa compagne. Il fait de temps à autres quelques planches, mais c'est sa rencontre avec Arthur David qui va être décisive. Ce dernier qui a créé les Editions Artisans Voyageurs à ST Germain des Prés en Maine et Loire l'invite confectionner de véritables "Carnets de voyage" à partir des planches au format A1 et réalisées à l'acrylique qu'il accumule dans des cartons. Chaque ouvrage comprend plus d'une centaine de tableaux et va faire l'objet d'une publication d'ouvrage d'art.La sentinelle des Mondes Perdus - Tableaux d'Ethiopie qui est couronné par le premier de la Nuit du Livre à Paris, retrace la découverte de l'Ethiopie et aussi du Kenya et surtout de leurs habitants pour qui Jean-Pierre Fontaine manifeste un regard plein de tendresse et d'humanité. Cet ouvrage fera aussi partie du "Choix des libraires". En 2014 Les sources du Nil nous plongent au coeur d'une nature sauvage telle que la rêve l'auteur. Il nous donne de sa rencontre avec les gorilles de Dian Fossey une image d'une rare humanité qui ne peut laisser indifférente. L'édition de cet ouvrage a connu un tel succès qu'elle est épuisée. Deux autres ouvrages sont en préparation. L'un retracera l'aventure péruvienne du couple qui a fait plusieurs séjours au Pérou et l'autre évoquera l'Apocalypse de Jean. Au travers les planches de ce dernier ouvrage, l'auteur entend nous faire partager son inquiétude voire son pessimisme pour un monde où l'homme détruit les autres hommes et aussi son environnement. La violence du graphisme ne peut que nous interpeller sur l'urgence non seulement du propos mais aussi de la prise de conscience de notre devenir commun.

Expositions[modifier]

Perceval Planche de l'ouvrage Sentinelles des mondes perdus Acrylique

1978 -

  • 1978 - Exposition particulière à la Galerie St Roch à Céret (Pyrénées Orientales)
  • 1982 - Exposition personnelle, Tour St Aubin, Ville d'Angers
  • 1984 - Salon d'art contemporain de la ville d'Angers
  • 1984 - Salon des indépendants - Paris
  • 1985 - Acquisition de la sculpture "le couple" par la Ville d'Angers (sculpture ornant le hall d'entrée de la Mairie)
  • 1986 - Exposition particulière au Goethe Institut, Addis Abéba
  • 1987 - Salon d'automne - Paris
  • 1987 - Salon des indépendants - Paris - avec le groupe de Figuration critique
  • 1988 - Salon des indépendants - Grand Palais - Paris
  • 1989 - Figuration critique - De Paris à Pise [5]
  • 1990 - Exposition particulière - Aéroport de Pairs - Orly Ouest (Sculpture La Famille)
  • 1990 - Figuration critique - Paris, Leningrad et Moscou [6]
  • 1992 - Exposition de Figuration critique - Paris (Grand Palais) et Biarritz (Palais des festivals) [7]
  • 1993-1995 - Exposition permanente à la galerie Pétrides (Paris)
  • 1993 - Exposition de Figuration critique - Grand Palais - Paris
  • 1994 - 13ème Salon d'Angers [8]
  • 1994 - Exposition de Figuration critique - Grand Palais à Paris et Solar de praça de Santa Maria, Obibos - Portugal [9]
  • 1996 - Exposition de Figuration critique - Santilla del Mare (Espagne)
  • 1999 - Exposition Groupe de Figuration Critique - Séoul - Corée du Sud
  • 1999 - Salon d'automne, Paris, Grand Palais [10] [11]
  • 2000 - Exposition au Salon de Figuration Critique - Grande Arche - Paris la Défense[12]
  • 2000 - Salon d'automne - Paris, Grand Palais [13] [14] [15] [16]
  • 2000 - 23ème salon européen d'art contemporain à Orleans [17]
  • 2001 - Exposition des bronzes - Galerie Pétrides - Paris
  • 2002 - Invité d'honneur XXVI° salon de l'ACAM - Château du logis - Brécey (Manche) [18]
  • 2002 - Salon d'Automne - Grand Palais, Paris [19]
  • 2003 - Salon d'automne - Calvi - Corse
  • 2003 - Biennale d'art contemporain - Pékin - Chine [20]
  • 2004 - Invité d'honneur - Salon de Viroflay
  • 2005 - Invité d'honneur Salon d'Oissel (Rouen)
  • 2005 - Exposition galerie Rollin - Paris
  • 2007 - Exposition rétrospective de son œuvre - Abbaye St Martin de Boscherville [10][21]
  • 2008 - 3ème Festival Artisans Voyageurs - Angers/Pellouailles les Vignes
  • 2009 - Biennale de Brissac Quincé - Invité d'honneur
  • 2009 - Exposition sur 1300 ans d'histoire du Mt St Michel, Musée d'art moderne Richard Anacréon à Granville [22]
  • 2010 - Salon Biennale du Carnet de Voyage - Clermont Ferrand
  • 2010 - Illustration de la célébration du 14 juillet - Alliance française - Atlanta (USA)
  • 2011 - Salon Etonnants voyageurs - St Malo
Jean-Pierre Fontaine dit Perceval - Acier peint

Ouvrages[modifier]

  • 2010 - La sentinelle des mondes perdus - Tableaux d'Ethiopie, Ed. Artisans Voyageurs, 1er prix de la nuit du livre de Paris 2010, Prix coup de cœur du salon du Livre d'Orthez 2010, N° ISBN 978-2-916271-50-7 [11] [12] [13]
  • 2014 - Les sources du Nil, Ed. Artisans voyageurs [14] N° ISBN 978-2-916271-21-7

Bibliographie[modifier]

  • François-Xavier TASSEL, Perceval, rétrospective, Ed. Ass. de l'abbaye romane, St Martin de Boscherville, 2007
  • Yak RIVAIS, L'art H.O.P. L'humour noir (L'humour noir dans les arts plastiques) Paris, 2004
  • Visite de l'exposition de Perceval à St Martin de Boscherville [15]
  • Article dans la revue Oeil - 1993
  • Biennale de Brissac Quincé [16]

Distinctions artistiques[modifier]

  • 1973 - Prix du jury - Fondation Paul Ricard pour l'art contemporain
  • 1975 - Médaille de bronze de la Biennale Européenne de sculpture (fondation Paul Ricard)
  • 2001 - Sociétaire du salon d'automne - Paris
  • 2001 - Prix de la Fondation Taylor

Distinctions civiles[modifier]

  • Chevalier dans l'Ordre des Arts et des Lettres - 1990 (Arrêté du 1er février 1990)
  • Chevalier de l'Ordre national des Palmes Académiques - 1990 (Décret du 1er août 1990)
  • Médaille de bronze de la Mission laïque française - 1990
  • Médaille d'Or de la Ligue Universelle du Bien Public - 2016

Notes et références[modifier]

  1. FONTAINE Jean-Pierre, La sentinelle des mondes perdus, Artisans Voyageurs, St Germain des Pré, 2010, ISBN 978-2-916271-21-7
  2. FONTAINE Jean Pierre, Aux sources du Nil, Artisans voyageurs, St Germain des Pré, 2014, ISBN 978-2-916271-50-7
  3. 3,0 et 3,1 TASSEL François-Xavier, PERCEVAL, St Martin de Boscherville, Association de l'abbaye romane,
  4. THERET Jacques, A la recherche de l'absolu, Brécey (Manche), Salon de l'ACAM - Château du Logis,
  5. Figiration critique - De Paris à Pise, catalogue de l'exposition, ISBN 2-902234-23-6
  6. Catalogue de l'exposition - Sans ISBN
  7. Catalogue de l'exposition, sans ISBN . 162
  8. Catalogue de l'exposition ISBN 2-8575-04-1
  9. Catalogue de l'exposition - ISDND 90234 30 9
  10. Art actuel M1086 n° 4
  11. Catalogue de l'exposition sans ISBN
  12. Collectif, Figuration critique -1998 - Toit de la Grande Arche - Paris la défense, Paris, Revue Autre, , 290 p.
  13. Cinq artistes de l'Anjou présents au salon d'automne de Paris, Courrier de l'Ouest - 8 octobre 2000
  14. Art actuel M 1086 N° 10/2000
  15. Catalogue du salon d'automne sans ISBN
  16. Univers des Arts, M6009 °54/2000
  17. La République du Centre - 9/11/2000
  18. Catalogue de l'exposition, Jean-François Larrieu sans ISBN
  19. Catalogue de l'exposition, : le panorama de l'art d'aujourd'hui en France,
  20. The first Beijing international art biennale China 2003 ISBN 7-102-02828-8
  21. Le Courrier de l'Ouest - 28/07/2007
  22. BERANGER-MENAND Brigitte, Le Mont St Michel - Regards d'artistes, 2009 ISBN 978-2-95322988-0-2

Liens[modifier]

Site dédié à Jean-Pierre Fontaine dit Perceval : http://jeanpierrefontaine.fr

Erreur Lua dans Module:Catégorisation_badges à la ligne 170 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).Erreur Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 189 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).


Autres articles du thème Arts arts : Étienne-Anne Escudier, Zizi Rincolisky, Scarlett James, Artistes sans frontières, Yannick Vicente, Alain Gonçalves, Groupe du Denis-Martin

Editeur Artisans voyageurs : [17]

Cet Article wiki "Jean-Pierre Fontaine" est issu de Wikipedia. La liste de ses auteurs peut être visible dans ses historiques.


Les cookies nous aident à fournir nos services. En utilisant nos services, vous acceptez notre utilisation des cookies.