Bienvenue sur EveryBodyWiki ! Créez un compte ou connectez vous pour participer, améliorer ou créer un article, une biographie (la vôtre ?), une page entreprise...


Jean-Jacques Boitard

De EverybodyWiki Bios & Wiki
Sauter à la navigation Sauter à la recherche




Erreur Lua dans Module:Wikidata à la ligne 118 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).

Jean-Jacques Boitard est un auteur-compositeur-interprète français né à Cherbourg le 7 novembre 1939. Venu tardivement à la chanson, sa carrière artistique se dessine dans les années 1980. Les ateliers animés par Claude Lemesle favorisent l'épanouissement d'un style d'écriture très personnel "La Boitarderie" et l'émergence d'un univers Folk-Rock-Surréaliste. Sa carrière prend son essor en 2003 et se concrétise par la production d'un premier album éponyme. Les concerts assurés jusqu'à ce jour lui ont permis d'aller à la rencontre d'un public intergénérationnel. Son 5ème album a bénéficié d'une promotion vinyle Disquaire Day en 2016. Il est aussi l'un des membres fondateurs du groupe Les Cahiers de Garlaban.

Biographie[modifier | modifier le wikicode]

2017-fr.wp-orange-source.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (mars 2018)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Jean-Jacques Boitard est né le 7 novembre 1939, à Cherbourg d’un père, tourneur sur métaux à l’Arsenal de Cherbourg et d'une mère employée de commerce. Il vient de naître, lorsque la France déclare le 3 septembre 1939 la Guerre à l'Allemagne. Dès ce moment la seconde Guerre Mondiale impose que tous les hommes valides abandonnent femmes et enfants. Ceux qui le peuvent, quittent la ville pour retrouver origines rurales et soutiens familiaux. Sa famille se réfugie entre Carentan, Tribehou, Pont Hébert, Rampan, Les Champs de Losque. Logeant parfois dans le foin des granges, les enfants, au-delà de l'insécurité permanente, découvrent la nature, la vie à la campagne, les animaux des cours de ferme pendant les 4 années de l'occupation du Cotentin par l'armée Allemande. La famille se trouve sous le feu au moment du débarquement du 6 juin 1944 mais échappe aux bombardements. Le Père de famille, prisonnier de guerre depuis 1940, est libéré et la famille regagne Cherbourg

Ses études primaires perturbées par la fréquentation d'écoles différentes (publique et privées) lui permettent néanmoins d'obtenir en 1954 le certificat d’étude primaire, de poursuivre une formation dans un Centre d'apprentissage et d'obtenir en 1957 son CAP d'Ajusteur.

Ouvrier ajusteur aux CMN - Constructions Mécaniques de Normandie créés en 1956 par Félix Amiot de 1958 à 1960. Il est appelé sous les drapeaux le 6 janvier 1960. Il effectuer ses 4 mois de classe au 13ème RA à Vannes avant de rejoindre en Algérie pour les opérations de maintien de l'ordre le 1/403éme RAA à AFLOU. Il parcours tout l'Oranais de la protection du Gazoduc, au Barrage Marocain proche de Oujda avant de rejoindre le 4/12 régiment d'artillerie dans la région de Tiaret comme Brigadier affecté au poste de commandement pour le calcul des tirs. Pendant ces 28 mois, comme tant d'autres appelés, il s'exerce à la photographie et cherche à se perfectionner par la lecture de philosophes comme Simone Weil ou Gustave Thibon. Il prend des cours par correspondance et obtient un diplôme de graphologue.

Libéré de ses obligations le 24 avril 1962, il reprend son emploi d'ajusteur P2 aux CMN de 1962 à 1964 avant d'exercer de 1964 à 1967 les fonctions de directeur de la Maison des jeunes nouvellement créée par la ville dans l'ancien Consulat des États Unis à Cherbourg. Animateur socio-culturel pour l'animation de grands ensembles dans la Région Parisienne puis Animateur Thérapeute au Centre médico-psychologique de Thun, près de Meulan de 1967 à 1971. Après avoir obtenu le DECEP - Diplôme de Conseiller d'Education Populaire, il regagne Cherbourg en 1971 pour l'ouverture du Centre Socio-Culturel de la Glacerie mis en place par la Caisse Familiale de la Manche.

La loi du 16 juillet 1971 sur la Formation continue lui offre l'opportunité de prendre la responsabilité à Marseille d'un Institut d’éducation Permanente pour former les responsable dans ce nouveau secteur créateur d'emploi. Il assume cette responsabilité de 1972 à 1980 en obtenant une licence et une maitrise de sciences sociales appliquée au travail et le DESS de travail Social et avant d'entreprendre en 1981 une formation de responsable de formation au Centre d'Etude Supérieure industrielle de Gif sur Yvette - CESI.F dans la région Parisienne.

Cette formation lui donne l'opportunité d'entreprendre une étude nationale sur les possibilités de développement et des créations d'emploi dans le domaine de la facture instrumentale française, en particulier la lutherie en Guitare. Cette étude réalisée avec l'appui de la Ligue Française de l'Enseignement retient l'attention du Ministère du Temps libre nouvellement créé pour lui proposer de remplir, avec 4 conseillers techniques et pédagogique, la mission de Service Association mise en place par Michel Baroin. Il rencontre dans cette mission d'assistance, de conseil et d'appui de nombreuses associations culturelles. Il rempli cette mission de 1981 à 1990.

Il entreprend en 1991 à l'Université de Provence, dans le cadre des missions confiées par le ministère de la jeunesse et des sports, une formation pour l'obtention d'un DESS de Consultant dans la Fonction publique et un DESS d'Expert -Evaluation - Ces missions exercées dans le cadre d'une posture en Télétravail lui permet d'intervenir de 1991 à 2004 notamment auprès de L'ANPE, auprès de la Préfecture des Bouches du Rhône, de la sous préfecture d'Arles et auprès du délégué départemental à la vie associative des Bouches du Rhône.

Sa mise à la retraite administrative intervient en raison de la limite d'âge le 7 novembre 2004. Jean-Jacques Boitard ouvre son cabinet libéral de Consultant Culturel le 3 janvier 2005.

Musique[modifier | modifier le wikicode]

Pendant la période de l’occupation allemande et sa petite enfance, Jean-Jacques Boitard fait la rencontre de son cousin René Saint Clair, Barde Normand, qui l’encourage à chanter. De retour à Cherbourg, un enseignant qui lui fait découvrir le charme des petits poèmes que l’on peut écrire en jouant simplement avec quelques mots : un sujet, un verbe, un complément. Le tourne disque à manivelle sorti d'un placard lui permet d'écouter les quelques airs d'Opéra des 78 tours Pathé à Un attrait évident pour la petite mécanique, conforté par une formation d’ajusteur en chemin, l’incite à explorer les différents procédés de reproduction sonore. Il découvre les techniques de reproduction haute-fidélité et la qualité des premiers 33 tours et réalise de petites chaines qui lui facilitent l'écoute des oeuvres classiques diffusées par abonnement selon le principe de la vente par correspondance. Ce moment d'exploration favorise la découverte, non seulement de musiques du moyen âge mais aussi de compositions de musiciens plus proches tels Gustav Mahler; Carl Orff, Alban Berg et Anton Webern,

Jean-Jacques Boitard, n’est pas un amateur de chansons, il écoute simplement les premières chansons de Jacques Brel, les petites histoires et poèmes de Robert Lamoureux et discrètement quelques chansons subversive de Georges Brassens… mais, en 1965, un disquaire de Brest, inconditionnel de Serge Kerval lui recommande son album n°2 "Chansons des Pays de France".. L'écoute de cet album lui fait, en fait, prendre conscience de son enracinement rural et de l'ancrage de ces petites histoires de vie que l'on retrouve dans le patrimoine francophone mondial. Québec, Louisiane... En 1969 ut Un ami lui prête une guitare, il commence à 33 ans l’apprentissage de l’instrument et le décryptage d’oreille du répertoire traditionnel.

Sa rencontre avec un jeune guitariste professionnel, l'incite à monter sur scène. Premiers concerts à 37 ans en duo avec au programme des œuvres du répertoire traditionnel de différentes régions de France, des chansons de Serge Kerval, Michel Aubert, Graeme Allwright, Jacques Lebouteiller et Julos Beaucarne.

Ses échanges avec le poète Jean-Luc Pouliquen, le sculpteur Jean Bercy et les compagnons des Cahiers du Garlaban lui permettent de créer en 1985 et 1986  ses premières œuvres et mettre en musique des textes du poète Marseillais Victor Gelu. Pendant la décennie des années 1980 il participe chaque année aux formation professionnelles conduites au Centre de la Sainte Baume par des organismes maintenant disparus, le CRAC Centre Régional de la Chanson Marseille et le Centre de la Chanson de Paris. Ces rencontre d'apprentissage professionnel dans le domaine de la chanson lui permettent de rencontrer, Jacques Bertin, Christian Dente, Bernard Haillant, Antonella Talamonti (Chants populaires Italiens), Jean-Paul Farré, Christine Costa (Proche d'Anne Sylvestre). C’est en 1991, lors du transfert de ces ateliers de la Sainte Baume à Salon de Provence qu’il  fait, lors d’une session avec Ray Lema, la rencontre du parolier Claude Lemesle. Celui-ci accepte de l’accueillir l'année suivante dans les ateliers d’auteurs qu’il anime dans le cadre des formation de l'Ecole Alice Dona à Paris et Marseille.

Plus de 400 œuvres ont été déposée à la SACEM depuis 1992. Elles sont parfois co-écrite car ces ateliers d'auteurs, vivier de rencontre et de confrontations, ont favorisé de nombreuses collaborations. Dans le film réalisé par Serge Korber "Une vie en Chansons" diffusé sur la chaine toute l'histoire, Claude demande demande à Jean-Jacques Boitard de présenter une "Boitarderie"; la Boitarderie étant le nom qui a été attribué à ce style d'écriture particulier.

Membre de la SACEM, de l'ADAMI et de la SPPF Société de Producteurs indépendant, Jean-Jacques Boitard a assuré la production de 4 singles de promotion 5 album et 1 vinyles.

8 spectacles ont été mis en scène.

Spectacles[modifier | modifier le wikicode]

Tours de chant mis en scènes (Marseille - Nice - Paris)

  • 2017 - Le Monde selon Jean-Jacques Boitard - Mise en scène de Patrice Pleutret
  • 2014 - Pour une fois que l’on s’amuse - Concert pour enfants mis en scène par Catherine Ropert
  • 2012 - L'Horloge du Temps - Mis en scène par Pierre-Marie Jonquière
  • 2010 - Dessine-moi une chanson (en duo avec Thierry Hugonin) - Concert pour enfants mis en scène par Julie Leygonie
  • 2009 - Avec ses gros sabots - en duo, mis en scène par Nadine Malo
  • 2007 - Chansons drôles et incisives ! - Mis en scène par Pierre-Marie Jonquière
  • 2005 - Le Déjanté ! - Mis en scène par Pierre-Marie Jonquière
  • 2004 - Chansons de toutes circonstances ! - Mis en scène par Pierre-Marie Jonquière

Spectacles et tours de chant[modifier | modifier le wikicode]

Les spectacles et les tours de chant de Jean-Jacques Boitard sont multiples et diversifiés.

Un travail constant de deux décennies avec des auteurs et compositeurs des ateliers animés par Claude Lemesle (parolier de Joe Dassin, Michel Fugain, Serge Reggiani, etc.) lui permet de présenter plus de 400 chansons. Ses spectacles peuvent être adaptés sur mesure en fonction des scènes et c’est ainsi que plus de 300 manifestations, grands prix et festivals ont été programmés en différents points de France : Théâtre de Nesle, Essaïon à Paris, Maison de la poésie à Toulouse, Nice, Festival de la Poésie à Carcès, rencontres agri-culturelles à Saint Pal en Chalencon, Grand prix de la poésie de Marseille et le Festival Emergenza 2010.

Discographie[modifier | modifier le wikicode]

  • 1985 : Jean-Jacques Boitard chante Les Cahiers de Garlaban.
  • 1985 : Jean-Jacques Boitard chante Éric Trémellat (45 tours, 2 titres).
  • 1986 : Ballade dans le bleu du ciel.
  • 2003 : Jean-Jacques Boitard.
  • 2005 : Pourvu qu'ça dure.
  • 2008 : L'été pourri (single les Cigales de la rentrée, 2 titres).
  • 2010 : Jean-Jacques Boitard & TRIO (single tunisien, 5 titres live).
  • 2009 : En avant mars !.
  • 2011 : F.O.U. (single 2 titres).
  • 2012 : Le long des histoires perdues.
  • 2015 : Jour de fête à Massilia (single 3 titres).
  • 2016 : Tagadagadagada gadin.
  • 2016 : Tagadagadagada gadin (version vinyle Disquaire Day).

Références[modifier | modifier le wikicode]


Liens externes[modifier | modifier le wikicode]


Cet Article wiki "Jean-Jacques Boitard" est issu de Wikipedia. La liste de ses auteurs peut être visible dans ses historiques et/ou la page Edithistory:Jean-Jacques Boitard.



Compte Twitter EverybodyWiki Follow us on https://twitter.com/EverybodyWiki !