Bienvenue sur EveryBodyWiki ! Créez un compte ou connectez vous pour participer, améliorer ou créer un article, une biographie (la vôtre ?), une page entreprise...


Nuvola France flag.svg La France championne du monde ! Bravo les bleus ! Simple Soccer Ball.svg

Jacques Cavalier

De EverybodyWiki Bios & Wiki
Aller à : navigation, rechercher


Jacques Cavalier (1772-1846) est un officier de l'armée impériale.

Biographie[modifier | modifier le wikicode]

Jacques Cavalier est né le 30 mars 1772 dans les Cévennes à Saint-André-de-Valborgne, d'une famille Calviniste[1], et mort le 17 septembre 1846 à Alençon. Il est fils d'un aubergiste, Jacques Cavalier et de Marie Pignon . On le dit de la famille du chef Camisard Jean Cavalier[2], descendant d'un frère aîné[3].

En septembre 1785, à l'âge de 13 ans, il entre au service de Louis XVI dans le régiment de la vieille Marine[réf. souhaitée].

En 1788, il passe au régiment de Bresse. En septembre 1791, il s'engage au 1er régiment de volontaires Nationaux du Gard, où il y est nommé sous-lieutenant[réf. souhaitée].

Puis en juillet 1792, il est nommé lieutenant au premier bataillon franc de la République. En aout 1793, il participe au siège de Lyon qui s'est soulevée contre la convention et y sera gravement blessé. Durant l'année 1796, il combat en Ita lie où il reste jusqu'en 1798 sous les ordres de Bonaparte qui le remarque. Il est à nouveau grièvement blessé en prenant la tête du siège de Mantoue. Le Directoire, pour qui la popularité de Bonaparte devient gênante, l'éloigne de France, le nomme général en chef de l'expédition d'Egypte (1798-1801)[4].

Bonaparte a pour mission de chasser les Anglais, de s'emparer du pays tout en maintenant les bonnes relations avec le gouvernement Turc de Constantinople. Ainsi, le 30 Juin 1798, Cavalier débarque en Egypte. Le 22 novembre, il est nommé chef de Bataillon adjoint à l'Etat Major général de l'armée d'Egypte[5]. Le 17 janvier 1799, il devient commandant du Régiment des dromadaires. Le 11 octobre 1799, il est nommé chef de brigade.

En mars 1801, ses dromadaires s'illustrent en s'emparant d'une redoute anglaise afin de faire diversion au début de la bataille de Canope. La bataille perdue, tandis que Menou s'enferme à Alexandrie et Béliard au Caire, Cavalier escadronne dans le delta du Nil et ramène de la subsistance. Chargé d'une opération de ravitaillement, il est encerclé en mai 1801 par les anglais et les turcs et se rend avec les honneurs de la guerre[6].

En août 1801, il est de retour en France avec ses hommes. Il est accusé de lâcheté, voire de trahison par Menou. Ces accusations sont rejetées par Berthier ministre de la guerre[6]. Il est néanmoins réprimandé pour sa capitulation par Napoléon[7].

Le 5 septembre 1801, Cavalier est nommé chef de la troisième légion de Gendarmerie à Alençon. Puis, sous la Restauration il se retire au chateau de Glatigny de Cuissai. Il meurt à Alençon dans son hôtel de la rue de Balzac. Son corps repose au cimetière de cette bourgade[8].

Il était Commandeur de la Légion d'honneur[9] et chevalier de Saint-Louis[réf. souhaitée].

Hommages[modifier | modifier le wikicode]

  • La cour d'honneur du centre hospitalier d'Alençon porte son nom[10].

Sources[modifier | modifier le wikicode]

Références[modifier | modifier le wikicode]

  1. Yves Roth, Bulletin trimestriel de la société historique et archéologique de l'Orne., Alençon,
  2. Gabriel Hanotaux, Histoire de la nation égyptienne, vol .5, p.330 , Éd. Société de l'histoire nationale, 1931
  3. Œuvres complétes de Voltaire: avec des remarques et des notes historiques, scientifiques et littéraires revues par une société d'hommes de lettres, p.185, éd. Bazouge-Pigoreau, 1832
  4. Alain Pigeard, Les campagnes napolóniennes: 1796-1815, Vol. 1, p. 116, Ed. Quatour, 1998
  5. Charles Antoine Morand, Lettres sur l'expédition d'Egypte: de l'Italie à la prise du Caire , p. VI Éd. La Vouivre, 1998
  6. 6,0 et 6,1 Académie des sciences d'outre-mer, Présences françaises outre-mer,[1], tome 1, p.177 , Éd. ASOM Karthala, 2012
  7. « Il dirigeait le régiment de dromadaires de Napoléon », sur ouest-france.fr,
  8. Leclère, Alençon, Éd. Collection XIX, 2016, (ISBN 9782346102679)
  9. base Leonore [2]
  10. Jacques Cavalier Alençon Histoire
    Thème(s) :
  • Portail de l’Armée et de l’histoire militaire françaises Portail de l’Armée et de l’histoire militaire françaises
  • Portail du Gard Portail du Gard

Erreur Lua dans Module:Catégorisation_badges à la ligne 154 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).Erreur Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 175 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).


Autres articles du thème Armée française : Jean-Louis Py, Lucette Alquier, Bal de l'X, Michel de Courrèges, Liste des officiers au 13e léger 1805-1812, Charles Schürr, Guerre franco-anglaise (1778-1783)

Autres articles du thème Gard : École antique de Nîmes


Cet Article wiki "Jacques Cavalier" est issu de Wikipedia. La liste de ses auteurs peut être visible dans ses historiques et/ou sa sous page Jacques Cavalier/edithistory.