Bienvenue sur EveryBodyWiki ! Créez un compte ou connectez vous pour participer, améliorer ou créer un article, une biographie (la vôtre ?), une page entreprise...


Georges-Albert Aymé

De EverybodyWiki Bios & Wiki


Demander une suppression de contenu

Georges Albert Aymé
Naissance
Gray, Haute-Saône
Décès (à 60 ans)
Paris, Seine
Origine Drapeau de France Français
Allégeance Drapeau de la France France
Drapeau de l'État français État français
Drapeau du Gouvernement provisoire de la République française Gouvernement provisoire de la République française
Arme Infanterie
Troupes coloniales
Grade Général de corps d'armée
Années de service 1908-1946
Commandement 10e division d'infanterie
Division du Tonkin
Commandant supérieur des troupes d'Indochine
Conflits Première Guerre mondiale
Seconde Guerre mondiale
Distinctions Commandeur de la Légion d'honneur Commandeur de la Légion d'honneur
Croix de guerre 1914-1918, palme de bronze Croix de guerre 1914-1918, palme de bronze
Famille Alix Aymé (épouse)
Marcel Aymé (frère)

Georges Albert Aymé (Gray,  – Paris 5e), est un officier général français.

Biographie[modifier]

Né à Gray dans la Haute-Saône, il est le fils d'un brigadier du 1er régiment de dragons Faustin Joseph Aymé (1859-1947) et de Marie Adèle Emma Monamy (1863-1904)[1]. Il est le frère aîné de Marcel Aymé (1902-1967).

Georges Aymé intègre l'École spéciale militaire de Saint-Cyr en 1908 (promotion de Mauritanie)[2]. En 1911, il en sort 160e sur 210 élèves et intègre le 7e régiment d'infanterie coloniale (RIC) en qualité de sous-lieutenant. En , il passe au 3e régiment de tirailleurs sénégalais (RTS) en Côte d'Ivoire (Afrique-Occidentale française où il devient lieutenant le .

Il est cité à l'ordre de l'armée le  :

« A fait preuve d'énergie et d'initiative et de brillantes qualités manouvrières au cours des opérations dans le Hale (Côte d'ivoire) et en particulier dans l'attaque du village de Dampleu. »

Première Guerre mondiale[modifier]

Rapatrié en métropole en , il intègre le 1er régiment de marche d'infanterie coloniale le . En , il est promu capitaine dans le même régiment devenu le régiment d'infanterie coloniale du Maroc. Il est blessé à la cuisse devant Ypres le , puis à la poitrine au cours de la bataille de Verdun, le .

Pendant la tentative de reprise du fort de Vaux, le capitaine Aymé obtient une citation à l'ordre de l'armée[3] :

« Officier d'une énergie et d'un sang froid exceptionnel n'a pas hésité pour exalter le courage de ses hommes avant un assaut de monter sur le parapet de la tranchée pour haranguer sa troupe. Le blessé grièvement et dans l'impossibilité de marcher a néanmoins conservé le commandement de sa compagnie pendant deux jours dans un élément de tranchée où le ravitaillement était rendu impossible par le feu des mitrailleuses et par un bombardement continu. Déjà blessé et trois fois cité au cours de la campagne. »

— Journal officiel du .

Fin , le capitaine Aymé est transféré au Tchad (AEF). Il est de retour en métropole le .

Entre-deux guerres[modifier]

Le , il est promu lieutenant-colonel, au sein de la 3e division d'infanterie coloniale.

Il se marie à Paris, le avec Alix Angèle Marguerite Hava[4].

Colonel le , il prend le commandement du 1er régiment colonial en Indochine. De à fin 1939, il est secrétaire-général du Conseil supérieur de la Défense nationale.

Seconde Guerre mondiale[modifier]

Le , il est promu général de brigade à la tête de la 3e division d'infanterie coloniale. Le , le général Aymé prend le commandement de la 10e division d'infanterie.

Durant la bataille de France, il est cité à l'ordre de l'armée :

« Commandant la 10e division, officier général jeune, actif et ardent. Ayant reçu l'ordre de tenir sans esprit de recul sur l'Aisne, a résisté le aux violent assauts de l'ennemi, obtenant de ses troupes qu'elles se sacrifient pour remplir leur mission. A réussi à conserver dans nos lignes quelques éléments qui avaient échappé à l'étreinte ennemie. »

Du camp de Rivesaltes, il rejoint les troupes coloniales sur les côtes de Somalie. En , il prend le commandement du point d'appui de Saïgon et de la division de Cochinchine-Cambodge. Fin , il est nommé au commandement de la division du Tonkin à Hanoï, en remplacement du général Pellet.

Chevalier de la Légion d’honneur depuis , il est promu commandeur de l'ordre le [5].

Le , il est promu général de corps d'armée commandant supérieur des troupes d'Indochine en remplacement du général Mordant, atteint par la limite d'âge[6]. De fait, il devient le principal collaborateur de Mordant, chef officieux des réseaux de résistance contre les Japonais et représentant clandestin en Indochine du Gouvernement provisoire de la République française (GPRF).

Il est arrêté par la Kenpeitai à Hanoï à la suite du coup de force japonais du et fait prisonnier de guerre. Il est libéré après la capitulation japonaise.

Il est admis en 2e section (retraite) le [7]. Georges Aymé meurt à l'hôpital du Val-de-Grâce (5e arrondissement de Paris) le (à 60 ans)[8] de suites d'une maladie aggravée au cours de son internement. Il est reconnu « mort pour la France »[9].

Décorations[modifier]

Commandeur de la Légion d'honneur Commandeur de la Légion d'honneur (arrêté du 18 juillet 1941).
Croix de guerre 1914-1918, palme de bronze Croix de guerre 1914-1918, palme de bronze (deux citations à l'ordre de l’armée et deux citations l’ordre de la division).
CG39-45PB (une citation à l'ordre de l’armée).
CGTOE (une citation à l’ordre de la division).
MCGG.
IBM.

  • Ordre de la Francisque[10].

Notes et références[modifier]

  1. Acte de naissance no 122/1889 de la commune de Gray.
  2. Jean Boÿ, « Historique de la 93e promotion de l’École spéciale militaire de Saint-Cyr (1908-1911), promotion de Mauritaine » [PDF], sur www.saint-cyr.org, Association des élèves et anciens élèves de l’École spéciale militaire de Saint-Cyr (Saint-Cyrienne), (consulté le 18 février 2020), p. 3.
  3. « Verdun », dans Historique du régiment d'infanterie coloniale du Maroc (1914-1930) : 1er régiment de France, 88 p. (notice BnF no bpt6k64524209, lire en ligne), p. 23.
  4. Acte de mariage no 1308/1931 de la commune de Paris (17e arr.).
  5. « Georges Albert Aymé », base Léonore, ministère français de la Culture.
  6. Philippe Devillers, Histoire du Viêt-Nam : de 1940 à 1952, Paris, Seuil, coll. « Les collections Esprit. Frontière ouverte », , 479 p., 23 cm, couverture ill., broché (notice BnF no FRBNF37430021, SUDOC 10097693X), p. 118.
  7. Journal officiel du .
  8. Acte de décès no 72/1950 de la commune de Paris (5e arr.).
  9. Jean Boÿ, « Historique de la 93e promotion de l’École spéciale militaire de Saint-Cyr (1908-1911), promotion de Mauritaine » [PDF], sur www.saint-cyr.org, Association des élèves et anciens élèves de l’École spéciale militaire de Saint-Cyr (Saint-Cyrienne), (consulté le 18 février 2020) : « Le général de corps d’armée Georges, Albert Aymé vient de l’Infanterie coloniale. Il meurt pour la France, au Val-de-Grâce, des suites de ses blessures. », p. 4.
  10. Henry Coston, L'Ordre de la Francisque et la Révolution nationale, Paris, Déterna, coll. « Documents pour l'histoire », , 9-183 p. (ISBN 2913044476), « Les décorés de la Francisque »

Voir aussi[modifier]

Bibliographie[modifier]

  • Georges Gautier, La fin de l'Indochine française : 9 mars 1945, Hanoï au soleil de sang, Paris, Société de production littéraire, , 367 p., 24 cm, broché (notice BnF no FRBNF34652094, SUDOC 018774326).
  • Guillaume Zeller, Les cages de la Kempeitaï : les Français sous la terreur japonaise, Indochine, mars-août 1945, Paris, Tallandier, (1re éd. 2019), 316 p., 21 cm, couverture couleur, broché (ISBN 979-10-210-3292-7, EAN 9791021032910, notice BnF no FRBNF45642286, SUDOC 233724133).

Liens externes[modifier]

Erreur Lua dans Module:Catégorisation_badges à la ligne 170 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).Erreur Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 189 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).


Autres articles des thèmes Histoire militaire histoire militaire ET Seconde Guerre mondiale Seconde Guerre mondiale : Pierre Bernard Leydet

Autres articles du thème Histoire militaire histoire militaire : Soldats fusillés du Puy-de-Dôme, Henri Poswick, Liste des demi-brigades de la Révolution française, Théophile Schürr, Bernard de Courrèges d'Ustou, Henri de Bourbon (Naundorff), Pierre Gréau

Autres articles du thème Seconde Guerre mondiale Seconde Guerre mondiale : Marcel Beau, Commission juridique italo-allemande, Marcel Girault, Nathan Lévy, Paris : Les Lieux secrets de l'Occupation, Elisabeth Hannay, Pierre Goybet


Cet Article wiki "Georges-Albert Aymé" est issu de Wikipedia. La liste de ses auteurs peut être visible dans ses historiques et/ou la page Edithistory:Georges-Albert Aymé.


Les cookies nous aident à fournir nos services. En utilisant nos services, vous acceptez notre utilisation des cookies.