Bienvenue sur EveryBodyWiki ! Créez un compte ou connectez vous pour participer, améliorer ou créer un article, une biographie (la vôtre ?), une page entreprise...


François Asseline

De EverybodyWiki Bios & Wiki
Sauter à la navigation Sauter à la recherche


François Asseline est un religieux français, prêtre de l'Oratoire, né en 1711 dans diocèse de Paris, docteur en théologie, curé d'Évron entre 1769 et 1777.

Biographie[modifier | modifier le wikicode]

Il fut pourvu de la cure d'Évron, le , par résignation de Pierre Lemotheux, et en prit possession le 27 octobre. Les différents auteurs qui ont parlé de lui, Dom Piolin, Jean-Barthélemy Hauréau, Narcisse Henri François Desportes ne font pas mention de sa qualité de membre de l'Oratoire, et lui donnent, on ne sait pourquoi, le prénom de Nicolas.

Comme il nous l'apprend lui-même, le nouveau curé et doyen rural d'Évron remplissait déjà depuis 30 ans les fonctions du saint ministère et sa vie

« depuis sa plus tendre enfance avait été d'abord uniquement occupée à l'étude de la religion et des sciences ecclésiasriques »

En effet, il n'était pas seulement un prêtre zélé, c'était un travailleur, un lettré, un érudit qui n'était étranger à aucune des connaissances de son temps. Ses nombreuses publications et la riche bibliothèque dont il nous a laissé le catalogue méthodique en sont la meilleure preuve.

La lettre qu'il écrivit, le [1], à un correspondant du Mans, sur la topographie et l'histoire d'Évron, nous donne sur cette ville des renseignements très précis. À la fin, il dit avec une modestie enjouée qu'il est récemment débarqué de Paris et par conséquent bien nouveau en tout genre.

« J'ai cependant la témérité, ajoute-t-il, de faire gémir actuellement votre presse d'un petit ouvrage topographique sur notre bréviaire. »

Cet ouvrage in-12 de 295 pages, où le chanoine André René Le Paige a puisé largement pour la composition de son Dictionnaire ne parut, au Mans, qu'en 1773 sous ce titre : Table géographique et topographique des noms latins et français des provinces, villes, bourgs, etc mentionnés dans le Bréviaire du Mans. Le Mans, 1775.

Asseline était un des collaborateurs les plus assidus et les plus remarqués de l'abbé Joseph Antoine Toussaint Dinouart, rédacteur du Journal ecclésiastique. De 1771 à 1781, il parut peu de numéros de ce journal où il y eut un ou plusieurs articles signés de son nom et sur les matières les plus variées, morale, liturgie, casuistique et linguistique. Il partageait assurément toutes les erreurs jansénistes et gallicanes et son époque, mais tous ses articles, même dans le feu de la discussion, sont toujours marqués au coin de l'urbanité et de la délicatesse.

Dans ce même journal, il publiait les discours de circonstance prononcés par lui aux premières messes des prêtres, au décès des curés de son canton, etc. L'intérêt qu'il portait à l'étude du grec lui fit écrire en 1775, à l'auteur du Journal ecclésiastique qui avait réédité le Jardin des racines grecques, une longue lettre de félicitation dans laquelle il traitait avec autorité de la beauté de cette langue et de son utilité pour comprendre l'Écriture, les Saint Pères, et même pour appliquer l'orthographe française.

Sa bibliothèque comprenait un choix distingué des meilleurs ouvrages relatifs aux sciences ecclésiastiques, à l'histoire et à la littérature. Le catalogue écrit de sa main en 1772, avec la description bibliographique des volumes, ne comprend pas moins de 22 pages d'une écriture fine et serrée. Il se termine par une analyse de tous les ouvrages avec la biographie des auteurs et une notice sur l'éditeur.

François Asseline résigna () la cure d'Evron, qui lui donnait un travail au-dessus de ses forces, pour celle de Maigné, au doyenné de Vallon. On peut supposer qu'il avait déjà exercé à Maigné, car une pièce de vers manuscrite intitulé : la Vanité est datée de ce lieu et de l'année 1760.

Malgré le désir qu'il manifestait de finir ses jours à Maigné, il quitta en 1785 cette paroisse pour une destination inconnue, mais assez rapprochée car l'abbé Angot signale avoir trouvé plusieurs ouvrages lui ayant appartenu dans une librairie du Mans.

Bibliographie[modifier | modifier le wikicode]

Document utilisé pour la rédaction de l’article« François Asseline », dans Alphonse-Victor Angot et Ferdinand Gaugain, Dictionnaire historique, topographique et biographique de la Mayenne, Laval, Goupil, 1900-1910 [détail des éditions] (lire en ligne)

Sur les autres projets Wikimedia :

Références[modifier | modifier le wikicode]

  1. Jules Le Fizelier, « Une lettre inédite de l’abbé Asseline sur Évron (1771) », Revue historique et archeologique du Maine,‎ , p. 95-96 (présentation en ligne)

Erreur Lua dans Module:Catégorisation_badges à la ligne 170 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).Erreur Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 189 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).


Autres articles des thèmes Catholicisme catholicisme ET XVIIIe siècle XVIIIe siècle : Nicolas Gasté

Autres articles du thème Catholicisme catholicisme : Église-Wallonie, Paroisse Saint-Jean de la Croix, Élie Lavigne, Armorial des cardinaux, C. John McCloskey, Communauté Pantokrator, Famille Marie-Jeunesse

Autres articles du thème XVIIIe siècle XVIIIe siècle : Pierre de Saboulin Bollena, La Résolue (1777), Pierre de Barrau, Joseph Laugier de Monblan, Guerre franco-anglaise (1778-1783), La Marche rouge, Pierre-Antoine Robert de Saint-Vincent

Cet Article wiki "François Asseline" est issu de Wikipedia. La liste de ses auteurs peut être visible dans ses historiques.


Compte Twitter EverybodyWiki Suivez-nous sur https://twitter.com/EverybodyWiki !