Bienvenue sur EveryBodyWiki ! Créez un compte ou connectez vous pour participer, améliorer ou créer un article, une biographie (la vôtre ?), une page entreprise...


Forêt méditerranéenne (association)

De EverybodyWiki Bios & Wiki
Sauter à la navigation Sauter à la recherche


Forêt Méditerranéenne
[[Fichier:Erreur Lua dans Module:Wikidata à la ligne 118 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value). |frameless |upright=1 |alt=Logo de l’association ]]
Cadre
Forme juridique Association loi de 1901
But Faciliter les échanges entre toutes les personnes concernées par la forêt méditerranéenne
Zone d’influence pourtour méditerranéen
Fondation
Fondation 1978
Identité
Siège 1er arrondissement de Marseille
Personnages clés Denise Afxantidis (directrice)
Président En transition
Membres Erreur Lua dans Module:Wikidata à la ligne 118 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).
Employés 1 salariée
Slogan Lien entre tous ceux, quels qu'ils soient, qui qu'ils soient, s'intéressent aux espaces naturels méditerranéens
Site web http://www.foret-mediterraneenne.org/fr/

Créée en 1978 au Tholonet (Bouches-du-Rhône), l’association Forêt Méditerranéenne a pour objectif de faciliter l’échange de connaissances et d’expériences entre les personnes, quelles qu’elles soient, d’où qu’elles soient et quelle que soit leur spécialité ou leur motivation, qui s’intéressent aux espaces naturels et forestiers se développant sous un climat méditerranéen[1].

Contexte[modifier | modifier le wikicode]

Climats méditerranéens[modifier | modifier le wikicode]

Ceux-ci sont caractérisés par deux saisons distinctes : l’une, autour de l’hiver, froide et humide et l’autre, autour du printemps et de l’été, chaude et sèche. Ceci a pour effet premier que les plantes ne disposent pas toujours suffisamment d’eau durant les périodes chaudes et ensoleillées pour s’alimenter et végéter sans contraintes. Les climats méditerranéens peuvent se classer selon un ordre d’aridité croissante, depuis le climat humide, que l’on rencontre dans les arrière-pays des rives nord de la Méditerranée, jusqu’à l’hyper aride, que l’on trouve au Nord du Sahara ou aux bords des déserts du Mexique, du Chili ou d’Australie. On trouve également des forêts méditerranéennes en montagne, sous un climat qualifié d’oroméditerranéen[2].

Histoire[modifier | modifier le wikicode]

En Europe, les formations méditerranéennes se sont établies à l’Holocène, fin du Pliocène, suite à la dernière grande glaciation, il y a 10 à 12 000 ans, sur des territoires s’étendant de la mer aux montagnes sud-européennes ou anatoliennes, orientés globalement est-ouest et fractionnés en de nombreux bassins et vallées. Sur la rive sud, les limites sont les systèmes désertiques. Ceci a eu pour effet de créer des milieux séparés les uns des autres, comme d’ailleurs les îles, favorables aux plus grandes individualisations et à la présence de nombreux endémismes. Les sociétés humaines modernes se sont sédentarisées dans ces territoires en même temps et ont également contribué à la spécification des écosystèmes. Cette spécificité historique des écosystèmes en a fait des milieux extrêmement résilients, capables de se régénérer après les essartages, les défrichements, les incendies et même l’érosion. Les hommes ont d’ailleurs su accompagner cette résilience au cours de l’histoire[3].

Végétation[modifier | modifier le wikicode]

Dans ces territoires, la végétation connaît une variété remarquable, liée également à la convergence vers la Méditerranée de trois continents, de leurs faunes et de leurs flores ainsi que de leurs civilisations. La multiplicité des climats et des territoires explique que l’on puisse trouver en région méditerranéenne aussi bien les arbustes du désert tels que le jujubier (Zizyphus lotus) au Maghreb que des arbres de haute tige comme le mélèze (Larix decidua) ou des buissons comme le chêne kermès (Quercus coccifera) en Europe du sud et de grands arbres tels le hêtre (Fagus sylvatica) dans les moyennes montagnes[4].

Faune[modifier | modifier le wikicode]

La faune méditerranéenne s’est appauvrie durant l’histoire, même récente : elle a connu tigres et lions, autruches et éléphants, et de nos jours outre les grands animaux ubiquistes, elle recèle une très grande variété d’espèces terrestres (petits mammifères, chiroptères, tortues, amphibiens, reptiles) et d’oiseaux sédentaires et demeure un haut lieu de transit des migrations aviaires. Les espaces naturels et forestiers méditerranéens sont, par leur variété même, les garants de cette diversité qui, par ailleurs, bénéficie des modes de vie des animaux. Mais les animaux domestiques tiennent aussi une place majeure dans les systèmes agro-sylvo-pastoraux, et l’activité agricole ne saurait être décrite sans référence à l’élevage des caprins, ovins, équins et bovins, dont la présence influe de manière importante sur l’état et le dynamisme des écosystèmes[2].

Système agro-sylvo-pastoral[modifier | modifier le wikicode]

Cette notion a été conçue par Kunholtz-Lordat pour la région méditerranéenne. On peut aujourd’hui rajouter l’urbs (la ville) à l’ager (le champ), au saltus (le parcours) et à la silva (la forêt) tant les sociétés ont connu, sur tout le pourtour de la Méditerranée, une métropolisation explosive depuis le milieu du XXe siècle et une évolution notable de la déruralisation des territoires[5].

Sylviculture[modifier | modifier le wikicode]

Dans les régions méditerranéennes, a été pratiquée une sylviculture qui n’avait guère à voir avec celles pratiquées en Europe du centre et du nord : c’était une sylviculture d’usage où les paysans recherchaient de quoi construire ou réparer leurs bâtiments, fabriquer leurs meubles, leurs véhicules, leurs outils et de quoi se chauffer, forger et transformer leurs productions. La structure des peuplements qui en a découlé ainsi que leur faible productivité liée au climat, se prête assez peu au développement des standards nationaux ou européens établis ailleurs. Et la plupart des propriétaires des bois et des forêts, qu’ils soient publics, État et collectivités locales, ou particuliers ne réussissent pas plus à transposer les standards importés, qu’à concevoir une nouvelle sylviculture convenant à leur territoire et ne pouvant atteindre qu’exceptionnellement une production ligneuse rémunératrice.

Définition[modifier | modifier le wikicode]

Ces considérations ont peu à peu conduit l’association Forêt Méditerranéenne à utiliser une définition adaptée –et commode- de la forêt, qui diffère de la définition universelle : nous appelons forêt les terrains soumis à la plus faible pression anthropique et qui, de ce fait, sont appelés à se couvrir de végétation compte tenu de sa résilience même. Ainsi, les calanques de Marseille, comme les éboulis de l’Isoard (Hautes-Alpes) sont considérés comme des territoires forestiers pour l’Association.

Une protection particulière
Dans de grandes régions du Monde, comme les régions intertropicales ou les grands espaces septentrionaux, on trouve des formations forestières continues sur des millions d’hectares. En régions méditerranéennes la structure territoriale, sociétale et écologique des forêts implique une approche particulière des mesures de protection : dispersion et résilience impliquent, comme pour la sylviculture des approches qui ne peuvent se contenter d’imiter ce qui s’opère en Amazonie ou en Sibérie. C’est pourquoi, dans les pays du sud de l’Union européenne on constate une extrême présence de territoires protégés, parcs nationaux ou régionaux, réserves de la biosphère ou locales, paysages classés[3].

Risque incendie[modifier | modifier le wikicode]

Le climat et les systèmes végétaux qui lui sont subordonnés ont conduit à une sélection des végétaux adaptés à l’aridité et à la sècheresse estivale et donc éminemment combustible et inflammable. Bien souvent c’est de là que provient la distinction courante des forêts méditerranéennes : elles brûlent ! Malgré les progrès techniques accomplis au cours de cinquante dernières années dans la prévention et la lutte contre les incendies, ce risque demeure majeur et conduit les collectivités publiques à faire, presque toujours le choix entre la protection de la forêt et celle des milieux bâtis. Les régions méditerranéennes d’Europe n’étant pas, comme aux États-Unis d’Amérique ou en Australie, constituées de grandes zones inhabitées, la solution du « laisser brûler » (let it burn) n’y est guère possible. La défense des forêts contre l’incendie est donc une constante de l’approche des forêts méditerranéennes.

Association dédiée aux forêts méditerranéennes[modifier | modifier le wikicode]

Face à cette situation, il a été décidé dés 1978, de créer une association dédiée à la prise en compte particulière de la forêt méditerranéenne, à une époque où : - les techniques mises en œuvre en forêt dans les territoires sous administration française d’Afrique du nord qui venaient d’accéder à l’indépendance, étaient encore portées par les même techniciens
- le Ministère de l’environnement français venait d’être créé mais ne disposait pas encore d’une administration active dans les régions.
– la décentralisation n’avait pas encore eu lieu et les Collectivités territoriales ne disposaient pas de pouvoir exécutif,
- les associations de protection de la nature étaient en tout petit nombre
- la modernisation des territoires, la déprise rurale et la métropolisation commençaient à marquer fortement les territoires.

Ainsi des acteurs divers, de la forêt, de l’Université, des milieux professionnels du bois ou de l’aménagement du territoire, ont conçu cette association par essence trans-régionale et interdisciplinaire, avec pour objectif de favoriser les échanges d’expériences, de connaissances et de préoccupations liées aux forêts méditerranéennes françaises. Elle a ainsi fonctionné durant quatre décennies, permettant à plusieurs milliers d’acteurs de toutes régions et de toutes spécialités de se rencontrer, d’échanger et de produire ce que l’on peut qualifier de « parole partagée par les méditerranéens sur leur forêt »[6].

Actions[modifier | modifier le wikicode]

La revue « Forêt méditerranéenne »[modifier | modifier le wikicode]

Dès 1979 est éditée une revue éponyme, reprenant les objectifs de la revue « Silva mediterranea », éditée avant 1939 par l’association internationale éponyme, créée en 1912 par un ingénieur forestier français Robert Hickel, et ceux plus français de la revue « Le chêne », dont les quelques numéros sont parus avant 1940. Depuis sa création, Forêt méditerranéenne a publié 120 numéros (X pages, Y articles), accessibles sur le site……. Elle demeure la seule revue au monde consacrée à la forêt méditerranéenne.

Le journal « La feuille et l’aiguille »
Chaque trimestre l’Association publie un journal et le diffuse à 3500 exemplaires qui donne, du mieux que ses partenaires le lui permettent, les informations les plus variées possible sur les faits relevant de la connaissance, de la gestion et de la protection des milieux naturels et forestiers de l’ensemble des régions méditerranéennes. À ce jour 115 numéros ont été diffusés.

Rencontres de la forêt méditerranéenne[modifier | modifier le wikicode]

Depuis 1982, l’association Forêt méditerranéenne a organisé 25 manifestations dont 8 éditions de « Foresterranée », rencontres triennales destinées à faire l’état de l’art dans un domaine général concernant les territoires forestiers et 33 autres manifestations plus spécialisées sur des thèmes qui s’imposent, tels le pin d’Alep, le changement climatique, la faune sauvage, etc.

Tournées de Forêt méditerranéenne[modifier | modifier le wikicode]

Chaque année, l’Association organise un voyage d’études dans un pays méditerranéen au cours duquel, guidé par des techniciens et des universitaires, le groupe visite des forêts remarquables de telle sorte que l’expérience acquise par les forestiers des pays voisins puisse être valorisée dans les pratiques locales, là où est chacun.

Les perspectives de « Forêt Méditerranéenne »[modifier | modifier le wikicode]

Après la promulgation des lois récentes :
- loi n° 2014-1170 du 13 octobre 2014 d'avenir pour l'agriculture, l'alimentation et la forêt
- loi n° 2015-991 du 7 août 2015 portant nouvelle organisation territoriale de la République
- loi n° 2016-1087 du 8 août 2016 pour la reconquête de la biodiversité, de la nature et des paysages

il est fondamental de maintenir un regard particulier sur la manière dont les forêts méditerranéennes vont être prises en compte dans leur intégralité écologique, sylvicole et territoriale par les institutions régionales nouvelles et par les différents groupes d’intérêt de telle sorte que ceux qui ont la charge de leur connaissance, de leur gestion et de leur protection puissent le faire en toute cohérence, ne négligeant aucun de leurs aspects. Par ailleurs, l’Association poursuit ses tâches quotidiennes de maintien des liaisons au sein de son réseau de 3000 personnes, organise des journées techniques, des voyages d’études, publie sa revue et son journal « la feuille et l’aiguille » et se tient à la disposition de qui voudrait entreprendre quelque action en faveur de la forêt méditerranéenne.

Notes et références[modifier | modifier le wikicode]

  1. Denise Afxantidis, « Promouvoir les échanges et le transfert de connaissance », Forêt Entreprise,‎ , p. 22 - 25 (ISSN 0752-5974)
  2. 2,0 et 2,1 Pierre Quézel, Frédéric Médail, Écologie et biogéographie des forêts du bassin méditerranéen, Paris, Elsevier, , 574 p. (ISBN 2-84299-451-5)
  3. 3,0 et 3,1 (en) Jacques Blondel, James Aronson, Jean-Yves Bodiou, et Gilles Boeuf, The Mediterranean Region Biological Diversity in Space and Time, Oxford biology, , 376 p.
  4. Hélène Triat-Laval, « Histoire de la forêt provençale depuis 15000 ans d’après l’analyse pollinique. », Forêt Méditerranéenne,‎ , p. 19 - 24 (lire en ligne)
  5. Kuhnholtz-Lordat George, « Exploitation de la garrigue, sous-commission "Vie agricole, exploitation pastorale, équipement rural », Annales de l'ENAM,‎ , p. 79 - 82
  6. Marielle Jappiot, « Les travaux du GIS « Incendies de forêt » », Forêt méditerranéenne,‎ , p. 99 - 103 (ISSN 0245-484X, lire en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le wikicode]

Liens externes[modifier | modifier le wikicode]

Erreur Lua dans Module:Catégorisation_badges à la ligne 170 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).Erreur Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 189 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).


Autres articles du thème Associations associations : Union des professeurs de physiologie biochimie microbiologie, Œuvre fédérale les amis des aveugles et malvoyants, Paris en selle, Les Amis des enfants, Coordination antifasciste de Belgique, Fondation DiDé, Association française des entraîneurs de ski alpin

Autres articles du thème Bois et forêt bois et forêt : WeberHaus, Institut technologique FCBA, Centre cynégétique de Réghaïa, Davoud Parsapajouh, Solomas, Centre cynégétique de Zéralda, Mister Menuiserie

Autres articles du thème Provence-Alpes-Côte d'Azur Provence-Alpes-Côte d'Azur : Grand prix des personnalités, Cédric Arène, Josy Chambon, Société d'accélération du transfert de technologies PACA Corse, Équipe du comté de Nice de football, Zibeline (journal)


Cet Article wiki "Forêt méditerranéenne (association)" est issu de Wikipedia. La liste de ses auteurs peut être visible dans ses historiques et/ou la page Edithistory:Forêt méditerranéenne (association).



Compte Twitter EverybodyWiki Follow us on https://twitter.com/EverybodyWiki !