Bienvenue sur EveryBodyWiki ! Créez un compte ou connectez vous pour participer, améliorer ou créer un article, une biographie (la vôtre ?), une page entreprise...


Fondation Pierre-Lafue

De EverybodyWiki Bios & Wiki
Sauter à la navigation Sauter à la recherche



Erreur Lua dans Module:Wikidata à la ligne 118 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).

La Fondation a été constituée en 1976 par Yolande d'Argence Lafue afin de soutenir des activités en relation avec l'oeuvre de son défunt mari, professeur, historien, journaliste, essayiste et romancier, Pierre Lafue (1895-1975).

La Fondation Pierre-Lafue a été reconnue d'utilité publique par décret en Conseil d'État le 15 novembre 1979, elle est habilitée à recevoir des dons et des legs[1].

Elle décerne chaque année un prix récompensant soit un ouvrage de langue française d'inspiration historique, soit l'ensemble d'une œuvre. Elle alloue également des bourses d'études et de recherches et organise des évènements[2].

Le Prix de la Fondation Pierre-Lafue 2019[modifier]

Le Prix Pierre Lafue est décerné chaque année, au mois de novembre, dans les magnifiques salles de la Mairie du VIe arrondissement de Paris.

A cette occasion, le lauréat de l'année échue présente son successeur et son ouvrage.Le Prix 2019 a été décerné le 20 novembre 2019 dans les salons de la Mairie du VIe arrondissement de Paris, à Manon Pignot pour son ouvrage paru aux éditions anamosa "L'appel de la guerre. des adolescents au combat, 1914-1918".

Un Prix spécial a été décerné à Emmanuel Laurentin, historien, journaliste, producteur de La Fabrique de l'Histoire.

Le Petit Lafue 2019[modifier]

Le Président de la Fondation Pierre Lafue Antoine Hinfray et son Jury présidé par Nicolas Ivanoff créent la 1ère Edition du concours du Petit Lafue.

Ce concours a pour but de sensibiliser les jeunes générations à l’Histoire. Il est ouvert à tous les collégiens et lycéens de France et récompensera une classe ou un groupe d’élèves qui devra réaliser une production graphique, écrite, vidéo… autour du thème proposé.

Le sujet 2019 : Comment l’histoire s’inscrit-elle dans les places ? Les places, lieux centraux des espaces urbains.

Deux classes ont remporté le Petit Lafue 2019 : la classe 4ème 5 du Collège Georges Courteline (Paris) avec leur professeur Madame Sternberg, et la classe Brevet des métiers d'art 1er Niveau de l'Ecole Boulle (Paris) avec leur professeur Monsieur Simoni.

Le sujet 2020 : les frontières.

La liste des lauréats du Prix de la Fondation[modifier]

  • 1977 : Edmond Pognon, De Gaulle et l’Armée
  • 1978 : Jean Lacouture, Léon Blum
  • 1979 : Emmanuel Le Roy Ladurie, Le Carnaval de romans
  • 1980 : Jean Delay, de l’Académie française, Avant mémoire[3]
  • 1981 : Jean Favier, Membre de l’Institut, directeur général des Archives de France, La Guerre de Cent Ans
  • 1982 : André Fontaine, Un seul lit pour deux rêves : Histoire de la détente[4]
  • 1983 : Paul-Marie de la Gorce, La Prise de pouvoir par Hitler 1928-1933
  • 1984 : Jean-Denis Bredin, de l’Académie française, L'Affaire
  • 1985 : Edgar Faure, de l’Académie française, Mémoires II : Si tel doit être mon destin ce soir
  • 1986 : Henri Amouroux, Membre de l’Institut, Un printemps de mort et d’espoir[5]
  • 1987 : Guillaume de Bertier de Sauvigny, Metternich[6]
  • 1988 : Jean Charbonnel, Edmond Michelet
  • 1989 : Jean Guitton, de l’Académie Française, Un siècle, une vie
  • 1990 : François Fejtö, Requiem pour un empire défunt
  • 1991 : Pierre-Louis Blanc, Ambassadeur de France, De Gaulle au soir de sa vie
  • 1992 : Michel Fleury pour l’ensemble de son œuvre
  • 1993 : Jean Tulard, Membre de l’Institut, Napoléon II
  • 1994 : Pierre Messmer, Secrétaire perpétuel des l’Académie des sciences morales et politiques, Après tant de batailles
  • 1995 : Jacqueline de Romilly, de l’Académie française, Alcibiade
  • 1996 : Pierre Goubert, Un parcours d’historien
  • 1997 : Alain Peyrefitte, de l’Académie française, La Chine s’est éveillée
  • 1998 : Pierre Joxe, L'Édit de Nantes
  • 1999 : Bronislaw Geremek pour l’ensemble de son œuvre
  • 2000 : François Bédarida, Churchill
  • 2001 : Pierre Milza, Verdi et son temps
  • 2002 : Marc Fumaroli de l’Académie française, Quand l’Europe parlait français
  • 2003 : Françoise Chandernagor, de l’Académie Goncourt, La Chambre
  • 2004 : Le cardinal Paul Poupard, président du Conseil pontifical pour la culture, Au cœur du Vatican[7]
  • 2005 : Jean-Marie Le Breton, ancien ambassadeur, Grandeur et Destin de la vieille Europe (1492-2004)
  • 2006 : Jean-Paul Bled, Bismarck : de la Prusse à l’Allemagne
  • 2007 : Mgr Francesco Follo, observateur permanent du Vatican auprès de l’UNESCO, Jean-Paul II et la culture contemporaine[8],[9]
  • 2008 : Simone Bertière, Mazarin, le maître du jeu
  • 2009 : Dominique de Villepin, La Chute ou l'Empire de la solitude
  • 2010 : Alain Decaux, de l’Académie française, pour l'ensemble de son œuvre
  • 2011 : Alexandre Duval-Stalla, Claude Monet - Georges Clemenceau : une histoire, deux caractères
  • 2012 : Alexandre Maral, Le Roi Soleil et Dieu
  • 2013 : Thierry Lentz, Le Congrès de Vienne : une refondation de l'Europe[10]
  • 2014 : Jean-Noël Jeanneney, pour l'ensemble de son œuvre
  • 2015 : Thierry Sarmant, 1715, la France et le monde
  • 2016 : Annie et Maurice Sartre, Palmyre - Vérités et légendes[11]
  • 2017 : Vincent Lemire, Katell Berthelot, Julien Loiseau et Yann Potin, Jérusalem - Histoire d'une ville monde
  • 2018 : Étienne Davodeau et Sylvain Venayre La Balade nationale - Les origines
  • 2019 : Manon Pignot, L'appel de la guerre. Des adolescents au combat, 1914-1918

Le jury du Prix de la Fondation Pierre-Lafue[modifier]

Le jury du Prix de la Fondation Pierre-Lafue est chargé de choisir chaque année le lauréat. Il est composé de membres permanents et de membres temporaires.

Les membres permanents sont :

  • Nicolas Ivanoff, historien, professeur agrégé et administrateur de la Fondation
  • Frédéric Airy, libraire à Paris
  • Dominique Missika, éditrice et productrice, Historienne de la France sous l'occupation
  • Yann Potin (lauréat 2017), historien et archiviste.

Les membres temporaires sont les trois derniers lauréats du Prix Lafue. Ces membres pour le Prix 2020 sont :

  • Sylvain Venayre et Etienne Davodeau (lauréats 2018).
  • Manon Pignot (lauréate 2019)

Les membres du jury forment un comité de lecture qui se réunit plusieurs fois dans l'année.

Les Conférences Pierre-Lafue[modifier]

Elles se tiennent à la Mairie du VIe arrondissement.

A l’occasion du 40e Prix Pierre Lafue, un cycle de conférences s’est tenu pendant une semaine. Ces conférences à thème historique furent animées notamment par les anciens lauréats de la Fondation et librement accessibles au public, avec pour programme :

  • 28/09/2016 : Simone Bertière - Louis XIII et Richelieu : la mise en place de la monarchie absolue
  • 29/09/2016 : Alexandre Duval-Stalla - Chateaubriand-Napoléon : le face-à-face de la littérature et de la politique
  • 30/09/2016 : Eric Schell - La première rencontre Bonaparte-Talleyrand
  • 03/10/2016 : Thierry Sarmant - La guerre qui n'a pas eu lieu : les plans d'opérations français dans l'hypothèse d'une invasion soviétique 1945-1969
  • 04/10/2016 : Nicolas Ivanoff - La Première Guerre mondiale vue depuis un village français

Conférences en 2017 :

  • 07/02/2017 : Maurice Sartre - La découverte de la Syrie Antique : des voyageurs aux savants (XVII–XXIe siècle)
  • 08/02/2017 : Julien Loiseau - L'Iislam dans Jérusalem, Jérusalem dans l'islam

Les activités culturelles de la Fondation Pierre-Lafue[modifier]

Tout au long de l’année, la Fondation organise soirées, visites et conférences à thématique historique. Ces visites permettent souvent aux invités de découvrir des lieux remarquables rarement ouverts au public. Ces activités sont accessibles à tous les donateurs et soutiens de la Fondation.

En 2013, à l’initiative de Messieurs Alexandre Duval-Stalla et Alexandre Maral, ont été organisées une présentation nocturne de l’exposition "Versailles et l'Antique", une visite de la Chapelle Royale du Château de Versailles, ainsi qu’une visite privée du Musée Clémenceau.

En 2014, Monsieur Thierry Lentz, a présenté une conférence à la Fondation Napoléon ayant pour thème "Napoléon aujourd’hui".

Juin 2015 : Monsieur Jean-Noël Jeanneney, nous a présenté "Georges Clémenceau, un homme libre" dans la magnifique bibliothèque des avocats du Palais de Justice de PARIS.

Décembre 2015 : Une visite privée du Musée Carnavalet a été commentée par Monsieur Thierry Sarmant.

Mars 2016 : C’est dans les salles Premier Empire du Château de Versailles que Thierry Sarmant et Alexandre Maral nous ont conviés pour un parcours inaccessible au grand public.

En 2017, les Professeurs Maurice et Annie Sartre, lauréats 2016, ont dominé l’actualité avec une visite commentée du Musée du Louvre.

En juin 2018, Yann Potin dévoila les trésors cachés des Grands dépôts des Archives nationales, par une visite privée de l'Hôtel de Soubise.

La composition du Bureau de la Fondation[modifier]

  • Antoine Hinfray, Président
  • Pascal Thuillier, Vice-Président
  • Françoise Bernard, Secrétaire Général
  • Fabienne Moureau-Levy, Administrateur

Pierre Lafue[modifier]

Pierre Lafue est né le 18 septembre 1895 à Pont-de-Monvert, licencié ès lettres, D.E.S. d'allemand. Professeur de l'enseignement secondaire à Étampes de 1932 à 1933 et au lycée Jean-Baptiste Say à Paris de 1933 à 1939. Il a épousé, le 25 janvier 1964, Yolande d’Argence.

Pierre Lafue devient journaliste correspondant de journaux en France et en Pologne de 1933 à 1935. A cette date, il intègre le cabinet de Georges Mandel. A partir de 1955, Pierre Lafue est devenu directeur de collections historiques chez divers éditeurs.

Il était également critique littéraire à la « Revue Hebdomadaire » et à la "Revue Universelle" de 1922 à 1940 chez Pion.

Pierre Lafue a obtenu en 1965 le Grand Prix de la Société des Gens de Lettres, il a été lauréat de l'Académie française en 1967.

Membre adhérent de la société des Auteurs et Compositeurs Dramatiques, il était un habitué du salon de Daniel Halevy, et a tenu un salon littéraire à Paris de 1960 à son décès.

Pierre Lafue a été victime d'un accident de voiture le 8 août 1975. 

Yolande Lafue[modifier]

Née le 3 mars 1918 au Consulat de France à Milan, Yolanda d'Argence appartient, par son père, diplomate, à la famille française des marquis d'Argence, par sa mère, à la famille italienne des comtes di Carlo. Toute jeune, elle perd son père, puis sa mère, et se retrouve seule avec sa sœur Paola et son frère Rodolphe.

A la veille de la deuxième guerre mondiale, son désir d'être française lui fait abandonner l'Italie et les siens pour venir à Paris. Elle est accueillie dans la famille d'un prêtre du diocèse de Paris, l'abbé Albert Malmanche. Ce dernier restera son confident et son ami jusqu'à son décès en 1990.

La guerre terminée, elle entre à la Faculté de droit à Paris, mais bientôt attirée par l'enseignement ménager, elle suit le cours normal de la ville de Paris. Elle sort première du concours de professorat, puis se spécialise dans la formation de jeunes en difficulté et inaugure de nouvelles méthodes d'enseignement.

Les Palmes académiques viennent couronner ses efforts et consacrer son succès. A partir de 1963, elle reprend bénévolement la direction du Foyer des Étudiantes du Cherche-Midi, foyer où elle avait elle-même résidé lorsqu'elle était étudiante.

Durant cette période elle rencontre l'écrivain-historien Pierre Lafue qu'elle épouse en 1964. Tous deux voyagent beaucoup et reçoivent dans un petit salon littéraire de nombreuses personnalités de l'époque, des amis de Pierre, tels qu'Henri Clouard, Henri Massis, Georges Day, Francis Ambrière, André Lang, Paul Gordeau, Jean Marin, Louis Joxe, Adrien Dansette, Jean Fourastié et bien d'autres.

En 1976, Yolande d'Argence Lafue décide de créer une Fondation pour perpétuer le nom et l'œuvre de son mari. Elle en devient donc la Présidente fondatrice. A partir de 1977, la Fondation Pierre Lafue va décerner chaque année un Prix littéraire et des bourses à des étudiants. Yolanda d'Argence Lafue a écrit ses mémoires dans un livre émouvant intitulé « La Maledetta », disponible auprès de la Fondation. En 1994, Pierre Messmer, ancien Premier ministre devient vice-président de la Fondation.

Le 19 février 2011, après plusieurs mois d'hospitalisation, Yolande d'Argence Lafue s'éteint entourée de ses amis.

L’œuvre de Yolande et de Pierre Lafue se poursuit grâce à la Fondation qu’elle a créée, et à l’aide et au soutien de ses donateurs. Qu’ils en soient remerciés.

Annexes[modifier]

Article connexe[modifier]

  • Pierre Lafue

Liens externes[modifier]

références[modifier]

Erreur Lua dans Module:Catégorisation_badges à la ligne 170 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).Erreur Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 189 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).


Autres articles des thèmes Associations associations ET Littérature littérature : Prix premier roman de Culture et bibliothèques pour tous de la Sarthe, Éditions Vagabonde, Union des auteurs et créateurs de France

Autres articles du thème Associations associations : Forum civique européen, Inf'OGM, Générations Mouvement, Brigade Anti-négrophobie, The Social Capital Foundation, Fondation John Cockerill, Olga Trostiansky

Autres articles du thème Littérature littérature : Diane Desrosiers-Bonin, Michael Curry (personnage de fiction), Ahmed Gasmi (traducteur), Hossein Dowlatabadi, Hanna Marin, Sameh Sami, Monsieur Peureux


Cet Article wiki "Fondation Pierre-Lafue" est issu de Wikipedia. La liste de ses auteurs peut être visible dans ses historiques et/ou la page Edithistory:Fondation Pierre-Lafue.



Compte Twitter EverybodyWiki Follow us on https://twitter.com/EverybodyWiki !