Bienvenue sur EveryBodyWiki ! Créez un compte ou connectez vous pour participer, améliorer ou créer un article, une biographie (la vôtre ?), une page entreprise...


Explosion nucléaire en Russie en août 2019

De EverybodyWiki Bios & Wiki


Explosion nucléaire en Russie en août 2019
Les installations millitaires sont situées à environ 2 km du village de Nyonoksa.
Les installations millitaires sont situées à environ 2 km du village de Nyonoksa.

Type Accident nucléaire
Pays Drapeau de la Russie Russie
Localisation Oblast d'Arkhangelsk
Coordonnées Erreur Lua dans Module:Wikidata à la ligne 606 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).
Date

Géolocalisation sur la carte : Russie

(Voir situation sur carte : Russie)
Explosion nucléaire en Russie en août 2019

Géolocalisation sur la carte : Oblast d'Arkhangelsk

(Voir situation sur carte : Oblast d'Arkhangelsk)
Explosion nucléaire en Russie en août 2019

Géolocalisation sur la carte : Europe

(Voir situation sur carte : Europe)
Explosion nucléaire en Russie en août 2019

Le , survient en Russie, sur une « plateforme maritime » de la base militaire de Nyonoksa (en), située dans le Grand Nord, une puissante explosion. Selon de nombreux experts américains, l'explosion est liée au développement du « Bourevestnik », un missile à propulsion nucléaire vanté par Vladimir Poutine début 2019. Dans la panique, les habitants de Severodvinsk, une ville située à une trentaine de kilomètres de la base, se sont rués sur les stocks d'iode et d'iodifères vendus en pharmacie. L'accident a fait plusieurs morts et plusieurs blessés.

Contexte[modifier]

L'incident intervient dans un contexte où la Russie cherche à développer un nouveau type d'arme : l'« oiseau de tempête », un missile de croisière qui s’inscrit dans une série d'incidents : explosion d'un dépôt de munitions à Atchinsk une semaine avant[1] , incendie d'un sous-marin nucléaire[2] ou encore la mystérieuse augmentation de la radioactivité dans l'air en Europe à l'automne 2017.

Déroulé[modifier]

Le à 12 heures (9 heures GMT), soit juste après l'explosion, « six des huit capteurs de Severodvinsk ont enregistré des dépassements de la puissance des doses de radiation (qui a alors été) de quatre à seize fois supérieure à celle habituelle », a annoncé l'agence russe de météorologie Rosguidromet dans un communiqué[3].

L'accident a touché une base du village de Nyonoksa, ouverte en 1954 et spécialisée dans les essais de missiles de la flotte russe, notamment des missiles balistiques[4]. La mairie de Severodvinsk, ville située à une trentaine de kilomètres de la base, écrit sur son site internet que ses capteurs avaient « enregistré une brève hausse de la radioactivité »[4]. Un responsable local de la défense civile, Valentin Magomedov, a déclaré à l'agence de presse TASS que le niveau de radiation était monté jusqu'à 2,0 microsievert par heure pendant trente minutes, la limite réglementaire étant de 0,6 microsievert par heure[5]. Paniqués, les habitants de Severodvinsk se sont rués sur les stocks d'iode et d'iodifères vendus en pharmacie[6],[7].

Le , soit deux jours après, la Russie reconnaît que l'explosion avait un caractère nucléaire[4].

Selon le directeur scientifique du centre militaire, Vyacheslav Soloviev, l’accident aurait également impliqué un petit réacteur nucléaire[8].

Bilan humain[modifier]

L’accident a officiellement fait trois blessés (six selon le journal Le Temps) et entraîné la mort de sept personnes, deux chez les militaires et cinq parmi le personnel du centre nucléaire fédéral RosAtom[9],[10]. Le Courrier international écrit que les ingénieurs ont été projetés dans la mer et que leurs corps n'ont pas été retrouvés[9]. Le , Le Monde, se basant sur un article du Washington Post, écrit que les ingénieurs ont été inhumés le à Sarov, qui accueille le principal centre de recherches nucléaires russe[11]. Le journal français souligne que le lieu n'est pas anodin, rappelant que c’est d'ici que furent conçues les premières bombes atomiques soviétiques, que la ville est fermée, sous très haute surveillance, et interdite d’accès aux étrangers sans autorisation[11]. Le directeur du centre nucléaire de Sarov, Valentin Kostyukov, a déclaré que les victimes ont essayé mais n'ont pas réussi à empêcher l'explosion[12]. « Nous avons vu qu'ils essayaient de reprendre le contrôle de la situation », a-t-il dit[12].

D'après le Washington Post, citant le site Dvina Today, dix membres du personnel médical ayant soigné les blessés de l'explosion ont eux aussi été envoyés à Moscou, afin d'être à leur tour pris en charge[13].

Programme militaire[modifier]

Malgré ces morts, l'agence nucléaire russe a assuré vouloir « continuer le travail sur les nouveaux types d'armes », qui sera « poursuivi jusqu'au bout. »[14]. C'est la partie propulsive d’un missile expérimental contenant des liquides radioactifs qui a explosé[15].

Selon des experts américains, l’accident est vraisemblablement lié aux essais d’un missile de croisière à propulsion nucléaire dont la Russie cherche à se doter, le 9M730 « Bourevestnik »[16],[17].

Cependant, le , le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov a refusé de confirmer qu’il s’agit du « Bourevestnik » mais assuré que la compétence atteinte par la Russie en matière de missiles à propulsion nucléaire « dépasse significativement le niveau atteint par d’autres pays et est assez unique  »[16].

Enquête[modifier]

Selon le quotidien Kommersant, une enquête officielle a été ouverte pour élucider les circonstances ayant provoqué l'explosion[9].

Évacuation de population[modifier]

Selon la presse locale, les 450 habitants du village de Nyonoksa devraient être évacués en train pour une durée de deux heures le [11].

Références[modifier]

  1. https://www.lepoint.fr/monde/la-russie-enterre-ses-officiers-tues-dans-l-incendie-d-un-sous-marin-06-07-2019-2323042_24.php
  2. https://www.lepoint.fr/monde/la-russie-enterre-ses-officiers-tues-dans-l-incendie-d-un-sous-marin-06-07-2019-2323042_24.php
  3. « Explosion en Russie : la radioactivité a dépassé jusqu'à 16 fois le niveau habituel », sur francetvinfo.fr, (consulté le 13 août 2019).
  4. 4,0 4,1 et 4,2 France Info et AFP, « La Russie reconnait le caractère nucléaire de l'explosion qui a fait cinq morts sur une base militaire du Grand Nord », sur francetvinfo.fr, .
  5. « La Russie reconnaît le caractère nucléaire de l'explosion sur une base militaire », sur bfmtv.com, (consulté le 12 août 2019).
  6. « Moscou reconnaît l'accident "nucléaire" sur une base du Grand Nord », sur france24.com, (consulté le 12 août 2019).
  7. « La radioactivité a dépassé jusqu'à 16 fois le niveau habituel : que sait-on de l'accident nucléaire en Russie ? », sur lci.fr, (consulté le 13 août 2019).
  8. Nabil Wakim et Nicolas Ruisseau, « Ce que l’on sait de l’explosion dans une base russe : réacteur nucléaire, missiles « invincibles » et propos flous », sur lemonde.fr, (consulté le 13 août 2019).
  9. 9,0 9,1 et 9,2 « Russie.Explosion nucléaire : une enquête officielle a été ouverte », sur courrierinternational.com, (consulté le 13 août 2019).
  10. Emmanuel Grynszpan, « En Russie, un drone sous-marin aurait causé la fuite radioactive », Le Temps,‎ (ISSN 1423-3967, lire en ligne)
  11. 11,0 11,1 et 11,2 Nabil Wakim et Nicolas Ruisseau, « Le peu que l’on sait de l’explosion dans une base russe : missiles « invincibles », réacteur nucléaire et propos flous », sur lemonde.fr, (consulté le 13 août 2019).
  12. 12,0 et 12,1 (en) Vladimir Isachenkov, « Funerals for 5 Russian nuclear engineers killed in explosion », sur reviewjournal.com, (consulté le 13 août 2019).
  13. Valentine Pasquesoone, « Victimes, niveau de radiation, évacuations... Ces zones d'ombre qui persistent après l'explosion nucléaire dans une base russe », sur francetvinfo.fr, (consulté le 14 août 2019).
  14. « L'explosion nucléaire en Russie était "liée aux tests de nouveaux armements" », sur lexpress.fr, (consulté le 13 août 2019).
  15. « Que sait-on de l'accident nucléaire dans le nord de la Russie ? », sur lci.fr, (consulté le 13 août 2019).
  16. 16,0 et 16,1 « Explosion à caractère nucléaire en Russie. La radioactivité a dépassé jusqu’à 16 fois le niveau habituel », sur ouest-france.fr, (consulté le 13 août 2019).
  17. Steve Tenré, « Mystère autour de l’explosion nucléaire dans une base militaire russe », sur lefigaro.fr, (consulté le 13 août 2019).

Articles connexes[modifier]

  • Liste d'accidents nucléaires
  • Augmentation de la radioactivité dans l'air en Europe à l'automne 2017



Erreur Lua dans Module:Catégorisation_badges à la ligne 170 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).Erreur Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 189 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).


Autres articles du thème Russie Russie : Denis Sergeev, Demid Antoufieff, Evgueni Alexandrovitch Khvalkov, Euro-Rus, Championnat de Russie masculin de handball de deuxième division, Alexander Soldatenkov, Olga Bariatinsky


Cet Article wiki "Explosion nucléaire en Russie en août 2019" est issu de Wikipedia. La liste de ses auteurs peut être visible dans ses historiques et/ou la page Edithistory:Explosion nucléaire en Russie en août 2019.


Les cookies nous aident à fournir nos services. En utilisant nos services, vous acceptez notre utilisation des cookies.