Atsutsè Kokouvi Agbobli

De EverybodyWiki Bios & Wiki
Aller à :navigation, rechercher

Erreur Lua dans Module:Wikidata à la ligne 118 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).

Atsutsè Kokouvi Agbobli, dit AKA, né le et mort le , est un historien, journaliste et homme politique togolais. Au moment de son décès, il préside le Mouvement pour le développement national (MODENA), un parti d'opposition.

Panafricain convaincu, il s'est rendu célèbre pour ses critiques contre la mauvaise gouvernance et ses appels répétés à l'unité du continent africain[1],. Dans ses interventions, il aspire à une Afrique totalement émancipée, industrielle et prospère[2].

Naissance et études[modifier]

Jean-Joachim Agbobli dit AKA est né le à Lomé (Togo), et a été retrouvé mort le sur une plage de Lomé.

Triplé avec Georges et Georgette, d’où son prénom Atsutsè selon la tradition ewe, il est le troisième fils d'Alphonse Kodjo Agbobli (1907-1985) et de Joséphine Sydol (1918-1968), un couple catholique.

Dans l'atelier de son père, maitre-tailleur réputé, militant nationaliste[3], il côtoie l'élite politique locale dont le futur président togolais Sylvanus Olympio avec lequel Alphonse Kodjo Agbobli entretient des relations particulières.

Il fréquente le Collège Saint-Joseph[4] puis le lycée Bonnecarrère avant de poursuivre ses études à l’Université de Poitiers (1963) puis à Paris[5].

À Paris, il préside l’Association des étudiants et stagiaires togolais en France (AESTF) puis est nommé vice-président en charge des relations extérieures de la Fédération des étudiants d'Afrique noire en France (FEANF)[2], où il se lie d'amitié avec de très nombreux étudiants du continent dont certains présideront aux destinées de leur pays.

Le 18 juillet 1970, à Paris, il épouse Armandine Anani-Lawson, fille de François Marie Anani-Lawson, premier instituteur noir de Côte d'Ivoire issu de l'École normale William-Ponty.

Parcours professionnel[modifier]

Titulaire d’un doctorat d’État d’histoire de l’Université Panthéon-Sorbonne et diplômé de l’Institut d'études politiques de Paris, AKA enseigne à Ndendé au Gabon puis à Libreville au lycée Léon Mba de 1975 à 1979.

En 1979, il rejoint Addis-Abeba (Éthiopie) pour travailler au sein de l’Organisation de l'unité africaine (OUA) en tant que chef de la division des affaires politiques générales et de la défense. À la suite de différends avec le président togolais Gnassingbé Eyadema, il quitte l’OUA pour intégrer l’antenne africaine du BIT (Nations-Unies) à Addis-Abeba en tant qu’expert régional.

Chroniqueur à l’hebdomadaire Jeune Afrique à la fin des années 1980, il y retrouve Siradiou Diallo[5], y côtoie Béchir Ben Yahmed, Sennen Andriamirado, Abdelaziz Dahmani, Jean-Baptiste Placca, Maud Sissung[1]...

À cette même époque, il rencontre le très controversé Jonas Savimbi fondateur de l'Union nationale pour l'indépendance totale de L'Angola pour lequel il prend fait et cause.

En 1991, de retour au Togo après plus d’un quart de siècle d’exil, il devient le délégué du Club des amis de la liberté et de la démocratie en Afrique Noire (CALDAN) à la Conférence nationale souveraine du Togo dont il préside la Commission défense et sécurité.

À la suite des élections législatives de février 1994, il est nommé ministre de la Communication et de la Culture[6], puis ministre chargé des Relations avec le Parlement (29 février 1995). Porte-parole du gouvernement, il devient un acteur de la vie médiatique.

Après son départ du gouvernement en 1996, son franc-parler et ses diatribes font de lui l'invité idéal des plateaux de télévision et secouent la vie politique locale[7],[1],[8].

En mars 2007, il annonce la création d’un parti d’opposition qui est lancé officiellement le [9]: le Mouvement pour le développement national (MODENA). Selon lui, la politique togolaise est essentiellement dominée par les deux grands partis Rassemblement pour le peuple togolais (RPT) et l’Union des forces de changement (UFC).

En , au moment de sa disparition, AKA est le directeur de la publication du bi-mensuel AFRIC’Hebdo, qu’il avait créé en 2005.

Décès[modifier]

Le , la mort d'Atsutsè Kokouvi Agbobli est annoncée officiellement lors du journal de 20H de la télévision togolaise TVT par le ministre de la sécurité et de la protection civile. Il parle d'un "corps rejeté" par la mer, évoquant une noyade[10].

Cette annonce fait suite à la disparition d'AKA depuis plus de 24 heures[11].

Causes du décès[modifier]

Les causes du décès de l'ancien ministre ne sont pas élucidées[12],[13].

Il est vu pour la dernière fois vivant par son chauffeur le jeudi aux environs de h 30 du matin, heure à laquelle il lui aurait demandé de venir le chercher à la Clinique où il avait été admis pour l'emmener à l'Hôtel Mercure Sarakawa[14]après un détour par l'hôtel Palm Beach.

Le à 10h[10], son corps est découvert sur une plage de Lomé par un pêcheur avec les yeux injectés de sang, les lèvres et le front portant des ecchymoses [12].

Lors de son allocution du , le ministre de la Sécurité et de la Protection Civile déclare qu'A.K. Agbobli aurait tenté de se suicider le en ingérant une substance toxique. Il aurait alors été admis dans une clinique, qu'il aurait quittée aux premières heures du [12].

Afin de déterminer la cause réelle du décès après la découverte du corps portant des ecchymoses, une autopsie est ordonnée le 17 août. Le même jour, la Commission nationale des droits de l'homme réclame une commission d'enquête sur les causes du décès[14] et le parti politique UFC effectue une demande similaire le [10]puis le 15 novembre 2008[15]

Le , le procureur de la République, Robert Baoubadi Bakaï, annonce à la télévision togolaise[16] que les résultats de l'autopsie montrent qu'Agbobli est décédé des suites d'un empoisonnement. Selon lui, l'autopsie n'a pas révélé la substance responsable, mais il précise qu'elle « exclut systématiquement la possibilité d'une noyade » évoquée précédemment par le ministre de la Sécurité et de la protection Civile. Les marques retrouvées sur le corps seraient la conséquence d'une chute.

Le docteur Nizam Peerwani, mandaté par le Haut-Commissariat des Nations unies aux droits de l'homme (HCDH), agissant pour le compte de Physicians for Human Rights réalise une seconde autopsie, et réfute la mort par intoxication médicamenteuse. En l'absence de toutes autres preuves fiables[17], il suggère une noyade.

La famille, quant à elle, souligne[11] le mystère de la disparition d'AKA.

Elle conteste l'affirmation selon laquelle il aurait tenté de se suicider, arguant qu'il n'était pas déprimé, qu'il n'avait aucun problème grave dans sa vie qui aurait pu le conduire à ce geste. Il n'avait pris des médicaments que pour l'hypertension artérielle et le diabète sucré[12].

Les enfants du défunt ont acquis la certitude qu'il a été assassiné[17]. Ils soulignent de nombreuses zones d'ombre, telles que sa disparition pendant plus de trente heures ; le laps de temps très long entre le moment où son chauffeur l'aurait déposé aux alentours de l' Hôtel Sarakawa et l'alerte à la famille sur le comportement de son patron ; le fait que son corps ait été retrouvé nu à l'exception de ses chaussettes et de ses mocassins ; les conclusions différentes des deux autopsies ; le coup de téléphone donné à l'un des membres de la famille par le Président de la République Faure Gnassingbé[11]avant même la découverte du corps pour présenter ses condoléances.

Atsutsè Kokouvi Agbobli est inhumé à Adéta, dans la région des Plateaux, au sud-ouest du Togo, le [18],[19].

Chaque 15 août depuis sa disparition, au moment de l'Assomption, la presse togolaise revient sur les circonstances tragiques de son décès[20],[21].

Le 29 novembre 2020, Kofi Yamgnane, qui se dit touché par la mort de son ami Agbobli Joachim[4], exhorte la justice togolaise à la publication du rapport d'enquête sur sa disparition [22].

Hommage[modifier]

En 2016, Ekoue du groupe La Rumeur lui rend hommage dans le générique de son film Les Derniers Parisiens.

Publications[modifier]

Atsutsè Kokouvi Agbobli a publié de nombreux articles dans la presse africaine et française sur les questions socio-politiques du monde contemporain et animé des dizaines de conférences dans le monde [23],[1]. Il a collaboré à de nombreux ouvrages.

Il a régulièrement participé sur RFI au Débat Africain animé par Madeleine Mukamabano et à l'émission Archives d'Afrique d' Alain Foka .

Bibliographie[modifier]

  • Sylvanus Olympio, un destin tragique, Nouvelles Éditions africaines, 1992.
  • Combats pour l'Afrique et la Démocratie: entretien avec Atsutsé Kokouvi Agbobli, éditions Favre, 1997. (livre d'entretiens avec le docteur Jonas Savimbi, président fondateur de l'Union nationale pour l'indépendance totale de l'Angola (UNITA), assassiné en février 2002.
  • Le Monde et le destin des Africains, premier volume de la trilogie Les Enjeux mondiaux de puissance, Éditions L'Harmattan, 2002.
  • Le Roman de l'Indépendance, Lomé, éditions Graines de Pensées, 2011.

Notes et références[modifier]

  1. 1,0 1,1 1,2 et 1,3 Dominique Mataillet, « Mort d'un militant panafricain », sur Jeune Afrique,
  2. 2,0 et 2,1 Afi Muriel Agbobli, « Agbobli, un an déjà. », sur Jeune Afrique,
  3. « Le 27 avril au TOGO : les vérités d'Atsutse Agbobli », sur letogolais.com,
  4. 4,0 et 4,1 kofi Yamgnane, « Kofi Yamgnane touché par la mort inexplicable de Joachim Agbobli », sur le Togolais.com,
  5. 5,0 et 5,1 A K Agbobli, « un grand frère, compagnon de lutte. », sur Jeune Afrique,
  6. « Journal officiel de la République Togolaise »,
  7. Kodjo Epou, « Atsutse Agbobli ou l'implacable sentence d'un martyr. », sur Togo Tribune,
  8. Sénouvo Agbota zinsou, « Togo Affaire Agbobli: Nous ne nous tairons pas ! », sur letogolais.com,
  9. République Togolaise, « Création d'un parti "ni-ni " », sur Republicoftogo,
  10. 10,0 10,1 et 10,2 AFP, « Togo: Demande d'enquête après le décès d'un opposant. »,
  11. 11,0 11,1 et 11,2 Marie-Roger Biloa, « Une mort si peu naturelle », sur Africa International,
  12. 12,0 12,1 12,2 et 12,3 Dominique Mataillet, « Atsutsè agbobli a-t-il été assassiné ? », jeune Afrique,‎ (lire en ligne)
  13. David Severnay, « Mort de l'opposant togolais A K A : le silence continue »,
  14. 14,0 et 14,1 David Severnay, « Togo : enquête sur la mort suspecte d'un opposant », sur L'OBS,
  15. « Disparition d'Atsutsè Agbobli : l'UFC réitère son exigence de la mise en place d'une commission d'enquête internationale indépendante. », sur UFC togo.com,
  16. « Ex-Togolese minister Agbobli "died of poisoning »,
  17. 17,0 et 17,1 Vincent Hugeux, « Togo : Un cadavre encombrant. », sur L'Express,
  18. « inhumation d'Atsutsè Kokouvi Agbobli »
  19. Isabelle Améganvi, « Hommage à Atsutsè Agbobli, un grand compagnon de lutte. », sur Le Togolais.com,
  20. Eloi Koussawo, « 15 Août 2008 -15 Août 2021 : Assassinat de Joachim Kokouvi Atsutsè AGBOBLI, 13 ans après , où en est l'enquête ? », sur icilome.com,
  21. « Décès d'Atsutse AGBOBLI : 13 ans après, le mystère reste entier. », sur breves.info,
  22. Koffi Yamgnane, « Kofi Yamgnane à Faure Gnassingbé »,
  23. « Atsutsè Kokouvi Agbobli », sur agbobli.org (consulté le 6 avril 2022)

Liens externes[modifier]

Erreur Lua dans Module:Catégorisation_badges à la ligne 170 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).Erreur Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 189 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).


Autres articles des thèmes Politique politique ET Togo Togo : Kafui Adjamagbo-Johnson, Assiba Johnson

Autres articles du thème Politique politique : Plans d'austérité dans le monde en 2010-2011, Front national islandais, Organisation des Communistes Internationalistes de Grèce, Ars industrialis, Séka Séka Joseph, Démocratie biorégionale, Jacob Cohen (écrivain)

Autres articles du thème Togo Togo : Lycée d'Agou, Actions citoyennes pour un développement intégral, Noelie Elykem, Emmanuel Vitus Agbenonwossi, Santrinos Raphaël, Tina Kunakey, Dialogues et médiations politiques au Togo


Cet Article wiki "Atsutsè Kokouvi Agbobli" est issu de Wikipedia. La liste de ses auteurs peut être visible dans ses historiques et/ou la page Edithistory:Atsutsè Kokouvi Agbobli.