Bienvenue sur EveryBodyWiki ! Créez un compte ou connectez vous pour participer, améliorer ou créer un article, une biographie (la vôtre ?), une page entreprise...


Antonio Stango

De EverybodyWiki Bios & Wiki
Aller à : navigation, rechercher

Erreur Lua dans Module:Wikidata à la ligne 114 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value). Antonio Stango (Naples, le 24 septembre 1957) est un politologue italien, un expert des droits de l'homme au niveau international, un écrivain et éditeur. Le 30 octobre 2016, il a été élu président de la Ligue italienne des droits de l'homme (LIDU)[1],[2],[3].

Biographie[modifier | modifier le wikicode]

Après avoir terminé les deux premières années d'études secondaires (sciences humaines) au lycée Giandomenico Cassini, situé à Sanremo, il a complété les cours de l'Ecole militaire Nunziatella de Naples. Il a servi successivement comme sous-lieutenant dans l'armée italienne. Après avoir interrompu sa carrière militaire, il est diplômé en sciences politiques à l'Université de Gênes, et a obtenu une maîtrise en histoire moderne.

Depuis les années 1980, il était un activiste dans le domaine des droits de l'homme au niveau international, et a collaboré avec plusieurs ONG et le Parti Radical Transnational[4]. En 1986, il a été impliqué dans le cas de Severina et Michaela Filipov, deux jeunes filles de réfugiés bulgares, lesqueles ont été retenus dans leur pays d'origine par les autorités. L'année suivante, en tant que secrétaire fédéral du Parti radical italien, il a présidé la réunion Droits de l'homme et la dissidence à l'époque de Gorbatchev, à la fin de laquelle les dissidents soviétiques Vladimir Bukovsky, Léonide Pliouchtch, Vladimir Maksimov et Anatolij Levitin-Krasnov lancé le Manifeste de Rome des dissidents soviétiques, en réclamant la reconnaissance des droits de l'homme dans l'Union soviétique. En 1987, il fonde avec Paolo Ungari le Comité Helsinki pour les droits de l'homme, et a pris position contre les refoulements en Roumanie agi par le dictateur Nicolae Ceauşescu[5]. Dans les années suivantes, il a continué son activité en faveur des droits de l'homme, en particulier dans les pays de l'ancienne zone soviétique, par des relations avec oppositors du régime communiste comme Vaclav Havel[6]; être arrêté par la police Allemagne de l'Est lors d'une manifestation contre le mur de Berlin[7]; et par la police soviétique pendant une manifestation à Moscou[8],[9].

Au cours des années, il a été membre du conseil d'administration de la Fédération internationale d'Helsinki pour les droits de l'homme, dans FoReF (Forum pour la liberté religieuse)[10], dans le Comité international de "In Search of Justice", en "Non c'è pace senza giustizia" et d'autres ONG. Il a également suivi pendant de nombreuses années, le Conseil des Nations Unies pour les droits de l'homme à Genève aussi comme representant du Parti Radical Nonviolent Transnational et Transparti, ONG avec statut consultatif Général de première categorie auprès de l'ECOSOC des Nations Unies[11],[12],[13]. Le 15 septembre 2009, avec Danielle Mitterrand, Sid Ahmed Ghozali et Eric Sottas, il à lancé un appel sur la situatiòn au camp d'Ashraf en Iraq[14].

Il a effectué des missions en tant que spécialiste des droits de l'homme pour la Commission européenne et il a donné des conférences sur les droits de l'homme dans plusieurs pays européens, d'Asie centrale et du Moyen-Orient. Entre décembre 2003 et juillet 2006, il a dirigé le projet de formation aux droits de l'homme et de soutien au Kazakhstan pour Freedom House[15],[16].

Entre 2002-2003, il a été membre du groupe de travail pour l'éducation aux droits de l'homme pour le Réseau des droits de l'Euro-Méditerranée. En 2003, il était un expert pour le projet de la Fédération internationale d'Helsinki pour les droits de l'homme, financé par la Commission européenne, La protection juridique des droits de l'homme dans la Fédération de Russie; il a ainsi effectué des missions dans Sakhaline et dans la région Extrême-Orient russe. Il a donné des conférences sur les droits de l'homme en Italie, Kazakhstan, Ouzbékistan et le Liban, en collaboration avec différentes universités, ainsi que des ONG et d'autres organismes institutionnels; et il a été consultant au Parlement européen, alors que pour le Parlement italien et au Sénat italien. Il a lancé et dirigé les magazines Confronto con l'Est (1982-1988), La Nuova Frontiera - Internationale des Droits de l'homme et la sécurité d'examen (1995-2003) et La Scrittura (1996-2002).

Il est membre du conseil d'administration de l'ONG Hands Off Cain, dont la mission est l'interdiction de la peine de mort au niveau mondial[17]. En tante que expert de Kazakhstan, il est intervenu sur le case de l'extraditiòn de l'Italie de Alma Shalabayeva, femme de l'oppositeur Moukhtar Abliazov[18]. En septembre 2015, il a été nommé par l'ONG française Ensemble contre la peine de mort en tant que coordinateur du Congrès mondial contre la peine de mort (Oslo, 21-23 juin 2016)[19],[20],[21],[22],[23]

Le 12 mars 2016, il a été conférencier à la conférence TEDx d'Arezzo sur la question de la peine de mort[24]. En plus de ses activités de défense des droits de l'homme, il est le fondateur et propriétaire de la société éditoriale éponyme, dont les activités sont dans le domaine de l'édition de livres, magazines culturels de l'édition, l'information locale et la promotion de l'événement[25] .

Références[modifier | modifier le wikicode]

  1. (it)Président de la LIDU
  2. (it)Stango alla guida della Lega italiana dei diritti dell’uomo. Il Secolo XIX, 2 November 2016. Accès le 2 November 2016
  3. (it)Stango alla guida della Lega italiana dei diritti dell’uomo - Il politologo è il nuovo presidente dell’associazione: nata nel 1919, è la più antica in Italia a occuparsi di diritti umani. La Stampa, 2 novembre 2016. Accés le 2 novembre 2016
  4. (it)Daniele Mastrogiacomo, Lacrime, folla, un lungo abbraccio, La Repubblica, 20 febbraio 1986
  5. (it)Repressione in Romania, quindicimila magiari in fuga. La Repubblica, 15 ottobre 1987
  6. (it)Praga, la polizia ferma 20 intellettuali. La Repubblica, 13 novembre 1988
  7. (it)Pliusc e 2 italiani fermati a Berlino. La repubblica, 9 giugno 1989
  8. (it)Si trasferisce a Mosca la protesta dei Radicali. La Repubblica, 24 agosto 1989
  9. (it)Mosca: rilasciato il radicale Antonio Stango. AGI, 24 agosto 1989
  10. (en)FOREF - Forum Religionsfreiheit europa
  11. Conseil des droits de l'homme des Nations Unies: Déclaration d'Antonio Stango
  12. (it)Orazio La Rocca, Esponenti del dissenso sovietico visitano ex terroristi a Rebibbia.
  13. (it)Orazio la Rocca, La Tass intervista i dissidenti: "Perché dite male dell'URSS?"
  14. Irak: Irak: Le Camp d'Ashraf - Respect des Conventions de Genève. Organisation Mondiale contre la tourture, accés 31 octobre 2016
  15. (en)Civil society welcomes ruling on NGO laws. IRIN, 31 August 2005
  16. (en)Kazakhstan: from moratorium to the abolition of death penalty
  17. (it)Board of Directors di Nessuno tocchi Caino
  18. (it)Antonio Stango, grande conoscitore del Kazakistan: 'il rischio è che Alma Shalabayeva possa essere condannatata a 2 anni di carcere' - RAI, Radiotelevisione Italiana, Virus, 17 julliet 2015. Accés 31 octobre 2016
  19. (it)Tommaso Giuntella, Dialogo con Antonio Stango sulla pena di morte nel mondo. Huffington Post, 15 marzo 2016
  20. (it)VI Congresso mondiale contro la pena di morte (Oslo, 21-23 giugno 2016). L'Ambasciatore incontra il coordinatore del congresso e il direttore di “Ensemble contre la peine de mort". Ambasciata d'Italia a Oslo, 4 novembre 2015
  21. Ensemble contre la peine de mort, 12 novembre 2015
  22. Pape : la peine de mort «ne rend pas justice aux victimes, mais attise la vengeance». Radio Vatican 21 juin 2016, accés 31 octobre 2016
  23. (it)Congresso contro la pena di morte, 140 gli Stati abolizionisti - Intervue à Antonio Stango. Radio Vaticana 21 juin 2016, accés 31 octobre 2016.
  24. (it)Al Teatro Bicchieraia arrivano le storie di TEDx Arezzo. La Nazione, 7 marzo 2016
  25. (it)Antonio Stango Editore
    Thème(s) :
  • Portail du droit Portail du droit
  • Portail des droits de l’homme Portail des droits de l’homme
  • Portail de la politique Portail de la politique

Erreur Lua dans Module:Catégorisation_badges à la ligne 154 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).Erreur Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 175 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).


Autres articles des thèmes droits de l'homme ET politique : Kafui Adjamagbo-Johnson

Autres articles des thèmes droit ET politique : Influence de l'immigration sur la criminalité des pays d'accueil

Autres articles du thème droit : Terrie Hall, Sophie Bérubé, Frédéric Bérard (docteur en droit), Union des avocats européens, CMS Francis Lefebvre Avocats, Microminorité, Marcel Vervloesem

Autres articles du thème droits de l'homme : Calais Migrant Solidarity, Marche pour l'égalité dans l'héritage, Association française des juges de l’asile, Le Peuple Président, Kafui Adjamagbo-Johnson, Mission régionale d'information sur l'exclusion, Abbas Aroua

Autres articles du thème politique : Liste des directions de la wilaya d'Alger, EuropaNova, Alliance patriotique irakienne, Parti humaniste (Islande), Luca Giansanti, Parti de la Révolution nationale, Parti des citoyens européens

Cet Article wiki "Antonio Stango" est issu de Wikipedia. La liste de ses auteurs peut être visible dans ses historiques.