Bienvenue sur EveryBodyWiki ! Créez un compte ou connectez vous pour participer, améliorer ou créer un article, une biographie (la vôtre ?), une page entreprise...


Alain Ernoult

De EverybodyWiki Bios & Wiki
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Erreur Lua dans Module:Wikidata à la ligne 118 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).

Alain Ernoult, né en 1955, est un photographe et grand reporter français. Correspondant de guerre pour la presse internationale, Alain Ernoult a couvert de nombreux conflits (Afghanistan, Bosnie, Guerre du Golfe, Tchad …). Il a par ailleurs créé et dirigé une agence de presse employant plus de 400 photographes.

Biographie[modifier | modifier le wikicode]

Première année d’un photographe[modifier | modifier le wikicode]

À l’âge de 14 ans, Alain Ernoult quitte la maison familiale et l’école[1]. Il s’engage comme serveur. À la suite de multiples accidents de moto et de multiples fractures à la main, il met un terme à sa carrière de serveur qui sera suivie d’un passage en usine. Il décide alors de prendre des congés sans solde part pour le Mali en auto-stop, cinq cents francs en poche, via l’Espagne, le Maroc, l’Algérie, le Sahara et la Haute-Volta. Au Mali, découvrant que ses chauffeurs du moment ont pour projet de chasser les éléphants, il se fait débarquer en plein désert. Il y passera une semaine, seul.. Arrivé au pays des Dogons en proie au paludisme, il sera finalement initié par le chef d’un village après avoir été « observé » pendant deux semaines. De retour en France, Ernoult veut repartir sur le continent africain chargé de médicaments et témoigner par la photographie d’expériences inédites et surprenantes. Muni d’un appareil Zenit, il retourne chez les Dogons. Son premier reportage photographique lui vaudra une exposition organisée conjointement par le Musée d’Evreux et le Musée de l’Homme[1].

Patrouille de France[modifier | modifier le wikicode]

Avant lui, aucun civil n’avait été autorisé à voler à bord d’un avion de la Patrouille de France. Alain Ernoult décroche cette autorisation de l’État-major de l’armée de l’air. Remarquées par le chef de l’État-major, ses prises de vue lui vaudront le surnom de « No Limit » et alimenteront une quinzaine d’ouvrages sur la Patrouille de France et sur l’aviation[2][réf. insuffisante].

Il est le premier photographe à monter à bord d’un Alpha Jet de la Patrouille de France[1].

D'après un numéro de Photo de 1987, Alain Ernoult est le seul civil à avoir volé sur presque tous les types d'avions militaires[3].

Loubards de Floride[modifier | modifier le wikicode]

Ernoult part photographier les Hells Angels dans les bars mal famés de Floride. Au prix de quelques coups violents (il en gardera une cicatrice), il réussit à se faire accepter par cette bande de motoards et d’en tirer un reportage exclusif.

World Press Photo[modifier | modifier le wikicode]

Ernoult a demandé à Peter Ruhf, numéro un de la discipline, de lancer son boomerang de sorte que, revenant dans sa direction, il décapite une pomme posée sur sa tête. Cette vision revue et corrigée du mythe de Guillaume Tell vaudra à son auteur un premier prix World Press Photo dans la catégorie sport en 1986[4], et quelque mille parutions à travers le monde. Convoqué à New York par Life et Time, il se voit accorder la commande d’une longue série de reportages pour ces magazines.

Première photo officielle de l’Airbus A380[modifier | modifier le wikicode]

Ernoult reçoit la commande d’une photo inédite pour le lancement officiel du projet de l’Airbus A380. Il dispose de 48 heures pour concevoir et réaliser son cliché. L'avion n’existe encore que sur papier. Ernoult tente de faire tracer au sol la silhouette grandeur nature du futur appareil à l’emplacement de la future l’usine de Toulouse qui le produirait et d’y faire poser tous les acteurs européens du projet, vêtus de blanc et les bras tendus à l’horizontale pour simuler l’avion. Bilan : 16 bus affrétés, 700 volontaires contactés en quelques heures, 700 casquettes et T-shirts fournis et… une photo que plus de 200 magazines publieront, de Paris Match à l’Herald Tribune en passant par le New York Time, le Corriere Della Serra, Stern…

Un homme engagé[modifier | modifier le wikicode]

Par la vente de tirages d’art réalisés à travers le monde, Alain Ernoult souhaite aujourd'hui apporter son soutien à des associations caritatives et de protection de l’environnement. Il s’est lancé dans le témoignage photographique d’ours polaires, d’animaux d’Afrique, d’animaux en voie de disparition…

Œuvre[modifier | modifier le wikicode]

Ouvrages[modifier | modifier le wikicode]

  • Fou d'ailes, éd. de la Martinière, Octobre 2016[5],[6].
  • Participation au Livre blanc remis aux chef d’États lors de la COP21, Paris 2015
  • Iles de rêve, éd. Du May, Boulogne-Billancourt 2011
  • Amérique nature : de Yellowstone aux Everglades, éd. Du May, Boulogne-Billancourt 2009
  • Ailes en voltige, préfacé par Théodore Schneider, PDG de Breitling, éd. ETAI, Boulogne-Billancourt 2008
  • Hélicoptères : civils et militaires, éd. ETAI, Boulogne-Billancourt 2004
  • Ailes de feu, préfacé par Nicolas Sarkozy, ministre de l’Intérieur, éd. ETAI, Boulogne-Billancourt 2003
  • Ailes d’acier, préfacé par Michèle Alliot Marie, ministre de la Défense, éd. Du May, Boulogne-Billancourt 2003
  • Concorde : la légende volante, préfacé par Gilles de Robien, ministre des Transports, éd. Du May, Boulogne 2002
  • Patrouille de France, préfacé par Jacques Chirac, président de la République, éd. Robert Laffont, Paris 2002
  • Technique du vol acrobatique…, Altipresse, Levallois-Perret 1995
  • Pionniers du ciel, Musée de l’air et de l’espace, Le Bourget, éd. Atlas 1992
  • Rafale, éd. Atlas, Paris 1992
  • Avions passions, éd. Atlas, Paris 1989
  • Hélicoptères, éd. E.P.A, Paris 1989
  • La Patrouille de France, éd. Atlas, Paris 1988
  • L’armée de l’air aujourd’hui, éd. Atlas, Paris 1987
  • Porte-avions : 30 000 tonnes sur les mers, éd. Atlas, Paris 1987
  • Voltige aérienne, éd. Atlas, Paris 1984

Expositions[modifier | modifier le wikicode]

  • 2015, Salon du Bourget, Paris (avec citations d’Antoine de Saint-Exupéry)
  • 2012-2014, Nikon France, Paris
  • 2013, Fou d’ailes, aéroport de Marseille, capitale culturelle européenne (vu par 7 millions de personnes)
  • 2008, Fous d’ailes, Champs-Élysées, Paris
  • 2005, Salon de l’art, Shanghai (Chine)
  • 2004, Salon de Singapour (invité d’honneur)
  • 2003, Salon du Bourget, Paris (exposition officielle)
  • 2001, Salon du Bourget, Paris (exposition Breitling)
  • 1998, Neuchâtel (Suisse)
  • 1993, Visa de l’image, Perpignan
  • 1993, Musée de l’air et de l’espace, Paris
  • 1997, Salon du Bourget, Paris
  • 1989, Visa de l’image, Perpignan
  • 1989, Salon de la photo, Paris
  • 1989, Méribel
  • 1987, Salon du Bourget, Paris

Récompenses[modifier | modifier le wikicode]

  • 2015, 1re photo de l’année, catégorie environnement
  • 2014, 2e prix Art & Photography, États-Unis
  • 2013, 3e photo de l’année, catégorie nature et environnement
  • 2013, 2e photo de l’année, catégorie photo animalière
  • 2012, 1re photo de l’année, catégorie photo animalière
  • 2012, 2e prix Art & Photography, États-Unis
  • 2011, 2e et 3e prix Art & Photography, États-Unis
  • 2010, 1er prix Art & Photography, États-Unis
  • 2008, 1er prix Art & Photography, États-Unis
  • 2004, 2e prix concours aviation Week, États-Unis
  • 2004, trophée des Normands qui bougent
  • 2004, en sélection « La Nuit des yeux d’or »
  • 2002, en sélection « La Nuit des yeux d’or »
  • 1997, 1er prix Sup de Pub avec l’agence Young & Rubicam
  • 1996, 1er prix Business Advertising Awards avec Dassault
  • 1996, meilleur livre technique, aéroclub de France
  • 1994, 1er prix Annonce presse avec Breitling
  • 1994, lion de bronze à Cannes avec Breiling
  • 1986, 1er prix World Press (1er prix mondial de la photo de sport)[7]
  • 1984, hélice d’Or de Méribel
  • 1984, 2e prix international (Jeux olympiques)
  • 1984, 3e prix mondial Nikon

Distinctions[modifier | modifier le wikicode]

  • Alain Ernoult a été promu chevalier dans l’ordre national du Mérite en 2004.

Notes et références[modifier | modifier le wikicode]

  1. 1,0 1,1 et 1,2 « Alain Ernoult, de nouveaux défis au bout de l’objectif », sur ouest-france.fr, (consulté le 12 mars 2018).
  2. http://www.ernoult.com/alain-ernoult/
  3. Photo, 1987, lire en ligne
  4. Site du World Press Photo, consulté le 15 mars 2018.
  5. Gary Lawrence, « Fou d’ailes, Alain Ernoult », sur ledevoir.com, (consulté le 12 mars 2018).
  6. Philippe Lecaplain, « Aéronautique: «Fou d’Ailes», un livre d’Alain Ernoult », sur rfi.fr, (consulté le 12 mars 2018).
  7. https://www.worldpressphoto.org/people/alain-ernoult

Liens externes[modifier | modifier le wikicode]

  • Erreur Lua dans Module:Autorité à la ligne 424 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).
  • Site officiel

Erreur Lua dans Module:Catégorisation_badges à la ligne 170 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).Erreur Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 189 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).


Autres articles des thèmes Photographie photographie ET Presse écrite presse : Photophiles

Autres articles du thème Photographie photographie : Éric Colmet-Daâge, Bron Elektronik, Bourse du talent, Daniel Desmedt, Elga Heinzen, Association nationale des iconographes, Pierre Hennequin (photographe)

Autres articles du thème Presse écrite presse : La Lettre mensuelle, David Chanteranne, La Revue du spectacle, Manuel Gomez (journaliste), Der Ring (publication), Photophiles, Champion Magazine

Autres articles du thème Aéronautique aéronautique : Betty Ong, UAV Show Europe, Air Ouest, Rectimo, Liste des aéroports canadiens par indicateur d'emplacement : CZ, Liste des aéroports canadiens par indicateur d'emplacement : CK, Liste des aéroports au Yukon


Cet Article wiki "Alain Ernoult" est issu de Wikipedia. La liste de ses auteurs peut être visible dans ses historiques et/ou la page Edithistory:Alain Ernoult.


Compte Twitter EverybodyWiki Suivez-nous sur https://twitter.com/EverybodyWiki !