Bienvenue sur EveryBodyWiki ! Créez un compte ou connectez vous pour participer, améliorer ou créer un article, une biographie (la vôtre ?), une page entreprise...


Abdolhossein Barazandeh

De EverybodyWiki Bios & Wiki
Aller à : navigation, rechercher


Abdolhossein Barazandeh (en persan عبدالحسین برازنده) est un compositeur, auteur, directeur du théâtre et chef d’orchestre iranien. Il est né en 1893 à Ispahan en Iran et mort en 1971 dans sa ville natale.

Portrait d'Abdolhossein Barazandeh (indiquer l'année)

Biographie[modifier | modifier le wikicode]

Abdolhossein Barazandeh est issu d'une famille riche et célèbre d'Ispahan. Il y fait sa scolarité avant entrer dans l’Armée iranienneentre 1901 et 1902. Par la suite, il entre d’abord au ministère de la Justice. Ces deux ministères ne répondaient pas à son âme sensible et à ses inspirations musicales. Ainsi il entre au ministère de l’Instruction publique iranienne (Éducation nationale) en tant que professeur et enseigne la littérature, le français, l’arabe, la calligraphie et la musique[1]. Parallèlement, il est directeur de l’Orchestre du Théâtre de Sepahan[2]. Il a laissé une œuvre importante (plus de 2 500 œuvres répertoriées par son fils, lui-même compositeur aussi[3][réf. insuffisante]) qui embrasse tous les genres musicaux classiques iraniens.

Son œuvre a aidé à développer la musique classique (traditionnelle) iranienne, ou Musique persane[4]. Abdolhossein Barazandeh utilise principalement le tar[2]. Sa maîtrise s’étend également à d’autres instruments iraniens de musique telle que le Setar ou Sehtar[2]. Il a développé plusieurs dastgah (modaux). Son nom est passé dans le langage des compositeurs, poètes et écrivains iraniens comme synonyme de génie en musique classique iranienne. Par exemple, Havanes Abkarian dit Yahya Khan[5][réf. insuffisante] (1876-1932), le fabricant connu du tar, s'enthousiasme quand Barazandeh joue le tar.

Éducation musicale[modifier | modifier le wikicode]

Abdolhossein Barazandeh apprend d'abord la musique auprès de son oncle Abdolrahim Khan Sadri, lui-même, musicien. À l’école française Setareh Sobh (« Étoile du Matin »), à Ispahan, trois professeurs français, dont le père Félix, de la Mission Jésuite à Ispahan, lui enseignent le solfège[réf. nécessaire]. Puis Barazandeh étudie auprès de Darvish Khan, le compositeur iranien. Darvish Khan l'appréciait particulièrement[réf. nécessaire]. Plus tard, il entre dans la Société des musiciens d’Ispahan[2].

Œuvres[modifier | modifier le wikicode]

Depuis plusieurs années, la vie et l’œuvre de ce compositeur a attiré l'attention de quelques chercheurs[6] [7] [8] et des chefs d’orchestre iraniens[Qui ?][9],[10].

Presque toutes les chansons que Jalal Taj Esfahani[11] a chantées sont des mélodies que Barazandeh a composées pour lui[réf. nécessaire], en particulier :

  • Dar dele atashe ghame rokhat ta ke khane kard
  • Dar golestan (Dans le jardin),
  • Ran ghaye Tabia’at (Les couleurs de la nature).

Ses œuvres sont interprétées par différents chanteurs : Adib Khansari (en)[réf. nécessaire], Taj Esfahani[12][13], Iraj (Hossein Khajeh Amiri)[réf. nécessaire], Parvin, Salar Aghili, Alireza Eftekhari, Moein, Malek Masudi[14], Mohebi Zadeh, Abdolvahab Shahedi (en), Aliasghar Shah Zeidi, les frères jumeaux Ali et Mohammad Saïdi, Hossein Taherzadeh[15], Mohammad Taherzadeh, Hooshang Beheshti, Nahid Daei Javad, Abdolhossein Mokhtabad (en), Bahram Hasiri, Mohammad Golriz, Abdolrassoul Kargosha[16], Ali Rostamian[17].

Ses œuvres sont également jouées par l’Orchestre National d’Iran[18] aux divers festivals de la musique : Festival de Musique d’Ispahan[19] (24/25 avril-02/3 mai de chaque année), Festival de Musique de Fadjr de Chiraz [20],[21] (7/8 janvier-15/16 janvier de chaque année) et le Fajr International Music Festival (en)[22][réf. insuffisante].

Ses œuvres sont jouées dans les Golhaye Rangarang (en persan گلهای رنگارنگ)[23],[24], c'est-à-dire des émissions radiophoniques réunissant la poésie persane et la musique classique iranienne avec la participation d’un chanteur ou d’une chanteuse célèbres[25]. La radio BBC[26][réf. nécessaire] a également consacré une émission sur Abdolhossein Barazandeh, le . Son nom apparaît aussi dans les médias iraniens[27]. Récemment, à Paris, Ali-Akbar Tajvidi a joué une de ses œuvres[28].

Œuvres célèbres[modifier | modifier le wikicode]

  • Karevan(Caravane),
  • Be Esfahan roo (Vas à Ispahan)
  • Didy akhar (Tu as vu la fin),
  • Shekayat e Mashoogh (La pleinte d’être aimée),
  • Delshekaste (Cœur brisé),
  • Taaghat az dast e man o del,
  • Bahare man (Mon printemps),
  • Ashegh (Amoureux),
  • Siah mozhgan,
  • Mooyeh,
  • Atash del[29]
  • Etc.

Style musical et innovations[modifier | modifier le wikicode]

Pour la première fois dans l'histoire de la musique classique iranienne[réf. nécessaire], c’est lui qui compose plusieurs œuvres pour l’opéra et l’opérette. La plupart de ses opéras réalisés à Ispahan développent des thèmes épiques inspirés de la mythologie persane, ou basés sur les légendes et des contes fabuleux de l’Iran préislamique et du Livre des Rois de Ferdowsi. Par exemple :

Entre 1921 et 1942, ses opéras et ses opérettes sont joués à Ispahan, mais en raison de l’absence de moyens de diffusion et de la distance considérable Téhéran et Ispahan - puisque d'abord, une route digne de ce nom n'existait pas à cette époque d'une par, et deuxièmement l'Iran a été occupé par les Alliés (États-Unis - Royaume-Uni - Russie durant la Seconde guerre mondiale), la quasi-totalité de ses opéras et ses opérettes sont depuis ignorés et tombés dans l’oubli ou détruits.

Des centaines de ses œuvres ne sont pas encore publiées, par exemple les Radif (arrangements).

Hommages[modifier | modifier le wikicode]

Que représente cette photo ? Lieu, date, description ?

Il est enterré au cimetière historique d’Ispahan, Takhteh-Foulad[31]. En son hommage, la ville d’Ispahan a désigné une place à son nom[32].

Bibliographie[modifier | modifier le wikicode]

  • Revue « Tchehelsotoon », 4/4/1392 (25, juin, 2013)
  • Willem M. Floor, The History of Theater in Iran, Washington, Mage Publishers, 2005.
  • Manootchehr Saraf, « Le maître Abdolhossein Barazandeh », in Dr A. Montazer-ôl-Ghaem (Dir.), Encyclopédie Takhtefoulad, vol. I, Ispahan, S.F.T.Sh. Esfahan, 2010, (ISBN 9786001320194), p. 291-293.
  • Jean During, La musique iranienne : tradition et évolution, Téhéran, Institut français de recherche en Iran, édition Recherche sur les Civilisations, 1984.
  • Mehdi Setayeshgar, Le répertoire de la musique de l’Iran (نام نامهٔ موسیقی ایران زمین ), vol. III, Téhéran, Etela’at, 1997, (ISBN 964-423-377-8).
  • M. Pejvak, « Connaître les artistes d’Esfahan », in Navid-é Esfahan, no 332, 01/01/1994, p. 3.
  • Abdolhossein Sepanta, « Se souvenir d’un musicien », in Revue Wahid, 7e année, no 3,
  • Manootchehr Ghodssi, Dolat-é Didar, Esfahan, Atropat, 1998.
  • Hossein Nikoo-Nejad, Visage des incandescences du pays de Zendeh-Rood, Esfahan, Mashaal, 1992.
  • Mohammad Ali Eslami, Shahram Sanei, Zahra Gharavi (dir.), Centenaire de la fondation de Beheshtain, Esfahan, Ministère de l’Éducation nationale (section d’Esfahan), 2000, p. 214-216.
  • Manootchehr Cheikh-Saraf, La biographie d’Abdolhossein Barazandeh : Compositeur et musicien renommé d’Esfahan, Esfahan, Khaneh Moosighi, 2009.
  • Revue Etela’at-Haftegi, no 1632, 24/01/1352 (03/04/1973), p. 6-7.
  • Ala Idjadi, Douze opus pour tar et seh-tar du maître Abdolhossein Barazandeh, Farhoomand, 2010, 40 p. http://www.vista.ir/book/844995
  • « Se souvenir du maître Abdolhossein Barazandeh », in http://www.noormags.ir/view/fa/articlepage
  • « Abdolhossein Barazandeh – Centre de la musique d’IRIB », http://www.music.irib.ir/Artist/24898
  • Manootchehr Ghodssi, "La mort d’Abdolhossein Barazandeh (27 Bahman 1350) [درگذشت عبدالحسین برازنده]", in http://fa.neyestane.com 2013
  • www.iranianclassicmusic.ir

Notes et références[modifier | modifier le wikicode]

  1. Jean During, La musique iranienne : tradition et évolution, Téhéran, Institut français de recherche en Iran, édition Recherche sur les Civilisations, 1984, 243 p.
  2. 2,0, 2,1, 2,2 et 2,3 Willem M. Floor, The History of Theater in Iran, Washington, Mage Publishers, 2005
  3. http://93.190.24.111/english/iMusicIranianMusic/
  4. Mehdi Setayeshgar, Le répertoire de la musique de l’Iran (نام نامهٔ موسیقی ایران زمین), vol. III, Téhéran, Etela’at, 1997, (ISBN 964-423-377-8)
  5. https://www.pinterest.com/pin/504192120753349790/
  6. Mohammad Motamedi, Sina Jahanabadi, Azad Mirzpour, Pasha Hanjani, Ali Rahimi… Iran : chant classique, Paris, Ocora/radio France [Arles], Harmonia Mundi, 2014
  7. Ala Ijadi, Douze œuvres choisies d’Abdolhossein Barazandeh (pour Tar et Sehtar), éd. Farhoomand, 2009 (ISBN 978-964-6409-22-4)
  8. Mahoor Music Quarterly, no 77, 1396 (2017) http://www.mahoor.com/fa/quarterly/18219-mahoor-music-quarterly-no-77
  9. Tehran Times, August 19, 2015, “National Orchestra to perform at Vahdat Hall : TEHRAN – Iran’s National Orchestra with conductor Farhad Fakhreddini will be giving concerts at Tehran’s Vahdat Hall on Thursday and Friday. The orchestra will perform a repertoire of works by masters of Persian classical music, including Ali Tajvidi, Homayun Khorram, Abdolhossein Barazandeh and Majid Vafadar. Vocalist Rashid Vatandust is also scheduled to sing some Azari folk songs during the concerts”.
  10. https://www.isna.ir/news/8602-17447/
  11. fa.wikipedia.org/wiki/جلال‌الدین_تاج
  12. fa.wikipedia.org/wiki/آتش_دل_(تاج)
  13. tamasha.com/v/lBlGz
  14. www.nothaa.com/malek-mohammad-masoudi.html
  15. www.maisondesculturesdumonde.org/sites/default/.../booklet260149.pdf
  16. http://festivalofarts.com/singers/index.php?/category/148
  17. www.sibmusic.com/#!artist/392
  18. https://www.isna.ir/news/8507-17644.46869/
  19. https://www.isna.ir/news/93021510291/
  20. http://www.farsnews.com/imgrep.php?nn=13940530000013
  21. http://jamejamonline.ir/nava/2172510799942664135
  22. Fajrmusicfestival.com
  23. http://www.golha.co.uk/fa/programme/844/-/239/-#.Wsj_NJcuDIU
  24. https://www.isna.ir/news/92091006630/
  25. http://www.tehrantimes.com/news/248808/Art-news-in-brief
  26. www.bbc.com/persian/.../050930_pm-an-national-orchestra.shtml
  27. http://isfahan.irib.ir/
  28. https://ispahan.paris/evocation-dispahan-a-travers-la-musique-classique-faure/ (8 mars 2018 - Abdolhossein Barazandeh. -Be Esfahan ro (va à Ispahan). Ali-Akbar Tajvidi. -Jame Madhoushi (la tasse d'ivresse) Anousha Nazari, chant)
  29. http://radiofarhang.ir/ProgramArchive/?m=065507
  30. Willem M. Floor, The History of Theater in Iran, Washington, Mage Publishers, 2005, pp. 272: “Other plays performed at the school included "Zal and Rudabeh", "Sham' and Parvaneh" that were performed as musicals. The music was arranged and performed by 'Abdol-Hoseyn Barazandeh (236). There also were other theatrical activities in Isfahan. Janet Miller attended what she called a theater-party in Isfahan in 1932 and gave the following description of her experience of what probably was a performance of "Nader Shah Afshar".
  31. http://takhtefoulad.ir/TakhteFoolad/Pages/Mashahir.aspx?ItemId=1281
  32. La photo ci-joint indique la plaque d'avenue Ostad (Maître en persan) Abdolhossein Barazandeh - 2009
    Thème(s) :
  • Portail de l’Iran Portail de l’Iran
  • Portail de la musique Portail de la musique

Erreur Lua dans Module:Catégorisation_badges à la ligne 154 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).Erreur Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 175 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).


Autres articles du thème Iran : Mohammad Reza Nekoonam, Abul Hasan Ad Dummal, Amélie M. Chelly, Pierre Dortiguier, Abu al-Hasan al-Dummal, Hamideh Jahangiri, Mohammad Manzarpour

Autres articles du thème musique : Hôtel Costes, Vol. 5: Cinq, Gal Rashé, Mano 2 Mano, Marc Vedo, Nydvind, Butter Beans, Modogo Gian Franco


Cet Article wiki "Abdolhossein Barazandeh" est issu de Wikipedia. La liste de ses auteurs peut être visible dans ses historiques et/ou sa sous page Abdolhossein Barazandeh/edithistory.